AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
RETROUVEZ NOUS SUR:
http://houseofhell.forumactif.com/

Partagez|

ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart Dim 5 Oct - 22:03


Athalie & Haylee
Turn around, every now and then I get a little bit tired of listening to the sound of my tears... Turn around, every now and then I get a little bit terrified but then I see the look in your eyes.
Jour de repos. Que ça fait du bien ! Grasse matinée en perspective. Levée 10h00, parce que oui, c'est une belle grasse matinée ! Haylee se sentait bien. Reposée, calme. Pas le stress d'arriver en retard au boulot. Pas le stress d'être emmerdée par cette voix, car oui, elle avait décidé de rester cloîtrée chez elle, pour son bien-être. Le silence se faisait de plus en plus rare ces derniers temps, c'est pourquoi, dès qu'elle le pouvait, elle restait ici. Le seul endroit où elle ne pouvait pas être dérangée par quoi que ce soit. Cette voix la hantait jours et nuits, sauf lorsqu'elle était seule, et qu'elle n'adressait la parole à personne !

La brunette s'étira de tout son long, étalée dans son canapé. Rien d'intéressant à la télé. La journée risquait d'être longue... Certes, elle ne voulait pas sortir, mais question occupation ici, le choix était très restreint. La plupart de ses journées passées dans son appartement se résumaient à... dessiner. Néanmoins... Haylee ne pouvait pas s'empêcher de penser à cette jeune femme, qu'elle avait rencontré l'autre jour au café. Elle lui avait paru bien sympathique, attendrissante et souriante... Le fait qu'elle soit partie, comme ça, en lui laissant juste un papier avec son numéro de téléphone, l'avait laissé un peu sur sa faim. Façon de parler. Elle aurait aimé apprendre à la connaître un peu plus. Elle aurait aimé se dire que cette jeune femme pouvait, peut-être, devenir une amie ? Parce que oui, Haylee avait réellement besoin de quelqu'un. Juste une personne avec qui parler, avec qui rire, passer simplement de bons moments. De simples moments, tout ce qu'elle ne connaissait plus depuis le début de sa "maladie". Maladie qui la pourrissait de jour en jour.

Il fallait bien qu'elle se sorte les doigts du cul un de ces jours. Elle ne pouvait pas rester éternellement comme ça, à fuir les gens, à longer les murs et regarder le sol ! Cette voix lui faisait peur, certes, mais merde, c'était SON corps, c'était SA vie. Pourquoi devait-elle l'écouter ? Pourquoi devait-elle se plier à ses ordres ? Et ces douleurs, ces cicatrices... S'en était trop. Depuis son arrivée à la Nouvelle Orléans, Haylee s'était rendue compte que ces phénomènes étaient de plus en plus fréquents, et de plus en plus violents. Il serait peut-être temps de réagir. Mais comment ? En parler à Athalie était une solution à laquelle la brunette avait déjà songé. Mais pourquoi effrayer la seule personne qui avait osé lui adresser la parole jusqu'à maintenant ? Non. Et pour lui dire quoi ? Honnêtement, même elle ne savait pas ce qu'elle avait. Même les médecins n'avait pas su quoi lui répondre. « Mademoiselle, vous êtes malades, ou du moins vous en avez tout l'air, mais nous sommes incapables de vous dire ce dont il s'agit. » Super, merci ! A part avoir fait pleurer ses parents, ils n'avaient pas vraiment fait avancé le problème.

18h00. Haylee tâtonna sur sa table basse, et récupéra le livre, dans lequel était inscrit le numéro de téléphone de la rouquine. Elle le regarda longuement, tourna les pages et survola les mots. Est-ce qu'elle aurait le courage de l'appeler ? Bien sûr qu'elle avait envie de la revoir. Elle avait besoin de parler, et Athalie semblait être la seule personne à qui elle pourrait se confier. En même temps, elle était la seule personne qu'elle connaissait... « Bon aller... » Elle récupéra son téléphone et composa le téléphone, attendit plusieurs secondes, avant d'appuyer sur la touche, puis se lança... Merde, répondeur. Elle laissa tout de même un message. La brunette balança ensuite son téléphone sur le canapé en se levant, et partit s'apprêter. Eh oui, elle avait changé d'avis. Ce soir, elle comptait sortir, avec l'espoir qu'Athalie réponde à son invitation. Dans le pire des cas, elle resterait seule dans un parc. Avec un peu de chances, elle ne croiserait personne.

De retour dans son salon, elle se jeta sur son téléphone. Son répondeur l'appelait. A l'écoute du message, Haylee sourit. Athalie acceptait de la voir. Il fallait maintenant qu'elle trouve le courage de lui parler, ou au pire, trouver un bon sujet de conversation.
Déjà prête, la brunette attrapa son sac à dos, mit son casque sur ses oreilles, et prit le chemin du Washington Square, lieu du rendez-vous. Elle était à la fois impatiente et apeurée à l'idée de revoir la jeune femme. Elle avait encore le souvenir de la voix qui menaçait indirectement la rouquine. Et si, sans le vouloir, sans le contrôler, elle lui faisait du mal ? Après-tout, avec toutes les questions qu'elle se posait à propos de la mort de ses parents, elle était peut-être capable de blesser ou tuer des personnes sans être consciente de ce qu'elle faisait ? Non, c'était du n'importe quoi. Elle ne pouvait pas avoir tué ses parents... Et elle ne ferait pas de mal à Athalie. Ce n'était qu'une voix. Une voix qui voulait l'effrayer, mais que pouvait-elle faire de plus ? Rien!

Une fois dans le parc, Haylee vérifia qu'il n'y avait personne dans le coin, avant de s'installer à un banc, pile sous un lampadaire. Pas qu'elle avait peur du noir, mais presque. Disons que les visions dont elle était victime ne la rassurait pas du tout. Et pour elle, plus de lumière était égale à plus de sûreté. C'était totalement faux, bien sûr.
Elle sortit son cahier, un crayon, et, en attendant l'arrivée de la rouquine, Haylee griffonna quelques dessins.
(c) AMIANTE




Dernière édition par Haylee M. Pearce le Ven 31 Oct - 9:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart Mar 7 Oct - 15:07


Hayalie
Tes yeux sont trop grands, on voit ton cœur à travers quand tu ris.
Depuis l'appel de la brunette, Athalie ne pouvait s'empêcher de rêvasser bêtement dans le vide. Elle était assise en tailleur dans son appartement, dans son lit de fortune, uniquement vêtue de sa serviette de bain qu'elle pensait déjà à son rendez-vous. « T'as pas l'air fine comme ça. » Dis le poltergeist légérement jaloux de la serveuse. La française se contre fichait de tout à cet instant. Haylee voulait bien la revoir après qu'elle ai fuit comme une lâche la dernière fois. Bah oui elle aurait très bien pu rester, en retard pour en retard. Mais la peur l'avait poussé à fuir bêtement. En même temps c'est pas comme si un démon courait au cul d'Athalie parce qu'elle voulait jouer au chevalier charmant. Ou prince charmant. Bref.

Directement, Athalie rappela sa petite brunette mais elle aussi à son tour, elle tomba sur le répondeur de celle-ci. « Bonjour Haylee! Je suis désolée d'avoir raté vôtre appel, euhm, je suis partante pour ce soir, je vous trouverai. Pas de problème, on en parlera. Bonne journée et à plus tard alors. Aurevoir. » Aurevoir... Non mais franchement au 21e siècle qui fini encore un message téléphonique par un pauvre et pathétique aurevoir? Ca fait pas très enjoué, et même plutôt froid. La rousse souffla, consternée par sa propre idiotie. Athalie se rendit compte alors qu'elle pouvait vraiment faire peur sans le vouloir, et que c'était peut être pour ça que les gens ne l'appréciaient pas trop en général. Les humains sont tellements ennuyeux et ennuyants après tout. Elle regarda l'heure à a box internet, il était temps qu'elle aille se préparer si elle ne voulait pas trop faire patienter Haylee aka l'hypnotisante serveuse possédée.

« Je serais toi je prendrai pas la beige. Met la noir! La noir, c'est bien, surtout si tu veux mettre ce bandeau fleuri. » Athalie partit dans un fou rire nerveux. Son ami le fantôme était bel et bien en train de lui donner des conseils de mode. C'est con. Mais elle rit de bon coeur. Kingsley comptait beaucoup aux yeux d'Athalie, et son avis était important. Alors pour ne pas plus le vexer, elle s'empara de la longue robe noire aux épaules nues qui était accrochée à la penderie et fila l'enfiler derrière son petit paravent. « J'ai l'air d'une hippie » Déclara t'elle, catégorique, en se contemplant dans le miroir à pied. « T'es ravissante oui! » La rousse souffla de nouveau. C'est fou ce qu'elle avait pu devenir grognon avec le temps. « De toute façon, j'ai pas le temps de me changer. »

Une fois son sac plein de conneries utiles (du genre clefs, téléphone, cigarettes, argent, papiers et autres vous l'aurez compris) Athalie se mit en route pour le parc ou les deux femmes avaient rendez-vous. La nuit commençait à tomber, donnant un aspect presque flippant aux rues. Athalie ne sortait que très peu la nuit, et encore moins sans Kingsley. Elle préférait écrire avec deux grammes de whisky dans le sang au chaud dans son appartement. Question de sécurité. Quoi que s'endormir ivre sur son pc c'est pas forcément bien mieux. La française s'arrangea de façon à ce que son trajet soit toujours éclairé, et visité. Bien qu'elle n'aime pas les effets de masses, c'est quand même mieux en cas de pépin. Ou pas.

Haylee était là, assise sur un banc à dessiner éclairée par un lampadaire. Elle était concentrée sur sa feuille, mon dieu qu'elle était belle. Athalie serra un peu plus sa bandoulière histoire d'évacuer le stress une dernière fois avant de se jeter dans la gueule du loup. Elle respira un grand coup, rassembla son courage et se mit à marcher dans la direction de a brunette. Encore heureux que ses jambes lui obéissent encore, car tout lui indiquait de fuir et cette mauvaise aura était de nouveau là. Bien-sûr, il fallait que le squatteur fasse chier ce soir. Son coeur battait à tout rompre. « Bonsoir Haylee! » Dit-elle en souriant. « J'espère ne pas vous avoir trop fait attendre. Je peux m'asseoir? » Toujours tout sourire. Elle se sentait un peu con de demander alors qu'elles avaient prévu de passer un moment ensemble, alors la rousse s'assit près de la jeune serveuse. « Votre appel m'a fait plaisir, je suis désolée d'être partie si précipitamment au café mais j'avais rendez vous avec... » un mort. « Un ami. »

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart Ven 10 Oct - 11:17


Athalie & Haylee
Turn around, every now and then I get a little bit tired of listening to the sound of my tears... Turn around, every now and then I get a little bit terrified but then I see the look in your eyes.
Haylee ne savait jamais vraiment à l'avance ce qu'elle allait dessiner. Tout se faisait au fur et à mesure. Elle commençait souvent par faire quelques traits par ci par là avant de se mettre à ajouter des détails, des formes. Tout ce qui lui passait par la tête finissait sur le papier. C'était un peu comme si elle était dans un autre monde, comme si sa main la guidait.
Après plusieurs coups de crayon, la brunette s'arrêta et regarda le résultat. On voyait clairement le visage d'une jeune femme. Qui lui ressemblait plus ou moins. Sa sœur. Ou du moins, sa sœur il y a plus de huit ans. Puisqu'elle ne l'avait pas vu depuis.

La brunette n'avait jamais compris pourquoi sa sœur ne donnait plus de nouvelles depuis tout ce temps. Pourtant elles s'entendaient très bien toutes les deux. Elles étaient comme cul et chemise. Et avec les parents, il n'y avait aucun problème non plus. Tout se passait parfaitement bien, jusqu'au jour où elle avait décidé de partir, prétextant un besoin de changer de vie, de recommencer ailleurs, avec son copain. Elle avait 23 ans. Tout à fait normal de vouloir quitter le cocon familial à cet âge là. L'ennui, c'est que depuis son départ de la maison, plus aucun appel, plus aucun message ni courrier. Rien. Comme si elle avait totalement disparue. Ce n'était pas faute d'avoir tenté plusieurs fois de la contacter. Sans succès. On connaissait seulement la ville où elle avait déménagé. Nouvelle Orléans. Voilà pourquoi Haylee était ici. Mais depuis son arrivée dans cette ville, elle n'avait trouvé aucune trace de sa sœur...

Elle afficha un petit sourire en coin, en contemplant son dessin. Elle lui manquait... Même si elle lui en voulait de ne jamais lui avoir donné de nouvelles. C'était tout de même sa sœur, la seule famille qu'il lui restait, si seulement elle pouvait la retrouver... Si seulement... Ses pensées furent coupées par une voix féminine près d'elle. Haylee releva la tête, surprise. Athalie ! Elle ne l'avait même pas entendu arriver. « Bonsoir Haylee! J'espère ne pas vous avoir trop fait attendre. Je peux m'asseoir? » La brunette répondit à son sourire.« Bonsoir ! Non non ça fait à peine cinq minutes que je suis là. » Faux. Ça devait plus un peu plus de 15 minutes. Mais elle était arrivé en avance et n'avait même pas vu le temps passé, avec son dessin.

Haylee se décala un peu pour laisser la rouquine s'installer sur le banc. « Votre appel m'a fait plaisir, je suis désolée d'être partie si précipitamment au café mais j'avais rendez vous avec... un ami » Un ami ? Athalie avait l'air légèrement gênée de le lui avouer. Elle se doutait bien qu'il s'agissait certainement d'un "rencard", aucun problème. « Non, c'est moi ! Je me suis absenté un peu trop longtemps. Je me sentais... pas très bien. » Pas très bien, c'était rien de le dire. Elle avait mal à se taper la tête contre le mur. La voix qui ne cessait de la harceler presque tous les jours s'était soudainement mise à hurler dans sa tête. Ce jour là, Haylee avait simplement envie de se jeter d'un immeuble. Et avec tout ça, elle avait bien dû passer plus de dix minutes dans les toilettes du café, laissant la pauvre rouquine seule à table, alors qu'elle l'avait si gentiment invité à prendre une pause avec elle.

C'était pour cette raison qu'elle avait souhaité la revoir ce soir. Une façon pour elle de se faire pardonner. Athalie semblait être une femme tout à fait charmante et adorable. La brunette la regarda dans les yeux et lui sourit. Oui, tout à fait charmante. Elle lui rappelait un peu sa sœur. C'était peut-être pour cette raison qu'elle avait aussi facilement chassé sa timidité pour rappeler la rouquine. « En tous cas c'est gentil à vous d'être venue. Je veux pas passer pour une pauvre malheureuse, mais depuis que je suis arrivée ici, j'ai pas fais énormément de rencontres... Alors ça me fait du bien de pouvoir enfin parler à quelqu'un, même si c'est pas mon genre, j'en avais besoin... » Pour ne pas dire quasiment aucune rencontre. Non, elle ne voulait absolument pas avoir la pitié d'Athalie, simplement lui faire comprendre que ce n'était pas vraiment son genre de se rapprocher de quelqu'un qu'elle ne connaissait pas plus que ça. Exception pour elle, visiblement. Haylee fouilla dans son sac, et sortit un paquet de bonbons. Gourmande ? Non ! Elle tendit le paquet à la rouquine. « Vous en voulez ? Ils piquent ceux-là ! » Lui dit-elle avec une voix enfantine.
(c) AMIANTE




Dernière édition par Haylee M. Pearce le Ven 31 Oct - 9:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart Jeu 16 Oct - 20:09

Athalie C. Viel a écrit:

Hayalie
Tes yeux sont trop grands, on voit ton cœur à travers quand tu ris.
La brunette était-elle vraiment en train de lui proposer un bonbon? Un "qui pique" qui plus est? Haylee s'était elle rendue compte de la moue plus qu'adorable qu'elle venait de faire? La rousse s'émerveilla devant le côté enfantin de la petite serveuse. Athalie accepta et piocha dans le paquet de bonbons qu'on lui tendait. « Au moins je sais maintenant que vous vous nourrissez. Ca me rassure quand même. » Puis elle roqua dans la sucrerie aux couleurs flashy. La rousse tira exactement la même tête qu'un bébé à qui on a donné une rondelle de citron. Salope d'acidité, quel spectacle hilarant.

Mais tiens étais-ce possible que les deux jeunes femmes arrivent à passer du bon teps sans que cette raclure de démon ne vienne les emmerder? Peut-être bien qu'il était parti posséder quelqu'un d'autre. La rousse savait qu'elle se fourrait le doigt dans l'oeil. Un démon ça bouge pas son cul comme ça d'autant plus qu'Athalie était loin d'être une médium redoutable et méga flippante. Elle l'avait prévu de pas se laisser faire, mais elle avait encore tant de choses à apprendre. Le temps serait-il avec elles? Jouerai t'il en leurs faveur? Haylee semblait si fragilisée, et fatiguée elle semblait pouvoir imploser d'un moment à un autre et se laisser enfoncer dans son mal. Salopard.

Et dieu qu'Haylee était belle ce soir. Son regard brillait de mille et une lueurs grâce au réverbère placé au dessus d'elle. Et la rousse se rendit compte que les nuits pouvaient également être douces et calmes à la Nouvelle Orléans. Chose qui l'étonna quelque peu. Une soirée calme, sans poltergeist, esprit frappeurs et esprits tout court. Athalie pouvait souffler un coup, presque rassurée. Même Kings n'était pas venu. peut être avait-il jugé que la rousse pouvait s'en sortir? Le malheureux, il surestimait bien la belle française. Elle regardait la brunette en souriant en finissant d'avaler le bonbon et étouffa un petit sourire débile et surtout bien nerveux. Que c'était agréable de passer un bon moment avec la belle brune. Sans migraine, choc ni flashs. Mais c'était trop beau, bien trop beau.

« Au fait, je ne me suis pas vraiment excusée pour l'autre jour. Je ne voulais pas vous mettre mal à l'aise en vous forçant les choses. Mais vous avez besoin d'aide ça ce sent et je sais pas pourquoi je le ressens. Je sens que quelque chose ne va pas, et vous sembliez avoir envie de parler de quelque chose d'urgent. On ne sait pas beaucoup de choses l'une de l'autre, la preuve vous ne connaissez que mon prénom mais je sais pas pourquoi je me sens obligée de vous dire que je suis là, et que je vais et que je veux vous aider. »

Okay sinon pour le tact et l'aspect non flippant, on repassera un autre jour, hein rouquine? Peut être qu'elle allait vite en besogne après tout et que la brunette pouvait réussir à s'en sortir sans elle, mais Athalie s'y refusait. Il fallait qu'elle l'aide et qu'elle soit bienveillante avec elle. Son instinct lui disait de le faire. Bon après oui qu'est-ce qu'elle en connait de l'instinct la française? Pas grand chose en y réfléchissant. Pourquoi en la compagnie de la serveuse, Athalie semblait se sentir plus légère? Plus souriante? Plus gauche aussi? Pourquoi son pouls s’accélérait et qu'elle tournait plus que sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler?

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart Lun 20 Oct - 22:43


Athalie & Haylee
Turn around, every now and then I get a little bit tired of listening to the sound of my tears... Turn around, every now and then I get a little bit terrified but then I see the look in your eyes.
Haylee n'était pas très gourmande, à l'origine. Mais elle avait pensé bon d'apporter un petit paquet à partager, au moins pour faire plaisir à la jeune femme. Enfin, en espérant bien sûr qu'elle appréciait les bonbons ! Et apparemment c'était le cas. La rouquine piocha dans le paquet. Son regard d'enfant fit sourire Haylee. Et sa grimace lorsqu'elle en mangea un, lui décrocha un petit rire. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas rit. Et bon Dieu ce que ça pouvait faire du bien. L'espace d'un instant, elle oubliait totalement ses problèmes, cette voix, son patron, son boulot, sa vie de merde. Elle était bien, là, assise sur un banc, en présence d'une adorable jeune femme. Elle ne regrettait absolument pas de l'avoir appelé pour lui proposer de se voir.

D'ailleurs, c'était plutôt étonnant que rien d'étrange ne se passe. Pas de voix, pas de visions, pas de gestes non contrôlés. Rien. La nuit était belle et calme. Trop calme ? Peut-être, mais Haylee voulait en profiter au maximum, avant que les choses ne tournent mal. On ne pouvait jamais savoir à l'avance ce qui allait arriver. Et tout pouvait arriver, même si la brunette priait chaque secondes pour qu' "il" ne revienne pas l'emmerder.

Elle adressa un sourire complice à la rouquine, ne sachant pas vraiment quoi dire. Pas facile de trouver un sujet de discussion, lorsqu'on a tendance à être de nature timide. « Au fait, je ne me suis pas vraiment excusée pour l'autre jour. Je ne voulais pas vous mettre mal à l'aise en vous forçant les choses. Mais vous avez besoin d'aide ça ce sent et je sais pas pourquoi je le ressens. Je sens que quelque chose ne va pas, et vous sembliez avoir envie de parler de quelque chose d'urgent. On ne sait pas beaucoup de choses l'une de l'autre, la preuve vous ne connaissez que mon prénom mais je sais pas pourquoi je me sens obligée de vous dire que je suis là, et que je vais et que je veux vous aider. » Finalement, Athalie venait de lancer le sujet qu'Haylee redoutait. En effet, elle l'avait appelé pour discuter. En effet, elle lui avait dit au téléphone, qu'elle souhaitait lui parler de quelque chose. En effet, elle avait besoin d'aide. Mais ça, elle ne voulait pas se l'admettre, ou du moins, elle ne voulait pas emmerder les gens avec ses problèmes, et encore moins avec CE problème. Qui n'était pas le moindre. Ce serait surement trop risqué de lui parler de tout ça. Et si jamais ça ne lui plaisait pas, à "lui". Et si jamais "il" réagissait mal, et blessait Athalie ? Le sourire de la brunette s’effaça lentement, reprenant un air plus sérieux, voire légèrement agacé. Pourquoi la rouquine disait qu'elle le ressentait ? Peut-être était-elle psy ?

« Laissez tomber... » Répondit-elle finalement, en baissant la tête pour regarder ses pieds. « C'est rien. Un petit truc qui me tracassait sur le moment. Mais ça va. » Menteuse. Peureuse. Lâcheuse. Ou peut-être un peu trop sur ses gardes. Non pas envers Athalie, mais plutôt envers "lui". Elle savait qu'elle pourrait certainement faire confiance en la rouquine. Mais elle ne voulait pas risquer de perdre la seule personne qui lui apportait de l'attention depuis bien longtemps. Haylee soupira bruyamment, de plus en plus agacée, puis elle regarda à nouveau la rouquine. « J'aurai pas dû vous dire ça au téléphone. Désolée si je vous ai inquiété ou quoi. Oubliez. » La brunette avait prit un ton peut-être un peu trop sévère sur le moment. Mais ce sujet avait le don de l'énerver. Parce qu'elle était incapable de contrôler tout ça, de se contrôler elle-même, parfois. La peur la gagnait chaque fois qu'un phénomène étrange se produisait. Et alors qu'elle savait pertinemment qu'elle ne pourrait certainement jamais s'en sortir seule, il fallait qu'elle rejette toute main tendue. Qu'elle repousse sans doute la seule personne qui aurait pu véritablement l'aider, sans craindre qu'elle se mette à fuir en découvrant la vérité. Vérité que même Haylee ignorait. Après tout, que savait-elle de tout ça ? Rien du tout. Elle se croyait malade, mais comment pouvait-elle l'assurer ? Parce qu'il n'y avait pas d'autre explication... Parce que les médecins n'avait rien trouvé. Parce qu'ils étaient sur le point de l'envoyer dans un asile, avant le meurtre de ses parents. « Ecoutez, je veux pas vous emmerder avec mes problèmes. Comme vous le dites, on se connait même pas... » La brunette fixa la jeune femme dans yeux, d'un regard humide et plein de détresse. Son cœur lui criait de tout lui avouer, mais elle ne pouvait pas, elle n'y arrivait pas.
(c) AMIANTE




Dernière édition par Haylee M. Pearce le Ven 31 Oct - 9:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart Mer 29 Oct - 21:13

Athalie C. Viel a écrit:

Hayalie
Tes yeux sont trop grands, on voit ton cœur à travers quand tu ris.
« Je m'appelle Athalie.» Oui bon ça d'accord on le savait déjà. La rousse comprenait totalement la brunette car la situation en plus d'être méga bizarre dans les deux camps était plus qu'incompréhensible pour toute personne normalement constituée. « Pas de mensonges, j'ai envie de vous connaître et j'ai envie de vous aider et si on veut que ça marche va falloir être sincère.» Les traits de la française s'adoucirent pour sourire à la petite serveuse. Athalie n'avait pas eu la vie dont toutes les gamines rêvent c'est sûr, mais elle s'était faite à l'idée depuis le temps. A la distribution de normalité, la rousse était sûrement partie pisser.

« Il est vrai que je connais plus de vous que vous de moi, alors je vais me présenter car à moi aussi on m'a dit qu'il ne fallait pas parler aux inconnus.» Non, ça c'est sûr. Les autres sont des pêcheurs Athalie, tu ne dois pas te lier avec eux ni les cotoyer. « J'ai trente et un an. J'espère que je ne les fais pas trop! Blague à part, je suis née à Paris. Mes parents étaient français et j'ai vécu là-bas longtemps. C'est un beau pays la france, mais je n'aime pas Paris. Vous y êtes allée? » Sans vraiment prendre le temps d'écouter la réponse d'Haylee, la française enchaîna sur son monologue. « J'ai vécu enfermé dans ma petite chambre sous les toits pendant toute ma vie chez mes parents. Ils étaient catholiques pratiquants, j'ai un peu été élevée dans la lumière du Seigneur et tout ça.. C'est ironique de dire ça pour quelqu'un qui a perdu toute foi en la vie non?» Cela faisait bien longtemps qu'Athalie avait arrêté de prier, et qu'elle évitait les exorcistes comme la peste. (Mais ça c'est une autre histoire bien longue également.)

« Mes parents ont perdu leurs premier enfant lorsqu'ils étaient plus jeune, je crois que c'est ce qui les as rendu complètement mégalo. Ma mère est décédée lorsque j'étais jeune. Je devais avoir une douzaine d'années j'ai perdu le fil je l'avoue. Et c'est là que j'ai plongé dans une dépression la tête la première. J'étais persuadée de voir l'esprit de ma mère, mon père m'a prise pour une folle et m'a envoyé tout droit à l'asile psychiatrique et j'y suis restée jusqu'à mes vingt-et-un ans pour démence et dépression aggravée avec tentative de suicides répétées.» Le climat commençait à devenir palpable, et un froid c'était installé. La nuit commençait à bien tomber et le vent à se réveiller. Athalie jouait avec ses bracelets en regardant le vide et elle passait ses doigts sur les épaisses cicatrices présentes sous les breloques. Athalie savait qu'Haylee ne partirait pas en plein milieu même si elle se trouvait avec une folle. Elle était trop polie pour ça. Ca c'était d'ailleurs vu au café lorsqu'elle accepta de prendre une pause pour discuter avec la rousse. « Une fois la majorité atteinte, j'ai fuis mon pays pour me réfugier en Angleterre. Entre temps mon père est décédé également. J'ai appris l'anglais sur le tas, j'me suis déniché un petit job dans une librairie et j'ai commencé à voir la vie sous son angle réel.»

La vie en vérité était belle. Le soleil était tellement plus beau sans être derrière le vitrage. La sensation de la pluie sur la peau pendant un orage l'été, les flocons et le craquement de la neige épaisse sous les pas. Le café, l'alcool, les bars. C'est là qu'Athalie avait réellement prit une claque. Car tout ce qu'elle avait toujours connu n'était que ce petit monde catholique étriqué. Ce qui n'avait en fait rien à voir avec le monde réel. « Je suis restée trois ans à Londres, et jusqu'à maintenant je n'avais pas arrêté de bouger. Je suis allée un peu partout poussée par ma curiosité et mon envie de me rendre utile. Je pense que toute personne est née pour servir à quelque chose et apporter sa pierre à l'édifice vous voyez? Et j'ai entendu quelques histoires sur la Nouvelle-Orléans qui méritaient d'être vérifiées. J'écris aussi vous savez? Et j'ai un amour fâcheux pour le café, l'alcool et les bonbons qui piquent.» Petite blagounette histoire de détendre un peu tout ça.

« Chose que je ne vous ai pas dites, c'est que je suis médium. En plus de savoir lire dans les cartes, je vois les esprits. Ca peut aller du gentil esprit, au farceur en passant par le méga flippant. Ils sont partout et ils ont besoin d'aide c'est pour ça d'ailleurs que les gens comme moi existent je pense. Parce que ça m'embêterait de vraiment être une erreur de la nature je l'ai trop cru déjà. Je sais que c'est peut-être fou, c'est toujours dur à entendre la première fois et surtout dans vôtre cas.» Le coeur d'Athalie s'était mit à battre la chamade, et le malaise à réellement s'installer. Elle cessa de fuir le regard de la brune, et prit ses responsabilités. Il était trop tard pour faire demi tour, elle avait déjà trop parlé. Et peut-être qu'elle avait également perdu toute chance de pouvoir aider la serveuse qui devait n'avoir envie que de fuir à toute hâte. « Vôtre père, s'appellait Daniel. Et vôtre mère vous ressemble énormément. Vous souffrez d'atroce migraines, de certaines absences et la voix, vous l'entendez aussi n'est-ce pas? Celle qui était là au café l'autre jour. C'est pour ça que vous êtes allée au toilettes. Je peux vous aider à y voir plus clair, et à ce que vous alliez mieux. Je ne suis pas un médecin, mais tout ça peut disparaître et vous pourrez retrouver une vie normale.. »

Athalie marqua une dernière pause. « J'avais dis que je parlerai en toute franchise et sans mensonges. Alors si vous ne fuyez pas lorsque j'aurais fini ma phrase et que vous acceptez mon aide, il va falloir faire de même Haylee. »

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart Jeu 30 Oct - 14:29


Athalie & Haylee
Turn around, every now and then I get a little bit tired of listening to the sound of my tears... Turn around, every now and then I get a little bit terrified but then I see the look in your eyes.
La rouquine s’était soudainement calmée. D’un air enfantin, elle était passée à celui d’une femme qui semblait vouloir annoncer une mauvaise nouvelle. Haylee souhaitait qu’elle ne l’ait pas vexée en refusant de parler de ce qui la tracassait vraiment. Mais ce n’était pas non plus son genre de s’ouvrir à une personne qu’elle connaissait à peine, même si Athalie semblait être une femme de confiance. Elle n’avait rien de malsain, au contraire. Son sourire était apaisant et rassurant. La brunette se sentait de plus en plus mal à l’aise, craignant que la jeune femme écourte finalement leur rendez-vous.

Finalement, Athalie n’en fit rien. Elle se lança même dans un monologue, se présentant en totale confiance à la jeune serveuse, sous son air plutôt intrigué et étonné. Haylee l’écouta d’une oreille attentive, buvant la moindre parole de la jeune femme. Elle n’osait pas l’avouer, mais la brunette se sentait tout de même rassurée d’entendre qu’elle n’était pas la seule à avoir vécu une période de merde. Bien qu’Athalie semblât avoir eu une enfance difficile, contrairement à Haylee, qui elle, avait vu sa vie basculer seulement à l’âge de 22 ans. La serveuse se sentit soudainement mal pour la rouquine, qui se mettait complètement à nu devant elle, alors qu’elle ne la connaissait à peine, voire pas du tout. Comment pouvait-elle, après ça, rester dans le silence et refuser l’aide de la jeune femme ? Sur le moment, elle se sentit importante aux yeux de la belle rouquine. Elle se sentit en totale confiance. Elle avait l’impression qu’elle se devait d’avoir un rôle dans la vie de la jeune femme. Un rôle qui rendrait au moins un infime rayon de soleil dans cette sombre histoire qu’avait vécue Athalie. Elle n’était pourtant pas très douée dans ce rôle-là. Ce n’était pas son genre de jouer les psys et sauver le monde. Haylee était plus le genre à se cacher dans un trou et ne plus en ressortir.

Cette fois-ci, il n’était pas question d’aider la rouquine, mais de se confier entièrement à elle. Et encore une fois, la brunette ne se sentait pas vraiment à son aise. Elle refusait de parler de cette histoire. La peur la gagnait chaque seconde un peu plus, alors qu’elle écoutait l’histoire de la rouquine avec beaucoup d’attention, lorsque celle-ci se mit à lui parler d’une chose en particulier, qui choqua la jeune serveuse. Médium ? Esprits ? Mais de quoi parlait-elle ? Est-ce que ces choses existaient réellement ?

« Vôtre père, s'appellait Daniel. Et vôtre mère vous ressemble énormément. Vous souffrez d'atroce migraines, de certaines absences et la voix, vous l'entendez aussi n'est-ce pas? Celle qui était là au café l'autre jour. C'est pour ça que vous êtes allée au toilettes. Je peux vous aider à y voir plus clair, et à ce que vous alliez mieux. Je ne suis pas un médecin, mais tout ça peut disparaître et vous pourrez retrouver une vie normale.. » Haylee resta bouche bée, c’était à la fois hallucinant et totalement effrayant. Comment Athalie pouvait savoir tout ça ? Cette histoire de médium était donc vrai ? Que pouvait-elle bien répondre à ça ?

Une envie folle de partir en courant lui vint à l’esprit, mais quelque chose l’avait figé sur place. La curiosité ? Le remords ? Il fallait qu’elle lui en parle, elle lui devait bien ça. Athalie venait de se confier à elle. Elle ne pouvait pas la laisser planter là, et s’enfuir comme un voleur.
Mais Haylee venait de perdre l’usage de la voix. Ce que venait de lui annoncer Athalie l’avait choquée. Lui disait-elle vraiment la vérité ou se foutait-elle de sa gueule ? Elle n’avait jamais cru en ces histoires de paranormal, de fantômes et compagnie. Elle ne croyait pas en Dieu non plus. Tout ça lui passait par-dessus la tête, et elle avait très bien vécu sans jusque-là. La brunette fronça les sourcils, sans lâcher une seconde Athalie des yeux.

« Comment vous… » Réussit à balbutier la jeune serveuse. Comment vous faites ? Comment vous savez tout ça ? Elle venait de lui dire, elle était médium. « Vous êtes en train de me dire qu’il y a un esprit… dans ma tête ? »
Fit-elle en pointant son crâne du doigt. Haylee laissa échapper un petit rire nerveux. D’accord, elle avait peur. Elle roula des yeux et marmonna quelques mots « C’est des conneries tout ça... » Sa jambe se mit à bouger nerveusement, alors qu’elle fixait ses pieds. La brunette ne savait pas quoi dire. Elle ne pouvait pas envoyer chier Athalie, ou même lui dire qu’elle lui mentait et qu’elle la prenait pour une abrutie complète. Après tout, la rouquine semblait lui dire la stricte vérité. Et puis, elle le lui avait bien prouvé. En quelques secondes, elle venait de lui donner le nom de son père, lui dire qu’elle ressemblait beaucoup à sa mère, et qu’elle aussi avait entendu la voix qui la hantait depuis quelques années. Haylee, nerveuse, cacha quelques secondes son visage entre ses mains, le temps de se calmer. Elle tremblait. L’envie de partir était toujours présente. Alors elle prit son courage à deux mains, serra discrètement son sac dans sa main, puis elle se leva d’un bond « Je suis désolée... » Pas même un regard adressé à la rouquine, Haylee marcha d’un pas pressé à l’opposé de celle-ci, avec l’intention de se cloîtrer chez elle. Et plus elle avançait, plus elle se sentait mal.

Elle n’était qu’à une dizaine de mètres du banc, mais une force intérieure la poussait à faire demi-tour. La brunette ralentit petit à petit le pas, s’arrêta quelques secondes, puis se décida finalement à revenir sur ses pas, pour venir se planter juste devant la jeune femme.
« Je sais pas si je dois vous croire. Je sais pas non plus comment vous avez fait pour savoir tout ça sur moi… Tout ce que je sais, c’est que vous êtes la seule qui m’ait dit que vous pourriez faire quelque chose pour moi... » Après tout, qu’avait-elle à perdre ? Au pire des cas, la rouquine se foutait vraiment de sa gueule, elle perdrait du temps à attendre des résultats qui ne viendront certainement jamais ? Haylee savait qu’elle n’avait rien à perdre, après tout, elle avait déjà tenté de mettre fin à ses jours, elle n’attendait plus grand-chose de la vie, c’était peut-être sa seule chance de s’en sortir vraiment ? Et pourquoi Athalie se moquerait-elle d’elle ? Visiblement, elle n’espérait pas grand chose de la vie non plus. Elles étaient plus ou moins dans le même cas. Son histoire l’avait touché, mine de rien.

Haylee prit son courage à deux mains, retourna s’asseoir à côté de la jeune femme, sans oser la regarder. Pour le moment, pas de voix, pas de vision étrange. Laissera-t-il la jeune serveuse raconter toute l’histoire à la rouquine sans qu’il ne s’en mêle et foute le bordel ? « Ok… Si vous êtes médium, comme vous le dites, vous devez connaître l’histoire. J’ai bien une voix qui me parle dans ma tête. Et parfois j’ai l’impression qu’”il” arrive à me contrôler, contrôler mes gestes. Je suis comme un pantin, “il” fait ce qu’il veut de moi. Parfois il me parle dans une langue que je connais pas, on dirait du latin ou je sais pas trop quoi… Il me menace sans cesse. Et je vois… des “choses”... que j’arrive pas à expliquer... » Haylee s’arrêta, sentant sa gorge se nouer, rien qu’à se rappeler les visions dont elle était victime presque tous les jours. C’était comme un cauchemar éveillé. « J’ai l’impression d’être folle. Les médecins me croyaient folle. J’allais finir dans un asile, puisqu’ils ne trouvaient pas de remède à ma soie disante maladie, mais quelques jours avant mon internement, mes parents ont été... » Elle marqua à nouveau une pause. C’était la première fois qu’elle arrivait à se confier à une personne. C’était la première fois qu’elle parlait de cette histoire à quelqu’un. « Je n'ai rien vu. J’étais dans la même pièce et je n'ai rien vu. C’était déjà trop tard quand… Alors je suis partie, je savais quoi faire alors j’ai fuis. J’avais peur. » La brunette releva soudainement le regard vers Athalie. « C’est moi qui les ai tué. J’en suis persuadée. C’est “lui”. J’ai tué mes parents à cause de lui. Je sais pas pourquoi il fait ça, je sais pas ce qu’il me veut... »
(c) AMIANTE




Dernière édition par Haylee M. Pearce le Ven 31 Oct - 9:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart Jeu 30 Oct - 16:32

Athalie C. Viel a écrit:

Hayalie
Tes yeux sont trop grands, on voit ton cœur à travers quand tu ris.
« Je pense que vous êtes possédée oui... Tout simplement parce que cet esprit essaye de me repousser en essayant de m'effrayer, comme l'épisode des voix que j'ai également entendues. C'est grâce à lui que j'ai pu apprendre un bout de vôtre histoire et ça il l'avait pas prévu. Certains médiums peuvent voir des moments passés en touchant certaines choses ou personnes... C'est comme ça que j'ai vu ce qui vous été arrivé...» Bonjour, je m'incruste dans ta tête. Athalie aurait volontiers continuer sa tirade si Haylee ne l'avait pas coupé en plein milieu et de surcroît pour dire que tout ça était des conneries. Oui bon d'accord c'est un peu gros à avaler mais quand même enfin bon c'est pas comme si la rousse avait fait de son mieux pour créer un climat de confiance et de vérité. Ce fut un premier coup et la rouquine se sentit légèrement offusquée par la réaction de la brunette.

Et tout tourna au drame. Tout ce qui était le pire possible d'arriver arriva. La brune se leva d'un coup sec et s'en alla à toute hâte. Le coeur d'Athalie aurait bien pu voler en éclat à cet instant, quand bien même son coeur rata un battement. Et si Haylee la rejetait comme ça, alors ils avaient raison? Toutes ces personnes avaient raison? Un frisson parcouru la peau blanchâtre de la française. Elle devait être un monstre après tout. Un monstre qui aurait mieux fait de rester enfermer. Lorsqu'Athalie vivait à l'asile, sa chambre presque VIP était la cellule capitonnée. Vous savez ce que c'est que d'être dans une chambre entièrement matelassée dans le noir complet? Où des bruits résonnent sans cesse, cognant contre vos pauvres tempes fatiguées. Lorsqu'on tente de se suicider à chaque fois qu'on en a la possibilité aussi, c'est sûr qu'on va pas vous laisse r sans camisole hein faut pas rêver c'est pas comme ça que ça marche les cirque de monstres.

« Mademoiselle Viel, pourquoi attentez vous à vôtre vie?» et vous pourquoi vous avez un esprit de gosse qui vous colle aux basques? Voilà pourquoi Athalie essayait de se foutre en l'air dès qu'elle le pouvait. Elle voyait des choses qu'elle n'était pas supposée voir. Parfois elle rentrait dans les souvenirs des gens ou des esprits. Elle était une intrus, une indésirable. Et puis son père l'avait rejeté et envoyé ici. Pourquoi se donner une chance de voir demain si la peine est perdue d'avance? « Vous n'imaginez pas à quel point c'est fatiguant de vivre dans un monde qui n'est pas le sien. Vous n'avez pas la moindre idée ce que c'est que de vivre comme une bête de foire, d'avoir du mal à s'entendre penser, d'être taboue et de vivre comme en cage. La lobotomie serait un sort plus agréable que de rester ici une seconde de plus.» Le docteur secoua sa tête comme désespéré. Deux hommes en blancs vinrent saisir la toute jeune femme frêle menottée à sa chaise et la ramenèrent sans un bruit dans l'obscurité.

Et Haylee était comme eux. Elle ne l'avait pas crue, et l'avais fuit. Elle qui promettait tant de belles choses pour Athalie. La serveuse était sa chance de se montrer capable d'accomplir quelque chose pour quelqu'un, la brunette était sa demoiselle en détresse et elle venait de lui couper sa natte sous le nez. Une larme roula sur la joue de la française et vint s'écraser sur sa main silencieusement. Elle était choquée, un peu trop peut-être car elle fixait toujours droit devant elle, une main sur le genou comme un réflexe de protestation. Puis le bruits des pas stoppèrent et la voix d'Haylee vint arrêter le silence douloureux qui s'était installé. La rousse ne dit rien, et elle la laissa revenir, en se contentant de frotter comme une tarée ses poignets. Athalie n'avait jamais guéri, on ne guéri pas d'une vie comme la sienne après tout. Les cicatrices se sont infectées et ne cessent jamais de faire mal. La française écouta patiemment à son tour le mini monologue de la brunette. Elle n'avait pas quitté les yeux du sol elle non plus. Les voilà toutes les deux gênées.

« Vous n'avez pas assassiné vos parents Haylee que ce soit clair. Ce n'est pas de votre main que les coups sont partis mais de vôtre possesseur. L'esprit qui vous as approché est puissant et ça je lui reconnais. Ils sont rares à pouvoir arriver à faire de la télépathie, et encore moins de tuer violemment. J'ai côtoyé un exorciste il y a quelques années, assez longtemps pour m'être faite une idée dessus et savoir ce qu'il en est. Des recherches vont êtres nécessaires, il va falloir que je me renseigne et que je me penche sur vous et l'esprit possible. Mais il peut partir Haylee. Je vous le garantie qu'il peut vous laisser et qu'il est possible de le renvoyer là d'où il vient. Vous retrouverez vôtre vie normale...» Et vous n'aurez plus besoin de moi, et vous pourrez me rejeter de nouveau. Un réel malaise s'était créer chez Athalie, la renvoyant tout droit dans ses souvenirs. Après tout il faut aussi se mettre à la place de la serveuse, le manque cruel de tact venant de la française s'était fait ressentir. « Vous savez Haylee, les personnes comme moi sont nombreuses. Bien plus que vous pouvez le penser et surtout en ces lieux. Je n'ai jamais vu autant d'esprits et ce n'est pas une coïncidence. On arrivera à trouver quelque chose .»

Athalie suivit son propre exemple et se calma. Elle était déterminée à sauver la jeune serveuse et lui permettre de ne pas finir sa vie en calvaire. La rousse saisit avec douceur les mains d'Haylee en les caressant doucement de ses pouces, rassurante. « Maintenant je suis là, vous n'avez plus à porter ça toute seule Haylee. Vous n'êtes pas folle au contraire vous êtes une des femmes les plus courageuses que j'ai pu rencontré jusqu'ici. Regardez moi, ça ira... Vous aurez la chance de faire des études et de faire ce qui vous plaît car vous êtes douée. Vous allez réussir à vous relever de tout ça, parce que vous êtes plus forte que la peur et je le sais, je l'ai senti dès que je vous ai vu et c'est pour ça que je suis là ce soir... Parce que ce n'est pas écrit que la jolie Haylee Pearce aura une vie de merde et qu'elle continuera de servir des cafés à des rouquines psychopathes adoratrices de muffins! Tout comme ce n'était pas écrit que je finisse ma vie en france dans ma noirceur vous voyez? La roue tourne toujours dès qu'il y a un peu d'espoir.»

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart Lun 3 Nov - 12:37


Athalie & Haylee
Turn around, every now and then I get a little bit tired of listening to the sound of my tears... Turn around, every now and then I get a little bit terrified but then I see the look in your eyes.

Elle était totalement dépassée par la situation. Certes, elle était persuadée depuis quelque temps qu’il se passait quelque chose d’étrange chez elle, mais au point qu’on lui dise qu’il s’agissait d’une possession ? Devait-elle vraiment croire à tout ça ? Les seules fois où la jeune serveuse avait mis les pieds dans une église, étaient pour des mariages, ou des enterrements. Jusqu’à maintenant, elle pensait que ces histoires de fantômes n’existaient que dans les films. Comment aurait-elle pu savoir que tout ceci était bel et bien réel ? Comment aurait-elle pu savoir que cela lui arriverait un jour ?

Athalie avait l’air plus que sérieuse. Elle semblait savoir de quoi elle parlait, ce qui ne rassurait pas vraiment Haylee. La brunette aurait voulu se réveiller maintenant, se rendre compte qu’il ne s’agissait que d’un mauvais rêve, et qu’elle reprendrait sa vie, comme une personne tout à fait normale. Mais non.
La jeune femme tentait de la calmer, mais Haylee avait beaucoup de mal à croire qu’elle n’y était pour rien dans la mort de ses parents. Elle était forcément fautive. Elle l’avait laissé agir, sans rien faire. Il avait contrôlé certainement chacun de ses gestes, sans qu’elle ne se débatte. Elle avait été beaucoup trop faible, face à lui. Mais elle aurait dû faire quelque chose. Ses parents seraient peut-être encore en vie aujourd’hui. Et elle ne serait surement pas ici. La jeune serveuse se retint de craquer, en écoutant Athalie lui parler. Elle avait un ton appaisant et un regard rassurant, mais il fallait bien avouer que la brunette avait la trouille. Toute personne censée aurait réagit de quelle façon ? Mais peut-on être censé dans une situation pareille ?

Petit à petit, Haylee se rendait compte de ce qui lui arrivait réellement. Elle comprenait que tout ça n’allait pas être une partie de plaisir. Mais la rouquine semblait être prête à l’aider jusqu’au bout. Le contact de sa peau sur ses mains la fit enfin réagir. Inconsciemment, elle serra les doigts de la jeune femme, comme pour tenter de se rassurer. Tout en se pinçant les lèvres, elle fixa Athalie droit dans les yeux. Elle se souvint de ce qui s’était passé au café. Elle se souvint que la rencontre avec la jeune femme n’avait pas vraiment plus à la voix. Et elle venait de comprendre pourquoi. Athalie était médium. Elle l’avait senti, elle l’avait démasqué et venait de tout avouer à la brunette. “Il” ne pouvait plus se cacher désormais. Et toute cette histoire risquait de tourner au drame, une nouvelle fois. Haylee prit une grande inspiration, ravalant ses larmes, puis elle souffla doucement. Son coeur battait de plus en plus vite. La peur certainement. Et si elle acceptait l’aide de la rouquine ? Qu’allait-il lui faire ? Et si elle refusait ? Allait-elle mourir de toute façon ?

« Je ne peux pas accepter votre aide, si vous risquez votre vie en voulant sauver la mienne. Je ne veux pas qu’il vous arrive quoi que ce soit. J’ai vu de quoi il était capable, et je pourrais pas supporter qu’il recommence avec vous. » Elle savait qu’elle ne pourrait certainement jamais s’en sortir seule, mais elle ne voulait pas risquer la vie d’autres personnes pour espérer pouvoir survivre un peu plus longtemps. Rien n’assurait qu’elle allait s’en sortir. Accepter l’aide de quelqu’un allait certainement l’agacer, lui. « Alors, promettez-moi d’abord, qu’il ne pourra rien vous faire. Et ne me mentez pas. » Haylee regarda la rouquine droit dans les yeux. Ses mains serraient toujours celles de la jeune femme.

Bien sûr qu’elle souhaitait plus que tout l’aide d’Athalie. Elle savait qu’elle pouvait lui faire confiance. « Je ne veux pas vous faire de mal, même si ça ne vient pas de moi. » Haylee serra les dents, sans quitter une seule seconde le regard de la jeune femme. Elle ne s’en rendait pas compte, mais ses yeux noircissaient petit à petit. Elle ne sentait qu’une atroce migraine, mais ne se laissait pas déconcentrer...
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart Jeu 13 Nov - 16:51

Athalie C. Viel a écrit:

Hayalie
Tes yeux sont trop grands, on voit ton cœur à travers quand tu ris.
« Tu ne l’auras pas, étrangère. Elle est à moi. » La voix siffle, sévère. Une silhouette sans forme bien distinctes se forme à l’horizon. Elle est noire, morbide et pesante. Le temps semble presque arrêté, tout est si étrange. L’ombre ne se rapproche pas mais reste présente, debout en plein milieu de l’allée du parc assombrit.

Un quart de seconde plus tard, il avait disparu et les yeux de la brunettes semblaient s’obscurcir. Athalie ne paniqua pas. Elle se contenta de poser son regard dans celui de la brune et de prier très fort. Il paraît que les exorcistes athées sont rares, en effet Athalie n’en avait jamais rencontré à sa souvenance. Pourquoi ne pas essayer de commencer comme ça ? Son cœur battait la chamade, sa peau était tendue par les frissons provoqués à répétitions. Elle pouvait y croire, que non, ce fichu esprit ne viendrait pas encore plus faire chier cette soirée qui devait être agréable au début de la chose. C’est un peu comme montrer sa dominance, ne pas détourner le regard le premier. Il ne fallait tout juste pas qu’elle flanche cette fois-ci pour elle aussi se mettre à effrayer l’esprit. Après tout taré comme il était s’il voyait Athalie comme une réelle rivale, il n’allait surement pas tarder à lui mettre vraiment des bâtons dans les roues l’enfoiré.

« Fiou...» Lorsque la rousse eut rouvert les yeux, ceux de la brunette s’étaient radoucis et avait retrouvé leurs petite lueur. Athalie sourit, pas peu fière de ce qu’elle venait d’accomplir. Moi aussi j’fous les jetons connard. La rousse se releva prit la main d’Haylee et la tira hors du parc. Il fallait du mouvement car la salope de tension restait là malgré tout. Elles marchaient sans vraiment savoir où aller. Tout fut silencieux jusqu’à ce que les deux femmes passent devant une vieille église. « Vous savez, j’ai entendu parler d’un cas de possession en Allemagne un peu spécial. La possédée dans ses moments lucides trouvait la force d’aller à l’église pour prier. Vous vous rendez compte ? Tout ça reste très catholique comme milieu quand même, c’est trop malsain pour moi mais quand même, cette fille, possédait une détermination et une rage de vivre folle… Pour vous expliquer rapidement, les esprits possesseurs sont généralement des saloperies. Des démons, des créatures dont vous ne pouvez imaginer l’existence. Et elles ont une répugnance, la foi.»

Un mince sourire vint étirer les lèvres d’Athalie. Tout est une histoire de croyance au final. Si la rousse avait eu une bouteille, elle aurait sûrement bu un coup. Une envie foudroyante de whisky la transperça et le manque d’alcool commençait à se faire ressentir. « Je vous paye un verre ? Où vous voulez j’vous suit promis.»

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart

Revenir en haut Aller en bas

ATHALIE & HAYLEE ─ But Now I'm Only Falling Apart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tiffany Haylee Lomberghio ♥Exige beaucoup de toi-même et attends peu des autres.
» La mythologie de Falling Angels
» MUSE
» 02. Catch me, I’m falling.
» Falling in love again [Siloe]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Mirrors :: Rp's en attente-