AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
RETROUVEZ NOUS SUR:
http://houseofhell.forumactif.com/

Partagez|

Aux yeux du monde (Avec Calixte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Evangeline L. Watson
The girl who whispered
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 338
Localisation : Partout en une fraction de seconde... mais attirée par la Nouvelle Orléans
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
75/200  (75/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Aux yeux du monde (Avec Calixte) Sam 4 Juil - 13:30

Aux yeux du monde '
Vous pouvez vraiment me voir?



Mes pas me mènent à des endroits que je ne connais pas... Ou plutôt dont je ne me rappelle pas. J'ai l'impression de les connaître, des les avoir déjà vu, mais mes souvenirs sont tellement flous... Des flashs, des émotions, de la tristesse, de la joie... De l'amour... De la terreur... Pourtant ces lieux ne me rappellent rien. Ils ne sont que des bâtiments posés là comme pour narguer mon esprit embrumé.

Je veux me souvenir, je ne rêve que de ça. Je me rappelle de celle que j'étais, de ceux que j'ai aimé, que dis-je, que j'aime toujours... Mais tant de choses demeurent enfouies ou recouvertes d'éléments gluants et douloureux auxquels je ne comprends pas grand chose. Ce qui m'est arrivé? Je n'en ai pas le souvenir... Je me rappelle juste du baiser de celui que j'aimais... Que j'aime toujours!!! Je ressens encore son baiser sur mes lèvres, je peux sentir ses yeux pétillants posés sur moi, tout cela est réel et frais dans mon esprit. Des éléments qui loin de me faire du bien, rendent la situation encore plus douloureuse car d'autant plus éloignée de celle que je suis à présent... Qui suis-je d'ailleurs à présent? Je suis morte, j'en ai conscience... Cela va même au-delà de la conscience, c'est une évidence que je ne comprends pas, telle est la situation et tout est si bizarre qu'il ne pourrait en être autrement.

Mon esprit sans corps se langui de ces contacts humains si réconfortants... Je ne me sens pas comme un être invisible mais comme un être ignoré... Et l’ignorance ma toujours semblé être le plus grand des mépris. Je sais que cette femme qui marche au pas de course ne peut me voir, mais j'ai davantage la sensation qu'elle refuse de voir ma détresse plutôt qu'elle de la savoir incapable de me voir. Cela me désespère et m'attriste. La mort est la pire des punitions... Parce qu'elle nous place dans un monde que nous connaissons mais qui nous isole...

Je ne peux pas leur en vouloir, je ne leur en veux pas d'ailleurs, mais cela n'enlève pas ce poids de la solitude. Poids qui à force de me peser semble me vider de toute énergie. Je ne mange plus, je ne bois plus, ne dors plus, mais j'ai tout de même besoin d'énergie comme tout être conscient et j'ai l'impression qu'elle provient du contact et de la reconnaissance... Je ne l'ai jamais recherché de mon vivant outre mesure, mais maintenant, je donnerais cher pour un regard posé sur moi. Pour une discussion, deux mots, me faire ressentir que même si je suis morte, je n'ai pas pour autant disparue. Cette sensation pourrait me rendre folle mais au lieu de cela, elle me dévore de l'intérieur et m'épuise.

C'est lorsque ce lieu me revient soudain en tête qu'une étincelle d'énergie semble me revenir... Je nous revois tout à coup, dans les bras l'un de l'autre, mon fiancé et moi... Nous sommes amoureux, enlacés et l'éternité nous semble offerte. Un sourire se dessine sur... Je ne sais même pas si j'ai un visage...

Mais il semblerait bien que si... Un bébé dans sa poussette passant par la se met à gazouiller et tendant sa petite main potelée dans ma direction. Mon coeur semble cesser de battre alors qu'il n'est même plus là... Cette petite tête blonde, toute souriante et joufflue est en train de me voir... Elle semble bien être la seule... Mais son sourire d'enfant gonfle en moi la flamme ravivée.

"Coucou ma puce!"

Le bébé gazouille encore plus fort en agitant son petit bras... Il me voit! Je sursaute... Oh mon Dieu...

Mes mains invisibles se jettent à mon visage au bord de larmes... Je ferme les yeux, émue au plus haut point... Mais quand je les rouvre, je ne suis plus sur le chemin longeant le fleuve... Je suis à la porte d'un bar... Et tout le monde semble soufflé par quelque chose que je ne comprends pas...

Je fais un tour sur moi-même... On dirait bien que je suis le centre de l'attraction... Je me retourne... Et me retrouve face au visage d'une demoiselle me dévisageant de ses magnifiques yeux apparemment troublés par... Mon apparition!

"Oh Mon Dieu!"

Qu'est-ce qui vient de se passer?


Dernière édition par Evangeline L. Watson le Mar 14 Juil - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calixte J. Montgomery
In Tenebris Lux
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 27 ans
Messages : 554
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
30/200  (30/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Aux yeux du monde (Avec Calixte) Dim 5 Juil - 13:38


La peur, la haine, les ténèbres, voilà tout ce qu'il nous restait ici à la Nouvelle-Orléans. Bien heureux étaient ceux qui ne croyaient pas, car jamais leur yeux ne seraient emplis d'effroi. Il fut un temps où moi aussi je ne savais rien. Un temps ou rien n'avait grande importance ni même de sens. Un temps où seule subsistait l'innocence. Et, alors que mes yeux ont vu et que mon âme a su ce qui se dissimulait derrière les voiles de la vérité, mon existence me semble-t-elle avoir plus de sens à présent? Ô non, grand Dieu non… Elle ne me parait que plus misérable encore. Et je les observe tous ces vivants, s'agiter à tout-va, comme si de rien était, profiter de quelques futiles instants, comme pris au piège d'un paradis artificiel qui les empêcherait de contempler l'horreur qui se trouve juste sous la pointe de leur nez. D'autres restent cloîtrés chez eux, attendant je ne sais quoi venant d'un Dieu qui refuse de se montrer à leurs faces désabusés pendant que certains laissent libre cours à leur belliqueux instincts. J'arpente ces rues sans la moindre foi ni conviction, la brise qui me caresse la peau ne m'apporte plus aucun réconfort et ces nuages qui tourbillonnent au-dessus de nos têtes me semblent tous si monstrueux. Quelle tristesse, ô oui quelle tristesse pour moi que d'en être arrivée là. Alors que je pouvais passer des heures face à ces morceaux duveteux auxquels mon imagination contemplative donnait vie, voilà qu'aujourd'hui, ceux-ci m'indiffèrent. Ce vent que j'aimais tant sentir éveiller mes sens et ranimer mon âme est comme quasi inexistant, se contentant de remplir mes poumons afin de ne pas me laisser dépérir. Alors que mon silence demeure et que ma joie se meurt, je m'aperçois que rien ne parvient à ébranler mon cœur. Quelque chose avait changé depuis la dernière fois, oui, depuis ce terrible soir, tout me paraissait bien noir, comme si quelque chose était venu me briser de l'intérieur, déposant une épaisse couche d'ignorance et d'indolence en mon cœur afin de furtivement ravir et broyer mon âme. Je ne savais pas ce que Red Hands nous avait fait, je ne me souvenais que de la douleur qui subsistait pendant et après son intervention, néanmoins, j'avais cette désagréable sensation d'agir tel un automate. J'avais bel et bien conscience que quelque chose ne tournait pas rond mais, j'étais incapable de dire quoi ou même d'agir en fonction. Le voulais-je seulement? Malgré ma petite mise au point avec Sophya et les quelques entretiens que j'avais eu avec des membres de l'association, tout me paraissait encore bien étrange et invraisemblable. Et cette sensation, oui cette sensation d'être épiée me tenait encore aux tripes. Il fallait que cela cesse, que j'oublie tout cela pour un temps, que je me repose. Je voulais du calme. Paradoxalement, je voulais la vie. Je voulais renouer avec cette vie que j'avais si brutalement délaissée et qui avait fait de moi celle que j'ai toujours été. Je m'arrêtais alors face au Laffite Blacksmith, lieu que j'avais l'habitude de fréquenter avant.

Je m'installais alors doucement au comptoir, adressais un sourire à Jaden qui m'avait reconnu et qui s'étonnait de me revoir après tous ces mois où "j'avais disparue de la carte". S'il savait. Je me contentais de répondre de façon évasive en attendant mon verre de Sazerac tout en lui indiquant de rajouter une bonne dose d'absinthe. Quelques minutes plus tard, j'imbibais enfin mes lèvres de ce nectar aux notes brutes et acidulés, réchauffant ma gorge d'une bonne lampée, espérant raviver la flamme qui me paraissait alors avoir été complètement annihilée par les derniers événements . Rien, je finis même mon verre par un cul sec magistral dans l'espoir de renouer avec le passé tout en commandant un autre cocktail dans la foulée afin de ne me laisser aucun répit. Seulement, Jaden lui, semblait débordé, je sortis alors fumer une cigarette le temps que le barman me serve. Il fallait que je vive, que je ressente de nouveau quelque chose. Alors que je m'apprêtais à rentrer, je n'eus même pas le temps de porter la main à mes lèvres afin d'en retirer la fin de cigarette qui se consumait au bout de celles-ci qu'une fille apparue devant moi. Les yeux écarquillés, le mégot s'échappant de ma bouche en laissant virevolter une nuée de cendre tandis que le reste de mon corps se retrouvait entièrement figée, je détaillais cette jeune femme. Elle n'était pas réelle, cela ne se pouvait pas. À moins que je ne l'avais tout simplement pas vu? Peut-être que j'étais tellement dans les vapes que je n'avais même pas prêté attention à cette fille en poussant la porte? Pourtant, il me semblait bien qu'il n'y avait personne lorsque j'avais jeté un coup d'œil avant d'entrer. Je la détaillais avec minutie, comme pour m'assurer que mon esprit ne me jouait pas un mauvais tour avant de l'entendre s'écrier, saisie par cette action, je sursautais un instant, ayant un léger mouvement de recule avant de mener une main à mon cœur en expirant profondément.

- Oh bordel!

Cette femme semblait tellement surprise de se retrouver ici... Et ce froid que je ressentais en sa présence et tous ces yeux qui nous dévisageaient… J'observais un instant la foule ainsi que Jaden qui avait l'air tout aussi stupéfait que nous. Je me dirigeais alors droit vers le comptoir -ignorant totalement la jeune femme- afin de récupérer mes affaires, déposant un regard où se mêlait l'inquiétude et l'incompréhension sur l'afro américain :

- C'est quoi ce merdier Jaden? Qu'est ce qui s'est passée?

- Je… Je sais pas mais…

- Mais quoi? … Non… Me dis pas que…

Alors que mes yeux étaient toujours rivés sur le barman, je sentis mon cœur se resserrer en voyant la mine décomposée que le pauvre homme tirait. Je ne voulais pas me retourner, il ne fallait pas que je me retourne car si je le faisais et qu'elle était encore là, cela voudrait dire qu'elle existait. Cela voudrait dire que quelque chose ne tournait pas rond ici aussi… Pourtant, je la ressentais, de toute sa froideur, de toute son absence de vie, je ressentais sa troublante présence juste derrière moi.





Dernière édition par Calixte J. Montgomery le Lun 27 Juil - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evangeline L. Watson
The girl who whispered
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 338
Localisation : Partout en une fraction de seconde... mais attirée par la Nouvelle Orléans
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
75/200  (75/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Aux yeux du monde (Avec Calixte) Mar 14 Juil - 12:43

Aux yeux du monde '
Vous pouvez vraiment me voir?



Que de ça, je ne rêvais que de ça depuis des jours... Des années peut-être, je n'en savais plus trop rien... Et voilà que je me retrouve en plein milieu d'un bar, des dizaines de paires d'yeux braqués sur moi et cette demoiselle qui me fixe comme si elle me voyait tout en refusant de me voir...

Mais qu'est-ce qui est en train de se passer? Comment cela est-il possible... Et pourquoi cette belle brune réagit-elle aussi... Bizarrement... Je ne comprends plus rien. Tout le monde semble totalement décontenancé... Mais le sont-ils plus ou moins que moi? Je ne saurais dire.

Je n'espérais que ça depuis mon éjection sans douceur de cette douce lumière qui me menait vers... Je ne sais trop, mais ça me semblait bien! Je n'espérais qu'une chose du plus profond de mon être : pourvoir être perçue et reconnue comme une entité, si ce n'est vivante, tout du moins consciente. Je me doutais que cela effrayerait, que cela perturberait, mais pas qu'on m'ignorerait de plus belle comme vient de le faire la demoiselle.

Après avoir fixé plusieurs secondes, lâchant un juron au passage, elle m'a contourné et ignoré pour revenir vers le barman... Je l'ai suivi du regard, oubliant le reste des probables habitués du coin. Pourquoi m'intrigue-t-elle autant... Pourquoi sa réaction me blesse-t-elle autant? J'ai l'impression de brûler de l'intérieur à la voir ainsi m'éviter, aveugle à ma détresse.

Je n'ai jamais été réellement en colère... Ou si, pendant l'année suivant l'accident de car... Mais cela remonte à une éternité et c'était dans "une autre vie". Mais cette fois-ci, je suis en colère, une rage profonde et noire qui grandit en moi. Je ne demande pas grand chose, juste qu'on me considère comme une personne, même si celle-ci n'existe plus sur le même plan.

"Hey... Ne fais pas semblant de..."

Ma voix résonne à mes oreilles comme au coeur d'une cathédrale et je suis presque sure que personne dans le bar ne l'entend... En fait, je n'en sais rien, peut-être est-ce un vacarme assourdissant pour eux? Mais ils semblent demeurer figer... Peut-être sont-ils tétanisés par ma présence... Je n'en sais rien... Sont-ils même encore capables de me voir? Et comment me perçoivent-ils? Comme celle que je fus? Ou comme une entité floue et effrayante? Le sol se trouve-t-il sous mes pieds ou suis-je en train de flotter dans les airs? De quoi ai-je l'air à leur yeux?

Ces questions apaisent l'espace d'un instant ma colère vis à vis de la jeune femme qui se trouve à présent face au barman, qui lui, continue de me fixer sans dire un mot... Mais cela fait aussi monter mon angoisse...

Les paroles de la belle brune me parviennent, lointaines mais claires... Et je comprends plus où moins ce qu'elle veut dire lorsque l'homme en face d'elle, celui qui ne quitte pas l'endroit où je me trouve du regard, termine sa phrase par un "mais"...

Je pivote sur moi-même observant l'envolée de serviette et quelques verres brisés... La plante renversée... C'est moi qui ai fait ça...

Ma bouche s'ouvre...

"Je... Je suis désolée, veuillez m'excuser, je ne savais pas ce que je... Pardonnez-moi"

Des sanglots dans la voix s'envolent dans le néant et j'ai l'impression de m'évanouir avec eux. Mais je ne veux pas disparaître, c'est ma seule chance d'avoir des explications... Sauf que plus je me désespère de ma situation plus je m’efface, plus l'énergie disparaît... Les émotions puissantes, la joie, la colère, me donne consistance... Je commence à comprendre, mais je ne sais encore rien et n'arrive pas à me contrôler!

Rien ici ne peut m'apporter de la joie. Je suis au bord des larmes - si seulement j'étais capable de pleurer. Mais ce n'est pas le cas! Je dois donc puiser ailleurs la force de me faire entendre, de me faire voir! L'évitement volontaire de la demoiselle me revient en tête... Et la colère me regagne subitement!

"Hey! Vous! Dites-moi ce qui se passe... Et pourquoi vous refusez de me voir... Vous m'entendez!"

Je ne sais pas si elle fait encore exprès de m'ignorer mais je sais qu'elle l'a fait quelques instants plus tôt et cette réaction m'a exaspérée et m'exaspère encore!

Je m'élance dans sa direction, glissant à une vitesse vertigineuse qui me donne le tournis... Comme si un "fantôme" - si c'est le bon terme - pouvait avoir le mal des transports!

Je me dresse à ses côtés, la fixant à mon tour!

"Pourquoi faites-vous comme si je n'étais pas là... Je ne comprends pas ce qui se passe... Je vous en prie, soyez gentille, regardez-moi!"

Mes paroles sont plutôt gentilles, mais je me rends compte que le ton que j'y ai mit est plutôt glacial... Et que je ne suis même pas certaine qu'elles sont effectivement arrivées à ses oreilles! Je passe tellement vite d'une émotion à une autre que cela en est effrayant. Comme si je n'étais constituée que d'émotions et qu'elle défilaient en moi aussi vite que les mots défilent de ma bouche. Je suis une boule d'émotions... Elles semblent me garantirent énergie ou inversement en fonction de celle qui m'habite... J'ai toujours essayé de me contenir de ce point de vue depuis mon adolescence. Mais c'en est fini! L'esprit que je suis, River, est une rivière pleine de puissance et son flot ne peut en être brisé!


Dernière édition par Evangeline L. Watson le Lun 3 Aoû - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calixte J. Montgomery
In Tenebris Lux
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 27 ans
Messages : 554
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
30/200  (30/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Aux yeux du monde (Avec Calixte) Lun 27 Juil - 22:31


Je ne bougeais pas, me contentant de siroter mon verre comme si de rien n'était, tentant de paraître aux yeux des autres la plus normale possible. Je ne voulais pas de nouveaux drames dans ma vie, je ne voulais pas être le centre de l'attention, je voulais juste que tous ces regards se détournent de moi, de nous et m'oublient à jamais. J'observais Jaden, tentant de lui raconter des banalités afin de lui faire oublier tout ce qui venait de se passer. Cela avait l'air de marcher, les gens qui m'entouraient alors semblaient tous reprendre une activité normale, les uns discutaient avec les autres, pendant que certains jouaient au billard et ainsi de suite, tout rentrait enfin dans l'ordre. Pourtant, je ressentais toujours cette froideur macabre et incisive lacérer ma peau, me donnant la chair de poule, s'infiltrant jusque dans mon être, rongeant mes os et me laissant désarmée. Je préférais l'ignorer, finissant mon verre, j'adressais un sourire au barman avant de lui faire signe, lui indiquant ainsi que j'allais aux toilettes et qu'il devait surveiller mes affaires. L'homme s'exécuta et passa mon sac et autres effets personnels derrière le comptoir. Une fois arrivée près de la porte des toilettes, le bruit des verres qui venaient de se briser contre le sol du bar me fit sursauter, m'agrippant à la poignée par réflexe, je me retournais un instant, contemplant l'étendue des dégâts, les débris miroitant jonchaient le sol et en leur éclat, il me semblait presque apercevoir cette fille de tout à l'heure. La peur me tordant les boyaux, je préférais détourner le regard, me contentant d'hocher les épaules face à la mine déconfite du serveur :

- Bah ça arrive parfois, t'en fais pas. Heureusement que c'était pas mon verre, t'aurais été obligé de m'en offrir un double!

Adressant un clin d'œil au jeune homme et un sourire à la table qu'il devait servir, je réussis à lancer une polémique qui nous permettait de noyer le poisson et de ne pas nous focaliser sur toutes ces bizarreries environnantes. Pendant que les uns réclamaient en chantant, braillant et tapant joyeusement sur les tables une tournée générale, je pénétrais enfin dans les toilettes. Me passant un peu d'eau sur le visage, je pris quelques instants afin de décompresser, expulsant à travers mon souffle toute la tension que j'avais pu emmagasiner. Je me contemplais un instant, souriant et me moquant de moi-même.

- Ma pauvre Calixte, tu deviens complètement barge avec toutes ces histoires.

Et alors que je m'apprêtais à attraper des serviettes en papier afin de m'essuyer le visage, je me retournais et vis de nouveau cette femme. Sursautant, je fis un pas en arrière, me retrouvant à buter contre le lavabo, sans aucune autre véritable échappatoire, mes mains se vissant fermement à ce dernier, me contenant d'observer cette brune qui me faisait face et qui m'inspectait de son regard franc et brûlant. Je faisais ce qu'elle me demandait et la regardais avec minutie, comme pour m'assurer que ce n'était pas une mauvaise blague. Mon cœur battait à tout rompre, je fus paralysée pendant un moment par son intrusion et ses paroles, néanmoins, il fallait que je me ressaisisse. Et puis, malgré ses étranges paroles, je ne pouvais nier la détresse qui se dissimulaient à l'orée de sa bouche et qui éclatait au travers de cette colère flagrante. Je me redressais alors, soufflant un instant, passant ma main sur mon visage afin de me débarrasser des gouttes d'eau qui ruisselaient sur mon visage puis, jetant les lambeaux de papier dans une corbeille, je fis volte-face à cette inconnue et pris mon courage à deux mains:

- Je…

Aucuns mots censés ne me venaient à l'esprit, en toute honnêteté, j'étais totalement décontenancée par ce face- à-face. Tentant de me reprendre, j'entamais alors une sorte de monologue tout en faisant les cent pas:

- Hé merde Cali', à quoi tu joues? T'es toute seule, enfermée dans des toilettes avec… Une… Une morte? Oh bon sang…

Je plaçais ma main devant la bouche, comme pour m'empêcher de dire je ne sais quoi, puis observant la jeune femme, je finis par lui dire de façon maladroite:

- Je, je suis désolée. Je ne voulais pas être désagréable. Quoi que non, pas véritablement en fait vu que vous êtes un fantôme et que normalement vous n'avez rien à faire ici et que généralement, tous les esprits sont des espèces de tarés vicieux et psychopathes. Pff.. En même temps, cette ville est maudite alors au point où on en est…

Je me détendis enfin avant de lâcher d'un air las et désabusée :

- Qu'est ce que vous me voulez au juste? Si c'est un café, je crois qu'il est un peu trop tard pour ça...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evangeline L. Watson
The girl who whispered
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 338
Localisation : Partout en une fraction de seconde... mais attirée par la Nouvelle Orléans
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
75/200  (75/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Aux yeux du monde (Avec Calixte) Lun 3 Aoû - 19:12

Aux yeux du monde '
Vous pouvez vraiment me voir?



Je ne sais comment je fais ça... Me déplacer d'un lieu à autre en une fraction de seconde. Cela m'est totalement incontrôlable. Lorsque je "veux" aller quelque part, je dois "marcher", en voyant défiler le paysage devant moi. Mais parfois, il m'arrive de me retrouver quelque part, sans comprendre comment. De traverser des distances faramineuses sans m'en rendre compte, sans prendre conscience ni de l'espace ni du temps.

Et voilà que je me retrouve face à la demoiselle du bar. Mais elle n'y est plus, elle est aux toilettes pour dame, et moi, je suis en rogne. Parce qu'elle m'ignore royalement. Je supporte de moins en moins cela et cette sensation de colère fait monter en moi de l'énergie par vague, et cela est agréable. J'en ai le vertige. La colère est puissante... Je l'avais oublié, enfoui en moi, de peur qu'elle ne me dévaste comme elle l'avait fait lors de l'accident quand j'étais adolescente. Mais que peut-elle bien dévaster à présent? Je n'ai plus rien et ne suis que moins que rien. Mais imaginer qu'on m'ignore alors qu'on peut me voir... Cela ravive la tempête en moi, cette force vive!

Et voilà qu'elle se met à parler toute seule, toujours comme si je n'étais pas là... Mais je comprends à présent que je la perturbe. Qu'elle est familière de ce genre d'apparitions... Et je la sens gênée lorsqu'elle lance le mot "morte" d'un ton pas loin du dédain... Mais ce sentiment ne m'est pas destiné et je le comprends vite en la voyant placer une main devant sa bouche... Tout est si clair tout à coup! Au sens propre! Comme si mes yeux pouvaient voir avec une acuité de 20/10 chacun. Et la colère s'envole d'ailleurs au profit d'un sentiment de compréhension et de désolation pour la jeune femme... Puissant lui aussi, moins ravageur, un peu moins énergique mais en corrélation avec ce qui se passe actuellement.

Ses excuses sont les bienvenues même si elles évanouissent en une seconde et je secoues la tête avec un sourire désolé. Elle est au bout du rouleau. Elle a subit des choses avec des êtres comme moi... Je peux le sentir au ton de sa voix, cela n'a rien de magique ni de fantomatique, cela est très... Naturel. La Evy que j'étais était très douée pour cela et semble l'être toujours. C'était un don précieux pour un médecin.

"Je ne suis pas une vicieuse psychopathe... Je vous rassure... Je n'ai pas l'intention de vous faire du mal... Je ne sais même pas comment je pourrais, si ce n'est vous faire peur par ma présence... Et j'en suis vraiment désolée... " Dis-je sans bouger...

River n'est peut-être pas tout à fait comme Evy, mais mon esprit n'est pas celui d'un psychopathe, c'est évident... Quelqu'un de déterminé, qui se laisse porté par ses émotions et qui ne lâche pas un but qu'il s'est fixé, mais un malade qui veut faire du mal aux gens? Ah ça non! Un médecin de son vivant pourrait-il vouloir blesser les gens dans la mort? Je ne crois pas, mais comment être sure de quoi que ce soit?

"Veuillez m'excuser pour mon manque de politesse... Et ne vous en faites pas, je ne vous en veux pas... Je sais que je suis morte... Je voulais juste... Etre vue... Et le café me manque, c'est indéniable... Mais je pourrai m'en passer..."

Je m'adosse au mur dans un soupire et à ma surprise, une sensation de fourmillement se créé dans mon dos, je peux sentir le carrelage...

"Je m'appelle Evangeline... dis-je en souriant. Et vous c'est quoi votre petit nom? Vous savez, je viens de Londres, et ne comprends rien à ce qui se passe dans cette ville... Tout ce que je sais, c'est qu'elle n'est pas saine..."

Bon, voilà commence à parler comme une touriste un peu perdue... Ce que je suis en fin de compte... Je me mets à marcher dans les toilettes pour dames, sentant le sol sous mes pieds, ce qui ne m'était pas non plus encore arrivé...

"J'étais sur le point de me marier vous savez..."

Je me glisse tout à coup en face de la jeune femme la fixant d'un air de chaton...

"Il se passe tellement de choses depuis que... Que je suis morte... Et je ne maîtrise rien, ne comprends pas grand chose et me sens perdue du fait que personne ne me voies... Mais ce que je sais c'est que vous venez de me redonner espoir... Merci infiniment..."

Je me retourne et m'apprête à la laisser, mais quelque chose semble me retenir dans ces toilettes.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calixte J. Montgomery
In Tenebris Lux
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 27 ans
Messages : 554
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
30/200  (30/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Aux yeux du monde (Avec Calixte) Dim 30 Aoû - 21:51


Pas une vicieuse psychopathe, bah voyons, elle serait bien la première à tenir de tels propos en cette ville de maudit. D'un autre côté, j'avais envie de la croire. Elle ne dégageait rien de négatif, son énergie semblait neutre voire rassurante malgré ses pertes de contrôle évidente. Je la détaillais alors avec curiosité, déposant définitivement les armes, sans pour autant oublier de mettre en place les précautions d'usages que m'avait enseigné Pa'Obi. Il fallait encore que je travaille sur les "verrous" que je pouvais mettre en place pour éviter les possessions instantanées mais, ici, je ne craignais rien, je le sentais bien. Me détendant alors définitivement, je souris alors doucement à la jeune femme qui au fond, était dans une situation relativement similaire à la mienne. Nous étions deux agneaux sacrifiés sur l'autel de la haine, perdus et désorientés, ne souhaitant qu'une seule et unique chose, retrouver le lumineux sentier qui menait à notre chez nous. Seulement, avait-on encore véritablement une place en ce monde et au sein de cette lumière que nous recherchions avec la volonté du désespéré?

- Ça va aller ne vous en faîtes pas, je vous crois… C'est plutôt à moi de m'excuser je pense.

J'observais alors l'esprit progressivement voguer au gré de ses pensées, pensées qui semblaient l'aider à se matérialiser de façon plus efficace et beaucoup plus soutenue. Je la détaillais alors, n'ayant encore jamais véritablement vu un tel phénomène se produire de façon aussi naturelle sous mes yeux. Je l'écoutais tout en ne pouvant m'empêcher de lever un bras en sa direction l'air de dire: hé ho, tu te rends compte que tu es en train de gambader comme une fleur des champs juste devant moi là en mode fantôme surprise? Cependant, la brune ne semblait pas remarquer cela, totalement absorbée par son propre flot de pensée et ses allées et venues machinales. Ce n'est que lorsqu'elle présenta son doux minois sous mon nez que je pus enfin accrocher son regard, un léger mouvement de recule plus tard, je ne pus que placer un :

- Calixte et uh… de rien?

Alors que je voulais en apprendre plus sur cette dernière, elle se mit à agir comme si elle allait partir, elle allait décidément trop vite pour moi :

- Hey mais attendez!

Je me rapprochais alors, la voyant se retourner vers moi avant de lui dire d'un air totalement halluciné :

- Vous ne comptez pas partir comme ça?

Ma question avait l'air de paraître tellement surfaite aux yeux de l'inconnue que j'enchaînais alors sans me poser plus de question que cela :

- Je ne sais pas par quel miracle mais, vous avez réussi à vous matérialiser, si vous sortez maintenant comme une fleur, les clients du bar vont tous avoir une attaque… Et puis, j'aimerais en apprendre plus sur vous, je ne peux pas vous laisser partir comme ça, pas après ce que vous m'avez dit.

J'allais alors bloquer avec un balai qui traînait la porte d'entrée des toilettes afin d'être sûre de ne pas être interrompue par une cliente qui viendrait nous importuner. Je fis le tour de la jeune femme afin de m'assurer de sa condition avant de soupirer de façon étonnée :

- Je ne sais pas si vous pourrez le boire mais, si vous restez comme ça, il est clair que vous serez capable de le tenir en main votre café…

Je me ressaisissais alors, devenant beaucoup plus sérieuse avant que la jeune femme ne se mette de nouveau à disparaître:

- Je crois qu'il est temps pour nous deux de faire une petite mise au point… Enfin… si vous êtes encore là? Allo? Ya quelqu'un?

Je la voyais alors ici et là, les instants étaient brefs mais, son énergie elle perdurait :

- Bon, de toute évidence, vous paraissez aussi novice que moi en la matière mais je dois vous prévenir de ce qui se passe ici. Vous avez tout à fait raison sur un point, cette ville n'est pas saine. Le mal s'y est installé et il compte bien rafler chaque âme qui arpente encore les terres de la Nouvelle Orléans. Je tiens à vous mettre en garde, un esprit puissant, bien plus puissant que ce vous pouvez imaginer tente de mettre la ville à feu et à sang. Vous êtes peut-être morte, mais même la mort ne peut vous protéger de cet être… Si vous ne comptez pas passer de "l'autre côté" ou lui vendre votre âme, je vous conseille alors de vous adresser aux membres de l'association pour qu'ils vous aident. Vous en aurez besoin.

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evangeline L. Watson
The girl who whispered
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 338
Localisation : Partout en une fraction de seconde... mais attirée par la Nouvelle Orléans
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
75/200  (75/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: Aux yeux du monde (Avec Calixte) Dim 20 Sep - 18:22

Calixte? C'est un joli nom, inédit à mes oreilles, je l'apprécie... Et je crois que je suis en train d'apprécier la jeune femme aussi. D'autant plus lorsqu'elle me demande de ne pas partir. J'étais persuadée, l'espace d'un instant, que c'est ce qu'elle voulait, mais non... Je me retourne vers elle...

"Heu non... Je pensais juste que c'est ce que vous vouliez..." Dis-je d'un ton désolé.

Mais je ne vais pas partir si je peux encore profiter de sa présence! Certes, je ne suis pas fan d'une discussion dans les toilettes des femmes mais... Bon, disons que c'est ce qu'il y a de mieux pour le moment et je fais moins la fine bouche depuis que je suis passée de l'autre côté. D'autant que je ne suis pas agressée par les odeurs spécifiques au lieu à cet instant, ce qui est déjà pas mal en soit. Parfois, je sens comme avant, parfois pas! Là, je ne sens rien, si ce n'est l'odeur d'un café fraîchement moulu, mais ce doit être une idée!

Et voilà qu'elle m'explique pourquoi, de plus, je ne dois pas sortir! Je suis matérialisée? Tout le monde pourrait me voir? Cela me fait tout à coup peur, alors que je n'attendais que ça jusqu'à maintenant! Mais une seule personne acceptant ma présence, c'est déjà plus qu'il n'en faut pour l'instant, je ne veux pas créer un vent de panique. Je reste donc dans le toilettes, à regarder ma main comme si je ne l'avais jamais vue! En fait, je ne l'ai jamais vue, pas depuis ma mort! C'est tellement étrange et un soulagement d'une certaine façon.

Et puis, Calixte veut parler avec moi! Et moi aussi, j'en ai envie! Je ne sais pas ce que je lui ai dis de tellement extraordinaire, mais elle est attentive et je vais donc faire de même!

Elle s'en va bloquer les toilettes. Cela me fait rire et mon rire me fait rire encore plus, allez savoir pourquoi. Je n'ai pas ri depuis une éternité, depuis ma vie en fait. Et ce son me parait étrange, presque malsain... Rire quand on est mort ne devrait pas avoir lieu... Pourtant, je n'en reste pas un être humain en fin de compte, et un esprit plein de fougue aussi, je suis tellement étrange que je me fais peur, et me fait rire... Quel paradoxe!

Elle me tourne autour et me regarde avec étonnement... Mais c'est moi qui suis étonnée de sa phrase:

"Tenir une tasse? Vraiment? Je ne suis même pas capable de sentir, de toucher quoi que ce soit... "

Heu... Faux! Je sens le sol sous mes pieds à cet instant! Je sens le mur sous ma main quand je le touche... Et... Avec de la concentration, le robinet d'eau froide tourne sous mes doigts visible...

" C'est... Incroyable... Comment je fais ça?"

Je suis étonnée, un peu paniquée... Et admirative de ce que je suis en train de faire. Je me sens puissante et apeurée, drôle de mélange émotionnel. Mais à trop penser, à trop avoir peur... Je me sens m'évanouir dans l'éther qui nous entoure... Avant d'entendre au loin la voix de Calixte qui me ramène...

"Heu.... Oui, pardon, je suis là... Excusez-moi... Je ne fais pas exprès..."

Un peu honteuse, je me force à sourire! Mais j'ai l'impression de changer de place sans me contenir, de passer du sol au plafond... Je serais en vie, je crois que j'aurais le mal des transports à naviguer ainsi.

C'est alors que ma nouvelle "amie", oserais-je l'appeler ainsi, m'explique ce qu'il en est! Oui, je suis plus que novice, je ne comprends rien à mon existence actuelle. Mais au moins, mes sens ne sont pas perdus, la ville n'est pas saine!

"L'association?"

Je secoue la tête, incrédule... Je n'ai pas envie de m'inscrire au club de bridge, ni même de danse... Mais ce qui me marque le plus, c'est son idée de passer de l'autre côté. Il faut que je lui explique ce qui m'est arrivée!

"Je devais passer de l'autre côté, comme vous dite, je crois même que j'étais en chemin! Mais quelque chose s'est produit... Et un démon a voulu m'attraper. Il a prit une âme pure comme jamais près de moi mais quand il a voulu me prendre, je me suis... Évanouie dans la nature. Je me suis retrouvée loin d'ici, sans savoir ce qui se passait. C'est là que j'ai comprit que j'étais morte... Mais quand j'ai voulu reprendre le chemin de l'au-delà, j'ai été attirée... Ici à la Nouvelle-Orléans. "

Je tente de me concentrer pour garder une apparence stable en parlant, mais cela demande beaucoup d'énergie! Un café serait vraiment bon, je l'avoue, mais je continue à parler.

"J'ai l'impression d'être bloquée ici, d'avoir une mission à accomplir... Retrouver l'âme piégée avant moi... Je crois... Je suis liée à elle, d'une certaine façon... Mais ne me demandez pas comment je le sais!" Dis-je d'une voix qui me laisse comprendre que c'est River qui s'exprime et non Evy!

Je marche dans les toilettes à nouveau.

"C'est quoi cette association?" Demandé-je à nouveau. J'ai l'impression qu'elle est "du bon côté", même si bon ou mauvais côté me semble totalement incongru à ce niveau. Mais le mal est clairement identifié non? Le mal est l'ennemi du bien et je suis partisane du bien depuis toujours!

"Car il est hors de question que je lui vende mon âme!"

Puis tout à coup, je m'arrête...

"Mais... Et vous? Comment êtes vous capable de me voir aussi aisément... Vous avez su que j'étais là avant que je n'apparaisse n'est-ce pas... J'ai pu le sentir!"

Je suis presque essoufflée par ce que je viens de dire.
HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Aux yeux du monde (Avec Calixte)

Revenir en haut Aller en bas

Aux yeux du monde (Avec Calixte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Henriette d'Angleterre, mais appelez moi « Madame » !
» Ludivia, la fille aux yeux diamants [Luz]
» Un nouveau Monde [avec Queen]
» Hector de Valois, oserez-vous pénétrer dans l'antre du diable ?
» Un jour je conquerrais le monde avec mon armée de pélicans et de brosses à dents ! En attendant je mange des marshmallows avec mes copains les hérissons ... ~ Link

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Mirrors :: Rp's en attente-