AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
RETROUVEZ NOUS SUR:
http://houseofhell.forumactif.com/

Partagez|

parle. [ft. tessa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
D. Collin King
Lapin de conte défait
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 275
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
100/200  (100/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: parle. [ft. tessa] Mer 13 Aoû - 7:42



♢♢PARLE
GRETCHEN ROSS



TESSA&COLLIN

TESSA&COLLIN





...comme j'ai expliqué, le conflit cognitif sur l'emphase au deuil vis-à-vis l'enfant est visé dans ce livre. Le but des cinq premières pages est d'amener l'enfant à se projeter dans une situation contextuelle de la sorte. Son subconscient aura la vision de l'adapter aux propres membres de sa famille ou à ses propres amis. Et il comprendra qu'il devra faire face à son deuil sans pouvoir s'en échapper. Qu'il est inévitable, important et bon pour lui. C'est... C'est pourquoi... Euhm... C'est pourquoi...



J'éteins ma voix en decrescendo. Je regarde l'assemblée devant moi. Cette assemblée est constituée de dix chaises vide, d'une femme lisant un bouquin au fond à l'extrême droite et d'un vieillard somnolant juste devant moi. J'inspire comme si des miettes de courages pouvaient être inhalées sur mon comptoir de présentation. Mes mains se sont agrippées au bas de mon t-shirt de Pink Floyd qui fait deux fois ma taille. Je flotte dans mon chandail, je flotte dans l'embarras. Je baisse le regard, regarde mes notes. Voilà deux pages que je dicte du mieux que je peux sur mes travaux, mes recherches et mes efforts, et s'en suivront quatre autres dans un beurre des plus visqueux. Car dans cette petite salle à part de la bibliothèque, bien isolée, vitrée silencieuse, je parle à rien du tout. Personne ne m'écoute. Je suis un réel fantôme. Ou peut-être aurais-je de l'attention si j'en étais un.



C'est pourquoi j'ai... j'ai appelé mon livre «Absence d'évasion»... Merci pour votre écoute.



Je débarque de mon promontoire de trois marche et laisse ma pile de livres pour enfants à vendre sur ma table d'exposé. Je traverse la pancarte où on peut lire «atelier sur l'appréhension du deuil chez l'enfant via la narration et le conte» sans même y jeter un coup d'œil. Je la connais pas cœur. C'est la troisième fois qu'on m'embauche pour faire cette présentation. Et c'est la troisième fois que je ne la termine pas car je suis toujours autant invisible devant les gens. D'ailleurs je ne crois pas que mes deux semblants d'auditeurs ne remarquent mon envol.

Tant pis. J'y suis habitué. Mon manque de charisme m'a toujours empêché une quelconque relation sociale depuis toujours. Mes pas rapide connaissent la bibliothèque par cœur: j'y viens depuis mes cinq ans. Je vais dans les K comme c'est un automatisme. Je ne regarde même pas où je vais. Je fuis, en toute réalité, ce moment de grande gêne et de mal aise que je viens de vivre. J'ai toujours des frissons visqueux sur les bras et traîne avec moi une copie étiqueté du logo de l'établissement sous le bras. Mais personne ne le remarque. Personne ne me remarque. Jusqu'à maintenant, je ne pourrais compter que ceux que j'ai intimider avec mon costume qui m'ont donné une conversation. Merci, Rabbit Dickens. On a dit des doutes de toi, mais tu fais toute la différence à mes yeux. Sans toi je serais... Je serais...

Je regarde les K en clignant des yeux. Je serais toujours devant cette rangée à chercher mon nom s'entre celui de Stephen. Voilà ce que je serais. C'est le fouillis. Dans les livres. Dans ma tête, aussi. À ce demander si j'arriverai à quelque chose dans cette vie. Je ne la contrôle même plus, d'ailleurs. Rabbit Dickens le fait totalement à ma place. Je ne mène à rien. Mes livres ont du succès. Pas moi. Je soupire. Et rage. Contre ce bordel dans les livres. Je vois tous les romans d'horreur de Stephen King possible entassés étroitement dans les étagère à la limite de l'explosion; ils sont en désordres et s'entremêle mon nom dans le sien. Je soupire et voudrais foutre mon livre n'importe où. Je veux simplement quitter cette foutue place. J'en ai marre. J'hésite entre fondre en pleure ou garder cet air piteux couvert de honte que j'aborde à l'instant.

Et c'est là que je la voie. Coquette, peau de lait, paupières de pêche. Mes épaules se détendent à l'instant, mon dos cesse sa courbe rabougris un moment. Comme si je contemplait une œuvre d'art. Mais le contemple, elle. Ce qui n'est pas du tout pareil. C'est même mieux. Un beauté mouvante. Je ne vois qu'une partie de son minois découpé dans ses cheveux sombres et duvet, juste devant moi, de l'autre côté de l'étagère à livres, entre deux tablettes. Ses yeux portent une perle rare et sont enduit de cire d'adragant douillet. Je mettrais ma main au feu que si je touchais le bout de son fin museau, il se casserait délicatement en mille porcelaines. Son toupet cache ses sourcils et donne la plume à son visage. Je souris, sans trop le savoir, et reste immobile à la contempler. Si belle, si près. Si ailleurs, à la fois. Quel est ton nom? Je t'appellerai Velours de Ciel puisque je ne saurai jamais ton nom. Velours de Ciel, à quoi penses-tu à cet instant? Que regardes-tu? Que lis-tu? J'aimerais tant que tu me dises tout, Velours de Ciel. Tu es ravissante. Je veux entendre ta voix. Adresse-toi au livre que tu feuillettes ou à la secrétaire que tu zyeutes, je t'en supplie...



©BOOGYLOU.




Pourquoi suis-je hanté par ce Rabbit Dickens? Je crois que ce gros lapin est là pour m'apprendre à consoler. Consoler et effrayer. Ça rime bien, je trouve.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 22 ans
Messages : 598
Localisation : Nouvelle Orléans
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
80/200  (80/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Sam 16 Aoû - 16:57

Un endroit calme, tranquille ou personne ne saurait qui elle était et si elle souffrait ou non. Ou elle n'aurait personne sur le dos, pour la pousser une énième fois à appeler sa demi sœur, à lui redemander encore une fois si elle n'avait pas changé d'avis. Cette pression là, Tessa avait marre, réellement. Ces grands parents ne semblaient pas comprendre qu'elle ne voulait pas harceler Sophya. La raison était pourtant simple, elle n'était pas une harceleuse d'une, et deuxièmement cela l'étonnerait énormément que la demoiselle change d'avis aussi rapidement... Elle s'était faite à l'idée pour le moment. Cela ne voulait pas dire qu'elle ne reviendrait jamais à l'assaut auprès de Sophya, mais pour l'instant elle ne le souhaitait pas. Préférant garder ses forces pour supporter la douleur et surtout se concentrer sur ses études. étudier lui permettait de penser à autre chose, d'avoir un point d'ancrage dans la vie réelle. Loin des chambres aseptisées de l’hôpital, de sa chambre médicalisée, elle avait besoin d'avoir un but dans vie, autre que celui de survivre et de trouver un donneur compatible.

Une bouffée d'air frais nécessaire que lui procurait ses études. Ayant besoin de faire des recherches pour un devoir à rendre, Tessa avait décidé de passer une partie de la journée à la bibliothèque. Lieu qu'elle adorait arpentée, puisqu'elle y trouvait toujours des merveilles à lire, des terres lointaines à explorer, des auteurs à découvrir. Un moyen d'évasion qui lui permettait d'aborder la vie plus sereinement. La lecture était devenue presque indispensable pour la jeune femme. Avant, elle ne pouvait se passer de sport, mais puisqu'elle ne pouvait plus en faire, elle avait décalé son énergie sur un autre hobbies, moins quémandeur en effort physique.


Délaissant un instant son devoir et les livres qu'elle avait amassé sur le sujet, Tessa décida de s'octroyer une pause et d'aller se dégourdir les jambes. Prenant son téléphone en main, laissant sa pile de document, son ordi et sa veste, elle bougea. Puis en parcourant les rayons, elle espérait trouver son prochain livre. Il ne faudrait pas qu'elle tombe en rade. Telle une chercheuse de trésor, elle parcours les rayons à la recherche du déclic, du nom du roman qui lui donnerait envie ou d'un auteur qu'elle aimerait connaitre. Arrivant vers les L, elle s'arrête un instant sur Jack London. Auteur célèbre qu'elle n'avait encore jamais lu. Une des œuvres fut choisi au hasard afin qu'elle puisse en lire la quatrième de couverture. Si jamais l'histoire l’intéressait ou lui donnait envie. Mais elle hésitait. Remettant le bouquin à sa place, elle en sortit un autre et ainsi de suite. Elle tergiversait pour savoir si Croc Blanc pourrait lui plaire. Si elle prenait le risque de l'emprunter, après tout elle le rendrait si elle n'était pas emballée. Dans ses réflexions, Tessa sentit un regard sur elle. Levant les mirettes, elle vit à travers l'étagère qu'un inconnu semblait la fixer. Sans prendre peur, un grand sourire se fit sur le visage de la brunette, trouvant la situation inhabituelle. C'était bien la première fois, qu'elle avait le droit à une telle réaction. Quelques pas pour contourner l'étagère, Tessa se déplaça afin de se rapprocher du quidam et ainsi l'observer à son tour. " Bonjour !" Le ton était doux, avenant, chantant. Le portable tenue dans sa main finit par se trouver loger au fond d'une des poches arrières de son pantacourt. Tandis qu'elle tenait toujours Croc Blanc de son autre main.

Un autre pas en plus fut fait vers l'homme, mais sans trop se rapprocher non plus. " Vous ne serez pas l'intervenant de la conférence ?" Demanda t'elle en désignant la salle de conférence. Elle n'avait pas suivi la dite conférence, mais elle était passée devant la pièce en jetant un coup d’œil curieux. Et il lui semblait bien que c'était cet homme.
" Quel livre tenez vous ?" l'interrogeait elle sur ce qu'il tenait, réellement curieuse.
Parler à un parfait inconnu, c'était presque une seconde nature pour Tessa, surtout si l'inconnu était dans une bibliothèque.




TESSA RAE IRVING
❝ The Sound Of Silence...❞



[color=darkcyan]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
D. Collin King
Lapin de conte défait
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 275
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
100/200  (100/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Ven 5 Sep - 5:43



♢♢PARLE
GRETCHEN ROSS



TESSA&COLLIN

TESSA&COLLIN


Je ne sais trop jusqu'où les secondes ont tombé. Mais elles eurent tombé pour sûre. Ses yeux ne portent aucune couleur, mais ils sont des émeraudes parce que j'en ai décidé ainsi. Velours de Ciel, tu regardes des penchants pour une plume qui trace des émeraudes. Quel chance cet écrivain a. Tu fais un trésor de n'importe quel beauté par ton simple touché, belle lectrice. Je ne vois pas ses lèvres, mais je les devine tout aussi jolies que ses paupières. Celle-ci couvrent des des yeux dont je vois sans mal les iris aux milles courbes, caressant ses pupilles aussi noires que le mystère. Elles me toisent. Ses yeux. Ses yeux me regardent.

Je sursaute au fond de ma gorge à emmagasiner d'instinct une bouffée manquée. J'écarquille mon regard et mes joues se flambent en un clin d'œil. Je baisse le menton immédiatement pour regarder mes mains porter un livre signé par moi-même. Le bouquin tremble. Parce que mes doigts tremblent. Elle vient de me regarder? Ce n'est pas la première fois que je fixe quelqu'un d'inconnu sur un plancher public trop banal. C'est la première fois qu'on me rend un regard, toutefois. Et alors mon cœur bat d'une chamade excentrique et affolante. Faire comme si de rien était. Parce que je ne sais rien faire d'autre. Je suis nerveux. Tant nerveux. C'est que je n'ai jamais parlé à un étranger de la sorte. Je n'ai même jamais reçu d'attention de leur part. Surtout pas une merveille comme elle. Je redresse mon regard vers la fente d'entre livres où m'était apparut son œil pour la première minute. Elle n'est plus là. Je soupire. De soulagement. De tristesse. Des deux, vraiment. Des deux.

Une voix me fait sursauter à ma gauche. Je presse d'immédiat mon livre contre ma poitrine et me tourne vers la voix. C'est une histoire de cristal. C'est mon Velours de Ciel. Évidemment. Je reste immobile à la contempler avec des yeux immenses, la bouche entrouverte qui ne dit rien et aspire tout. Ma mâchoire tremble un peu, mes menottes aussi. Et mes muscles se crispent. e regarde derrière moi. Comme s'il y avait une chance qu'elle parle à quelqu'un d'autre que moi. Mais l'allée des K est vide. Elle m'a tout juste dit bonjour. Je n'ai rien répondu. Ensuite elle me conte une histoire de conférence. J'avale difficilement. Elle s'est rapprochée de moi. C'est définitivement à moi qu'elle parle. En vingt ans de vie, on m'aborde pour la première fois. Qu'est-ce que je devrais dire par dessus le tintamarre de mes tempes battantes?

Je hoche la tête positivement. Et redresse les épaules, comme pour me terrer sur moi-même. Mes joues sont probablement aussi roses que ses lèvres. C'est un mouvement de menton très petit et vif. Qui n'ose pas. Pourquoi elle veut savoir cela? Peut-être voulait-elle y participer? Je laisse mon regard dériver partout. S'accrocher pendant une fraction de seconde tout au plus à chacun des détails de ma vision. Toute sauf son visage. Je suis bien trop timide. Pourquoi je ne fuis pas? Parce que je dois tenter ma chance! La première fois ne peut pas toujours être parfaite, mais je dois tenter de lui parler. Au pire la faire fuir. Je suis bon à cela, tiens. Mes cornées tombent alors sur Jack London. Qu'elle tient en main. Croc Blanc; c'est un livre que j'avais lu tout jeune. Que j'avais adoré. Et alors elle pose la question au sujet de mon propre livre. Je reporte à la seconde près mon œil sur le sien. Je serre les dents et fait un pas vers elle. Je glisse mon regard sur cet ouvrage que je connais pas cœur. Je réalise que je le tiens tant serré contre moi qu'il a imprégner la forme de sa reliure dans mes paumes. Je le décolle doucement de mon torse et le lui tend. Toujours blottis contre moi-même, le menton et le regard bien bas.

Je ne sais trop pourquoi elle m'a remarqué. Pourquoi elle me pose ces questions. Peut-être est-elle véritablement une fée. Peut-être est-ce une amie en devenir. Puis-je rêver de la sorte? Je ne saurais faire autrement de toute façon.



C'est... Un... Livre... Sur... L'apprentissage du deuil et des... méthodes pour le vivre correctement... Pour les enfants...



Tais-moi. Pourquoi n'ai-je pas simplement dit le titre comme n'importe qui aurait fait? Mon cœur bat si fort. Je sens que je vais fondre sur le sol. Et c'est tout.



Ça s'appelle «Des Corbeaux à l'Horizon».



Oui voilà. Elle a put le lire, je suis bien certain. Je lui souris, enfin, je me permets de la regarder dans la yeux à nouveau. Très gêné. Trop gêné.



Et tu lis... Jack London... Je l'aime beaucoup. Il m'inspire beaucoup.



Rien à dire d'autre. Je ne sais que dire d'autre. J'ai l'impression que je dois agir selon ce qu'elle attend plutôt que selon ce que je suis vraiment. N'est-ce pas ce que je devrais faire quand une étrangère m'aborde de la sorte? Ne t'en va pas, je t'en pris. Parle-moi un peu... Reste... Ta compagnie m'est agréable. Tu as la voix d'un ange et la gentillesse de ton nom, Velours de Ciel...

hj:
 



©BOOGYLOU.




Pourquoi suis-je hanté par ce Rabbit Dickens? Je crois que ce gros lapin est là pour m'apprendre à consoler. Consoler et effrayer. Ça rime bien, je trouve.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 22 ans
Messages : 598
Localisation : Nouvelle Orléans
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
80/200  (80/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Ven 26 Sep - 12:29

Amusée, Tessa observait son admirateur, trouvant la situation mignonne. Elle ne se moquait pas de lui ni de sa timidité. Mais elle trouvait cela drôle, qu'on est du mal à lui parler à elle. Elle n'avait rien de dangereux ou d'effrayant pourtant, enfin il lui semblait. Elle prit le soin de se déplacer lentement vers lui, afin de ne pas l'effrayer plus qu'il ne l'était déjà. En l'observant, Miss Irving le trouvait presque attendrissant. C'était donc le conférencier. Il pouvait donc parler face à une salle pleine -enfin quand les gens se déplaçaient plus que ce jour - mais il était intimidé par une seule personne. Elle prenait donc garde d'éviter les gestes brusques et de continuer à sourire bienveillante. Après tout, la demoiselle voulait juste discuter pour se changer les idées et rencontrer une nouvelle personne.

De sa main libre, elle attrapa le livre qu'il lui tendait, mais sans vraiment lui prendre. Le tenant juste afin de découvrir son titre et le nom de l'auteur, tout en écoutant bien sur les explications de jeune homme.
" D'accord. Il a l'air intéressant Il est bien ? Vous l'avez lu ? " Elle n'avait pas faire le rapprochement sur le fait que l'auteur s'était lui. Un détail qu'elle ne devrait pas tarder à savoir. " C'est amusant, je dois justement rendre un devoir sur l'approche de la mort dans les contes pour enfant. " Un sujet qui n'était pas simple à traiter, mais pourtant qui l’intéressait beaucoup. " Peut être que ce livre pourra m'aider. "A peine eut elle finie sa phrase qu'elle se rendit compte qu'elle ne voulait pas piquer le livre sous le nez de ce lecteur. "Mais si vous venez de le prendre, prenez le temps de le lire. Je ne veux surtout pas vous priver de cette lecture. "

Plus Tessa parlait, plus elle trouvait qu'elle parlait trop.. Elle avait peur de pousser à la fuite cet homme. Une intention qui n'était pas du tout la sienne.
Le Jack London qu'elle tenait dans sa main attira l'attention de l'homme
.
" J'avoue que je n'ai pas encore eu l’occasion de lire cet auteur. J'hésitais à le prendre justement. Mais si tu dis qu'il est bien, je vais me laisser tenter. " Et pour le coup, elle cala bien l'ouvrage contre elle, satisfaite de sa trouvaille et contente d'avoir eu un avis positif sur Croc Blanc. Peut être qu'elle l'aimerait aussi cette histoire de loup proche des hommes. La demoiselle saisit l'opportunité de demander l'avis à cet inconnu. " Aurais tu d'autres auteurs qui t'inspirent ? Je cherche des nouvelles lectures, des nouveaux styles et univers dans lesquels me plongeaient. "
N'hésitait elle pas à lui demander sans intention autre que continuer cette conversation qui débutait juste et aussi dans le but de dénicher des lectures passionnantes. " Mais je ne veux surtout pas vous accaparez, vous avez peut être d'autres chose à faire que de perdre votre temps à me conseiller."

Si cela était le cas, elle n'en serait pas offusquer. Chacun avait des impératifs dans la vie et peu avait le loisir de trainer dans les rayonnages d'une bibliothèque. Tessa lui laissait une porte de sortie, un moyen de s'éloigner si jamais cette discussion le mettait trop mal à l'aise ou si elle l'effrayait. Autant envisager toutes les possibilités après tout.




TESSA RAE IRVING
❝ The Sound Of Silence...❞



[color=darkcyan]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
D. Collin King
Lapin de conte défait
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 275
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
100/200  (100/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Dim 28 Sep - 17:49



♢♢PARLE
GRETCHEN ROSS



TESSA&COLLIN

TESSA&COLLIN


Elle observe le livre, curieusement. Mais ne le prends pas. Simplement pour le regarder, avec curiosité, je me dis. Je la laisse faire et lui souris, toujours. Elle me demande si le livre est bien, si j'ai lu. Je ne réponds que la cinquième lettre de l'alphabet en baissant le menton sur des joues prenant les chaleurs des tomates. Mais je n'eus le temps de lui dire quoi que ce soit sur le nom dressé sur la reliure du bouquin qu'elle me parle d'un projet qu'elle doit remettre. Jeune et brillante comme elle semble, il est d'aucune surprise qu'elle soit étudiante. Je redresse mon menton sur ses joies et la regarde d'une air tout intérêt. J'aurais aimé à l'instant lui poser mille et une question et me laisser l'écouter parler sur ce qu'elle avait put apprendre pendant des heures. Mais je crains. Je crains de l'interrompre, tout bêtement.

Elle parle sans cesse de ses lèvres magnifiques qui parlent enfin. Je suis heureux, plus qu'on pourrait le penser. Une inconnue qui sort de sa section de bibliothèque pour m'aborder alors qu'on a toujours eut tendance à me prendre inexistant pour acquis. Mon cœur court si vite dans ma poitrine qu'il ne me laisse le temps de trouver mes mots. Mais ce n'est en rien décevant; quand les fées parlent, les enfants prêtent l'oreille et se taise.



Non... Non je ne suis pas occupé ça... Ça me ferait plaisir de vous aider dans votre recherche. C'est un sujet qui me passionne...



Sourire franc, peut-être timide, mais qui ne se laisse pas prier pour démontrer ses joies. Et je hausse les épaules, sans trop comment savoir aborder le tout, je lui tends le livre. Mes gestes sont petits mais portent une bonne volonté.



Prends-le. Je venais le ranger de toute façon... Je n'ai pas besoin de le lire... Je veux dire... C'est moi qui l'est fait... Prends-le peut-être il t'aidera...



Et soudainement ma voix se fait plus petite. Je ne devrais pas. Je racle ma gorge asséchée et passe une main dans mes cheveux. Si d'autres auteurs m'inspirent? La liste serait trop longue pour les répertorier dans cet endroit. Pour le moment, nous sommes dans les K et les romans d'horreur nous font affiches gigantesques. Je n'ai jamais aimé les livres Stephen de ma même famille. En toute honnêteté, j'eus lu The Dreamcatcher en étant plus jeune et les cauchemars s'en découlant m'eurent interdit de retoucher à un seul de ses livres pour le reste de mes jours. Mieux valait que je garde tout ça sous silence, de toute façon.



Docteur Seuss est ma plus grande inspiration. Charles Dickens aussi, Robert Munsch, Antoine de Saint-Exupéry, Lewis Carroll, Gaston Bachelard, Richard Adams...



Je m'arrête. Histoire de prendre mon souffle. De la regarder d'un air navré.



Pardon. La littérature c'est un sujet qui me passionne... Et... Tu étudies en quoi?



Changement de sujet peut-être drastique, mais la question me pique le bout de la langue depuis qu'elle m'eut avoué avoir un travail à remettre. Littérature? Poésie? Philosophie ou candeur de l'esprit? N'importe quel sujet pourrait m'intéresser. Ce que je ne cache pas de mes yeux brillants et bourrés d'intérêt pour ce qu'elle aurait à me dire. Les fées sont sages et précieuses. Quand elles parlent, les enfants prêtent l'oreille et se taise. Toujours.



©BOOGYLOU.




Pourquoi suis-je hanté par ce Rabbit Dickens? Je crois que ce gros lapin est là pour m'apprendre à consoler. Consoler et effrayer. Ça rime bien, je trouve.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 22 ans
Messages : 598
Localisation : Nouvelle Orléans
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
80/200  (80/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Jeu 9 Oct - 15:26

La demoiselle était ravie d'avoir trouvé quelqu'un avec qui parlait. Parfois, elle se sentait seul et certains de ces amis lui manquaient, même si depuis l'accident, ils avaient disparus comme neige au soleil. Elle avait donc une victime pour écouter son bavardage parfois intempestif. Toujours amusée, elle sourit au jeune homme. En plus de sembler gentil, il voulait l'aider dans ses recherches. C'était vraiment une attention particulière aimable. Même si Tessa ne ressentait pas un grand besoin qu'on vienne à son secours. Un regard neuf pourrait apporter des informations complémentaires, ainsi qu'un autre avis sur les idées qu'elle avait déjà établie.
Tessa fut étonné de voir l'homme lui tendre le bouquin, mais encore plus d'apprendre qu'il en était l'auteur. Lui un écrivain ? Tessa ne l'aurait jamais parié. Mais pourquoi pas après tout. il faut de tout pour faire un monde. Elle observa de nouveau l'homme avant de faire le moindre geste.

" Vous êtes écrivain ? Je suis impressionnée. " Non pas parce qu'elle avait sous estimé les capacités intellectuelles de l'homme, mais plus parce que pour elle, les écrivains étaient des gens à part avec un foutu talent. Sa main libre le prenait le livre afin de pouvoir l'observer sous tout ses coutures, mais surtout de lire la quatrième de couverture.

" Merci pour le livre. J'ai hâte de le parcourir !" Surtout qu'elle pourra poser les questions à l'auteur ou faire ses remarques. Une première pour la grande lectrice qu'elle était devenue. Tessa garda précieusement l'ouvrage contre elle, tout comme celui de Jack London. Elle avait bien fait de se lever pour se dégourdir les jambes. Tessa l'écouta parler de littérature avec attention. Un tel passion était bel à voir, surtout pour un art comme la littérature. De tout les noms cités, elle n'en connaissait que très peu. Un grand chemin était encore à faire pour que son savoir dans ce domaine s'agrandisse. Certains auteurs lui étaient connus et elles les adoraient aussi.

" Ne t'excuse pas, c'est toujours intéressant d'entendre quelqu'un passionné parlé. Puis tu as cité de bons auteurs, bon j'avoue que j'en connais pas la moitié. Mais je vais tâcher de me souvenir de leurs noms pour faire des recherches sur eux. "

Rien était sûre qu'elle se rappellera de tous ces noms, mais elle ferait l'effort d'essayer.

" J'étudie pour devenir institutrice. "
Plusieurs matières étaient donc à l'honneur de son programme, pour le plus grand bonheur de la jeune femme qui aimait autant les sciences que la littérature.

" Mon devoir à rendre est sur ma littérature de jeunesse. C'est gentil de proposer ton aide."

Tessa ne pouvait que le remercier, mais elle avait dans l'idée de faire plus, afin de rendre leur échange plus intéressant et agréables.

" Ça te dirait qu'on prends un café ?" Tessa désignait la direction de l'espace détente de a bibliothèque, endroit où l'on pouvait trouver un sofa et des tables pour se relaxer avec des boissons en tout genre. Cela sera plus agréable pour discuter et au moins, ils ne s'attireront par les foudres de la bibliothécaire.

"Au fait, je m'appelle Tessa. !"




TESSA RAE IRVING
❝ The Sound Of Silence...❞



[color=darkcyan]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
D. Collin King
Lapin de conte défait
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 275
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
100/200  (100/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Sam 18 Oct - 3:36



♢♢PARLE
GRETCHEN ROSS



TESSA&COLLIN

TESSA&COLLIN


Impressionnée? Je rougis, si bien que les tomates des jardins adorables sont jalouses. Et je baisse le menton dans un sourire autant timide que lui-même ébloui. Un murmure m'avait soufflé que je pourrais impressionner la personne à qui j'aurais le courage d'adresser la parole, je lui aurait donner le billet pour le train de l'asile. Ou du moins, je n'aurais voulu le croire. C'était un velours entre mes côtes, et quelque chose d'incroyable chaud sur mes joues. Si les duvets des émotions douces que me faisaient ressentir les mots de la belle Velours de Ciel étaient aussi charmants, jamais je ne cesserais de boire ses yeux et paroles.

Je ne sais trop répondre à cela. Elle vole avec tendresse le livre de ma paume, je le lui tendais avec grâce de toute façon. Elle me fait honneur d'en prendre pour recherche. N'est-il pas second but de sa création, après celui d'éblouir les enfants? Et je me demande si les Velours de Ciel sont tout aussi gentil qu'elle. Peut-être certain seraient plus arrogants. Et que faire; je suis certaine d'être tombé sur la plus chaleureuse d'entre eux. Tout ce que je souffle, est:



Ça fait plaisir... Vrai... Vraiment.



Une pure vérité sur quoi il n'y a franchement rien à ajouter, je me répète. J'ai peur de devenir redondant et de m'empêtrer dans mes charades de paroles diffuses. Si elle savait comment je pèse mes mots, comment je fais tout pour qu'elle ne quitte pas la conversation d'un air anodin à me fendre le cœur...

Puis elle me dit de ne pas m'excuser. Je hoche de la tête en souriant. C'est un d'accord. J'ai compris. Je n'avais mieux à faire que de lui obéir de toute façon. Quand on a les Grand et Brillants, on écoute sagement et on fait de belles promesses. Je les tiendrai du mieux que je le peux. Et si elle peut s'amuser à m'entendre débiter ces jacasses sur auteurs, tant mieux. Je peux me sentir plus utile devant la Velours de Ciel.

Institutrice. Rien que cette notion me donne sourire rêveur aux lèvres, et je la regarde avec la prunelle brillante. Ce métier lui va à merveille, sous toutes ses coutumes. Je lui souhaite intérieurement de ne jamais cesser sa vocation et de toucher le cœur de millier de jeunes. C'est l'un des gestes les plus gratifiants qui existent.



Professeur... C'est un métier très... Honorable. Tu devrais t'y plaire. Les enfants doivent t'adorer, toi, non?



C'est des devinettes que j'exerce du mieux que je peux. Celles dont on est certain de ne pas trop se tromper. De toute façon, le grand enfant que je suis adore déjà ce beau visage. Les plus jeunes doivent en être amoureux bien vite.

Après ces paroles, c,est au tour du miracle de poser les pieds sur la place. Elle m'invite à prendre place confortablement et me dicte son nom. Tessa. Très joli. Autant que Velours de Ciel. Quand elle prononce son nom, ses lèvres font un sourire sur deux fossettes qui rajoute davantage de bonheur à son visage pâle. Je serre mes mains dans mes poches. D'angoisse, d'excitation, ou d'un savant mélange des deux.



Bien sûre... On sera mieux pour... discuter.



Je jure ne jamais avoir dit de tel de ma sainte vie. Et j'ai l'impression pâteuse en bouche de vivre un rêve pour une seconde fois.



J'adore ton prénom. Appelle-moi Collin.



Parce que lui réciter mon nom serait complètement stupide: elle l'a dans ses mains. Nous nous dirigeons vers l'air de détente. Je la suis bêtement, comme si j'avais peur qu'elle ne me glisse entre les pattes un moment que j'eus le dos tourné. Qu'importe, la jeune femme ne semble vouloir m'abandonner, et mon cœur s'emballe à l'idée que je m'en fasse connaisse à ce jour. Je fixe sa crinière à sa démarche. Je compte des dizaines de tons de gris et tente de deviner si elle porte une couleur violente et vivante, ou celle svelte et douce des épaves de teintures. Jamais je ne saurai. Mais le mystère est tout aussi joli.

Nous prenons place sur les divans. Il y a un vieillard non loin qui lit un livre, lunettes au bout de son nez. Mais il est assez loin pour que nos voix ne le dérangent pas. Sinon, l'endroit est vide. Peut-être parce que cette journée de milieu de semaine est peu alléchante pour les rangées de lettres éparpillées. Peut-être parce qu'une pluie a décidé de s'abattre sur la Nouvelle Orléan. Peut-être qu'un tas de choses. Je pense trop. Je suis nerveux et je fais tout ce qui est en mon possible pour ne pas paraître aussi gêné que je le suis. Et, évidemment, c'est mon cœur qui prend parole, parce que ma cervelle est en compote:



Il me semble que c'est un sujet triste à étudier... Pourquoi... Aborder l'approche de la mort dans les histoires pour enfants?



Pourquoi le fais-je moi-même, demandera-t-elle? Je l'ignore. Je souhaite, stupidement, qu'elle me donne réponse, justement. Puis je crains qu'elle ne m'explique les larmes de cœur. Je crains d'avoir posé la mauvaise question. C'est un sujet triste. Pour une personne triste. Je le suis. L'est-elle? Non, impossible. Belle et rayonnante, Tessa qui offre la plus belle tranche de dents à ses rires...



©BOOGYLOU.




Pourquoi suis-je hanté par ce Rabbit Dickens? Je crois que ce gros lapin est là pour m'apprendre à consoler. Consoler et effrayer. Ça rime bien, je trouve.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 22 ans
Messages : 598
Localisation : Nouvelle Orléans
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
80/200  (80/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Mar 4 Nov - 20:04

Attendrie, la demoiselle Irving l'était de voir rougir le jeune homme. S'emparant du livre des mains de son auteur, elle le cala contre elle. C'était la première fois, qu'elle allait lire des écrits d'une personne bien vivante et accessible. Certes tout les auteurs dont elle dévorait les ouvrages n'étaient pas tout morts, mais peu vivait à la Nouvelle Orléans et se trouvait devant elle à cet instant.
Tessa était ravie de lui faire plaisir, au point que de nouveau un sourire étira ses lèvres. Elle ignorait si cet ouvrage avait eu un quelconque succès. Peut être pour les personnes intéressés ou les professionnels qui auraient besoin de s'informer sur le sujet.

Parler de son futur métier était particulier pour la jeune femme. Elle ne savait pas si elle aurait un jour la chance de l'exercer. Mais cela lui donnait un point d'ancrage dans la réalité. Une façon d'aborder son avenir incertain, sans compter que les études lui permettaient de s'occuper l'esprit et aussi de passer le temps.

" Oui j'ai une certain succès avec les enfants..." avouait elle s'en se vanter. Mais c'était exacte, elle avait un certain feeling avec les petits et même avec les grands. Elle arrivait à se faire entendre par les petites têtes blondes. Il lui arrivait aussi de perdre patience avec eux et d'avoir envie de les claquer. Cela ne durait jamais bien longtemps, elle n'avait jamais frappé un seul enfant. C'était une bonne chose pour une hypothétique institutrice.
Les deux allèrent s'installer pour boire le café que Collin avait accepté de prendre. Elle prit le compliment sur son prénom avec le sourire.

" Merci Collin."

S'installant sur un divan, en face de celui prit par le jeune homme, Tessa déposa les livres sur une table. Elle se laissa aller contre le dossier du fauteuil, portant un regard sur le vieux lecture. L'espace était vide autrement. Ils pourraient papoter sans déranger quiconque.

" C'est vrai que ce n'est pas le sujet le plus joyeux. Aborder la mort chez des enfants est toujours délicat. Mais personnellement, je trouve le sujet passionnant. D'une manière générale, la mort fait peur et dérange. Alors qu'elle fait partie de notre monde et que tôt ou tard, on passerait tous par cette étape. Pourtant en général, les adultes ont peur d'en parler avec les enfants. Comme si éviter le sujet allait les préserver de la mort. C'est intéressant de voir que la mort peint dans les comtes. Il y a toujours un coté féérique, une juste cause, une morale derrière chaque décès. Comme si pour que les enfants prennent conscience de la mort, il fallait enrober cette dernière derrière des litanies ou des histoires imaginaires. J'essaye de comprendre pourquoi, dans quel but est il utile de faire cela ?"

Tessa avait parlé avec engouement. Ce sujet la touchait personnellement.

"J'ai eu l’occasion de voir et de tenir compagnie à des enfants malades. Et leur vision de la mort peut être totalement différente de celle des contes. Parfois, ils sont beaucoup plus lucides que leurs parents. "

Elle remarque seulement qu'elle monopolisait la parole et qu'en plus le café n'était toujours pas sorti de la machine.

" Bref, je parle trop je crois. On prends ce café ?"

Elle se leva pour examiner la machine, avant de se retourner vers Collin.

" Tu préfères lequel ? Et pourquoi avoir écris sur ce sujet ?"

Passant d'un sujet à l'autre, comme si tout était normal.





TESSA RAE IRVING
❝ The Sound Of Silence...❞



[color=darkcyan]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
D. Collin King
Lapin de conte défait
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 275
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
100/200  (100/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Mar 23 Déc - 23:31



♢♢PARLE
GRETCHEN ROSS



TESSA&COLLIN

TESSA&COLLIN


Savoir donner le sourire aux enfants est une qualité qui n'est point donner à tout le monde. Je souris. C'est une beauté de ce monde que d'avoir d'aussi belles paroles, de belles intentions. C'était un cadeau précieux que de pouvoir avoir la compagnie de cette Tessa, je le sais dès lors. C'est l'intuition et le savoir que personne ne sait. Et là, maintenant, je suis assis à ses côtés avec un bon café. C'est la première fois qu'on m'invite à prendre un café. Je déteste le café. Mais j'accepte et je bois. Parce que l'opportunité de faire comme les autres et d'être heureux en présence d'une ange n'est pas quotidien, pour moi. Je profite. Et je savoure. Et je souris comme le plus heureux des auteurs.

Sa voix d'encens et de de myrrhe embaume mon visage. Il avait rougit, maintenant mon cœur reprend un rythme normal. Je suis aux anges et aux sorcières. C'est une conversation qui amorce bien des réflexion et comment au monde aurais-je pu tomber sur une compagnie aussi parfaite? Qui se passionne sur la lecture des enfants et des morts à écrire? Peut-être, je me dis, peut-être abuse-t-elle seulement de la présence d'un écrivain pour éparpiller quelques références bien notées dans son travail. Et même si c'est le cas, je m'en balance. C'est tout ce que j'ai besoin. Tout.

Elle parle et je bois ses paroles. Je suis d'accord avec elle, en tout point. C'est vrai que les contes dédramatise le point final et culminant d'une vie. Et c'est vrai aussi que les enfants ne sont pas tarés. Ils sont magnifiques et ont cette manière de voir les choses qu'ils perdent à l'adolescence. Car l'adolescence ramène à la réalité drastiquement. Puis elle cesse et offre le café.

Je reste abruti une seconde ou deux. Je cligne des yeux. Puis hoche positivement de la tête. C'est comme s'éveiller d'un rêve, mais c'est une toute première fois en une année. Les rêves reviennent à chaque soir, eux. Elle me demande lequel je prends. Je ne comprends pas sur le coup. Je m'embête et m'embrouille, mon aorte s'affole et je m'angoisse pour un rien. Ma langue m'enduit de gêne, d'ailleurs:



Je euhm.. Noir... Je prends... Le noir...



Est-ce que les gens disent cela? J'espère que oui. Sinon elle croira que je le dis. Qu'importe. J'essaie de ne pas trop mourir sur place. C'est à tout ce que je pense. Et je pense à ses mots de Velours de Ciel.



Ce que tu dis est magnifique.



Je prends une pose et gratte le fond de ma tête. Je cherche ce qui serait le mieux à dire. Puis je me rend compte qu'il n'y a rien de mieux à dire finalement. Alors mon cœur parle de passion.



Je crois que tu as raison. La mort est quelque chose de très effrayant, parce que... Parce qu'elle est inconnue. On peu croire au paradis, à l'enfer... La vérité est que personne ne sait ce qu'il y a de l'autre côté... Personne qui ne soit présent pour nous le confier.



Je me mords les lèvres. Des histoires de fantôme, il y en a par millier en Nouvelle Orléans. Je continue pour, outre mesure, terminer mon point.



Alors on invente quelque chose pour que la mort ne... ne soit plus inconnu. Qu'elle évoque quelque chose de bien. C'est très important dans les contes de faire en sorte que la mort évoque quelque chose de bien car... elle est terrifiante, mais elle est bien.



Je ne sais trop si je m'avance trop loin. Mais je préfère ne pas m'arrêter.



La mort toute crue est quelque chose de très jolie en soi. De très bien. J'essaie... J'essaie de faire comprendre cela dans mon histoire... Aux enfants... Je n'essaie pas de... Rendre la mort sympathique. Elle ne l'est pas. Mais elle est très importante. Tout comme le deuil... Cela va de soi. J'aimerais au moins qu'ils comprenne que c'est important. Dans mon histoire, le protagoniste comprend qu'il aimait par dessus tout le personnage adjuvant. Il ne le comprend qu'après sa mort. Et ce personnage adjuvant reste vivant depuis ses souvenirs et ses peines. Il reste en vie parce que... Parce qu'elle s'ennuie de lui. C'est important...



Au fond, j'ai toujours eut peur que personne ne s'ennuie de moi à ma mort. Je le dis dans mes histoires, mais je ne veux pas que les lecteurs le sache. Ni personne, d'ailleurs. Jamais. Des fois je me demande si des gens s'ennuient de Rabbit Dickens. Des fois je me demande s'il est mort. Je ne lui en parle jamais. La mort m'effraie bien trop malgré tout ce que je peux dire et penser. Je replie mes ailes, pour ne pas m'emballer trop loin.



Je m'excuse... C'est seulement... Je crois que c'est important... Ce l'est à mes yeux... Et les enfants sont les cœurs les plus magnifiques et pures pour comprendre... J'espère que ce n'est pas trop déprimant...



Je dirais que non au rythme que mes ouvrages sont vendus. J'ai l'impression que ma maison d'édition pense pour moi. Je me défais de ces idées et prend une gorgée du café que Tessa m'a donné. J'y trempe mes lèvres. Me brûle. Sursaute. Grimace. C'est dégueulasse. Et douloureux. J'essaie de cacher tout ça derrière des mots:



Merci, Tessa.



Pour le café.

Merci pour tout.

Et pour être là, avec moi, à partager de ton temps. Velours de Ciel, je t'aime.




©BOOGYLOU.




Pourquoi suis-je hanté par ce Rabbit Dickens? Je crois que ce gros lapin est là pour m'apprendre à consoler. Consoler et effrayer. Ça rime bien, je trouve.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 22 ans
Messages : 598
Localisation : Nouvelle Orléans
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
80/200  (80/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Dim 4 Jan - 21:04

Cet homme semblait si différent des autres. Tessa s'aperçut qu'elle aimait discuter avec elle. Pour le moment, leurs sujets de conversation étaient tout à fait intéressant. En même temps le thème les passionnait l'un et l'autre. Elle appuya sur la touche de la machine. Cette dernière sortit un café noir comme demandé par Collin. Pour elle même, la demoiselle choisit un cappuccino. Quand la machine termina d'extraire et de faire couler le liquide au couleurs brunâtre et à la sentir particulière du café, Tessa prit les deux gobelets chauds dans ses mains. Elle les déposa sur la table devant leurs fauteuils respectifs. Avant de se poser, elle s'empara de la boite avec les multiples sachets de sucre en poudre. Un café sucré était toujours meilleur et beaucoup moins amer.


"Merci" dit elle face à son compliment, bien qu'elle soit gênée devant un tel compliment. Ses fesses retrouvèrent le moelleux du divan. Elle ne pouvait qu’acquiescer à ses paroles. Personne ne pouvait dire si l'enfer ou le Paradis existaient. Surtout que Tessa ne croyait pas du tout aux esprits ou aux fantômes. Trop cartésienne pour cela, elle n'avait jusqu'à ce jour eut aucune preuve de leurs existences.
Attentive, Tessa ne perdait pas un mot de l'homme. Il parlait avec justesse et quelque part avec une certaine poésie. Terrifiante mais nécessaire pour l'ensemble de l'Humanité, parfois Tessa essayait de s'en convaincre et d'en convaincre ses grands parents.


" Ne t'excuse pas voyons, c'est tellement vrai. Je pense aussi que même si une personne est morte, elle peut continuer d'exister d'une certaine manière grâce aux souvenirs des autres et aux sentiments qu'ils ont pu avoir et qui perdureront avec le temps."


Certains enfants arrivaient bien à assimiler ce concept, ce n'était pas forcément le cas des adultes.


" Je suis persuadée, que même en mourant en disparaissant physiquement, on laisse une trace derrière nous. Soit les proches qu'on laisse, les œuvres qu'on a fait, les actes qui comptent pour certaines personnes... On nous efface pas simplement parce que notre corps nous a lâché.."


Penser ainsi permettait à Tessa de se rassurer un peu. Elle savait qu'elle n'allait surement pas mourir de vieillesse, au contraire la mort s'inviterait bientôt à son chevet.


" C'est déprimant mais aussi émouvant de penser à ça.. Mais parfois on est obligé de s'y préparer ou d'y faire d'une manière inattendue."


Leur discussion n'était pas des plus joyeuses, mais elle n'était pas vide d'émotion, cela la rendait encore plus précieuse. Cependant, Tessa sourit en observant Collin avec son gobelet de café.


" Je t'en prie. Tu es sur d'aimer le café ?"


Alors qu'elle même se délectait de son breuvage.




TESSA RAE IRVING
❝ The Sound Of Silence...❞



[color=darkcyan]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
D. Collin King
Lapin de conte défait
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 275
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
100/200  (100/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Lun 19 Jan - 0:59



♢♢PARLE
GRETCHEN ROSS



TESSA&COLLIN

TESSA&COLLIN


Je lui souris, d'un sourire qui exprimait toute la joie des dons de cette heure. D'accord, je ne m'excuserai pas. Velours de Ciel était d'accord et ne peut qu'approuver ce que je dis. Je suis aux anges. Parfois, les gens ne veulent pas saisir ce genre de pensée. Tessa, elle, l'aimait déjà.

Et je suis bien d'accord avec elle aussi. Nous laissons des traces de notre chemin quand l'on décède. Et ces traces seront ressenties ou aperçues par d'autre nous succédant sur Terre. Comme des livres, par exemple, dont la moitié dans cette bibliothèque devait être de plumes mortes. Ou simplement de sourire que la veuve a en pensant à son mari. Des détails peut-être plus anodins que d'autre, mais tout aussi important pour se remémorer qu'on a aimer et qu'on aime toujours la personne six pieds sous terre. On leur doit tout de ce que l'on vit en ce moment, après tout.

C'est vrai que les enfants ont tendances à croire à ce genre de deuil plus que les adultes. Du moins, c'est mon avis. Passé l'adolescence, les choses autour de nous deviennent bien trop radical. L'homme passe de la vie à la mort, et on en compte les billets verts. L'enfant, lui, y voit l'espoir et la magie. Ce qui est merveilleux et néfastes dans les contes, c'est qu'on peut s'y emprisonner pour toujours. Je n'ai plus envie d'y ressortir.

Je prends une autre gorgée de mon café et grimace à la chaleur et l'amertume. Ça a un goût de regrets, par dessus tout, et laisse sur la langue quelque chose de bien trop foncé pour être apprécié. J'essaie tant bien que mal de ne pas montrer que j'ai été stupide d'accepter l'offre et écoute mon interlocutrice sous le plus douillet des charmes.

Éprouvant et émouvant; certainement. C'est quelque chose qui nous rejoint tous d'une manière ou d'une autre. Mais, de la manière qu'elle parle de la mort, elle semble avoir le tracas de l'inattendu. Curieux, je demande:



Pourquoi... dis-tu ça? Tu as peur de mourir? Je veux dire... De manière inattendue?



Le genre de peurs épouvantables qui s'agrippent aux tripes et qui nous empêche de trouver le sommeil. Je ne voudrais pas que Velours de Ciel s'en fasse des soucis, non et non. Mais des fois, c'est bien difficile de faire autrement...

À l'intention de mon café, je redresse le cou. Je suis bien pris au piège. Je n'ai plus d'autres choix que de lui avouer, sur un ton déconfit:



Pour tout dire... Je... Je suis pas très habitué à boire du café, je... voulais simplement être poli...



Faible rire. Je ris de moi-même. C'est le moins que je puisse faire en ce moment. Et je baisse le menton en passant une main dans mes cheveux. Je dois paraître complètement débile. Mais je suis tout de même heureux d'avoir cette conversation avec la charmante Tessa. C'est le prix à payer, je suppose. Je lui adresse un sourire. Y'a pas de mal.

Mais le café risque de refroidir.


©BOOGYLOU.




Pourquoi suis-je hanté par ce Rabbit Dickens? Je crois que ce gros lapin est là pour m'apprendre à consoler. Consoler et effrayer. Ça rime bien, je trouve.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : 22 ans
Messages : 598
Localisation : Nouvelle Orléans
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
80/200  (80/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Sam 21 Fév - 23:23

Tessa déguste sa boisson chaude lentement, cherchant à ne pas se brûler. Elle souffle légèrement sur la surface. La chaleur du gobelet se propageait dans ses mains, c'était assez agréable. La question de Collin la crispa un peu. Bien sur qu'elle avait pensé à sa propre mort. Et la perspective que celle ci soit proche, la dérangeait La jeune femme continua malgré tout à sourire au jeune homme. Elle décida de répondre en toute franchise, comme à son habitude..

« J'ai surtout peur de mourir jeune, sans avoir pu profiter de la vie à fond. Ou de mourir après d'atroce souffrances.. »

Surtout que la dialyse n’était pas une parte de plaisir, que les douleurs elle connaissait pas mal. Elle ne pouvait imaginer ce que ça sera quand son corps l'aura lâcher pour de bon. Mais en général, Tessa évitait d'y penser. Puis elle n'était pas du genre à s'angoisser pour ça. La vie était trop courtes pour ses conneries.


Elle ne s'était pas trompé sur le goût du café pour Collin. Il n'aimait pas cela, ça se voyait. Ce n'était pas le premier à s'être fait avoir par le gout du café.

« Le goût est très particulier. Je te conseille de mettre beaucoup de sucre, cela permet de casser l'amertume de la boisson. Et j'aurais pu te choisir une autre boisson, la machine est pleine de ressource !»


La brune se demandait si Collin acceptait souvent des choses qu'il n'aimait pas pour être poli. C'était une façon particulière d'agir. La poche de son jean se mit à vibrer bruyamment. Elle dut se trémousser sur son fauteuil pour sortir l'appareil. Un message de l’hôpital, lui demanda de venir rapidement. Cela devait être en rapport avec les derniers examens réalisés la veille. Un soupire traversa les lèvres de la demoiselle. Tessa hésitait à y aller ou à rester ici pour terminer son travail. Si elle restait, elle doutait réussir à se concentrer assez pour finir son étude. Ce message l'intriguait trop, pour qu'elle fasse comme si de rien n'était. Sa journée d'étude était finie. C'était avec un visage plus fermé, qu'elle reporta son attention sur Collin. Mais la jeune fille lui adressa néanmoins un sourire.


« Je vais devoir partir, un impondérable à gérer. Mais j'ai été ravie de parler avec toi. C'était très intéressant. J'espère qu'on pourra se recroiser à l’occasion. »

Tessa finit son café, avant de se lever et d'aller chercher ses affaires dans la grande salle.




TESSA RAE IRVING
❝ The Sound Of Silence...❞



[color=darkcyan]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voodoo Ghost
Dream Teller
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge du personnage : Tu aimerais savoir pas vrai? vieux, très vieux, autant que Papa Legba!
Messages : 1441
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
200/200  (200/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa] Dim 29 Mar - 19:47

Le sujet n'a pas reçu de réponse depuis plus d'un mois, merci d'y remédier.

Le Staff.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: parle. [ft. tessa]

Revenir en haut Aller en bas

parle. [ft. tessa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Texte qui parle d'un scandale autour du colloque de Montreal VRAI OU FAUX!!!
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre
» Il fallait bien qu'on en parle [Livre I - Terminé]
» petit oiseau étrange. qui parle tros.
» TESSA X CANICHE TECKEL ?? CHERCHE ADOPTANT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Mirrors :: Rp's-