AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
RETROUVEZ NOUS SUR:
http://houseofhell.forumactif.com/

Partagez|

« Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Matt Cox
The runaway fighter
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 36 ans
Messages : 121
Localisation : Bruxelles
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
70/200  (70/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn Ven 28 Aoû - 18:02

Les ravages et les
bienfaits de l'alcool.
Quinn & Matt
“C’est du whisky, misérable créature !... De l’alcool !... Cet alcool qui ravale la bête au rang de l’homme !...” ▬ Hergé

Quelle déception... Matt avait voulu se reconstruire une vie convenable. Travailler, ne plus se battre, ne plus picoler comme avant et éviter les emmerdes. Sauf que, pas de chance, il avait emménagé dans la ville la plus morte de l'Amérique du Nord. Et Matt, quand il s'emmerde ferme, pire qu'en cellule d'isolement, il a tendance à boire. Ici, pas de gardes pour le surveiller, pas de barreaux pour l'empêcher d'aller où il veut et aucune règle lui interdisant la consommation d'alcool. Il avait eu beau résister, s'en tenir à des entraînements routiniers, tenter de rester à un mode de vie sain, il avait, un soir, pris un autre chemin que d'habitude, passant dans une rue bourrée de bars et autres clubs. La première fois, il ne céda pas à la tentation. La seconde fois, il se dit simplement qu'un petit verre ne lui ferait pas de mal. Juste un, comme au bon vieux temps. Il avait pénétré l'établissement à l'allure sans prétention, et s'était dirigé d'un pas hésitant vers le comptoir. Juste un verre, Matt, se répétait-il inlassablement. Il avait forcé son sourire, provoquant un masque d'inquiétude à la serveuse, et il avait ravalé aussitôt sa mine réjouie qui semblait plus l'effrayer qu'autre chose. La belle blonde le servit rapidement, faisant glisser le verre de scotch dans sa direction et en lui beuglant le prix par-dessus la musique pop qui éclatait des hauts-parleurs. Matt fouilla ses poches, attrapa son portefeuille et étala le billet sur le comptoir, l'amenant doucement vers elle. Elle le remercia, sans prendre le bout de papier vert sur lequel il avait encore une partie de sa main. Il se ravisa en maugréant, lâcha l'argent et prit son verre empli d'un liquide ambré. Ce ne fut que lorsqu'il lui tourna le dos que la serveuse prit l'argent et l'encaissa. Couillonne.

Le boxeur déambula alors parmi les tables à la recherche d'une place tranquille, isolée du reste de la clientèle. Un regard circulaire lui indiqua que sa quête ne sera pas ardue du tout ; il y avait, en tout et pour tout, cinq pochtrons et un couple qui se pourléchaient mutuellement la glotte à grands renforts de bruit de suçons. Matt se dirigea alors sur une table pour deux, ronde, bordée de griffures et autres coups dans le bois qui indiquaient une bonne vie de table de bar. Des gribouillis avaient été gravés et griffonnés dessus. Tout en portant son verre à ses lèvres pour une première gorgée, il lut les mots malhabilement inscrits, mais se lassa rapidement des conneries niaises qu'il put y lire. Il porta alors ses yeux sur un écran accroché au mur où défilaient les images d'un vieux match de football. Ennuyeux. Ne pourraient-ils pas plutôt mettre un match de l'UFC ? Il soupira, son regard se perdant dans son verre. Déjà vide. Matt retourna au bar demander à le faire remplir ; la midinette s'exécuta prestement, apparemment impatiente qu'il s'en aille définitivement de l'endroit. Il lui sourit en inclinant la tête, essayant d'ignorer ses airs de chat effarouché, puis revint à sa place.

Ce fut au moment où il entamait son quatrième whisky, pensant déjà au cinquième qu'il voudrait empli de tequila, qu'une jeune femme apparut dans l'embrasure de la porte. Elle était plutôt mignonne mais avec un curieux air mal à l'aise sur son minois. Matt la fixa, d'un œil morne, sans se poser la question de son indiscrétion. Il la suivit du regard alors qu'elle allait au bar également et se faisait servir par la blonde qui, cette fois, paraissait bien plus encline, et quand elle s'avança vers lui, sûrement dans le but de passer à côté et de s'installer quelque part. Matt se disait qu'il ne serait pas si mal si elle décidait de venir taper la discussion avec lui... Cela briserait un peu la monotonie de son quotidien et l'ambiance morose dans laquelle baignait son début de soirée en tant que célibataire. Evidemment, elle ne s'arrêta pas devant lui. Elle ne lui décocha même pas un regard, semblant ne même pas le remarquer, ce qui le vexa stupidement - rappelons-nous que l'alcool commençait déjà à attaquer son esprit limité. Il bougonnait déjà, se remettant en tête que seul ce foutu football animerait sa soirée, quand il vit du coin des yeux la jeune femme en question trébucher à un mètre de lui. Son verre fut secoué en tous sens et vint déverser tout son contenant sur le jeans de Matt. Il porta son regard sur l'étendue des dégâts, dont la fille étalée par terre, la moutarde lui montant au nez.

« Oh, shit ! » rugit-il en se levant brusquement, tapant son verre sur la table, et fonçant aux toilettes pour prendre du papier. Revenant sur ses pas en frottant vivement la boule de papier toilette sur son entre-jambe, il vit la maladroite toujours là et la fusilla du regard.




© Gasmask


Buck, the puppy
« LES CHIENS N’ONT QU’UN DÉFAUT : ILS CROIENT AUX HOMMES. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 19 ans.
Messages : 1042
Localisation : Dans Marigny.
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
77/200  (77/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn Sam 29 Aoû - 16:14


Les ravages et les bienfaits de l'alcool.
ft Matt.
Errant comme une âme en peine, je tentais tant bien que mal de trouver quelque chose à faire. Traîner pour traîner, ce n'est pas très efficace. Et puis, s'oublier, si c'est bien une fin en soit, n'est possible que dans une ville active. Et la nuit, dans ce quartier, l'activité n'est pas celle que je recherchais. J'étais tout juste sortie de mon immeuble qu'hébétée, je me demandais s'il ne valait pas mieux remonter. Oui, mais pourquoi faire ? Ne rien faire. Ou tenter de dormir. J'en frissonnais. Ces derniers temps, mes rêves me mettaient les nerfs en pelote, et, comble de l'horreur, m'avaient fait péter les plombs. Habiter dans un coin lambda m'avait semblé une bonne idée au moment de mon installation, je n'étais plus sûre. On avait simplement tenter de me délester de mon téléphone, sans armes, qui plus est. J'avais frappé le pseudo-voleur avec tant de conviction qu'il en était tombé, ne s'attendant pas le moins du monde à ce qu'il considérait surement comme un poids plume ne l'attaque. Surtout pour garder un téléphone aussi rustique. Je n'en avais seulement pas fini. Je ne pensais plus, ne sentais même plus. Un bruit métallique me fit sursauter, le chat - qui avait tomber le contenu d'une poubelle au sol - s'enfui sans demander son reste. Je me tournais vers ma victime, et reculais instinctivement. L'homme avait l'air à peine conscient, et l'adrénaline passée, mes poings me faisaient souffrir. Je quittais la ruelle sans demander mon reste, pleurant intérieurement la perte que je venais de subir. Il n'était peut-être pas totalement innocent, mais je n'avais qu'à le faire tomber, le pousser, puis courir. L'abîmer n'aurait fait parti d'aucun de mes plans. Pourtant, c'était arrivé. Pour la première fois de ma vie, j'avais frappé quelqu'un. J'en étais bouleversée. A croire que mes rêves influaient sur la réalité, que je ne parvenais plus à contenir la violence qui sommeillait en moi depuis plusieurs mois déjà.
Le pire, c'est que je n'en étais plus à ma première agression. La dernière fois, j'avais été mal pendant des semaines, avant de penser que ça n'arriverait plus et faire profil bas. Mais tout partait de travers. Si je ne me contrôlais plus, qu'allait-il advenir ? Ma soirée avait été épouvantable, et j'en avais fini par boire un peu, dans l'espoir de me soulager. Foutaises. Je m'étais sentie plus légère, j'avais oublié la douleur de mes mains, fripées à force d'avoir été lavées. Le seul point positif, c'était que la pression semblait moins forte. L'alcool me coupait-il d'Hécate ? Si c'était le cas - et j'allais tout faire pour le découvrir, j'allais devoir investir. Mes supposées quelques heures de répits me firent l'effet d'une douche froide durant les trente minutes qui suivirent. J'avais l'impression d'être dans un entre-deux détestable, de ne rien pouvoir faire d'autre que de ressasser l'attaque. Et mon état de choc ne dura pas. J'avais l'impression d'être une victime. Enfin, je savais que ce n'était pas le cas, mais, au fond, je ne me jugeais pas coupable. La pulsion venait peut-être de quelqu'un d'autre. Je tentais de me rassurer, et ça ne donnait que l'inverse. Un subit besoin d'air me tira de mes pensées et je me retrouvais dehors, en pleine nuit - ça commençait à devenir une habitude. Le seul endroit disposant d'un éclairage était un bar. Je m'y rendais. Là, le voile qui obstruait mes pensées sembla se faire la malle. C'était la première fois que j'entrais seule dans un bar. Je jetais un coup d’œil et remarquais que je devais être la plus jeune personne présente. Mal à l'aise, je m'approchais du comptoir et commandais machinalement, sans vraiment savoir ce que je faisais ici. La serveuse m'avait rassurée du regard, m'offrant un sourire. Au moins une d'heureuse, dans tout ça. S'oublier dans l'alcool n'était forcément pas un bon choix, mais le verre précédent s'estompait déjà, et je refusais momentanément d'affronter mes idées noires de bloc. Là, elles semblait presque diluées. Et c'était déjà bien assez dur à affronter. Le lendemain, les remords s'ajouteraient au reste mais, pour l'heure, je ne demandais rien qu'un peu de néant. Jouer le légume, un verre à la main, était bien la seule option qu'il me semblait posséder. Ma boisson payée, je cherchais une place vide. Je cherchais la masse pour m'y fondre, pas pour m'y mêler. L'alcool ne me rends pas spécialement plus bavarde. Seulement, plus absente ce qui conduisait habituellement à des incidents fâcheux. Le destin eu le bon goût de me le rappeler et je m'étalais, la douleur me barrant un instant les genoux. La brume se dissipa tout à fait et je me sentais coupable de jouer les clichés. Un bar ? C'était stupide. Je relevais la tête, croisais mon reflet dans le verre ébréché et vide. Et merde. Pas tout à fait relevée, j'entendis jurer. J'avais arroser quelqu'un. C'était le pire. Je n'avais pas encore eu le temps d'avoir honte, c'était le moment. J'hésitais entre m'enfuir en courant et rester assise, par terre. Mes options n'étant pas ce qu'elles paraissaient, je me remettais sur pieds, le monte tanguant un peu trop longtemps à mon goût. La serveuse qui accourrait me jeta cette fois un regard noir. Je n'avais pas la bonne idée de me sentir désolée, et lui tendais simplement le verre cassé, essuyant ma main dégoulinante sur mon genou. Mauvaise idée, il était maintenant tâché, et, à en croire la couleur, je m'étais coupée. Peut-être une bonne chose, vu que je semblais plus réveillée, plus vivante. Ce que je devinais être l'homme que j'avais tâché ré-apparu, trop tôt pour que je sache quelle attitude adopter.
J'aurais aimé repartir, peut-être même chercher un autre bar, mais impossible d'aller dans le seul que je connaissais : celui où je travaillais. A vrai dire, je n'étais pas non plus sûre que la serveuse ou l'homme énervé me laissent ce choix. Je soupirais, prévoyais d'augmenter le pourboire de madame et me tournais vers mon dommage collatéral.

- Désolé. Je peux vous payer un verre, ou quelque chose ?

Je ravalais une grimace. Piètres excuses, c'était sûr. Mais je ne voyais pas quoi faire d'autres, et n'avais pas grand chose d'autre à lui proposer. De l'aide ? Il s'en sortait plutôt bien et je n'avais pas de jean masculin sous la main.



C'est beaucoup moins long d'habitude, mais il faut croire que j'étais inspirée x) ~


Quinn
Try to hear my voice, you can leave, now it's your choice. Can nobody hear me? Can you hear it?
Revenir en haut Aller en bas
http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/
avatar
Matt Cox
The runaway fighter
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 36 ans
Messages : 121
Localisation : Bruxelles
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
70/200  (70/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn Sam 12 Sep - 12:27

Les ravages et les
bienfaits de l'alcool.
Quinn & Matt
“C’est du whisky, misérable créature !... De l’alcool !... Cet alcool qui ravale la bête au rang de l’homme !...” ▬ Hergé

Malgré les méandres de l'alcool dans lesquels pataugeait l'esprit déjà limité de Matt, le boxeur se reprit quelque peu à la proposition de la jeune femme. S'il avait été prêt à l'engueuler comme une mal-propre, son petit air coupable le fit se ressaisir et sa colère chuta dans son ventre telle une lourde pierre. Son visage tiré par la contrariété se détendit et il afficha un petit rictus, simulacre d'un sourire pour cet homme. Finalement, peut-être pourrait-il passer une soirée en compagnie, pour changer. Ça ne lui ferait pas de mal. Ces années de prison l'avaient rendu allergique à la solitude et cette maladresse, qu'il avait au début pris comme un affront à sa personne, pourrait bien se révéler salvateur pour les heures suivantes qu'il imaginait empreintes d'ennui.

« Bon, bon... Ouais. Un Saint-James. » grogna-t-il, son regard posé sur le joli minois. Il sourit à nouveau. « Et prenez-en donc un pour vous et venez vous asseoir avec moi. »

Loin de là l'idée de donner une impression de grand prédateur à cette jolie donzelle mais, il faut l'avouer, Matt n'avait pas l'allure d'un gentilhomme élégant et attentionné. Ses gros bras, son cou de taureau, son marcel moulant une musculature épaisse, ses poings si cabossés qu'on imaginait sans mal les mâchoires qu'ils avaient brisées, son regard d'un gris d'acier qui avaient trop longtemps adopté l'agressivité que pour s'en défaire, même en de telles occasions, tous ces détails dans sa physionomie lui donnaient l'image d'une brute. Il était une brute, il l'avait été longuement, mais la prison l'avait radouci quelque part ; tout au fond de lui, il n'aspirait qu'à une vie meilleure, avec, peut-être, l'occasion de découvrir un peu plus de douceur au quotidien. C'était un rustre, qui aurait certainement du mal avec cette partie-là de l'humanité, et il s'y prendrait gauchement. Tout de même, il voulait essayer, se construire un avenir moins ravageur, moins sanglant. Montrer qu'il n'était pas né que pour casser des gueules.

En parlant de gueule, il avait du mal à ne pas regarder fixement la petite maladroite. Alors qu'elle avait émis son accord à son invitation, il la regarda s'éloigner et retourner vers le bar pour passer une nouvelle commande. Autant l'avouer, Matt la reluquait sans se gêner, profitant qu'elle ait le dos tourné pour se gorger de cette agréable vue. Il la jaugeait toujours tandis qu'elle revenait vers lui, à nouveau assis à sa place, et qu'elle plaçait devant eux les verres avant de s'installer à son tour. Un long moment, un silence s'était placé entre eux, sans qu'aucun des deux ne sachent trop quoi dire. Bourru et indélicat comme il l'était, Matt n'avait jamais appris à faire la conversation, ce n'était pas vraiment son domaine de prédilection. Après quelques minutes, pourtant, voyant que la jeune femme semblait trop timide - ou apeurée ? - que pour bouger les lèvres, il fit glisser dans son gosier une énième gorgée qui lui donna la motivation pour engager la discussion.

« Ça vous arrive souvent d'asperger les gens, alors ? »

Le lourdaud semblait sûrement croire qu'il faisait là un trait d'humour particulièrement spirituel car il eut un rire bref, rocailleux, comme venu du fond d'une grotte. Le manque de réaction de la jeune femme lui rappela qu'il n'avait jamais été un homme très drôle. Il se tut et, pour une des rares fois dans sa vie, se sentit mal à l'aise. Et surtout stupide.




© Gasmask


Buck, the puppy
« LES CHIENS N’ONT QU’UN DÉFAUT : ILS CROIENT AUX HOMMES. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 19 ans.
Messages : 1042
Localisation : Dans Marigny.
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
77/200  (77/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn Mer 23 Sep - 15:33


Les ravages et les bienfaits de l'alcool.
ft Matt.
Toujours indécise - et un peu mortifiée, j'attendais de voir ce que donnerais ma proposition. Il n'avait pas l'air de quelqu'un qui dirait non, mais.. Mais voilà, aujourd'hui n'était décidément ni ma journée, ni ma soirée. Mon quota de problèmes était dépassé, et si je ne pouvais plus traîner dans un bar sans devenir une catastrophe ambulante.. Qu'allais-je faire ? Oui, traîner dans un bar le soir n'était pas très reluisant - enfin, en tant que cliente, je veux dire, mon travail n'a rien à voir là-dedans, mais, quelle pouvait être l'étape suivante ? L'ivresse étant interdite dans les lieux publics, retour à la case départ : moi, enfermée, avec, éventuellement, une bouteille à la main. Définitivement une belle image, tiens. Si j'étais sortie, c'était pour respirer, stopper me angoisses. Et quand tout pouvait aller mieux, c'était moi qui posais problème... Je me désespérais complètement, me demandant si ma solution miracle du moment -l'alcool- ne se retournait pas contre moi. Déjà ? Je grimaçais à demi, gênée. Mon taux d'alcool n'était pas si élevé que ça, mais si je voulais être en état de rentrer, j'allais devoir faire attention.. J'avais été violente sur l'aller, pas question de l'être sur le retour - ou, pire, d'être minable, et de tomber sur ma victime. Je vis les traits de mon dommage collatéral - il allait falloir trouver autre chose, ça sonnait vraiment mal - se détendre, et je me crispais un peu moins. Il n'avait plus l'air prêt à m'engueuler, c'était déjà ça de gagné.

- Bon, bon... Ouais. Un Saint-James. Et prenez-en donc un pour vous et venez vous asseoir avec moi.

Ah ? La contre-proposition me surprenais, mais j'acceptais. Un peu de compagnie m'aiderait peut-être ? Je m'en allais affronter la principale bénéficiaire de ma chute de tout à l'heure - qui ne me souriait plus du tout. Les boissons m'étant remises, elle m'offrit un regard qui voulait tout dire. Gare à moi si je tombais à nouveau. Allez, c'était le moment de mettre à profit mes compétences de serveuse. Je jetais un coup d’œil au sol, tables - enfin, tout ce qui aurait pu me faire chuter - et marchais bien droit, sans vaciller ni rien, jusqu'à notre table, et m'y asseyais, m'autorisant enfin à respirer. Ma victoire personnelle de la journée. Je ne me retournais pas, de peur que la serveuse ne le prenne mal, mais il me semblait qu'elle me lâchait enfin du regard. Poussant son verre dans sa direction, j'en profitais pour regarder la première personne à qui je payais un verre de ma vie - je n'ai généralement pas à m'excuser, ou du moins pas en verres d'alcool. J'étais heureuse de m'en tirer à si bon compte, mon dommage collatéral étant loin de ressembler à la personne à qui on vient chercher des noises. Je me sentais presque petite, à côté. Enfin non, rectification, j'étais petite, à côté de lui. J'aurais pu me maudire, me sentir mal mais.. Mais c'était cette foutue journée. Que pouvait-il m'arriver d'autre ? J'étais certainement naïve, la nuit étant encore bien assez longue pour que je fourre dans tous les problèmes possibles, cependant.. Je n'étais pas en état de juger. Qu'avais-je fais, moi ? Rien de bien reluisant. Et il pouvait tout aussi bien être pompier ou que sais-je. Moi, je n'en avais pas la tête mais, ces derniers temps, je frappais les personnes qui se trouvaient sur mon chemin, me bourrant moi-même de bleu la nuit, les objets les plus fragiles de mon appartement n'étant désormais que des fragments, des souvenirs. Bon, je me trompais surement sur son métier - je le voyais mal être pompier. Il n'empêche que ma valeur morale était en chute libre, donc, interdiction de juger. Pendant ce temps, le silence durait, et aucun de nous ne le trouvait agréable. Mais, que dire ? Je me voyais mal commencer à parler du temps, ou des négligences du gardien de mon immeuble - ça, c'était bon pour la vieille dame du premier, et encore. Tâchant de ne pas le dévisager ou fixer mon verre, que je faisais machinalement tourner.

- Ça vous arrive souvent d'asperger les gens, alors ?

La question me surprit et je ne touchais plus à mon verre, tandis que lui riait. Son trait d'humour me laissa mi-gênée mi-perdue. Que pouvais-je bien répondre ? Fallait-il répondre ? N'y avait-il pas un guide, pour ce genre de choses ? S'il en existait bien un, j'allais devoir me le procurer ! Il se tu alors, et ma gêne sembla lui être transmise. C'était encore plus bizarre que je ne l'aurais supposé. Je tâchais alors de la lui soulager ;

- Ah, non.. Je crois bien que vous êtes ma première victime !

Je ponctuais le tout d'un sourire avant d'enfin entamer mon verre, en faisant attention à ne pas donner l'impression que je m'empressais un peu trop de boire. Non, je n'étais définitivement pas à l'aise, pour le moment. Je priais presque pour que l'alcool y remédie. Puis, avant de laisser retomber le silence, j'optais pour la fin de l'ère du "j'ai payé un verre à mon Dommage collatéral" :

- Quinn, et vous ?



Quinn
Try to hear my voice, you can leave, now it's your choice. Can nobody hear me? Can you hear it?
Revenir en haut Aller en bas
http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/
avatar
Matt Cox
The runaway fighter
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 36 ans
Messages : 121
Localisation : Bruxelles
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
70/200  (70/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn Ven 23 Oct - 0:31

Les ravages et les
bienfaits de l'alcool.
Quinn & Matt
“C’est du whisky, misérable créature !... De l’alcool !... Cet alcool qui ravale la bête au rang de l’homme !...” ▬ Hergé

Confirmant son indélicatesse et son manque évident d'aptitudes à la conversation et à la rencontre, la jeune femme prit les devants pour se présenter et l'inciter à en faire de même. Elle ne le faisait certainement pas exprès, mais elle lui rappelait à quel point il était inapte à la vie sociale tout ce qu'il y avait de plus basique. Il n'avait même pas cherché à savoir son nom, l'idiot... Ni même en informer du sien. Se raclant la gorge pour débloquer la gêne qui lui obstruait les cordes vocales, à peu de choses près, il s'inclina et répondit, le plus aimablement du monde :

"Matt. Matt Cox, plus précisément."

Il doutait qu'elle soit une fan de boxe et qu'elle puisse avoir déjà avoir eu vent de son nom, pourtant célèbre dans le milieu, mais assez ignoré lorsqu'on se fichait totalement de ce sport de combat et de ses championnats. De toute façon, même si elle le reconnaissait comme tel, il n'avait de boxeur plus que l'amer souvenir et les quelques bribes qui laissaient en lui certains réflexes. Sa masse musculaire était les dernières traces de sa vie passée en tant que champion du monde. Actuellement, il n'était qu'un déménageur découvrant sa nouvelle ville, sans ami ni famille dans le coin, pas même un chien en guise de compagnon de vie. Bref, un pauvre solitaire qui devait apparaître comme un veau féru de gonflette et pourri d'arrogance et de narcissisme. Mouais. Rien de très glorieux, et penser à cela fit grincer des dents Matt qui alla noyer son agacement dans deux bonnes gorgées de whisky. Il claqua de la langue, savourant l'arôme piquant de l'alcool d'ambre. Son regard se releva sur celle en face de lui, qui semblait tellement mal à l'aise. Etait-elle toujours comme ça ou était-ce lui qui l'embarrassait à ce point ? Il aurait aimé le savoir mais ne se sentait pas assez à l'aise pour le lui demander. Ils se regardèrent en chiens de faïence pendant un moment, buvant tour à tour, Matt feignant de s'intéresser au match qui défilait toujours à l'écran unique de l'établissement, suivant avec un semblant d'intérêt son déroulement. L'équipe des Australiens semblait gagner, mais rien n'était assuré. Passionnant.

Alors qu'il fixait les images colorées et écoutait distraitement les commentaires au volume bas du présentateur, il réfléchissait pas mal et se posait quelques questions sur cette demoiselle assise avec lui. Quinn... C'était pas commun comme prénom, enfin, pas en Angleterre en tout cas. Ici, il n'en savait rien. Une curiosité peu habituelle chez lui, en ce qui concernait les autres, le prit. Sûrement était-ce dû à son isolement forcé depuis son arrivée en Nouvelles-Orléans ; il n'avait personne avec qui parler, aucune connaissance assez proche pour passer du bon temps et il était plus que certain que tout ça le changeait et le rendait plus désireux de connaître d'autres personnes, en l'occurrence, cette fille. Auparavant, avant qu'il n'aille en prison, il se serait totalement fichu de faire sa rencontre et l'aurait peut-être même méprisé ; il avait assez de gens l'entourant chaque jour et de soi-disant amis, ainsi qu'une femme - cette grognasse - que pour s'intéresser à une minette de passage. C'est fou ce qu'en si peu de temps on pouvait changer. Le voilà devenu sociable, ou presque. Disons que l'envie y était, mais il s'y prenait comme un manche... La preuve, il ne disait rien du tout, laissant la pauvrette regarder dans le vide, l'écran ou quoique ce soit d'autre, sans qu'il ne cherche à briser un peu plus la glace. Il se comportait comme un crétin, pour ne pas changer.

"Vous êtes une habituée de ce bar ?" dit-il finalement, un peu bêtement, histoire de continuer à meubler ce silence pesant. "Pour ma part, c'est la première fois. En fait, je viens d'emménager dans cette ville, je ne connais personne et je découvre encore un peu tout..."

Il but à nouveau, faisant un peu trop de bruit de déglutition. Le couple qui se pourléchait les babines s'en alla, gloussant et gazouillant. Ne restait que deux poivrots somnolents, l'un accoudé au comptoir, l'autre à moitié avachi sur ses coudes et levant un regard bovin sur l'écran.




© Gasmask


Buck, the puppy
« LES CHIENS N’ONT QU’UN DÉFAUT : ILS CROIENT AUX HOMMES. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 19 ans.
Messages : 1042
Localisation : Dans Marigny.
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
77/200  (77/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn Mer 28 Oct - 23:46


Les ravages et les bienfaits de l'alcool.
ft Matt.
Je tentais de deviner quel pourrait être son nom, sans succès, entre deux gorgées, mon verre se désemplissant dangereusement. J'allais devoir me restreindre, ce verre n'étant malheureusement pas le premier de la soirée. Demain serait sans doute un mauvais jour, un de ceux où on se repend et tâche de faire des promesses qu'on ne tiendra jamais. Je soupirais, ne sachant trop quelle attitude adopter. J'hésitais à lui demander ce qu'il faisait ici, seul, de surcroît, mais m'arrêtais-là ; j'étais dans la même situation. Cette question en entraînerait une autre à laquelle je n'avais pas spécialement envie de répondre - ou même de penser. Je retenais une grimace et restais donc silencieuse, toujours en train de jouer avec mon verre, sans vraiment y prendre garde, le regard tantôt sur la lumière du bar, qui semblait bien moins crue à l'intérieur qu'à l'extérieur. Moins blanche, aussi. L'idée d'Eden, d'endroit salvateur se dissolvait rapidement, et je me demandais comment une telle idée avais bien pu m'appartenir. Je dois être d'une naïveté sans bornes. La boisson n'a jamais été qu'une solution temporaire, regrettée. Je ponctuais ironiquement cette pensée d'une nouvelle gorgée, savourant la brûlure de la boisson ambrée par pur esprit de contradiction. L'instant d'après, je regrettais déjà, ne sachant trop quoi penser. L'alcool recommençait-il à faire effet, ou bien était-ce moi, simplement, qui perdait les pédales ? Aucun moyen de le savoir pour l'heure. Alors, n'étant pas trop sûre de faire confiance au fil de mes pensées, je me concentrais sur mon compagnon de boisson, qui ne semblait pas bien à l'aise non plus.

- Matt. Matt Cox, plus précisément.

J'hochais la tête, le détaillant, avec son nom, cette fois. Ça lui allait plutôt bien. Matt. Bien mieux que "dommage collatéral". Je portais une nouvelle fois mon verre à mes lèvres, me maudissant par avance : ce ne serait pas le dernier de la soirée, j'en étais certaine. Entre deux gorgés, coups d’œils aux alentours, je le regardais, sans savoir quoi dire. Ce n'était, de mon côté en tout cas, plus vraiment de la gêne, cette dernière étant passée, envolée dans le brouillard - je n'étais pas encore ivre, loin s'en faut, mais ses prémices se faisaient sentir. C'était plutôt que je ne savais pas comment démarrer une conversation, et surtout, sur quoi l'orienter. J'avais, en quelque sorte, mes tabous. Avait-il les siens ? Probable. Noyant mon regard dans mon verre à moitié vide, je me demandais si j'aurais jamais eu ne serait-ce l'idée de lui parler, sobre, ou du moins, dans un meilleur état mental - et karmique. J'admettais à contre-cœur que non. Il n'avait pourtant pas l'air méchant, seulement.. Impressionnant, au premier abord. Il était actuellement en train de regarder distraitement le match qui passait à la télé. Je levais à peine les yeux et abandonnais, n'arrivant même pas à en reconnaître le sujet - encore moins les équipes. Je n'ai jamais vraiment aimé le sport - ma télé m'est si peu utile qu'elle pourrait être en panne que je ne le saurais pas, et, à vrai dire, les sports de balles en particulier. Une gorgé de plus plus tard, un semblant de conversation était lancé.

- Vous êtes une habituée de ce bar ? Pour ma part, c'est la première fois. En fait, je viens d'emménager dans cette ville, je ne connais personne et je découvre encore un peu tout...

Un couple bruyant attira mon attention, tandis que je vidais un peu plus mon verre, avant de répondre. Je me demandais vaguement si l'horaire de fermeture n'approchait pas, ou si ces deux-là avaient autre chose de prévu. Je reportais mon attention à Matt.

- Pas du tout, je n'avais jamais vraiment fait attention à ce bar avant.. ce soir, en fait., j'avalais une gorgée de plus, essayant de trouver une réponse qui ne ferait pas trop.. amère ? Bienvenue, alors. Vous verrez, il n'y a pas deux villes comme celle-là. J'espère que vous ne l'apprendrez pas à vos dépends, d'ailleurs. Hummm. Je ne suis pas des plus sociales : j'y habite depuis quasi toujours et pourtant, je ne connais pas grand-monde non plus, vous connaîtrez plus de personnes que moi en un rien de temps.

Connaître est un bien trop grand mot. Voir, connaître un nom ou un visage ne suffit pas, ce qui, dans mon cas, est bien dommage : j'en connais un tas, de visages, d'adresses, de noms, de numéros de téléphones. Seulement, rien de plus. J'avise mon verre, presque vide, et siffle ce qui en reste. Le sien n'est pas plus empli que le miens, je me lève et nous fais resservir. Sans tomber ni rien, une fois, ça suffit. Mon verre pleins en main, je demande :

- Pourquoi ce bar en particulier ?

Il y en a d'autres partout ou presque dans la ville, et celui-ci n'est ni le mieux famé ni le plus connu. Ma question a peut-être de quoi surprendre, mais au moins est elle spontané.



Quinn
Try to hear my voice, you can leave, now it's your choice. Can nobody hear me? Can you hear it?
Revenir en haut Aller en bas
http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/
avatar
Matt Cox
The runaway fighter
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 36 ans
Messages : 121
Localisation : Bruxelles
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
70/200  (70/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn Mar 10 Nov - 15:05

Les ravages et les
bienfaits de l'alcool.
Quinn & Matt
“C’est du whisky, misérable créature !... De l’alcool !... Cet alcool qui ravale la bête au rang de l’homme !...” ▬ Hergé

La glace semblait fondre entre Matt et Quinn, finalement. Devait-on remercier le whisky qui fuyait leurs verres, que la jeune femme prit soin de resservir à peine furent-ils vidés ? On pouvait dire ça. Matt était un poivroit quasi quotidien, l'alcool ne faisait plus l'effet des débuts, mais en faisait suffisamment pour que sa langue se délie. Il faut croire que Quinn connaissait le même phénomène que lui, en ce moment, sans qu'il ne sache si ce verre-ci était son premier ou si elle avait, comme lui, picoler quelques canettes dans la rue avant d'arriver. Matt laissa échapper un léger rot, tandis que la demoiselle en face de lui lui décrivait ce qui lui semblait être un aveu de sa solitude. Il s'excusa en étouffant un rire débile, se maudit intérieurement avant d'accueillir la question spontanée de sa vis-à-vis. Pourquoi ce bar ? Il n'en savait foutrement rien. Il chercha tout de même une raison à son choix, histoire de ne pas passer pour un abruti fini - si ce n'était pas déjà le cas - toutefois il finit par décider à être totalement sincère. Il ricana, goguenard envers lui-même, et se recula sur sa chaise. Sa main vint nerveusement gratter l'arrière de sa tête, l'autre venant ensuite servir de reposoir pour son crâne qui devenait un peu lourd, depuis quelques minutes. Sûrement la fatigue due à l'alcool le prenait-elle.

- J'sais pas. J'y ai pas vu beaucoup de monde et... Vous me trouverez idiot, j'imagine. J'connais personne ici et je jette mon dévolu sur un endroit parce qu'il n'est pas très fréquenté. Et vous auriez raison...

Une constatation lui vint ensuite. Il revint en avant, posant ses coudes sur la table entre la jeune femme et lui et prit un ton de confidence.

- Ceci dit, pour être vraiment franc, les bars sont franchement pas très remplis pour un soir de week-end. Même si vous dites que vous connaissez pas beaucoup d'gens ici, vous savez au moins me dire pourquoi ? On dirait qu'il y a un serial killer qui rôde dans l'coin, fit-il en émettant un rire supplémentaire.

Si c'était vraiment le cas, avoir ri n'allait pas arrangé son image de gros balot aux yeux de la demoiselle. S'il espérait draguer ce soir - ce qui n'avait pas été son but initial, mais pourquoi pas s'engager sur cette voie, puisqu'elle était quand même vachement mignonne - ça allait totalement tout foutre en l'air. Enfin... Depuis le temps qu'il n'avait plus dragué, c'est à peine s'il savait comment s'y prendre. Matt se rua sur son verre à nouveau rempli du même alcool, et but goulûment, laissant les effluves lui monter à la tête ; il n'avait décidément plus aucune confiance en lui. Il espérait que ça n'allait pas durer trop longtemps, cet état de lavette qu'il avait depuis son arrivée dans cette région de l'Amérique.




© Gasmask


Buck, the puppy
« LES CHIENS N’ONT QU’UN DÉFAUT : ILS CROIENT AUX HOMMES. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 19 ans.
Messages : 1042
Localisation : Dans Marigny.
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
77/200  (77/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn Mar 10 Nov - 23:09


Les ravages et les bienfaits de l'alcool.
ft Matt.
Je faisais désormais de moins en moins semblant de m'intéresser à l'écran et me concentrais d'avantage sur Matt, mon compagnon de boisson. Qui continuait de descendre son verre, tandis que je ralentissais l'allure : je n'étais pas bien grande, l'alcool me retombant dessus plus vite. J'allais devoir espacer ma consommation - bien que ce soit à contrecœur, les effets désinhibant de la boisson commençant à se faire sentir, mais pas encore assez pour que le danger me semble réel, une petite voix dans ma tête m'encourageant à continuer. Mais je tâchais de me maîtriser et choisissais d'éloigner mes mains de mon verre, me méfiant presque de moi-même. Matt ne tenait finalement peut-être pas si bien que ça, rotant et esclaffant. Je n'étais cependant pas beaucoup mieux, lucide mais embrumée, j'en montrais juste moins. Il se déplaça légèrement, et j'en profitais pour poser mes coudes sur la table, me penchais légèrement vers lui pour mieux l'entendre - une des équipes venait de marquer.

- J'sais pas. J'y ai pas vu beaucoup de monde et... Vous me trouverez idiot, j'imagine. J'connais personne ici et je jette mon dévolu sur un endroit parce qu'il n'est pas très fréquenté. Et vous auriez raison...

Je souriais doucement, sans pour autant le trouver bête : que faisais-je ici ? Je me cachais sans véritablement vouloir être seule, ce que j'aurais indéniablement été sans l'incident de tout à l'heure. Je ne m'attendais pas à ce qu'il poursuivre, mais c'est ce qu'il fini par faire.

- Ceci dit, pour être vraiment franc, les bars sont franchement pas très remplis pour un soir de week-end. Même si vous dites que vous connaissez pas beaucoup d'gens ici, vous savez au moins me dire pourquoi ? On dirait qu'il y a un serial killer qui rôde dans l'coin.

Là, je me forçais à sourire, un frisson me prenant presque, tandis qu'il riait. Non, il était loin de savoir ce qui rodait véritablement. Je ne pouvais d'ailleurs rien lui dire. Sobre, je serais passée pour folle, mais là, pourquoi passerais-je ? Aucune idée, et je n'étais pas prête de le vérifier. Personne ne croirait la vérité sans l'avoir vue en face, ce que je ne lui souhaitais pas. Cette histoire de tueur en série mettait à mal ma conscience, me rappelant douloureusement les deux dernières fois où j'avais disjoncté - sans les tuer pour autant si cela pouvait me rassurer - et ça le faisait, mais.. pour combien de temps encore ? Ma réaction ne lui ayant peut-être pas autant échappé que je l'avais espéré, il se précipita peut-être trop rapidement sur son verre, et après un instant, je l'imitais, ne pouvant reprendre directement. Je m’éclaircissais la gorge, et tentais quelque chose :

- Hum.. C'est comme ça depuis quelque temps. Il y a eu des.. problèmes dans le coin, il y en a qui on peur de sortir la nuit, maintenant. Même s'il y a aussi des problèmes le jour. Pas une histoire de serial killer, non, plutôt des.. bagarres qui dégénèrent.

Le problème est très certainement beaucoup plus grave qu'une simple histoire de serial killer.. Je porte à nouveau mon verre à mes lèvres, le repose, puis réfléchie un instant.

- Si ça peut vous rassurer, vous ne connaissez pas vraiment l'endroit, ni même la ville, vous ne pouviez pas savoir que ce bar était si peu fréquenté, moi si. Je ne sais pas ce que ça doit bien vouloir dire sur moi.., je grimaçais, avant de reprendre. Au fait, pourquoi cette ville, en particulier ?

Je faisais de nouveau tourner mon verre dans ma main, sans en regarder le liquide, cette fois, les yeux levés vers lui.



Quinn
Try to hear my voice, you can leave, now it's your choice. Can nobody hear me? Can you hear it?
Revenir en haut Aller en bas
http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 19 ans.
Messages : 1042
Localisation : Dans Marigny.
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
77/200  (77/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn Sam 19 Déc - 18:57

poulpe


Quinn
Try to hear my voice, you can leave, now it's your choice. Can nobody hear me? Can you hear it?
Revenir en haut Aller en bas
http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 19 ans.
Messages : 1042
Localisation : Dans Marigny.
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
77/200  (77/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn Mar 9 Fév - 23:54

??


Quinn
Try to hear my voice, you can leave, now it's your choice. Can nobody hear me? Can you hear it?
Revenir en haut Aller en bas
http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn

Revenir en haut Aller en bas

« Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « Les ravages et les bienfaits de l'alcool. » ft. Quinn
» 04. Quand l'alcool fait des ravages. || Ashton Kinney
» 02.03/18.L. Les bienfaits de la marche matinale remis en question
» des bienfaits de la slack pour l'escalade...
» les bienfaits des sucreries

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Mirrors :: 
La Nouvelle Orléans
 :: Marigny / Bywater :: Marigny Brasserie
-