AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
RETROUVEZ NOUS SUR:
http://houseofhell.forumactif.com/

Partagez|

Back to Black Ψ Sophya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Calixte J. Montgomery
In Tenebris Lux
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 27 ans
Messages : 554
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
30/200  (30/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Back to Black Ψ Sophya Dim 9 Nov - 18:37


Dies Irae, jour de colère qui se confond dans les sillons de mes larmes amères, la vie est un jeu dont je n'ai su en saisir les règles. Un moment, une voie, un choix, tout est là devant moi et j'avance sans savoir quoi. Une fois encore j'aurais fait les mauvais choix, arpentant telle une aveugle ce dédale sinueux qui innocemment s'offrait à moi. À chacun de mes pas la lumière décroit et je sens ton ombre peser sur moi, tu es là, encore, toujours, comme autrefois. Ton œil fixement posé sur moi jamais ne s'en va, tu me suis, à l’affût de mon prochain coup d'éclat. Arrivée de nulle part me revoilà dans le noir, encore une fois, la lumière fut happée par ce linceul de ténèbres. Où t'en vas-tu douce clarté que je pensais si longtemps mon alliée? Où fuis-tu, pauvre rêve mensonger? Lassés, épuisés, mes yeux désabusés n'osent plus contempler les voiles de la vérité. Et je la sens, oui je la sens cette froideur des morts qui doucement tente de s'immiscer en moi. Je la reconnais cette peur qui porte haut en mon cœur leurs suppliques...

Oh, toute cette peine, ce désespoir, tout ce noir qui était à présent autour de moi. Et ces voix... Ces voix... Incessante, inlassable voix qui jamais ne me laissaient en paix. Pourquoi? Oh mais qu'avais-je fait? Mon Dieu qu'avais-je fait?

"Tu le sais très bien non? Tu le sais enfant de malheur, oh oui tu le sais. Tu les as tous condamné! Oui Condamné!!! Tu les as tous sacrifié et maintenant les voilà qu'ils t'appellent. Tu leur as offert la mort dans tes mensonges!"

"Je t'en prie, tais-toi... Tais-toi!!!!!"

Je me recroquevillais un peu plus sur moi-même, allant jusqu'à coller mon dos au mur le plus proche, puis. Assise par terre, j'enserrais mes jambes afin de m'emparer de la seule chose qui me paraissait tangible ici, déformant ainsi un peu plus la forme de ma chemise de nuit en coton blanc, me basculant doucement d'avant en arrière, comme pour mieux me bercer à travers cet océan de noirceur. Tout ici me semblait irréel, ma vie, ce qui s'était passé ce soir là. Tout avait changé, tout avait basculé. Il n'y avait plus aucun espoir auquel je pouvais me raccrocher. J'étais à l'image de cette maison à présent délabrée où la poussière et les esprits avaient pris possession des lieux. Elle qui était d'ordinaire si lumineuse, si pleine de vie et chaleureuse, elle n'était à présent que le reflet du néant. Ici et là l'on trouvait des rideaux à moitié arrachés, des bris de verre jonchaient le sol, certaines vitres avaient éclatés, alors que tous les miroirs étaient brisés, les volets quant à eux étaient tirés me plongeant ainsi encore un peu plus dans l'obscurité.

Le bois de l'encadrement de la porte du salon se dérobait tandis que des griffures recouvrait celle de l'entrée. Devant mes yeux se reproduisait la fameuse scène, celle où je tirais sur tout le monde, celle où j'avais mis à terre Sophya, celle où j'avais fait taire Chase... Elles étaient là ces images, encore et toujours là, à défiler en boucle. Parfois je le voyais, Chase, il était perdu je ne sais où, puis l'instant d'après, il disparaissait comme il était arrivé. Ils m'ont raconté tout le mal que j'avais fait. Pourquoi n'avais-je pas réagis? Pourquoi n'avais-je rien fait? Peut-être avaient-ils raison après tout et qu'au fond, c'était ce que je voulais? Peut-être étais-je fondamentalement mauvaise? Tout simplement... Mais alors, pourquoi toute cette douleur?

"Tu l'as fait! Arrête de te trouver des excuses! Tu l'as fait parce que tu le voulais, alors accepte le! Ce serait tellement plus simple."

"Il y en a un qui ne t'en veux pas tu sais? Il y en a un qui t'accepterait telle que tu es... Tu es sûre de ne pas vouloir le rencontrer? Plus personne ne t'accuserait, tu aurais enfin la paix si tu nous suivait. Tu le sais ça n'est-ce pas? Ils sont tous si égoïste ici, pas un seul ne pense à toi..."

"Meurtrière! Tu n'es qu'une meurtrière!"

Je menais mes mains tremblantes jusqu'à mes oreilles, comme si je pensais sincèrement que cela les ferait taire, dans tout ce raffut, je n'avais pas vu que j'avais eu de la visite, c'est alors qu'il me semblais apercevoir sa silhouette. Les larmes déferlant à nouveau le long de mes joues, j'étais davantage prostrée dans cette sorte de folie qui semblait me caractériser à présent, balançant ma tête ici et là, je fermais les yeux aussi fort que je le pouvais et répétais en une désolante litanie:

"Arrête. S'il te plait arrête. Pas encore elle... Pas encore eux. Je sais mais... S'il te plait, arrête. Arrêtez tous. Je veux juste, dormir... Fatiguée... je suis si fatiguée... Je voudrais.. tout arranger."

J'ouvris un œil avant de la voir, horrifiée, je me mis à reculer, lançant aux pieds de l'esprit avec les quelques forces qui me restaient les vestiges d'un vase en cristal, m'ouvrant par la même occasion la main dans ma fuite:

"Disparaît!!! Retourne d'où tu viens! Laissez-moi! Pourquoi... Pourquoi ne me laissez-vous tout simplement pas? Tuez-moi ou disparaissez, mais agissez..."


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sophya A. Turner
Fade & Glory
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 26 ans
Messages : 3199
Localisation : Vieux Quartier
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
130/200  (130/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya Dim 23 Nov - 0:13

Les jours s'étaient succédé depuis que Chase était de retour, que la Nouvelle Orléans était devenue une terre de parias et que la colère du peuple ne cessait de gronder. Ajoutons à cela que la ville était une véritable cocotte minute et que chaque agent perdait sans cesse du terrain sur la guerre que Belaam menait aux être vivants et vous aviez une ville prise d'assaut... et une médium passablement fatiguée. Son travail l'éreintait, sa vie n'était pas au beau fixe, sa jambe peinait à se remettre au vu de ses frasques récentes, et la jeune femme n'avait même pas pris la peine de remettre en ordre les choses qu'elle avait bouleversée quelques mois auparavant. Parce que si Sophya ne l'avouait pas à haute voix, elle était entièrement responsable du bordel mis en route lors de la réunion des Médiums et du lancement de l'Association. Si elle n'avait pas ramené Calixte tout cela aurait été épargné et Belaam n'aurait peut-être pas autant d'avancée dans cette guerre qui lui semblait perdue d'avance. Sans cesse la jeune femme regardait derrière son épaule, se demandait comment les choses avaient pu en arriver là. La réponse était simple. Parce qu'elle avait merdé. Et les dommages étaient désormais irréversibles. Cependant, cela faisait des mois que Sophya n'avait pas entendu parler de Calixte et la médium semblait songer en cet instant qu'il était temps pour elles d'avoir une petite conversation à coeur ouvert. Quelque chose de pacifique, loin d'esprits pourris. Raison de plus pour emporter un peu de cet encens qu'elle avait acheté à la soirée d'Halloween. S'extirpant de son sofa, la brune en profita pour nourrir son poisson rouge – pauvre animal qu'elle négligeait décidément beaucoup trop avant d'attraper sa veste et de descendre prendre le tram, direction Warehouse.

Elle pénétra dans l'appartement de son amie, pleinement surprise de trouver la porte entrouverte. La jeune femme souffla avant de jeter un regard circulaire sur la pièce. Une certaine pagaille régnait et Calixte ne ressemblait en rien à ce qu'elle avait été autrefois. Étonnamment, la médium pouvait retrouver des situations similaires lors de sa formation au sein de l'Association.

« Arrête ton délire Calixte. C'est vraiment moi. »

La brune alluma un bâtonnet, avant de l'agiter dans les airs.

« Tu vois... Si ce n'était pas moi, je ne serais pas capable de faire ça. Parce que je disparaîtrais dans la seconde. »

Les orbes vertes se glissèrent sur leurs semblables bordées de larmes, tandis que le visage de Sophya affichait une sévérité non feinte. La brune s'empressa d'aller déposer son encens sur la cheminée du salon. L'instant de répit qui permit à la jeune femme de se reprendre et de détendre la tension qui agitait tous ses sens. Après un soupir résigné, la jeune femme se retourna et s'avança vers Calixte, le visage dur, le regard glacial.

« Tu peux me dire ce que tu fais au sol ? Tu n'as toujours rien compris pas vrai ? C'est en te tenant debout et en te battant de toutes tes forces qu'ils te ficheront la paix. Pas en agissant comme une gamine qui a peur du noir et qui a besoin de sa petite lumière pour se défendre de l'obscurité. Je pensais que tu valais mieux que ça. »

La détective sortit un nouvel encens qu'elle incendia dans la seconde avant de le déposer près de l'entrée. Au moins, ils ne pourraient pas venir les emmerder dans cette pièce-ci... Même si faire le tour de la maison lui semblait une bonne idée au vu de ce qu'elle avait entendu de la part de son amie. Ses yeux balayèrent à nouveau la salle avant que son regard ne tombe sur le sourire goguenard d'un esprit juste derrière la fenêtre close. Et que ce petit con lui adresse un doigt d'honneur en prime. Franchement, qu'est-ce qu'elle avait fait au bon dieu pour mériter une telle chose ? Même encore maintenant elle se le demandait. Sans plus d'attention que ne le méritait l'esprit, Sophya s'avança de quelques pas dans la salle, caressant les meubles du doigt.

« C'est donc ici que tu te terrais tout ce temps. Tu aurais pu prendre un peu plus de précautions et te protéger beaucoup mieux que ça. »



Oh, our flag is tattered And our bones are shattered But it doesn't matter Cause we're movin' forward Oh, my eyes are seein' red Double vision from the blood we've shed The only way I'm leavin' is dead That's the state of my head -Shinedown
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reversa-rpg.com/
avatar
Calixte J. Montgomery
In Tenebris Lux
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 27 ans
Messages : 554
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
30/200  (30/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya Dim 30 Nov - 11:31


C'est un visage désemparé que je tournais auprès de Sophya, ne saisissant qu'à moitié l'importance de ce qu'elle pouvait bien me dire. Alors c'était bien elle? Et après? Qu'est-ce que cela allait changer dans le fond? En réalité, je m'en fichais de ce qu'elle pouvait raconter. Pourquoi était-elle là? Pourquoi venir seulement maintenant? Peut-être voulait-elle les aider à finir ce qu'ils avaient commencé? Peut-être que seule la vengeance l'avait guidé jusqu'ici? Si tel était le cas alors elle était en veine, je ne lutterais même pas. Alors que l'ex juriste s'avançait en ma direction, je me reculais, me traînant toujours par terre, tel un parasite qui aurait peur d'être découvert et d'être extirpé de son repère, brandissant approximativement mon bras dans le vide environnent:

"Ne m'approche pas! Reste où tu es !"

Je ne voulais pas être aidé, je ne le pouvais plus. Il n'y avait plus rien ici qui me rattachait à la vie. Du tendre soupir bordé d'illusion à ce fallacieux espoir qui faisait vibrer le cœur des hommes, j'avais renoncé à tout ce qui faisait de moi cette femme débordante d'énergie que j'étais. Une ombre, voilà celle que j'étais devenue à présent. Une ombre que l'on avait oublié et que les ténèbres étaient en train de s'arracher. Pauvre inconsciente qu'elle était, si Sophya pensait véritablement pouvoir faire face à tout ça. J'avais goûté à leur puissance, j'avais vu de quoi ils étaient capables, j'avais plongé en plein cœur de la noirceur pour en revenir dépouillé de toute espérance car il n'y avait rien de ce genre là-bas. Seul subsistait la haine et la souffrance. Et cette froideur, oh oui cette froideur qui engourdissait tant mon âme que mon corps. Elle était toujours là elle aussi, marquant à jamais pour eux la chair de leurs esclaves, nous remémorant qu'il n'y aurait plus aucune lumière ni chaleur pour réconforter nos cœurs et que seule l'obscurité recueillerait nos pleurs. Alors je la lassais parler, oui qu'elle parle si cela pouvait la réconforter car moi, je savais que rien ne changerait. Durant des jours et des jours je fus leur prisonnière, incapable d'agir, incapable de parler, incapable d'imposer ma propre volonté à ce corps qui devait être mon unique propriété. Dieu seul sait comme j'avais pu crier pour les arrêter, mais ma voix n'était pas assez forte. Dieu seul sait le nombre de prière que j'avais pu réciter pour m'extirper de ce cauchemars mortifiant, mais ma foi n'était pas assez forte. Dieu seul sait avec quelle rage j'avais tenté de lutter, mais ma volonté aussi n'était pas assez forte. Oui, il n'y avait que l'Éternel qui connaissait tout cela, il n'y avait que Lui à ce moment-là qui observait le poids de mes regrets et la faiblesse de mon cœur accabler mon âme et me ravir de ses terres corrompues.

Dire qu'avant, je ne croyais en rien. Je pensais bêtement que comme dans chaque histoire, notre vie était composée d'un début et d'une fin, qu'entre ces deux grands actes nous étions les seuls et uniques acteurs à pouvoir compter et que lorsque le rideau viendrait un jour à se baisser, nous retournerions simplement à la terre, reposant en un infini sommeil. Fini le tumulte des vivants et les peines qui nous accablaient. Adieux aux joies et autres plaisirs de la vie. Je pensais sincèrement que plus rien ne pouvait nous atteindre. Comme j'avais tort. Je me recroquevillais encore un peu plus sur moi-même, respirant calmement, les yeux légèrement rétrécis par les anciennes larmes qui avaient dévasté mes traits quelques minutes auparavant, puis, d'un air totalement détaché et anesthésié, je me mis à interroger celle qui fut un jour mon amie:

"Et toi... Dis-moi ce que tu sais de la mort et des gens comme moi. Tu crois peut-être qu'on est tous comme toi? Que nous avons tous eu la chance d'être préparé à ça comme tu l'as été? Je pensais que ce n'était que des contes pour effrayer les enfants, au mieux des histoires pour amuser les adultes. Et ça, tu le savais. Tu savais que je n'y connaissais rien, mais tu m'y as tout de même emmené sans rien dire, moi, ton amie. Amie qui ne croyait ni en Dieu ni en la mort, seulement en la vie et en ce qu'elle pouvait offrir. Tu sais ce que ça fait qu'être prisonnier de son propre corps? Tu sais ce que ça fait de se voir commettre des atrocités sans rien pouvoir empêcher? Tu sais ce que ça fait d'avoir toutes ces voix qui hurlent sans cesse dans ta tête et qui te répètent inlassablement les mêmes choses? Elles savent tout de nous, elles ne dorment jamais. Tu sais, elles sont toujours là. Tu ne les entends pas mais, elles sont là avec moi, maintenant et à jamais."

Je déposais ma tête contre mon bras, comme pour m'en servir d'oreiller, me berçant doucement de gauche à droite, fixant la fenêtre qui était à l'autre bout de la pièce et qui me faisait face.

"Tu ne te reposes jamais avec eux, ils sont tout le temps éveillés, ils te suivent partout, te parlent tout le temps. Certains sont si méchant, ils pourrissent la moindre de tes pensées, ils prennent même ta voix pour te parler, tu ne sais même plus qui est qui. D'autres sont tellement convainquant qu'ils en deviennent cette conscience silencieuse qui subitement revient à la vie. Et malgré tout ça, je ne comprends toujours rien. Je ne comprends toujours pas ce qu'on me veut. Tu peux me dire toi comment on en est arrivé là? Et si tout n'était qu'une illusion? Peut-être qu'au fond, rien n'existe véritablement et que je suis dans une histoire?"

Je me redressais, détaillant toujours étrangement la fenêtre:

"C'est ça en fait, je suis dans cette histoire parce que je suis juste folle. Rien est vrai, tout est dans ma tête, alors ils ne sont rien d'autre qu'un reflet de moi-même"

Enfouissant de nouveau mon visage entre mes bras:

"Je suis si fatiguée, laissez-moi dormir"


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sophya A. Turner
Fade & Glory
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 26 ans
Messages : 3199
Localisation : Vieux Quartier
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
130/200  (130/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya Mar 9 Déc - 12:29

Son regard vert s'était glissé sur son amie, froid et impitoyable. Compter sur Sophya pour avoir pitié des autres était espérer un miracle qui ne pourrait jamais avoir lieu. Non la jeune femme était tout sauf tendresse et compassion. La découverte d'un don pouvait souvent se révéler pénible et difficile, elle était la mieux placée pour le savoir, mais cela ne donnait le droit à personne de baisser les bras. La fierté devait l'emporter sur tout le reste, quoiqu'il arrive. Laisser tomber, c'était pour les faibles, pour ceux qui ne méritaient pas de se distinguer de la masse. Leurs dons étaient de véritables malédictions, mais ils leurs donnaient des accès à un autre monde. Et quiconque pouvait pousser la curiosité plus loin découvrait des contrées fort intéressantes. Même si l'accès au Paradis était largement difficile, les Enfers eux-mêmes donnaient un vaste aperçu de ce qu'attendaient leurs propres âmes. Corrompues dès la naissance, forcées de voir et vivre des choses inimaginables... Il n'existait aucune rédemption pour ces êtres dotés de facultés aussi sombres que magiques. Alors autant embrasser celles-ci sans se poser d'autres questions pas vrai ? Le visage de la médium se ferma davantage lorsque son amie lui exposa ses méfaits. Elle touchait un point sensible, Calixte. Peut-être un peu trop pour permettre à la neo-nolanaise de garder pleinement son calme.

« Ne parle pas de ce que tu ne connais pas. Tu n'as vécu ça que depuis quelques mois. Ça fait vingt ans et des poussières que cela m'arrive. Sans cesse. Alors arrête de geindre et lève-toi, tu ne ressembles strictement à rien. »

La dureté de ses mots égalait celle de son visage. Sophya se dirigea vers les rideaux en boitillant, ouvrant brusquement ceux qui étaient encore fermés, totalement insensible aux plaintes de Calixte. Son âme était agitée, elle le sentait, cependant inutile de tenter de fuir cela. La brune poussa un léger soupir avant de se retourner.

« Si tu veux qu'elles partent, il te suffit de les combattre. Il te suffit d'apprendre à gérer ce don, le développer et l'apprivoiser. Sans cela, tu resteras dans cet état-là toute ta vie. Si tu ne te tires pas une balle avant. »

La détective pivota totalement avant de souffler.

« Tu les entendras toujours te souffler ces choses à l'oreille. Ils tenteront toujours de te manipuler, de te faire devenir quelque chose que tu n'es pas. Le problème avec toi, c'est qu'ils y parviendront, spécialement si tu les laisses faire. Je ne pouvais pas deviner ton don. Je ne le pensais même pas existant. Tu es un réceptacle Calixte. Et en l'état des choses, tu es une bombe qui menace d'exploser à tout instant. »

Son corps s'appuya contre l'appui de fenêtre, juste devant l'esprit qui continuait à faire des grimaces dans son dos, faisant mine d'essayer de l'étrangler. La brune offrit un coup contre la vitre en réponse aux cris qu'il commençait à produire. Ridicule petite chose. Esprit malade.

« Tu n'es pas folle. Tu as juste un esprit fermé et trop cartésien. Accepte les choses telles qu'elles sont et tu te sentiras déjà mieux. Il ne sert à rien de combattre l'évidence même. »

C'était un conseil avisé lorsque l'on parlait d'esprits et de paranormal. Mais était-ce une si bonne idée alors que la brune paraissait si instable ?

« Je les entends. Jour et nuit. C'est ma capacité, mon... don. Établir des contacts télépathiques avec les esprits. C'est à double tranchant. Ils savent tout de moi, mais je sais tout d'eux. Je dois sans cesse vivre avec le poids de leurs erreurs, avec le poids de leur déviance. Pourtant, ils ne peuvent rien contre moi. Parce que j'ai appris à les repousser autant que possible. Tu peux apprendre également. »

Son regard se posa à nouveau sur elle, plus doux.

« Pour ça, il faut te lever. Personne ne m'a donné le manuel du parfait médium avant que l'on ne me tende la main. Je n'étais pas préparée. Pas à ça. Je ne m'attendais pas un jour à être plongée au coeur d'une guerre pour notre survie Calixte. Personne ne l'est. La seule question à se poser est la suivante : est-ce que tu vas te lever et te battre, ou est-ce que tu vas les laisser gagner ? »



Oh, our flag is tattered And our bones are shattered But it doesn't matter Cause we're movin' forward Oh, my eyes are seein' red Double vision from the blood we've shed The only way I'm leavin' is dead That's the state of my head -Shinedown
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reversa-rpg.com/
avatar
Calixte J. Montgomery
In Tenebris Lux
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 27 ans
Messages : 554
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
30/200  (30/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya Dim 25 Jan - 17:12


Sophya ne comprenait pas… Elle n'écoutait pas non plus ce que je lui disais… Bien trop bornée à s'axer sur sa propre expérience pour accepter l'évidence qui lui crevait pourtant les yeux. Elle était si sûre d'elle, si suffisante. Si seulement elle admettait qu'il n'y avait jamais une seule et unique vérité en ce monde, peut-être alors comprendrait elle que ce qui était arrivé était loin d'être anodin. Je vivais depuis des mois avec le poids de mes péchés, sombrant à chaque instant un peu plus en cet océan fait de mes plus amers remords, renforcé par mes plus profondes angoisses. Happée dans le sillon de cette mer de larme que j'avais moi-même créé, je ne parvenais plus à atteindre la rive salvatrice qui m'appelait de sa voix à présent si morne. Plus la brune parlait et plus un étrange sentiment tentait de se frayer un passage à travers ma carcasse complètement apathique. J'étais devenue incapable de ressentir la moindre sensation, n'arrivant même plus à décrypter les sentiments qui s’entre-déchiraient en moi. Néanmoins, c'était la première fois depuis des semaines que je ressentais quelque chose de si vif. Tel un poignard meurtrissant mon cœur, je ressentais cette chose raviver l'étincelle de vie en mon âme. C'était étrange, douloureux, ardent mais aussi incroyablement destructeur. De la colère? Peut-être bien oui.

"Pour qui elle se prend celle-là… Comme si elle pouvait véritablement savoir ce que j'ai traversé. Comme si qu'il suffisait de vouloir pour avoir…"

Je détaillais avec minutie Sophya, l'écoutant avec le plus grand soin. Un réceptacle? Alors voilà celle que j'étais? Mais à quoi tout cela pouvait-il bien rimer? À quoi pouvait bien servir un réceptacle hormis semer la mort et la désolation? L'ex-juriste le reconnaissait elle-même, j'étais un véritable danger pour les autres, alors pourquoi ne pas me faire tout simplement disparaître? Une ultime expiration, un dernier vœu, une point final qui mettrait définitivement un terme à toute cette histoire.

"Elle ment, je suis sûre qu'elle savait ce qui allait se passer. Elle m'a traîné là-bas parce qu'elle savait que j'étais une médium. En réalité, tout est de sa faute… Et en plus de tout ça, elle essaye de me manipuler, de me faire croire que c'est moi qui suis mauvaise. Quelle garce."

Voilà que cette sensation étreignait de nouveau mon âme, s'infiltrant en la moindre de mes fibres, rattachant à jamais sa volonté à la mienne. Plus elle tentait de faire surface, plus je parvenais à l'identifier. Relevant le visage et observant à nouveau par la fenêtre, je me vis. J'étais là, à me sourire avec bienveillance, entourée d'une doucereuse lumière. Intriguée, je me levais, avançant lentement d'une cadence saccadée jusqu'à l'encadrement au bois mutilé, tendant la main droit devant, comme pour m'emparer de cette partie de moi qui me faisait face et qui s'était fourvoyée. Je souriais en l'effleurant du doigt, me penchant davantage contre le rebord de la fenêtre, ne prêtant même pas attention aux débris de verre qui l'encerclaient. Alors que j'allais l'atteindre, la voix de la médium m'extirpa de cet instant particulier, permettant à la silhouette de s'évaporer entre mes mains, silencieusement emportée par le souffle du vent. Durant quelques secondes, un air triste s'empara de mes traits, je venais de perdre ma seule lumière. Me retournant vivement, je détaillais la jeune femme en plissant légèrement les yeux, adoptant une moue renfrognée. Belliqueuse, j'empoignais vivement la brune, plongeant mes yeux ternes au plus profond des siens:

"Tu l'as fait partir! T'es contente de toi maintenant?!! J'ai perdu ma lumière!!"

Dire que je divaguais totalement était un euphémisme, seulement, en cet instant précis je n'avais plus aucun repère. La seule chose dont j'étais certaine était qu'une importante montée d'adrénaline s'emparait de moi, permettant à cette haine sous-jacente de faire son œuvre. Ainsi, je me saisissais de nouveau celle que je considérais comme une sœur, l'empoignant par l'encolure de sa veste, lui déversant enfin toute la rancœur que j'avais tu pendant si longtemps. La plaquant contre un premier meuble je lui criais alors:

"Me battre?! Les laisser gagner?! Mais bordel de merde Sophya, tu me prends pour qui!? Tu crois que j'ai pas essayé? Tu crois que je suis restée là sans rien tenter? J'ai fais tout ce que je pouvais si tu veux le savoir! J'ai même prié. Oui! Prier! Je me suis retournée vers cette chose que je ne reconnaissais pas. J'ai imploré ton seigneur de me venir en aide lorsque j'ai vu que ma volonté seule ne pouvait plus rien contre eux! Et tu peux me dire ce que j'ai reçu ? RIEN! Absolument rien Sophya!"

La basculant contre le mur le plus proche je rajoutais:

"Rien t'entends?! Ce que tu ne veux pas comprendre, c'est que toi et moi, on n'est pas pareil. Je suis loin d'être comme tous les médiums. Vous autres avez des jolis petits verrous pour lutter contre cette merde, de quoi vous protéger naturellement, alors que moi, j'ai que dalle! Et tu oses me dire qu'il faut que j'arrête de geindre? Tu te prends pour qui ?!"

Je m'approchais d'elle afin de lui souffler avec rage dans le creux de l'oreille:

"Tu m'as emmené là-bas… Tu es la seule responsable."

À ses mots, je sentis un liquide chaud couler le long de mon bras. Ma plaie s'était remise à saigner, se répandant également sur les vêtements de la détective. Je la relâchais alors, reculant avec horreur, m'effondrant en larme au sol face à la couleur carmin qui me renvoyait aux crimes que j'avais commis.

"Bon Dieu… Je perds vraiment les pédales… J'y arrive plus Sophya. J'y arrive plus. Qu'est-ce que je suis en train de devenir?"

Relevant les yeux vers la seule qui pouvait véritablement répondre à mes interrogations:

"Pourquoi on en est là? Pourquoi tu m'as amené là-bas?"

Pleurant cette fois-ci à chaudes larmes, je restais là à me remémorer tout ce qui s'était passé. Comparant celle que je fus avec celle que j'étais devenue, ne me reconnaissant plus au travers de ce portrait informe. Essuyant de ma main valide les sillons salés, je finis par réaliser que, quoi qu'il puisse arriver, mon âme était perdue.

"Dans le meuble qu'il y a sur ta droite, à l'intérieur du premier tiroir de gauche se trouve un revolver…"

Je relevais alors mes yeux émeraudes sur celle qui serait l'instrument de ma fin:

"Fais-le… Tu sais qu'il n'y a pas d'autres options et je n'ai aucune envie d'être celle qui causera votre perte. Il faut en finir une bonne fois pour toute"


Note RP:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sophya A. Turner
Fade & Glory
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 26 ans
Messages : 3199
Localisation : Vieux Quartier
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
130/200  (130/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya Ven 6 Fév - 20:26

Elle observa la brune se relever difficilement et avancer de la même manière vers une fenêtre, tendre la main vers celle-ci et sourire. Ses sourcils se froncèrent tandis qu'elle observait le manège de Calixte, inquiète. Vu le capharnaüm ambiant, Calixte aurait été tout à fait capable de ne rien avoir avalé depuis des jours, se contentant du strict minimum. Le délire dans lequel elle était plongée semblait intense et surtout impossible de l'en tirer. Ce n'était pas vraiment comme si elle ne continuer pas d'entendre les pensées que l'esprit tentait de lui glisser à l'oreille et contre lequel elle ne luttait absolument pas. Comme si elle pouvait lutter. Sophya resta silencieuse, face à la folie qui animait sa comparse, les yeux fixés sur sa silhouette. Que pourrait-elle dire après tout ? Comment réagir à ce genre de choses ? C'était simple, l'expérience lui avait appris que s'effacer et attendre que la tempête passe était le plus efficace de tous les moyens pour faire face à cela.

C'était étrange. Dérangeant comme situation. Pourtant la détective ne bougea pas d'un iota, détaillant à son tour son amie. L'était-elle encore en cet instant ? Peut-être quelque part. Si la jeune femme pouvait encore déceler Calixte sous cette enveloppe de lâcheté et d'abandon. Cependant et extrêmement vivement, la main de cette dernière saisit son propre col, la rapprochant de son visage, lui hurlant toutes sortes de conneries au visage. Son dos rencontra un meuble, la faisant grimacer tandis qu'elle tentait enfin de se dégager de l'emprise de son interlocutrice. Calixte allait finir par la tuer si elle continuer à s'évertuer d'agir de la sorte. Parce que la jeune femme avait l'impression que plus le temps passait et plus la brune avait de moins en moins de contrôle sur elle.

Mais elle-même commençait à céder à la colère. Si dans un premier temps l'agacement l'avait saisie, c'était cette rage insidieuse qui doucement tentait à se déverser dans ses veines. Sophya n'était pas quelqu'un de patient, encore moins de tempéré et certainement pas d'empathie. Tout ce qu'elle avait sous les yeux n'était donc pas pour lui faire changer de comportement, bien au contraire. Elle connaissait Calixte et la voir se laisser aller de la sorte l'énervait au plus haut point. Surtout que son dos lui faisait mal maintenant. Son regard vert se plongea dans celui de son amie, coléreux, tandis que ses yeux se plissaient lentement comme un chat plongeant sur sa proie.

« Arrête tes airs deux minutes et redescend de ton cocotier Calixte. Tu es pathétique à penser que tu es la seule qui a jamais souffert en découvrant son don. Au moins maintenant, tu sais ce qu'il t'arrive réellement. Parce que ce n'était pas la première fois, pas vrai ? Prier ne sert à rien. Te laisser penser qu'il existe quelqu'un qui veillera sur toi de là-haut est d'autant plus ridicule que tu avais des gens vers qui te tourner. Des gens qui t'encadreraient et t'épauleraient. Tu crées ton propre malheur, ne me dis pas que j'en suis responsable.»

Après, la jeune femme n'avait pas entièrement tort et Sophya le savait pertinemment. Si elle n'avait pas traîné de force la médium à cette réunion, rien de tout ça ne serait arrivé. Mais si elle était télépathe – d'une certaine manière – elle avait par là, découvert qu'il n'était pas bon de penser pour les autres. C'était l'envie de bien faire, et surtout d'ouvrir les yeux de Calixte qui avait parlé ce soir-là, rien d'autre. Maintenant, la détective reconnaissait son erreur, mais la blâmer de la sorte ne ferait avancer i l'une ni l'autre. Calixte la lâcha alors, avant de se recroqueviller sur elle-même et de tomber au sol. La brune laissa tomber son regard sur son bras et ensuit sur ses vêtements souillés. Génial. Parce qu'en plus d'être totalement larguée, la jeune femme était auto-destructrice. C'était vraiment la meilleure de ses journées.

Un soupir s'échappa de ses lèvres avant qu'elle ne réponde.

« Parce qu'on ne peut pas tous rester dans le déni. Et c'est ce que tu fais, encore. Tu avais l'habitude d'être combative, tu ressembles à une loque en ce moment. Si j'avais eu la moindre idée de tout ça, je ne t'aurais jamais amenée là-bas. Mais je l'ai fait. Et si c'est difficile pour toi de l'admettre, tu as besoin de contrôler ce don. On n'a pas tous des verrous automatiques. On se les crée. Il suffit de les remettre en place s'ils sautent. »

Elle leva les yeux au ciel quand la jeune femme continua sa rengaine. Franchement, sa patience s'épuisait à une vitesse sidérale.

« Je t'arrête tout de suite. Tu as juste besoin de te contrôler pas de te faire sauter la cervelle. Tu surréagis Calixte. Je sais que c'est terrifiant, mais il faut t'y faire. C'est ce que tu es, ce que tu resteras. Et il est hors de question que je prenne cette fichue arme. Si tu veux te suicider, tu le feras toute seule. Ne me mets pas ton sang sur les mains. »



Oh, our flag is tattered And our bones are shattered But it doesn't matter Cause we're movin' forward Oh, my eyes are seein' red Double vision from the blood we've shed The only way I'm leavin' is dead That's the state of my head -Shinedown
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reversa-rpg.com/
avatar
Calixte J. Montgomery
In Tenebris Lux
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 27 ans
Messages : 554
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
30/200  (30/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya Dim 15 Mar - 10:20


Et tous les souvenirs s'entremêlaient et tous les soupirs s'envolaient lourdement accompagné de leur maux qui dissipaient la moindre pensée raisonnée. Seule subsistait le fantôme de celle que j'avais un jour été. Tout ceci me semblait monstrueusement loin à présent, comme si rien ne me permettait de revenir en arrière. Néanmoins, les dernières paroles de Sophya avaient réussi à m'atteindre. À sa façon, elle tentait de me guider à travers l'obscurité jusqu'à cette lumière sacrée que l'on nommait espoir. Cette lueur si frêle et incontrôlable que j'avais pendant si longtemps cherché sans jamais la rencontrer. Peut-être était-ce le moment? Peut-être était-ce là la rédemption que j'avais demandé ? Aussi maladroite pouvait-elle être, Sophya ne reculait pas. Je la détaillais un instant, ne comprenant pas véritablement son obstination. Elle avait toutes les raisons de me détester et pourtant, elle demeurait encore là, présente à mes côtés, tentant désespérément de m'extirper de ces ténèbres qui doucement avaient rongées mon âme.

"Arrête donc ça, tu ne vas tout de même pas croire toutes ces conneries? C'est elle qui t'a rendu comme ça et tu voudrais lui pardonner? Regarde ce que tu es devenue! Plus personne ne t'entoure, tu es seule et c'est uniquement de sa faute! Elle t'a traîné là-bas! Elle aurait tiré à ta place que ça serait revenu au même! Égoiste!!! Égoiste! Regarde la cette pauvre Égoiste!!!"

"La ferme!! La ferme la ferme la ferme!!! STOP!"

Je me relevais précipitamment, secouant vivement la tête de droite à gauche comme pour m'aider à chasser plus rapidement ces paroles aliénatrices, m'accrochant à un mur afin de mieux reprendre mes esprits, fermant les yeux quelques secondes et profitant de cet instant pour récupérer mon souffle.

"J'en peux plus la ferme!!"

Ma voix était teintée de rage et de colère, je me précipitais alors avec une détermination nouvelle jusque dans ma chambre, extirpant d'une de mes armoires un jean et un haut noir. Attrapant à la volée une veste en cuir, je redescendis rapidement les escaliers, puis, enfilant une paire de sneakers noire, j'ouvris avec fracas la porte d'entrée:

"Où est-ce que tu vas? Reste avec moi, je suis la seule qui puisse t'aider et te comprendre... J'ai veillé sur toi pendant tous ces mois, tu l'as donc oublié? Tu m'as oublié alors? Pourtant, regarde-moi, je suis toi et tu es moi, nous ne faisons qu'un et nous ne pouvons compter que sur nous-même, tu le sais non?"

Troublée, je voyais cette énième apparition se dresser face à moi. Elle avait mes traits, ma voix, mon allure, les mêmes tics d'expressions. On aurait pu croire à une parfaite jumelle, seulement, elle ne possédait pas mon âme. Pour la première fois depuis longtemps, je voyais les choses avec une lucidité effrayante. Fronçant les sourcils et bien déterminé à m'extirper de son emprise, je relâchais la porte et en franchis le seuil, dissipant ainsi à mon passage l'image de l'esprit dans le néant. Sans me retourner, j'interpellais l'ex-juriste :

"On se tire d'ici..."

Il nous fallait un terrain plus neutre pour continuer cette conversation, je ne pouvais plus rester dans ce nid aux damnés. Plissant les yeux face à la lumière du jour, je dressais mon bras face à moi afin de les protéger :

"Hun... J'avais oublié à quel point la lumière était vive ici."

Je me retournais doucement sur la brune, abaissant lentement mon bras, grimaçant toujours quelque peu à cause de l'éclat du jour:

"Il nous fallait un terrain plus neutre tu comprends? Je pouvais plus rester là-bas. Je suis prête à t'écouter maintenant, dis-moi ce que je dois faire parce que là... Je suis perdue... Je suis juste perdue."


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sophya A. Turner
Fade & Glory
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 26 ans
Messages : 3199
Localisation : Vieux Quartier
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
130/200  (130/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya Jeu 2 Avr - 10:42

La brune observa son amie littéralement péter un plomb. Pour sûr Calixte se retrouvait hantée. Comme si ce qu'il s'était passé quelques mois auparavant n'avait pas suffit. Cependant une brèche s'était ouverte chez la Médium en devenir. Un don à multiples facettes, capable de lui en faire voir de toutes les couleurs. La hantise ne devait pas y être totalement étrangère à bien y penser. La brune glissa sa main dans son sac avant d'allumer un nouveau bâtonnet d'encens répulsif et de parcourir la pièce en agitant ce dernier. Certes Sophya n'avait pas l'air des plus intelligente, mais au moins cela lui permettrait de nettoyer un peu l'atmosphère morbide des esprits environnants. Force lui était de constater que son encens n'était pas aussi puissant qu'on le lui avait vanté d'ailleurs et que certains parvenaient à se cramponner à l'endroit. Les défier n'était peut-être pas la meilleure idée qu'elle avait, malgré les protections diverses dont elle s'était entourée. À moins qu'ils ne se soient trompés depuis le début et que les esprits étaient beaucoup plus puissants qu'ils ne l'avaient pensé de prime abord. Toujours était-il que certains ne partiraient pas aussi facilement. Son amie avait pris la poudre d'escampette pour l'étage et la médium n'avait sérieusement pas la foi de la suivre pour le moment. Son but était avant tout de réveiller la jeune femme et de lui permettre d'avoir l'esprit aussi clair que possible afin d'affronter ce qui allait suivre. Sophya Turner guide spirituel. On aurait vraiment tout vu dans la vie.

Calixte finit par redescendre, habillée. La détective se retint de lui dire qu'elle aurait pu également se coiffer décemment parce que ce n'était pas tout à fait ça, mais au moins son amie avait marqué un effort de taille par rapport aux quelques minutes précédentes. Comme si elle parvenait enfin à se reprendre. Ce qui n'était vraiment pas un luxe à bien y regarder. Sophya leva les yeux au ciel à nouveau lorsqu'une nouvelle crise la saisit. Il fallait vraiment que quelqu'un vienne nettoyer plus pertinemment l'endroit qu'elle parce que c'en devenait lassant de voir son travail bafoué par des esprits trop résistants.

La jeune femme finit par la suivre sans un mot avant de laisser la porte légèrement entrouverte. Elles s'avancèrent côte à côte non sans une réflexion de Calixte sur la lumière extérieure. En même temps quand on avait passé des semaines dans le noir, il ne fallait pas s'étonner non plus... La brune leva les yeux au ciel, tandis qu'elles continuaient de marcher. Son amie finit cependant par se tourner vers elle pour lui exprimer ses doutes et Sophya poussa un long soupir. Non pas las ou énervé, mais juste pour se vider la tête et tenter de reprendre un maximum de contrôle sur elle-même et la situation.

« La réponse sera simple. Tu dois explorer ton don et apprendre à le canaliser. Tu sembles être... une sorte de portail à possession sans aucun verrou. En gros, un esprit peut entrer dans ton corps n'importe quand comme bon lui semble. Le seul souci, c'est qu'il ne perd pas grand chose en puissance et.. ce n'est pas vraiment la meilleure chose qui soit. »

La détective tourna à son tour la tête vers Calixte avant de souffler.

« Il y a deux possibilités dans un premier temps. Soit tu te protèges suffisamment pour ne pas avoir à subir ça, soit tu brides totalement ton don. Mais un médium est ce qu'il est et ça ne dure jamais longtemps le fait de le brider. Tôt ou tard ça revient, en bien plus difficile à gérer. Un apprentissage peut t'être dispensé au sein du cercle médiumnique. »

Mieux valait sans doute ça que de la confier à Pa'Obi. Après tout, il n'était pas seulement médium et ne pourrait pas vraiment comprendre ce que traversait la jeune femme. Bien que... il avait su la cerner elle, l'adolescente qui ne faisait confiance à personne. Et sans aucune hésitation Sophya remettrait sa vie entre ses mains. Elle l'avait fait d'ailleurs.

« J'aimerais envoyer un exorciste chez toi. C'est littéralement infesté et je n'ai pas vraiment les capacités pour t'aider à ce niveau-là. Tout au plus j'ai fait le ménage mais il en reste. Et si tu veux pouvoir prendre des décisions clairement, tu n'as pas vraiment le choix. »

Elle s'arrêta avant de poser sa main sur le bras de Calixte pour lui faire faire la même chose.

« Écoutes, je suis désolée. Je ne pensais pas que les choses se passeraient comme ça... Mais au moins, tu peux recevoir l'aide dont tu as besoin pour maîtriser ça. »

Un mal pour un bien. C'était généralement ce qu'on se disait pour déculpabiliser Sophya. N'est-ce pas ?



Oh, our flag is tattered And our bones are shattered But it doesn't matter Cause we're movin' forward Oh, my eyes are seein' red Double vision from the blood we've shed The only way I'm leavin' is dead That's the state of my head -Shinedown
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reversa-rpg.com/
avatar
Calixte J. Montgomery
In Tenebris Lux
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 27 ans
Messages : 554
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
30/200  (30/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya Mar 16 Juin - 22:56


Il n'était pas chose aisée que de voir au travers de la vérité. Il me faudrait du temps pour digérer tout ce qui était arrivé et les révélations faites par Sophya car la peur me paralysait. Oui, elle avait comme doucement gangrenée mon cœur, m'ôtant peu à peu toute volonté, transformant ma combativité en lâcheté, mes certitudes en doute. Ma foi en l'humanité s'était métamorphosée en une haine viscérale et mes craintes avaient réussi à me mener droit là où je me refusais d'aller. Il fallait que je réagisse, que je fasse quelque chose, je le savais, j'en étais pleinement consciente, seulement, plus mon amie parlait et plus ma confiance s'envolait. Je ressentais de nouveau cette peur remonter progressivement en moi, se frayant de nouveau une place en mon cœur, jouant avec mes entrailles, nouant d'une poigne de fer ma gorge. Je continuais de marcher silencieusement, acquiesçant simplement d'un hochement de tête lorsque la détective me parla de l'exorciste qu'elle souhaitait envoyer chez moi. J'étais tout bonnement incapable de répondre à la moindre interrogation ou remarque, bien trop à fleur de peau pour ça, l'angoisse qui me saisissait m'empêchait de m'exprimer. Alors je restais focalisée sur mes larmes, ces larmes que je ne voulais plus voir couler aujourd'hui et qui pourtant menaçait de rouler le long de mes joues.

Je les conservais là, à l'orée de mes paupières, tentant désespérément de garder mes appréhensions tout au fond de moi, évitant du mieux que je le pouvais le regard inquisiteur de l'ancienne juriste. Je m'étais assez donnée en spectacle comme ça. Alors que je tentais de me ressaisir, la brune s'arrêta et stoppa mon avancée par la même occasion. Ces mots qui sortaient de sa bouche et qui auraient pu paraître si anodin en d'autres circonstances m'ébranlèrent. Je reconnaissais là sa culpabilité, même si elle ne l'avouait pas véritablement et en des termes clairs, j'étais persuadée qu'elle se sentait en partie responsable de ce qui était arrivé ce soir-là. Même si sa réaction m'étonnait, ce qui me surprenait le plus était celle qu'elle était devenue. Froide et inébranlable, elle se tenait là et ne s'autorisait aucun écart. Bien qu'elle n'ait jamais été très démonstrative, je me souvenais d'un temps où nous étions capable de discuter et de rire ensemble. Je m'abandonnais alors, relâchant définitivement toute cette pression que j'avais emmagasiné durant toutes ces longues et interminables semaines, éclatant définitivement en larme avant de m'effondrer en m'accroupissant :

- Je suis aussi désolée, je voulais pas… Je voulais pas vous faire du mal et je te jure que j'ai essayé. J'ai essayé de toutes mes forces de l'arrêter, mais j'ai rien pu faire. Je comprenais pas ce qui m'arrivait, j'étais bloquée, comme spectatrice de tout ce qui était en train de se passer. Je m'en veux à un point que tu ne peux pas imaginer. J'ai même souvent rêvé de lui… Chase. Je le voyais errer je ne sais où et puis, il disparaissait aussi soudainement qu'il m'était apparu. Et je suis désolée de pleurer comme ça mais, j'y arrive juste plus.

Je pris quelques instants afin de reprendre mon souffle, d'arrêter tous ces sanglots qui meurtrissaient ma voix et étouffaient mes mots. Soufflant fortement afin d'évacuer toute la négativité et la tristesse qui s'était emparé de moi, je me redressais lentement, balayant d'un revers de main mes larmes, fixant fermement Sophya:

- Dans le fond, t'as pas à t'excuser, je me dis même parfois qu'aucune de nous n'a à le faire. On ne savait pas… Ça n'effacera pas ce qu'on a fait mais, on ne peut pas revenir en arrière de toute façon. Il ne nous reste plus qu'à vivre avec ça, en espérant que ça ne nous détruise pas.

Je fis un pas vers elle avant de me raviser :

- Tu sais, je me souviens d'une époque où on s'amusait bien et où nous étions complice. Alors oui, je sais, on a plus vingt ans, on est loin de tout ça, surtout avec ce qui se passe en ce moment mais, ce que je veux dire par là, c'est qu'il fut un temps où on se comprenait. J'ai juste peur que tout ça soit derrière nous à présent alors… Si tu me hais, dis-le moi et pars. Ça sera beaucoup plus simple.

Je jetais un coup d'œil du côté de ma maison avant d'ajouter :

- Je ne pense pas redevenir celle que j'étais, je ne sais même pas si j'en ai envie d'ailleurs. Il me faudra du temps pour outrepasser ça mais, je vais le faire. Je meurs de peur, tout ça me tétanise mais, je vais faire mon possible pour m'en sortir. Alors si tu choisis de rester, je te demande juste d'être un peu patiente et de me laisser du temps pour me reconstruire. Tu n'étais pas là durant tous ces mois, tu ne sais pas ce que j'ai traversé ni ce qui s'est passé dans cette maison. Sans doute que cela ne t'intéresse pas de le savoir, il est même possible que, comme tu l'as dit tout à l'heure, ce n'était rien en comparaison de ce que tu as pu vivre étant plus jeune. Seulement, ça m'a touché, ça m'a brisé et j'ai besoin de temps pour me retrouver et recoller tous ces infimes morceaux de moi-même qui ont été dispersés ici et là.

Je fis finalement ce pas en avant, déterminée à lui prouver que je voulais changer:

- Si tu penses que quelqu'un de ton association peut me venir en aide, je veux bien le rencontrer, je veux comprendre ce qui s'est passé et obtenir des réponses. Par contre, hors de question de baigner dans une autre réunion à la con pour le moment.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sophya A. Turner
Fade & Glory
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 26 ans
Messages : 3199
Localisation : Vieux Quartier
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
130/200  (130/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya Mar 14 Juil - 23:50

Revenir sur cet épisode était sans doute la chose la plus compliquée que la jeune détective ait eu à faire depuis un certain moment. Oh non, convaincre Pa'Obi n'était pas si difficile, il lui suffisait juste de mettre de côté ses propres ressentiments par rapport aux conditions auxquelles elle allait se plier. Et puis de toute manière, c'était déjà écrit d'avance son entrée dans l'Association. Rien que le fait que Jay aille cafter à leurs parents signifiait qu'il savait déjà que la brune était en lice d'entrer dans cette drôle de compagnie. Malgré tout, le vieil homme n'avait pas oublié non plus qui avait amené le loup dans la bergerie, et en bon gardien avait tout fait pour que Sophya s'occupe de son amie. Oh elle était là de son plein gré, la question ne se trouvait pas là, mais Pa'Obi avait réduit ses réticences en miettes quand il lui avait rappelé que la seule fautive dans l'histoire, c'était elle, pour ne pas avoir pris les précautions nécessaires. En même temps, s'ils avaient protégé l'endroit dans lequel il se trouvait suffisamment correctement tout cela ne serait pas arrivé. Donc si elle avait fait entrer le loup, ils avaient laissé pénétrer le Diable. Son crime était donc mineur par rapport au leur.

La médium hocha doucement la tête aux paroles de son amie. Les dernières semaines l'avaient rendue encore plus tendue que d'habitude, plus renfermée et taciturne. Les rares fois où elle ouvrait la bouche étaient pour exploser sur quelqu'un ou pratiquer ses exorcismes. Rien de bien fou, voyez-vous. Si Calixte n'avait pas tort sur le fond et la forme qu'elle employait, Sophya parvenait quand même à tempérer ses propos par ses propres pensées. Dire qu'elle était entièrement innocente aurait été complètement à côté de la plaque. Déjà, elle ne l'avait jamais été, et ne le serait jamais. Et quant à vivre avec ses péchés, la brunette y était déjà habituée. Laisser mourir une de ses amies n'ouvrait pas vraiment les portes du Paradis.

« Il n'y a pas de bon ou de mauvais guide. Il y a juste... juste l'instinct de survie. Il est insidieux, tu sais. Tu n'as pas à culpabiliser pour ce qu'il s'est passé. Tu n'es pas responsable de tout ce carnage. C'est juste ces espèces d'abrutis ectoplasmiques. Tu finiras par t'habituer, crois-moi. De toute manière, quoiqu'il arrive, c'est toujours leur faute. Ou celle de test parents. C'est juste le truc à retenir. »

Faisait-elle de l'humour ? C'était bien possible. Du moins, elle tentait, mais n'avait jamais été très douée de toute manière. Un semblant de sourire s'attacha à son visage tandis que ses yeux balayaient le décor qui les entouraient. Son regard finit cependant par accrocher le minois de Calixte tandis qu'une mine plus sombre se glissait sur ses traits.

« Je ne te hais pas Cal'. Je n'ai aucune raison de te haïr. La seule personne à blâmer dans cette histoire, c'est moi. Moi et eux, qui n'ont pas assuré la protection de ce bar alors qu'ils étaient conscients des risques. Mais je ne te hais pas. »

Sa voix avait pris un accent plus doux, tandis que Sophya semblait enfin se détendre légèrement. Se battre avec le revers du bâton ne les mèneraient pas à grand chose et il était temps de grandir dans cette histoire. Son attitude n'était pas vraiment des plus amicales, alors que Calixte ne pouvait tout simplement rien contrôler.

« On ne joue pas à celle qui a le plus souffert Cal. Je comprends, enfin j'imagine que je peux comprendre ce que tu as vécu. La découverte de ce... don n'est jamais agréable, quelle que soit la manière dont tu le mets en lumière. Et je comprends qu'il te faille du temps. Si tu veux juste un conseil, n'en parle à personne de confiance. Déclarer que tu es une médium, que notre ville subit un siège spirituel ne t'apporterait pas que des amis. Et avec un peu de chance, ils te laisseront un peu plus en paix comme ça. Juste... ne le cries pas sur les toits. C'est un peu de nouveau par rapport à cette histoire d'instinct de survie. Tu ne veux pas être prise pour une bête de foire. »

Léger sourire à nouveau tandis qu'elle haussait les épaules et détournait encore son regard. Sophya n'était pas spécialement quelqu'un qui appréciait les grandes envolées lyriques et les conseils de grande soeur mais... c'était nécessaire dans ce cas-ci. Lancer ses amis sur la piste du « démerdes-toi toute seule je ne suis pas ta mère » n'aurait aidé personne. Sa conscience encore moins.

« Tu ne serais pas autorisée à remettre les pieds dans une réunion de toute manière. »

Elle sortit son téléphone, fouilla jusqu'obtenir un numéro et le tendit à Calixte.

« C'est la seule personne de confiance que je connaisse réellement. Il m'a... enseigné tout ce que je connais et détectera sans aucun doute comment te gérer et ce qui se trame avec toi. Il fera ce que tu lui demandes et il te guidera du mieux qu'il le peut. Par contre je ne pense pas que vous vous entendrez forcément... il a son petit caractère – et toi aussi. Mais je lui fais entièrement confiance et je lui ai confié ma propre vie des tas de fois. Et comme tu peux le voir, j'en suis revenue indemne. »

Plus ou moins. Sa voix s'adoucit avant de continuer.

« Il m'a permis de ramener Chase parmi nous. Tu peux avoir confiance. »

C'était clair. La brunette jeta un regard à Calixte avant de souffler.

« On peut arrêter pour aujourd'hui si tu veux. Je pense qu'on a assez donné dans les grandes déclarations et les bons sentiments. Et puis... si tu as besoin tu sais où j'habite, où je travaille et tu as mon numéro. Inutile de préciser que tu ne dois pas hésiter pas vrai ? »

Encore un sourire. Décidément, c'était une journée à marquer d'une pierre deux coups tant elle semblait surréaliste.



Oh, our flag is tattered And our bones are shattered But it doesn't matter Cause we're movin' forward Oh, my eyes are seein' red Double vision from the blood we've shed The only way I'm leavin' is dead That's the state of my head -Shinedown
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reversa-rpg.com/
avatar
Calixte J. Montgomery
In Tenebris Lux
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 27 ans
Messages : 554
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
30/200  (30/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya Lun 27 Juil - 22:53


Il fallait que je me débarrasse de tout ça, de tous ces péchés aux poids monstrueusement lourd. Ma conscience ne m'avait laissé aucun répit depuis cette horrible nuit où j'étais devenue un démon à la rage aussi sanguinaire qu'inextinguible. J'avais tué, j'avais blessé, j'avais brisé. Je savais pertinemment que ce n'était pas moi, toutefois, je ne pouvais m'empêcher de culpabiliser pour ces crimes qu'Il avait réalisé. Je ne voulais plus jamais revivre ça. Il m'avait fallu du temps, mais, peu à peu, je réalisais que je m'étais doucement emmurée en mon malheur, érigeant brique après brique, cette forteresse de solitude qui m'avait coupé de tout souffle de vie. La peur était bien là le mal le plus insidieux qu'il me fallait à présent combattre. Je n'avais jamais été aussi trouillarde de toute ma vie. J'étais plutôt du genre impulsive et imprévisible, agissant par instinct et écoutant mon coeur néanmoins, tout ceci m'avait métamorphosé, m'ébranlant au plus profond de moi-même comme jamais je n'aurais imaginé pouvoir l'être un jour. Il me fallait des réponses, il me fallait avancer, il me fallait tout redémarrer. Détruire pour mieux me reconstruire et surtout, apprendre à pardonner. Le pardon était une notion qui me paraissait bien abstraite et surfaite en cet instant et pourtant, je savais que seule la rédemption m'ouvrirait les portes de la guérison. Voir que mon amie ne me haïssait pas comme j'avais pu me l'imaginer me réconfortait quelque peu, me laissant entrevoir l'espoir d'être sur la bonne voie. Je souriais légèrement à la remarque de la jeune femme avant de rebondir :

- Rassure-toi va, je vais rester bien tranquillement chez moi et me faire oublier…

Observant un instant ma demeure, je rectifiais:

- Enfin, quand la maison sera débarrassée de cette bande de joyeux connards je présume…

Je notais tout de même l'étrange manière qu'avait Sophya d'évoquer nos particularités de médium. Ces dons me semblaient plus être des malédictions à l'heure actuelle et, m'affubler de l'étiquette de médium me faisait même légèrement sourire. Malgré tout ce qui était arrivé, une partie de moi refusait encore de reconnaître que je pouvais faire partie de cette catégorie de personne. Comment moi, une fille ordinaire pouvait se retrouver mêlée à ces êtres aux capacités extraordinaires? J'avais l'impression que seul des personnes importantes, promis à une grande destinée pouvait entrer en ce cercle très fermé "d'élus". Ces médiums qui pouvaient passer entre les plans et se jouer des conventions dressé par l'esprit humain avaient un rôle décisif à jouer d'après ce que j'avais pu voir, entendre et comprendre. Curieusement, j'étais à présent l'une des leurs. Délirant. Frustrant. Incompréhensible et pourtant, si prévisible. J'étais la grande spécialiste du déni et, même si je n'osais embrasser entièrement cette destinée que j'avais toujours jusqu'alors rejeté, un fragment de mon âme se sentait appelé par cette vérité que j'avais toujours refusé d'accepter. L'hochais les épaules en entendant la détective m'avouer que je n'étais pas la bienvenue à l'association, restant stoïque face à cette révélation qui me réconfortait plus qu'autre chose :

- Tant mieux j'ai envie de te dire.

Je détaillais alors un instant le numéro qu'agitait l'américaine sous mon nez, avant de lire en plissant légèrement les yeux:

- Pa'Obi? Waw… Ça fait très star wars ton truc, m'enfin, tant que ce n'est pas une petite créature verte qui vit dans l'au-delà, ça devrait aller.

Je repris sur un ton plus sérieux en inscrivant dans mon répertoire le nom de ce fameux mentor :

- C'est à toi que je fais confiance, alors si tu me dis d'y aller, je le ferais. Et ne t'en fais pas pour son caractère, il ne pourra pas résister à mon regard de velours et à ma bouteille de bourbon. Je ferais mon possible pour réparer ce que j'ai fait. En tout cas, je suis soulagée d'entendre que Chase va bien… J'espère qu'il n'a pas gardé trop de séquelles de tout ça.

Je soupirais un instant avant de regarder le ciel, suivi du manoir et finalement, Sophya. J'agitais mon téléphone, commençant doucement à m'éloigner de la brune en direction du trottoir opposée, là où l'ombre se voulait plus couvrante pour mes yeux encore bien trop habitués à l'obscurité :

- T'en fais pas va! Je te harcèlerai en temps voulu, je vais essayer de me trouver un hôtel en attendant de voir si ton Obi Wan Kenobi peut désinfecter ma baraque de tous ses parasites! À plus tard et… Merci encore.

Je tentais de faire de l'humour, essayant vainement de faire comme si tout ceci ne nous avait pas changé. Nos chemins de vie me semblaient bien opposés à présent, à l'image de ces pauvres routes banales et insignifiantes que nous arpentions aujourd'hui l'une et l'autre. Nous nous séparâmes sans excès, l'une avançant à travers la lumière du soleil et remontant la grande avenue, l'autre s'engouffrant en cette ombre confortable que lui offrait la descente du Garden District. Un pincement au cœur guida mes pas, tandis que je réalisais qu'aucun retour en arrière n'était dorénavant envisageable.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calixte J. Montgomery
In Tenebris Lux
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 27 ans
Messages : 554
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
30/200  (30/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya Lun 27 Juil - 22:58

RP FINI! 0/


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Back to Black Ψ Sophya

Revenir en haut Aller en bas

Back to Black Ψ Sophya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 04 - Back in Black [Hakuryuu]
» Back in black... (Libre)
» Yelena Belova { Back in Black [Terminé]
» Day • Back in black ♪♫
» ~ Back to Black. [H. ♥]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Mirrors :: Rp's-