AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
RETROUVEZ NOUS SUR:
http://houseofhell.forumactif.com/

Partagez|

Welcome to the black parade ▬ Amélia & Zéèv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Welcome to the black parade ▬ Amélia & Zéèv Ven 21 Nov - 15:46





Il n’y a pas plus digne endroit pour mourir, un endroit où la douleur est palliée avec ferveur. Mais il n’avait pas mal. Non, pas le moins du monde. Bien au contraire. Encore tremblant d’avoir poignardé ce pompier dans la foule près de l’église ; il c’était simplement enfuit. Une fois chez lui ; il avait commencé à boire. Un verre. L’esprit eut tord de ne pas l’en empêcher. Par le besoin s’installe et il ne peut lutter contre la volonté entière d’un corps qui peut l’affecter lui aussi. Alors cela doit être ainsi, ils doivent mourir. Ensemble. Zéèv, est allé s’asseoir sur la table et écrivit quelques mots. Les derniers, d’un homme sensé. De l’homme qu’il fut. Une lettre, pour un cœur qu’il abandonnait. Un autre, brisé. Il ira brûler en enfer pour cela. Il brulera de tous ces péchés et pourtant, il gardera le souvenir de cette fille, intact. Il espéra alors que jamais le diable ne l’emporte sur elle.



‘Amélia ;

Nous avions fait un si beau rêve et aujourd’hui il ne reste que les ombres de mes cauchemars ; je n’ai jamais su te dire avec des mots tout ce que je ressentais. Au fond de moi. Une telle tristesse de voir l’homme que je devenais malgré moi et toi, qui m’accrochait à la lumière d’un espoir fou. Combien tu m’as rendu heureux, quand j’étais si bas. J’ai simplement songé à toi, j’ai imaginé le son de ta voix. Mais rien n’y fait. Je dois mourir.

Aujourd’hui, j’ai poignardé un homme.
Je ne sais pas même s’il vivra. Il sera à l’hôpital en même temps que moi.
J’espère qu’on le sauvera lui et non moi. Je n’ai plus rien à donner si ce n’est tristesse et désolation. Chaque matin est une peine. Cela fait trop longtemps, que je n’éprouve que le dégout de vivre. Mon plus odieux des crimes et de te tromper en te faisant croire que je vais bien. Que je vais m’en sortir. C’est faux. Je vais m’endormir ce soir, et quand je verrais ton visage je serais seulement heureux. Je t’ai fais la promesse, de ne jamais t’abandonner. Je n’aurais jamais pu le tenir bien mieux qu’aujourd’hui en t’offrant ma fin ; avec toi.

Je t’aime.
Skyler Bateman.’



Il la rangé dans une enveloppe. Sorti le petit coffre et garde la lettre dans sa main adressé à la jeune femme, son nom sur l’enveloppe ainsi que son numéro. Il prit l’aiguille et la plante dans sa chair à la recherche d’une veine. Injecte. Une dose qu’il savait létale. Puis il a prit le téléphone ; une secrétaire prit son appelle. Il dit simplement « Skyler Bateman, 457 Old Stillwater Road ; je suis en train de mourir… » Il a raccroché tout simplement. Il s’est levé pour aller s’allonger sur le canapé et attendre. Rapidement, il commença à perdre la tête. Il se senti bien d’abord ; terriblement bien. Son cœur battait si fort. Bientôt, il cessera de respirer, bientôt il serait déclaré mort cérébral et Yaâqov n’aura plus rien à tirer de son corps si ce n’était une prison. L’on coupera les machines et il mourra tout simplement. Alors qu’il devenait bleu, en dépression respiratoire ; l’alarme retenti et l’oxygène vint à lui. Mais il n’en serait pas suffisant. Il allait disparaître tout simplement. Serein. Sans douleur.

Etendu dans son lit, la lettre sur sa table de chevet ; un masque sur les voies respiratoire et des poumons qui se gonflent tant bien que mal. Un homme qui est conscient, encore quelque temps. Il attendait que sa respiration cesse ou qu’il ne sombre dans le coma. Elle est entrée, en blouse stérile. Foutu connard, pourquoi faire ? Elle ne pourrait le tuer, il s’en était occupé. Quand il la vit, il ne réagit cependant pas ; ce contente de l’observer. Mais il est heureux, parce que ce que ce n’était jamais que ce que ses yeux avaient alors désiré voir avant de se clore. Que ses oreilles eurent envie d’entendre avant de devenir sourd. Puis enfin, il a bougé la main, approche de son masque en tremblant. Il a vomi dans l’ambulance et se sent faible ; il se sent bien. Ses gestes sont lents, mais qu’est-ce que ça peut bien faire ? Il veut lui dire… « N’aie pas peur… » Il a retiré son oxygène et l’oxymétrie s’alarme en annonçant plus que 75 pour cent. Ses lèvres sont bleutés et tout ce qu’elles veulent avant de ne plus rien sentir…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Amélia & Zéèv Sam 22 Nov - 3:37


Stay
Amelia K. Donovan & A. Zéèv Elbaz


Je n'avais rien vu venir. Je n'avais pas voir les signes et les interpréter, trop prise à vivre un rêve d'illusion. J'avais cru avoir le contrôle de la situation, pouvoir nous sauver tous les deux, mais je n'avais rien fait du tout. Je n'avais peut-être pu que retarder l'inévitable et même encore. Je n'avais pu le sauver, mais ça je l'ignorais encore au moment où je décrochais le téléphone. Je ne compris pas immédiatement les mots qu'on e disait, me parlant du fait qu'on avait retrouvé mon nom et mon numéro de téléphone sur une enveloppe. Il fallut attendre encore quelques mots avant qu'elle ne prononce le nom de Skyler Bateman et que je ne m'élance hors de chez moi. J'avais entamé une course jusqu'au premier taxi que je vus et m'y étais enfilé.

Le trajet du taxi jusqu'à l’hôpital fut le plus long de ma vie. Je demandais sans cesse au chaffeur d'accélérer et à destination, je lui lança l'argent, oubliant d'attendre l'arrêt complet de la voiture avant de sortir. J'ai couru à en perdre haleine, demandant le numéro de chambre sans prendre la peine de dire merci. Je grimpai les marches et parcourut les corridors à la recherche d'une chambre. Je la trouvai, mais on ne me permit pas d'y entrer. Il me fallut répondre à des questions, enfiler leur stupide blouse avant d'enfin entrer dans la chambre. La vision que j'eus à cet instant restera à jamais graver dans ma mémoire. Il était là, livide et étendu, je crus pendant un instant qu'il était déjà mort. Ce fut le geste de sa main qui m'assura d'avancer encore, parce qu'à cet instant, j'avais encore espoir qu'il ne soit pas trop tard, de pouvoir sauver la situation. Le sauver lui. Je m'élance vers le lit, m'assoyant à ses côtés quand je vis qu'il désirait retirer son masque.

« Ne fais pas ça! Remets-le... Skyler... Remets-le...»

Je le supplie, d'une voix déchirée et pourtant, je sais que ce n'est pas ça qu'il veut. Je vois ses lèvres bleutés et son regard suppliant et je sens les larmes coulées sur mes joues. Me dire de ne pas avoir peur ne fait qu'accroire ma peur, car je comprends que ce n'est pas un accident. S'il est là, l'air calme, c'est voulu. J'essaie de lui remettre, mais il ne veut pas. J'éclate en sanglots, mes mains tremblant sur le masque qu'elles ne parviennent même plus à tenir. Un désespoir tel que je n'ai jamais connu m'envahit alors que je pose mes mains tremblantes sur son visage et approche mes lèvres des siennes pour l'embrasser. Il a besoin de respirer, il lui faut le masque, mais il le refuse. Mes lèvres par contre, je sais qu'il les acceptera, qu'il les veut. Mes lèvres pourtant ne peuvent que lui donner de l'amour, ni air, ni vie, que de l'amour. Mais veut-il vraiment autre chose?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Amélia & Zéèv Jeu 27 Nov - 11:35

Sa voix le supplie, il ne peut exaucer sa prière. Masque ou non, il allait mourir. Ce soir, il allait tirer sa révérence sur un monde qu’il mettait en péril. Il s’arrangerait alors, Yaâqov affaiblit par sa mort, il l’entrainerait avec lui, en enfer. Elle est assise juste là. Il la fixe, avec ce désir de mourir. Ce désir de l’abandonner là, il sent ses lèvres sur les siennes. Un soulagement dont il ne se passait pas à cet instant. Il a tenu sa main, serrant ses doigts. Il a fini de délirer. Il a juste mal, il va juste bien. C’est étrange cette sensation, que vos poumons soient trop petit ; que vous aviez beau tirer dessus que rien n’y fait. L’air ne suffit pas. Ils s’embrasser ; il demande pardon. Il aurait voulu la rendre heureuse ; comme elle l’aurait mérité. Mais il se consolait, il se disait que partir l’empêcherait de la détruire. C’était pour elle, pour eux. Qu’elle se souvienne d’un homme de bien, qui eut sacrifié sa vie pour les autres. Qu’elle se souvienne de lui, capable de prendre ses décisions. Un homme autonome, pas un automate. Qu’elle n’oublie pas, qu’un jour, quelqu’un eu tenu à elle. Suffisamment pour la protéger quoi qu’il en coute. Il l’aimait. Et quand elle s’efface de ses lèvres, il a faiblement sourit. Du peu de force qu’il lui restait. Puis sa voix, puissant ses dernière énergie, difficile. Bancale. Il murmure alors qu’elle est si proche de lui, murmure une dernière fois ; trois mots qui l’on tenu en vie. « Je t’aime. »

Il a soupiré, de bien être peut-être. Tenant toujours sa main. Il avait également formulé son souhait de ne pas être réanimé lors de sa dernière hospitalisation ; ne voulait pas recommencer cette terrible épreuve. Il le senti alors. Yâaqov quitta son corps le premier. Un terrible sentiment de vide, puis finalement un regain d’énergie. Ouvrant les yeux, respirant mieux quelques secondes. Bien assez pour encore regarder ce visage bien aimé ; entendre des derniers mots qu’il emporterait dans l’au delà. Un doux souvenir, un dernier. Elle pleure. Mais il va bien. C’est elle, qui refuse son départ. « Pardonnes moi. » Soufflait-il, soulageant sa conscience. Qu’elle le pardonne d’avoir été si lâche. Il sentait alors la vie le quitter. Il n’avait ni chaud, ni froid. Il respira plus, les yeux ouvert, puis respira de nouveau une fois, puis s’arrêtait pour recommencer. Les pauses respiratoires se firent de plus en plus fréquentes et il continuait à la regarder elle. Ecoutant sa voix, qui paraissait de plus en plus lointaine. Puis finalement, l’on est seul dans la mort. Accompagné dans sa vie, jusqu’à la mort.

Il a cessé de respirer, un dernier soupire après une longue agonie de plusieurs minutes. Ses paupières de son lentement refermé. Ses pensées continuèrent un instant, toutes furent destinées à cette femme dont il n’imaginait plus que la présence. Son corps cessa de fonctionner, son cœur battit follement, fibrillation et ce fut la fin. Son âme se détacha de son corps, il ne pu voir alors que le corps froid et raide qu’il avait abandonné. Cette femme, secouée de sanglot. De vie. Il a posa sa main sur son épaule. Souffla qu’il allait bien avant de fondre dans le néant pour rejoindre la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Amélia & Zéèv

Revenir en haut Aller en bas

Welcome to the black parade ▬ Amélia & Zéèv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Welcome To The Black Parade, Sykes
» New codex black templar
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Petit travail au black

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Mirrors :: Rp's-