AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
RETROUVEZ NOUS SUR:
http://houseofhell.forumactif.com/

Partagez|

Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Sam 20 Sep - 17:22


Un samedi qui n’était pas comme les autres. Un jour différent, un jour où son cœur battait. Un jour où il oubliait quelque peu ses démons. Il tenait juste sa main, ils marchaient juste librement. La journée se passait divinement bien, il pensa même être de nouveau lui-même. Skyler, un homme doux et assez classe finalement. Un peu trop pour un vulgaire chauffeur de taxi. Il tenait tranquillement sa main et cela lui suffisait à se sentir plus humain. Il se ficha alors quelque peu du regard des autres sur eux, bien qu’ils aient évidement tendance à se cacher. Il n’était pas forcement une vieille personne, mais elle était bien trop jeune bien qu’adulte. Mais il voulait juste prendre sa main, pour une fois. Pour la dernière fois. Il avait la boule au ventre, mais si cette journée sembla des plus radieuses, il savait pertinemment que celle-ci s’achèverait sur une bien triste note. C’était fini. S’il contrôlait jusque là, la situation. Il ne savait pas combien de temps cela saurait durer. Il se sentait prit au piège, et c’est étrange. Mais il voulait la protéger, de lui. Ils arrivaient dans une rue des plus discrètes alors qu’elle riait de l’un de ses habituels sarcasmes d’autodérision. Il l’arrête ; la pousse doucement contre le mur avec un léger sourire. Il pose ses lèvres sur les siennes. Loin de penser tous deux qu’il y aurait un coup d’éclair dans ce ciel serein. Après ce langoureux baiser qui les mit dans un émoi troublant.

Ses yeux bleus la fixent, pourtant il a l’air un peu moins heureux. Ses tripes font des nœuds, il se sent faible. C’est étrange cette sensation. Cet esprit, c’est comme un cancer… « Il faut que je te parle… » Lâchait-il finalement, il recule un peu. Elle lui manque un peu. Ils ne sont pas un couple, mais il tient à elle. Il aime cette influence positive qu’elle a sur sa vie. Il sent la fracture au fond de lui ; un point de non retour. Le cœur prit en étau. « Il faut arrêter. Il ne faut plus que l’on… » Il tremble, il n’arrive pas à finir cette phrase. Il sent ses doigts qui se crispent un peu trop sur l’épaule de la jeune femme ; il voit qu’il lui fait mal. Il ne peut s’en empêcher pourtant. Il n’y a personne dans cette rue, c’était un raccourci vers le restaurant. Une cage soudaine. Elle se laisse faire pourtant. Yâaqov sait qu’elle essaie de le repousser, d’aider Skyler à garder le contrôle. Mais il était à lui à présent. Elle était arrivée trop tard dans sa vie. Trop tard pour qu’il puisse se laisser gagner par ses émotions.

« Ecoute… » Oui, bien sur qu’elle voulait l’écouter, mais si seulement il pouvait terminer une phrase serait-ce formidable. Elle du comprendre ce qui se passait. Elle tenta de lui filer entre les doigts, c’était ce qu’il voulait lui dire. De partir. Mais il la retenait. L’esprit en lui, il ne voulait plus la voir sur sa route. Alors sa main part, la main gifle avec force. Il la frappe encore. Elle est à terre et c’est avec son pied qui la violente dans les cotes. En plein jour. Puis c’est la conscience de l’homme qui rattrape. Il met ses mains sur ses tempes, tremble. Recule. Il veut qu’elle s’échappe. Elle s’enfui. Il court. Il la poursuit. Il ne sait pas pourquoi. Il est d’accord. Yâaqov veut l’achever, et lui, il veut qu’elle lui pardonne.

Il finit par la voir s’engouffrer dans une boutique. Il se fait bousculer par un homme un peu trop baraqué pour lui. Il s’arrête pourtant devant la devanture de ce magasin qu’il ne connaît pas. Il pousse la porte ; il se sent étrange. Essoufflé. Il la cherche de ses yeux bleus, voit une silhouette montrer aux escaliers, la silhouette est fine et il ne voit pas que c’est un homme qui s’enfuit. Alors il approche doucement, il tremblait encore. Ses veines sont saillantes et la colère transpire des pores de sa peau. Pourtant, dans ses yeux navigue la panique, il se sent perdu. Il y avait une force ici. « Amélia ? » Demandait-il alors à l’aveuglette, presque un peu trop doucereux. Il n’y avait personne dans cette foutue boutique. Il approche des escaliers quand un bruit sur la droite le distrait et aperçoit deux silhouettes. Deux femmes qui ne lui sont pas étrangères. Yâaqov se sent faible, ce danger imminent le pousse à vouloir bien évidement à se préparer à prétendre.



Dernière édition par A. Zéèv Elbaz le Mar 21 Oct - 7:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Dim 21 Sep - 19:39


Mr Sandman bring me a dream
Amelia, Zéèv & Nitzan


Comment on étions-nous venus à cela? Je ne saurais le dire. Nous avions céder à la tentation de nous voir, encore. Je devais avouer que j'en étais heureuse. Sa présence avait un effet sur moi que je n'aurais pu décrire. Il m'apaisait, étrangement, même en sachant qu'un esprit violent le possédait. J'avais tendance à l'oublier, il se manifestait si peu en ma présence à vrai dire. Tout comme Evan, il semblait disparaître le temps de nos rencontres et j'en ressentais un tel bien-être. Lui aussi j'ose le croire. Il souriait souvent, me faisait rire. Plus encore, il m'avait surpris en prenant ma main. J'avoue que cela, je ne m'y étais pas attendu. Non pas que nous ayions peur de nous toucher, après tout nous avions fait bien plus que cela. Mais ainsi, en public, alors que nous marchions, cela m'avait étonné. Déplu? Absolument pas, bien au contraire. J'étais seulement étonnée qu'il le fasse alors que d'autres nous voyaient, lui qui semblait si préoccupé par notre différence d'âge. Moi, j'en étais presque fière. Je tenais sa main avec insouciance, profitant d'une journée qui s'annonçait si radieuse à mes yeux. Pourtant j'aurais dû savoir... Les choses dans ma vie ne reste jamais ainsi.

Il m'avait interrompu, si soudainement que j'en avais sursauté. Néanmoins, j'avais souris quand il m'avait plaqué contre le mur. Sur mes lèvres il avait posé un baiser, passionné auquel je n'avais pu que répondre. Je m'étais agrippé à lui, mes bras autour de son cou et je l'embrassais sans me poser de question. Cela avait été clair depuis le début : nous n'étions pas un couple. L'amour nous était impossible, mais nous pouvions toujours profiter des bonheurs dans nos vies, aussi bref soient-ils. Ce baiser dans cette rue me fit oublier pour un instant où nous étions. Quand j'ouvris les yeux, ce fut avec un grand sourire qui pourtant ne tarda pas à s'évanouir légèrement quand je vis son expression. La fameuse phrase «Il faut que je te parle» suffit à m'assurer que quelque chose n'allait pas. Quand il recule, j'ai envie de le retenir, je le tirer vers moi, mais je n'ose pas. Il a l'air trop sérieux. Pourtant, quand il me parla de tout arrêter, j'eus un instant de panique. Comme si on m'arrachait quelque chose, une chose qui m'était précieuse. Je m'approche de lui avec un sourire, pour le rassurer.

«Ne dis pas ça, tu ne veux pas réellement arrêter...»

Je le pensais ou du moins je l'espérais. Je sens sa main se poser sur mon épaule, tremblante, mais dont la pogne devient de plus en plus forte. Je n'ose pas bouger, je le regarde simplement malgré la douleur de mon épaule. Cherchant son regard, j'essaie de lui sourire, même si je me sens moins assurée. Je sais qu'il lutte en ce moment : il perd le contrôle.

«Zéèv... Regardes-moi... Tu me fais mal, tu dois me lâcher... Je t'en pris, reprends le contrôle...»

Je pose ma main sur la sienne, essayant de le faire lâcher, mais sans réel succès. Il tente de me parler, mais je vois que cela devient de plus en plus difficile, maintenant même impossible. Il est sous l'emprise de l'autre, de celui qui n'a pas peur de me faire mal et je dois m'en éloigner. Evan s'agite à l'intérieur de moi, essayant de prendre le dessus. Peut-être est-ce ma naïveté qui me force à rester malgré tout, ne serais-ce que pour tenter de ramener Zéèv. Alors que j'ouvre la bouche pour parler à nouveau, je sens la gifle sur ma joue. Elle n'a rien de modéré, elle est puissante et suffit à me renverser au sol alors qu'il me frappe encore. Je suis surprise et ne peut m'enfuir alors que je sens les coups s'abattre sur mon ventre, dans mes côtes. Il fallut quelques secondes avant que cela ne cesse, que Zéèv recule. Et moi, je dus fournir des efforts considérables pour me relever. Je sentais le goût de mon sang dans ma bouche et la douleur insoutenable de mon côté droit. Comme une idiote, je voulus rester pour le raisonner, mais Evan n'était pas de cet avis. Il s'empara de mon corps et me fit courir, plus vite que je ne l'avais fait. Au loin, nous voyons l'affiche d'une boutique, The Music Hole. Cela me dit quelque chose et je me souviens finalement : c'est la boutique de Nitzan. Sans réfléchir davantage, Evan nous mène jusqu'à la boutique et s'y engouffre. Nous nous dirigeons immédiatement vers l'arrière-boutique ou sans permission nous entrons. Je m'écroule au sol, même Evan ne pouvant plus me forcer à courir davantage. Je relève la tête, ayant soudainement l'envie de pleurer tant cette situation me semble irréelle.

«Nitzan, aides-moi.»

Je me tenais les côtes en gémissant. J'entendis soudain la voix de Zéèv m'appeler doucement et j'eus l'envie idiote d'aller à sa rencontre. Je me redresse en m'appuyant sur le mur, avec l'aide de Nitzan aussi. Je suis effrayée, elle peut sans aucun doute le voir sur mon visage. Mes côtes me font si mal, mais je me retiens de ne pas gémir. Dois-je me cacher? Trop tard. Cela ne servirait à rien, nous avions fait de bruit et maintenant ils nous voient.

«Zéèv...»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Ven 26 Sep - 15:10

Mr Sandman, give me a dream


Un samedi comme tous les samedis. A savoir du monde. Le magasin est bien rempli, assemblage un peu bordélique de touristes, japonais vissés à leur appareil photo ou allemands en sandales et chaussettes, d’habitués comme Jackson ou Terry, pour qui j’avais commandé les derniers albums des Black Keys, de Robert Plant ou de Ty Segall en vinyles, et que je gardais précieusement sous le comptoir, et qui sont venus les récupérer avec de grands sourires de gosses, me jetant presque leur carte bleue à la tête avant de se barrer rapidement, leur sac sous le bras, pressés de faire tourner leur platine. Il y a aussi des ados qui se promènent là à défaut d’aller ailleurs, examinant les bacs à vinyles sans connaître personne, ni artiste ni groupe, et que je surveille du coin de l’œil. Plusieurs fois j’avais vu ces petits crétins détacher une guitare ou une basse des présentoirs et de se faire prendre en photo avec, imaginant faire comme leurs idoles qui, au final, ne jouaient d’autre instrument que de « Auto Tunes ». Surtout que récemment, il faut musarder pour trouver du bon rock, les radios inondent le monde de musique de merde produite à la chaîne comme des biscuits ou des vélos. Les guitares, c’était juste pour se donner une image de bad boy, et ils auraient même pas été foutus de me donner le nom d’un seul bon guitariste… A mon plus grand désespoir…L’un d’eux avait failli renverser son Starbucks sur une Gibson Gold Top qui valait une petite fortune l’autre jour, et c’est tout juste si je les avais pas collés dehors avec un coup de pied au cul. Pendant ce temps Maddy est en haut.

Ce matin il avait envie de dessiner alors je l’ai laissé avec un stock de gouaches et de craies pour qu’il s’amuse pendant que je peux pas m’occuper de lui. L’avantage d’avoir un fils de trente-cinq ans, c’est que je peux le laisser seul, au moins quelques temps. Et qu’il sait qu’il ne doit s’approcher ni de la cuisinière ni du four. Et moi, je navigue dans tout ce beau monde, conseillant, guidant, surveillant, dragon et bonne vendeuse au besoin. Heureusement l’après-midi touche à sa fin, il n’y a plus grand monde dans les magasins, maintenant que les ados sont rentrés se préparer pour sortir en boite et se mettre minable, et que les touristes sont retournés dans les bus. On entend enfin le vieux Led Zepplin qui tourne sur la platine, et je suis passée dans l’arrière-boutique une seconde, le temps de chercher un nouveau rouleau pour la caisse. La clochette tinte, et je me relève doucement, tenant ce que je suis venue chercher en main, mais à la seconde où je fais demi-tour je vois quelqu’un qui s’écroule juste devant moi. Mon rouleau tombe sur le sol alors que je sursaute, et me penche sur l’inconnue.

Hey, qu’est-ce qui ? Amelia ?!

Alors que je parle, elle relève la tête et je la reconnais. Amelia, le petite bibliothécaire, possédée par son petit copain jaloux. Je me penche vers elle pour l’aider à se relever, hochant la tête quand elle me demande de l’aider.

Bien sûr ma belle, je vais m’occuper de toi.

Sauf que quand je la relève, je remarque qu’elle s’est faite tabasser. Mes yeux s’agrandissent d’horreur à l’idée de ce qui a pu lui arriver, et je la relève, portant ma main à son visage pour écarter ses cheveux.

Qu’est-ce qui t’es arrivé ? Raconte-moi…

Sauf qu’à ce moment je la vois qui regarde quelque chose derrière mon épaule, alors que je tourne le dos au magasin, et une voix. Une voix d’homme qui prononce son nom. Je me tourne et tombe nez à nez avec le type complètement camé que j’ai sauvé quelques semaines plus tôt, avec Az.

Toi ? Mais qu’est-ce que… ?

Je jette un œil à Amélia, terrorisée, et je commence à comprendre lentement ce qui se passe ici.

Amelia, est-ce que c’est lui qui t’as fait du mal ? Dis-le moi et je m’en occupe…


Fiche bye Ethna

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Sam 27 Sep - 12:08


Elle avait tenté de le ramener à la raison. Mais il n’avait su reprendre le contrôle de son esprit. Et voila, où ils en étaient. Il gâchait tout. Comme toujours. Il aurait voulu remonter dans le temps. Mais la présence de Yâaqov se fit des plus oppressantes, il voulait la saigner. Cette sale américaine. Il voulait lui arracher les tripes et cela juste pour satisfaire ses envies meurtrières. D’un besoin indéniable de se venger, contre n’importe qui. Il était dans cette boutique, quand il vit leurs silhouettes. Il l’appelle doucement, c’est Skyler qui l’appelle. L’esprit en lui se sert de la sensibilité de cet homme pour se jouer de ces victimes. A cet instant pourtant, le pauvre homme avait juste envie de crier à la femme qu’il appréciait tant de fuir. Cours, aussi loin et vite que tu le pourras. Fuis la Nouvelle Orléans. Quelque chose se prépare. Quelque chose de grave. Mais ses lèvres restaient scellées. Elle l’appelle à son tour. Elle est dans un état lamentable. Il a mal au cœur de la voir, alors que l’autre partie de son être jubile. Mais cette deuxième femme dérange l’esprit malin qui se sent affaibli. Comme si elle aspirait son énergie. Alors, il se jura intérieurement qu’il leur faudra lui faire la peau.

Elle le reconnaît pourtant. Mais Nemo ignore que la petite vendeuse connaît son hôte. Complètement shooté, il avait été anesthésié par les produits consommés par le chauffeur de taxi et c’est là qu’ils se sont rencontrés. C’est alors qu’elle menace de ‘s’occuper de lui’. Alors, il se mit à rire. Sincèrement. Il rit, puis répondit avec arrogance « Et qu’est-ce que tu vas me faire ? Elle n’a eut que ce qu’elle méritait, cette petite trainé. » Puis il s’adresse directement à Amélia qui était absolument pitoyable « Salope. » Ce mot résonna dans les cuivres présents dans la boutique. Cela provoqua l’effroi de Skyler, et malgré l’expression sur son visage d’une détermination cruelle. Son épiderme eut une réaction caractéristique de la peur : la chair de poule. Décidément, cet hôte était bien faible. Il était bien malheureux de voir tant de cruauté sur cette gueule d’ange. Il fixait Amélia, chercha à la détruire par son simple regard. L’esprit savait qu’il n’avait pas de temps à perdre. L’intuition de perdre son énergie comme si son âme était trouée ; il lèvre un bras et fit valdinguer un saxophone qui manqua de frapper la petite brune au médaillon si elle ne l’eut pas esquivé. Il se foutait à cet instant de se faire repérer. Il y avait bien trop de haine qui inonda son âme.

Sa mâchoire se crispe, il serre le poing et envoie une guitare qui s’éclate contre le mur. Il se sentit particulièrement affaibli. Il se sentait envahi par la haine. Il n’y avait pas de raison évidente. Il l’avait choisi elle comme victime, c’était ainsi. C’était la seule chose qui comptait à ses yeux. Se venger du genre humain, de l’humanité qui l’eut abandonné bien avant sa mort. Elle pouvait approcher la brunette, il avait appris à se battre dans les camps de concentration. Le frisé avait cette allure perturbée, mais il était particulièrement dangereux à cet instant. Instable. Il était incapable de contrôler l’esprit, et l’esprit lui-même disjoncté de sa colère noire probablement injustifié. Frustré de ne pas avoir pu la tabasser comme il l’aurait voulu tout simplement. « Tu crois que tu peux le sauver, mais c’est trop tard pour lui. » Il l’aurait jusqu’à sa fin. Aucune des deux ne pourrait rien pour son hôte. Il était sa propriété désormais. Il n’avait plus le choix et s’il avait tenté de prévenir Amélia, il en eux rapidement reprit les rênes pour avertir cette donzelle d’une façon plus divertissante à ses yeux.

Nemo était un esprit incompris, un esprit qui avait souffert de son vivant. Un esprit qui ne savait contrôler ses émotions, qui les déversait alors sur le monde des vivants. Se punir, les punir. Il n’avait jamais retrouvé sa famille, il n’avait jamais connu la paix. Il était une âme en peine, un Dibbouk nuisant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Sam 27 Sep - 19:49


Mr Sandman bring me a dream
Amelia, Zéèv & Nitzan


Je me tenais à Nitzan, un peu tremblante, moins certaine. Je vis la colère sur son visage et je la comprenais. Je n'arrivais cependant pas à trouver les mots pour lui expliquer, comment le pourrais-je? C'était une histoire si compliquée, si même c'était une histoire. Je savais bien ce qu'elle devait penser, mais ce n'était pas cela. Enfin, si ce l'était, mais les apparences n'étaient pas ce qu'elles laissaient paraître. Au moins je savais que Nitzan avait le don de sentir ses choses. Je vis aussi à son regard qu'elle le connaissait déjà, peut-être comprenait-elle la situation. Je lève les yeux vers Nitzan, jetant des coups d'oeil répétitifs vers Zéèv.

«C'est son esprit...»

Je ne trouvai pas quoi dire de plus, ni comment le dire. Zéèv ne m'aurait jamais fait de mal, je le savais, mais son esprit... son esprit n'en avait aucun remord et même qu'il semblait, je le voyais maintenant, y prendre un malin plaisir. J'entendis d'ailleurs son rire se répandre et me glacer le sang. Je ne reconnaissais pas la voix de Zéèv, si cruelle et froide. Ses insultes me firent tressaillir, mais je ne pus que détourner les yeux, ne sachant soutenir un regard que je connaissais maintenant si bien, mais qui n'avait pourtant plus rien de familier. Je le sentais, qui m'observais si intensément. J'essayais de l'ignorer, mais j'y parvenais difficilement. En relevant la tête, je le vis agripper le saxophone et la balancer violemment vers nous. Ce fut Nitzan qui nous évita d'en être frapper, me poussant pour que nous l'évitions. Je ne peux m'empêcher de pousser un cri un guitare vint se fracasser sur le mur. Je tremblais, malgré moi.

J'avais peur et en même temps, cela me terrifiait de savoir que Zéèv ne pouvait rien faire pour le contrôler. Je savais ce que c'était, même si l'esprit qui me possédait était moins fort. Quand il était en colère, Evan m'empêchait d'avoir le contrôle. C'était une sensation horrible et cela devait être encore bien pire pour lui. Son esprit était plus fort, plus fou aussi. C'était un esprit colérique, violent et il me terrorisait. Jusqu'à maintenant, nos esprits avaient sembler se calmer lorsque nous étions ensemble. Ce n'était surement pas par choix et maintenant, le sien se révoltait visiblement. Ce qu'il me dit fut plus douloureux encore qu'un autre coup. Je ne pouvais pas le sauver. Nous avions cru pendant un instant que passer du temps l'un avec l'autre nous aidaient à oublier un peu, à passer du bon temps sans trop se soucier du monde. Maintenant, cela semblait jouer contre nous. Je ne voulais pas croire qu'il soit trop tard pour lui, je n'étais pas prête à l'accepter. Si je ne pouvais rien pour lui, j'en vins à me demander si Nitzan, elle, ne le pouvait pas.

«Il faut l'aider Nitzan...»

C'était une supplication. Je sentais Evan en moi, étrangement calme et je savais pourquoi : il ne souhaitait que le départ de Zéèv, qu'il quitte ma vie. J'eus l'impression soudainement qu'Evan m'abandonnait. C'était une sensation de vide insupportable. Il ne comprenait pas, il ne le pouvait pas. Que Zéèv soit posséder ne l'avait jamais déranger, il avait seulement peur de cet esprit violent, lui aussi. Si cet homme pouvait quitter ma vie, il en serait rassuré, moins jaloux aussi. Nous étions deux égoïstes. Lui voulait qu'il quitte ma vie pour son propre bien et moi, je voulais qu'il y reste car jusqu'à maintenant, il avait su m'apaiser. Le pourrait-il seulement encore après cela? Je regardais Zéèv, j'aurais voulu le percevoir parmi toute cette masse de colère. Je n'osai pas l'appeler encore, mais j'espérais qu'il revienne, qu'il reprenne le contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Dim 5 Oct - 11:56

Mr Sandman, give me a dream


En moins de cinq minutes, mon samedi tranquille était en train de basculer en un samedi de cauchemar. Amelia, une petite voisine libraire, était venue trouver refuge dans ma boutique, salement amochée. Dans un premier temps, j’ai eu peur pour elle, mais vraiment. On dirait qu’elle avait été tabassée, et en plus de ça elle était terrorisée, et tremblait comme une feuille. La pauvre chérie.

Mon sang avait commencé à bouillir dans mes veines à l’idée qu’un connard ait pu lui faire du mal, et pendant que je suis en train de lui parler, de voir comment elle va, j’entends une voix dans mon dos prononcer son prénom. Je me retourne et je reconnais ce visage. Je ne l’ai vu qu’une fois, pendant quelques heures, dans le bar d’Az. Un type qui avait pété les plombs, qui s’était shooté dans les chiottes du bar et qui avait fait une overdose. Je crois qu’il s’appelle Skyler. Par réflexe et sans même y réfléchir je me glisse entre Amelia et lui, pour l’empêcher de s’approcher d’elle. Mais le pompon est quand il l’insulte. Je serre les poings.

Et pour moi un mec qui lève la main sur une fille n’a pas de couilles. Et je crois que ça c’est le pire non ? Maintenant barre-toi et laisse-là tranquille ! Si je te revois dans les parages, je te préviens que je vais…

Je le vois en train d’agripper un saxophone, celui qui avait attiré Maddy dans ma boutique quelques mois plus tôt, et lever les bras pour me le lancer. Heureusement, Nana intervient et me pousse à temps pour qu’il ne me fasse pas de mal. Tout comme à Amélia. Nana est furax, surtout car c’est elle qui m’avait poussée à sauver Zeev dans ce bar, la dernière fois. Sa présence près de moi s’affirme, c’est comme si je pouvais la sentir, la toucher de la main.

Je sursaute en voyant une guitare voler et s’écraser contre le mur. Pendant une seconde, je suis juste contente que ce soit un modèle bas de gamme, et pas une des merveilles que je garde plus loin. N’empêche, son esprit est puissant, et très en colère. Je crois même que c’est lui qui parle à cet instant, que c’est lui qui a pris les rênes. Amelia est toujours derrière moi et j’essaie de la protéger au maximum.

Pour l’instant, c’est toi que je dois aider. Il est possédé aussi, mais c’est un esprit mauvais et en colère. Il aime faire le mal, et t’es en danger près de lui.

Je murmure quelques mots en latin mélangé à du roumain, tendant la main vers lui. Une incantation qui pousse l’esprit à s’exprimer. J’utilise toute mon énergie pour le bloquer et le forcer à me parler, Nana m’appuyant et me transmettant sa force. Normalement, l’esprit doit s’exprimer avec son vrai visage, et n’a pas le droit de mentir. C’est pas un exorcisme, mais juste une façon… d’aller dans le vif du sujet, si on peut dire.

Maintenant, esprit, révèle-moi qui tu es, et ce que tu fais ici.

Je déglutis, me concentrant autant que possible, et je vois au loin Nana qui pousse le verrou de la porte et qui retourne l’écriteau « Ouvert » sur « Fermé ». Au moins il n’y aura plus d’innocents qui seront blessés ce soir. On est seuls. Trois personnes. Trois esprits. Ca en fait du monde. Je murmure à l’attention d’Amélia.

Ce soir tu risques de voir des choses que tu vas avoir du mal à comprendre…

Fiche bye Ethna

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Mar 7 Oct - 12:52


Elle le provoque, alors que la plus jeune se confond en jérémiades. Il en aurait presque envie de vomir. Le Dibbouk prend toute la place, si bien que Zéèv a la sensation que sa boite crânienne va se déchirer pour qu’il fasse d’eux. Il aurait voulu sortir de son propre corps à cet instant. Il est si fatigué. Il en a bien assez de se battre. Trop dur. Trop de douleur. Pour quoi faire ? Il en avait assez. Les incantations éveillent sa rage et il se sent capable du pire. Les traits de Zéèv, qui sont pourtant toujours les mêmes exprimes des émotions qu’il ne témoigne jamais par tant de classe derrière son alcoolisme. Ils sont enfermés et il ne peut s’enfuir. Il le sait, c’est tout. Mais lui aussi, peut jouer avec le verrou, faire exploser les vitres. Un jeu d’enfant. Pour le prouver. Il réduit en éclat la vitrine qui protège certains vinyles en seul signe de provocation, soulager sa colère alors qu’elle ne cesse de réciter les mots du diable. Alors, elle le regarde. Pose une question. Il veut se croire assez fort pour lutter. Pour ne pas révéler son nom. Le nom qui le damnerait à l’enfer. Nemo, le nom que les exorcistes se plairont à prononcer pour libérer cet homme. Mais il ne serait jamais plus le même. Il l’a détruis. Il est à lui et Zéèv le suivra dans sa chute.

Pourtant, sa bouche veut articuler quelque chose. Alors il laisse échapper son ancien nom, incapable de mentir. Son nom d’humain, un nom qui n’est plus. « Yâaqov. » Il est furieux. La haine traverse ses pensées comme un vif éclair. Puis il toise Nana, il peut la voir. Le monstre les voit tous. Il reconnaît sa tenue d’un pays qui lui rappelle brutalement des souvenirs à sang. Il se souvient, des roumains exécutés. Putain de guerre. Cela ne suffit pourtant pas à le calmer, cette rage qui le brûle. Alastair était bien plus calme que lui, pas meilleur. Juste moins impulsif. « Je suis venu d’enfer, vous faire payer notre perte. » Il dévoile alors un accent de l’Europe de l’Est assez marqué. Il avait pris du temps à comprendre cette langue qu’est l’anglais. Il c’était retrouvé plongé dans un monde de fous. Putain d’Américains. Il fixe Nana, il sait qu’elle peut le voir, se superposer à l’image d’Elbaz, de son esprit qui s’endort. Un blondinet squelettique, juste insupportable à voir avec cette étoile cousue sur sa poitrine. Elle peut le voir, ce taulard qui n’avait commis aucun crime si ce n’était être juif. Crevez tous.

Ils recommenceront. Vengeance ! D’un peuple. D’une famille. Ses filles, ses fils, sa femme, son père… Ils ont tout pris. Jusqu’à ses os. Il voit qu’elle va lui chuchoter ce qu’elle voit, il l’interrompt alors. Sa force surnaturelle envoyant alors valser quelque feuille sur le comptoir derrière lui sous la pression de sa colère « Je viens d’Auschwitz, je viens de l’enfer. Je vais tous vous y envoyer. » Il devra les tuer maintenant, toutes les deux. Il commencerait par la plus dérangeante et finira par la plus vulnérable. Cela aurait été plus aisé sans cette âme qui les protège. Pas insurmontable. Assez finalement, pour calmer sa haine, un moment. A cet instant, il se fiche de Belâam, il se fiche de tout. Juste ce besoin de se venger. Sur n’importe qui.


Désolé, c'est nul --'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Mar 7 Oct - 23:42


Mr Sandman bring me a dream
Amelia, Zéèv & Nitzan


Jamais de toute ma vie ne me suis-je senti si inutile, misérable. Mon corps me rappelait qu'il avait mal et je savais que d'esprit je n'étais pas plus utile. J'étais la pauvre petite femme, vulnérable, possédée par un esprit qui ne pouvait même penser à rivaliser un instant avec celui qui possédait Zéèv. De toute façon, il ne le voulait pas. Pour une rare fois de ma vie où j'aurais eu besoin de la présence d'Evan pour me soutenir, il n'était pas là. Il se terrait au fond de moi, attendant. Bien sûr, il se manifesterait si je devais me protéger, mais pour l'instant, le combat n'était pas entre nos mains, nous ne pouvions qu'attendre. Plutôt, moi j'attendais et lui s'effaçait. Ça me brisait le coeur, mais pas autant que la vue de Zéèv devant moi. Je n'osais pas imaginer ce qu'il ressentait à l'intérieur de ce corps. Voyait-il encore ce qu'il se passait ou l'esprit qui le possédait l'avait-il faire taire de manière plus brusque en le cloisonnant quelque part au fond de leur crâne.

J'ai cessé de geindre, malgré le fait que j'aie le coeur gros et qu'en ce moment je l'admets, j'aurais bien pu céder aux larmes. Démoralisée n'avait pas assez de force pour représenter ce que je ressentais. J'avais l'impression d'avoir échouter. Idiot peut-être, mais je ne pouvais que penser à Zéèv, qui avait cru comme moi que nos esprits se calmaient quand nous étions ensemble. Cela avait été vrai, mais l'heure de la rébellion avait sonné. Je me trouvais sotte d'avoir cru un instant que l'esprit puisse rester cacher tant et aussi longtemps que je serais là. Quelle idiote! Quel pouvoir pensais-je avoir sur lui? Je ne pouvais rien faire et je ne l'avais jamais pu. J'écoutais Nitzan sans comprendre ce qu'elle disait, sans tout comprendre en fait. Je savais que je ne voyais pas tout, que je ne comprenais pas tout non plus. Un frisson me traversa malgré moi quand j'entendis l'esprit prononcé son nom. Je voyais la haine qui brûlait en lui et je craignais que même Nitzan ne puisse le contenir. Je vis la porte se fermer, l'écriteau se tourner et quand Yâaqov regarda en cette direction, je compris qu'il voyait quelque chose que je ne voyais pas... Que j'aurais peut-être pu voir si Evan n'avait pas disparu soudainement.

La voix de Zéèv changea, ce n'était plus la sienne, mais celle du parasite qui l'habitait. Un accent que je connaissais pas, mais qui était flagrant. Je ne comprenais pas ses propos, mais je n'avais pas envie de demander des explications. Nitzan l'avait prédit, je ne comprends pas tout. J'espère qu'elle m'expliquera, qu'elle me fera comprendre ce que mes yeux ne voient pas et que mon esprit ne comprend pas. Pourtant, ce n'est pas la priorité. Je ne peux que me répéter que la priorité, c'est d'aider Zéèv. Nitzan a pourtant été clair à ce sujet : c'est moi qu'elle veut aider en premier. C'est lui que je veux protéger alors que c'est de lui qu'elle cherche à me sauver, même si au fond, ils sont deux êtres différents. Je ne frissonnai plus à sa dernière menace, soudainement lasse. Jamais de ma vie je n'avais eu si peur que depuis ma possession et depuis ma découverte de l'existence de Belâam. Ma vie tournait autour de cela, mes nouvelles rencontres n'impliquaient que cela. Des possédés, des esprits, des médiums et qui d'autres encore? J'étais dépassée et voilà qu'à cet instant, je n'en pouvais plus d'avoir peur. Avec Zéèv, j'avais passé de beaux moments loin de la peur. Jamais je n'avais pensé que cela puisse changer. Ma naïveté jouait contre moi et je sentais le poids de l'innocence m'écraser sans peine. Pendant un instant, je me suis surprise à me dire que cela m'était bien égal, qu'il m'envoie en enfer si cela lui chantait. C'était faux bien sûr, mais je n'avais pas la force de me battre et j'ignorais totalement si Nitzan le pouvait. Je n'avais aucun choix, aucune possibilité. Si je faisais quelque chose, cela serait idiot et je ne ferais surement que nuire à Nitzan. Alors je restais là, appuyée contre le mur à sentir la douleur s'accentuer au niveau de mes côtes. Je n'étais pas croyante, mais je suppliais intérieurement Evan de ne pas me laisser tomber, sans savoir réellement pourquoi je faisais appel à lui. Je finis par ouvrir la bouche, murmurant pour Nitzan peut-être dans l'espérance qu'elle me redonnerait un peu d'espoir :

«Dis-moi que tu peux le vaincre Nitzan... »



(C'était pas nul, qu'est-ce que tu nous racontes là! :O)


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Dim 12 Oct - 22:34

Mr Sandman, give me a dream


La situation est en train de plutôt mal tourner. Pour une des rares fois dans ma vie, j’ai peur. Peur d’un esprit que je croise. Certains m’ont effrayée, d’autres m’ont surprise, mais jamais, à part pour Tony, je n’ai senti autant de haine et de colère chez l’un d’entre eux. Et celui que j’ai en face de moi a l’air salement en colère, contre moi et surtout contre Amélia. Heureusement que son instinct lui a dit devenir se réfugier ici, car sans Nana et moi, rien n’aurait pu apaiser cet esprit, ou tout du moins le retenir loin d’elle. Mon cœur tambourine dans ma poitrine alors que je vois un, puis deux instruments voler à travers le magasin. Heureusement Nana nous enferme, évitant que des curieux soient blessés, et découvrent mon secret. Je vois en plus les stores qui se baissent. Bonne idée, merci Nana.

Maintenant que l’arène est mise en place, il faut que je sache. Qui possède ce jeune homme. Quel est le nom de cet esprit, et qu’est-ce qu’il veut. J’avais senti sa possession dès la première fois que je l’avais vu, dans les chiottes de ce club, poussée par Nana. Mais j’étais loin de me douter que les choses allaient évoluer comme ça. Que j’aurais peur pour ma vie. Et peur pour la vie d’Amélia.

Alors on je sors l’artillerie. La vieille formule pour pousser un esprit à se montrer, et à parler. Pour qu’il ne puisse plus se cacher derrière l’hôte qu’il occupe. Je mobilise toute mon énergie pour le bloquer, et ne pas lui laisser d’autre choix que de tout balancer, et m’obéir. Déjà il s’immobilise, mais je sens que je tiendrai pas longtemps comme ça. Même si Nana est avec moi et qu’elle m’aide. Le visage de l’homme est déformé par la colère, et si son regard pouvait tuer, je serais déjà morte depuis un bout de temps. Je le vois qui lutte, qui tente de résister de toutes ses forces à la puissance de mon incantation. Je sens déjà mes mains qui tremblent et mon souffle qui devient difficile. Je tiendrai pas longtemps comme ça. Il me faut quelques minutes. Son nom. Dès que j’aurai son nom, j’aurai gagné. Encore… encore un peu…

Un vent léger, et de plus en plus fort, commence à souffler dans la boutique, surtout autour de moi. Mes cheveux volent autour de moi et les lampes commencent à clignoter, tout comme la radio qui crachote. Enfin il cède. Il me donne un nom. Yâaqov. Je le grave au burin dans mon crâne pour m’en souvenir plus tard, et je serre les dents pour tenir encore un peu. Un autre accent. Une autre façon de parler. C’est bien l’esprit qui a tout avoué. Tout ça est en train de me vider totalement. Sa rage emplit l’air comme une fumée qui m’étouffe, et j’en ai la gorge serrée, luttant pour pas tousser. J’entends Amélia dans mon dos, et je dois faire un effort pour lui répondre, et pas me déconcentrer, la main toujours tendue vers Skyler.

Je peux pas vaincre un esprit. Juste le tenir à distance, et lui parler. L’avantage, c’est qu’il nous a donné son nom. Nomme la chose et tu la domineras. Surtout...surtout reste derrière-moi. Je fais ce que je peux pour qu'il reste loin, comme mon arrière-grand-mère.

Rien que ça, ces quelques mots, je suis déjà essoufflée. Mes jambes flagellent, et je tiens à peine debout. Je lève mon autre main, et tend mon autre paume face à lui. Chaque respiration est une lutte, et ma tête devient de plus en plus lourde.

Auschwitz était un demi-siècle en arrière, et sur un autre continent ! Que cherches-tu ? Tu veux punir tous les humains encore en vie parce que toi t’as été tué ? Ils n’y peuvent rien ! Elle n’y peut rien, et le corps que tu occupes non plus ! Arrête ta vengeance qui ne servira à rien ! Tu utilises le corps d'un innocent qui n'a rien demandé. Laisse-le!

J’utilise mes dernières forces pour tenter de l’éloigner définitivement, avec ma dernière carte en main, la menace.

J’ai ton nom, esprit. Alors tu vas laisser cette fille tranquille. Jamais tu ne la reverras. Jamais tu ne l’approcheras. J’ai ton nom, et si tu tentes de lui faire du mal, je l’utiliserai ! Crois-moi, c’est pas une petite médium du vieux Carré qui tire les cartes pour les touristes et qui vend des bougies parfumées qui te parle ! Je suis la princesse du clan des Antonescu. Les femmes de mon clan parlent aux esprits depuis que le monde est monde. Alors ne cherche pas leur colère ni leur vengeance. Elles sont bien plus forces que toi. Maintenant silence !

Une dernière vague d’énergie et je tombe à genoux, ma main agrippée à la chaise près de moi. Des larmes de douleur et de fatigue ont roulé le long de mes joues, et j’ai du mal à respirer. Comme si j’avais couru un marathon sans être préparée. Mes mains tremblent, et mon corps tout entier est glacé. Au bout d’une seconde je relève la tête, gémissant légèrement, pour voir ce qui se passe.


Fiche bye Ethna

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Mer 15 Oct - 19:46

Sa réponse eut le don de l’agacer. Qu’est-ce qu’elle y connaissait ? Rien ! Elle lui ordonne de laisser son hôte, de repartir dans le royaume des morts. Il se sent bien plus en colère. Alors qu’elle rassemble son énergie, il n’a pas reçut l’ordre de se taire. Alors, il répond. Avec toute cette haine qui ne le quitte pas. Pulsion sanguine. « Vous les vivants, vous croyez tout savoir. Votre corps vous empêche de penser. L’humain ne mérite plus de vivre, dans un corps. » Les âmes ne peuvent se faire du mal. En théorie. Imperméable. Voila ce qu’ils sont devenus par l’abandon de leur enveloppe corporelle. Mais ils ne pouvaient pas comprendre. Le corps, ils envoient tant d’information u cerveau qu’il empêche l’âme de penser.

Mais elle ne se défile pas. Elle continue. Riposte. Impose son silence. Et il sent alors, cette vague qui l’affaiblie. Anesthésie. Le frisé perdit le contact avec la réalité. Se reculant au plus profond de son hôte à tel point qu’il pourrait croire qu’il était définitivement parti. Mais il ne lâcherait pas aussi facilement. Cette médium était très puissante. Cet esprit qui l’accompagnait avait eu raison de sa colère. Alors ses yeux bleus se sont clos et il perdit tout simplement connaissance. S’effondrant au sol de sa masse. Sa tête frappe contre le parquet, mais il s’en sortirait indemne. Peut-être une légère bosse alors, rien d’insurmontable.

Il est perdu. Dans les abysses. Pourquoi est-ce qu’on lui faisait cela ? Comment reprendre sa vie en main ? Alors, il ouvre lentement les yeux. Ses paupières papillonnent. Supportant mal la luminosité du magasin. Il ne sait plus vraiment où il est à cet instant. Etendu au sol. Une vieille douleur lombaire et il se sent juste brisé. Il a froid. La sensation que Nemo est partie. Un vide soudain. Lucidité. Il tousse légèrement, tente de se redresser. Il a le tournis. Putain de nausée. Il se sent mal. Puis tout lui revient à l’esprit. Il se souvient d’Amelia, de sa violence. Il ouvre les yeux, voit une ombre approcher. Il la voit elle. « Non ! » Poussait-il comme il le pu ; tentant encore de se redresser tant bien que mal. Il se sentait fragile, mais bien trop lucide pour la mettre davantage en danger. « N’approche pas… » Il transpire, il a froid. Il sent son myocarde qui se sert dans sa poitrine. Il regretterait presque d’être encore en vie, il songeait alors qu’il ne vivrait pas tout cela alors. Il n’aurait pas à supporter son reflet chaque matin d’un homme qui eut gâché sa vie, entaché celle des autres. « J’suis… » Il perd ses mots. Tente de se relever tant bien que mal. Vertige. Envie foudroyante de dormir. Son regard se pose sur la jeune femme qui l’eut secouru une fois. Profond sentiment de malaise. Partir. Il parvient alors à se relever. Titube, se précipite vers la porte qui se trouve être fermée. La secoue faiblement avant de sentir ses forces le quitter de nouveau peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Mer 15 Oct - 20:55


Mr Sandman bring me a dream
Amelia, Zéèv & Nitzan


Je n'avais pas tout compris, il était vrai. Pratiquement tout l'echange qu'il y avait eu entre Nitzan et l'esprit qui possédait Zéév avait été pour moi incohérent. Je m'en voulais de ne pas comprende , j'avais l'impression d'être cette idiote un peu inutile qui observait sans trop savoir quoi faire. Mon coeur se serrait un peu plus à chaque instant, sentant la puissance de cette lutte, essayant surtout de ne pas nuire à Nitzan.

Je sentis en même temps qu'eux la lutte atteindre son apogée et finalement tout cessa brusquement. Mon premier réflexe fut de soutenir Nitzan. Je ne comprenais toujours pas clairement ce qui se déroulait. Étais-ce une victoire? Je n'osais pas m'avancer surble sujet, sentant Nitzan trembler. En tournant la tête vers Zéèv, je le vis alors étendu sur le sol. Cette vision me fit horreur, jusqu'à ce que je l'entende tousser et que soudain il tente de se redresser. Je jetai un regard à Nitzan.

«Je dois aller le voir...»

Je lâchai Nitzan doucement pour me lever. Nous faisions un drôle de trio à cet instant, blessés et épuisés, mais j'en oubliais mon mal. J'avais une lueur d'espoir alors que je m'approchais doucement de lui.

Je me figeai et sursautai même en l'entendant me sommer de ne pas m'approcher. Je lui obéis un moment, sans savoir quoi faire d'autre ou que lui dire. Sa réaction m'est douloureuse et je le regarde se diriger vers la porte. C'est en le voyant secouer celle-ci avec de moins en moins de vigueur que j'avance à nouveau. Evan se réveille, mais je lui en veyx encore et peut-être est-ce ma rancune à son égard qui le force au silence. J'hésite avant de me poser entre lui et la porte, le forçant à cesser de se débattre. J'essaie de croiser son regard, mais je sais qu'il ne cherche qu'à le fuir. Je ne peux que le comprendre, je sais qu'il se sent coupable, surement, mais ce n'est pas de sa faute...

«Je vais bien Zéèv»

Je posai ma main sur son avant-bras, pour le soutenir peut-être. Ma main glissa, remontany sur son épaule, se posant sur sa joue. Je voulais qu'il me regarde, qu'il voit le léger sourire que je lui adressais. J'avais peur à nouveau soudainement, parce que même si c'etait de nouveau lui, je le sentais changé, brisé peut-être. Allait-il partir? Cette idée me faisait horreur...

«Ça va aller...»

J'aurais tant voulu lui dire, mais j'étais épuisée moi aussi. Je ne voulais pas abandonner pour autant. Je n'etais pas prête à le laisser partir. Ma main avait quitté sa joue pour se poser sur la sienne, légèrement tremblante. J'avais mal, j'etais épuisée, tout comme lui, tout comme Nitzan, mais je ne voulais pas le montrer... Après tout il souffrait surement bien plus que moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Lun 20 Oct - 19:41

Mr Sandman, give me a dream


Je suis vidée. Fatiguée comme jamais. J’ai mal partout, comme si je venais de me faire rosser par une équipe de football américain, et le moindre geste me coûte un effort immense et me fait mal comme pas possible. Jamais je suis allée aussi loin dans l’utilisation de mes pouvoirs et j’ai peur. Peur pour moi. Ma tête est lourde, et je suis épuisée, mais je dois lutter pour garder les yeux ouverts. Qui sait ce qui pourrait se passer si je m’endors, alors que putain, j’en ai envie. Je tremble de fatigue et de froid. Même respirer est difficile.

En levant les yeux, toujours à genoux sur le sol, agrippée au comptoir, je vois que Skyler gît, inconscient sur le sol. C’est la première fois aussi que je dois aller aussi loin. Jamais j’avais eu besoin d’en arriver là avec un possédé. Souvent, une simple incantation suffisait à les remettre en place, à les faire se tenir tranquille. Mais lui, Yaaqov, était tellement plein de rage, de colère, de haine, que j’ai dû faire appel à Nana pour me seconder. Et je sens qu’elle aussi est faible. Je sens moins sa présence, même si elle est toujours là. Doucement je reprends mes esprits, même si c’est loin d’être la grande forme. Je vois de nouveau clairement ce qui m’entoure, et je distingue Amélia qui va rejoindre Skyler, qui se réveille. Mais se réveille vraiment, comme s’il ne savait pas ce qu’il fichait ici, et pourquoi il était allongé sur mon parquet. Il titube, chancelle, se remet sur ses pieds, en même temps qu’il repousse Amélia qui est venue le voir. Il veut sortir mais la porte a été verrouillée par Nana, et il est trop embrouillé pour arriver à l’ouvrir pour sortir. Ma protégée s’interpose entre lui et la porte, qui essaie de le réconforter.

Sur le coup, je suis en pétard. Merde, c’est lui qui l’a rossée, qui l’a poursuivie, qui lui a foutu une trouille monstrueuse, et c’est de lui dont elle s’occupe. Alors que, ok il est perdu, paumé, mais moi je suis à deux doigts de tourner de l’œil et tout le monde s’en fout. Ca m’apprendra à vouloir sauver le monde. Mes larmes d’épuisement se sont arrêtées de couler, et au prix d’un immense effort je bouge pour arriver à m’adosser contre le comptoir, toujours assise sur le sol, les jambes étendues devant moi. Je respire toujours avec difficulté, et j’ai tellement froid. Il faut que je fasse quelque chose. Je lutte pour lever la tête et je le vois en haut des escaliers, accroupi, regardant entre les barreaux. Putain plus jamais je critiquerai sa curiosité, jamais !

Je sursaute légèrement quand j’entends la porte s’ouvrir et se refermer. Ils se sont barrés en me laissant en plan. Je retiens. Mais vraiment. Si j’arrive à survivre d’ici là. Je bouge légèrement la main pour faire signe à Maddy de venir me rejoindre, et il s’exécute, à petits pas comme un chaton apeuré. Mon chaton. Une fois qu’il est sûr que personne ne va revenir, il trotte jusqu’à la porte, la verrouille et vient s’agenouiller près de moi. Je suis glacée et j’ai du mal à garder les yeux ouverts. Je murmure faiblement.

« Mon chat… il va falloir que tu m’aides. Je… j’ai trop utilisé mes pouvoirs et je suis vraiment pas bien. J’ai très froid et j’ai plus de forces. Tu… tu pourrais me montrer comme… comme t’es fort et… me ramener en haut ? Faut que… faut que je prenne un bain… J’ai besoin de toi petit prince… »

Je le sens qui flippe. Il a peur de mal faire, de mal se débrouiller, mais il veut m’aider. Je le vois qui se concentre, avant de se pencher vers moi et de passer un bras sous mes genoux, l’autre dans mon dos, et il se relève lentement. J’avais peur qu’il soit pas capable de le faire mais il a l’air de bien s’en sortir. Je noue mes bras autour de son cou, et ma tête repose contre sa poitrine. Je me suis jamais sentie aussi faible de toute ma vie. Heureusement, pas après pas, marche après marche, on arrive dans mon appartement, et il s’avance docilement jusqu’à la salle de bains. Il me dépose dans un fauteuil pendant qu’il s’active sur la baignoire, ouvrant les robinets au maximum. Je sens que je claque des dents et je suis glacée. J’imagine que je dois faire peur à voir, blanche comme la craie et les lèvres à moitié bleues.

Mon chat, aide-moi à me deshabiller maintenant… d’accord ?


Fiche bye Ethna

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Mar 21 Oct - 7:45

Il n’a pas même vu, la petite médium affaiblie. A vrai dire, il préférait ne pas la regarder tout simplement. Il ne voulait que partir de cet endroit et probablement ne jamais plus y remettre les pieds de toute son existence. Alors, quand Amelia approchait de lui, il ne pu s’empêcher de la repousser. Les souvenirs flous de ce qu’il avait commis commençaient à imprégner ses pensées. Monstre. Il secoue la porte, le verrou peine à lâcher et elle s’interpose. Cesse son mouvement et observe la jeune femme qui ose lui dire aller bien. Il regarde son visage, il regarde le sang sur son tee-shirt, la marque de ses doigts sur sa gorge. Putain… Il avait subitement envie de vomir.

Elle pose sa main sur son bras, il a baissé ses yeux bleus pour regarder ce geste ; cette main qui glisse doucement pour venir sur son épaule. Ferme les yeux un instant, d’épuisement. Puis quand il la regarde, elle affiche ce pauvre sourire. Il ne sait pas si elle a pitié de lui à cet instant. Il préférait qu’elle le laisse plutôt que de s’accrocher à lui. Il avait en horreur les types violents, voilà où en était réduit. Il se sentait faible, comme s’il venait de se réveiller d’un long et horrible cauchemar. Elle murmure que tout ira bien. Il secoue doucement la tête tandis qu’elle prend sa main. « Ça n’ira pas… Arrêtes de mentir. Regarde-toi. » Regarde dans quel état je t’ai mise…

Il lâche sa main, tire encore la porte de l’autre qui n’a pas lâché la poignée. Puis enfin ses yeux se posent sur le verrou qu’il déverrouille. « Je ne supporterais pas ça… Je ne peux plus, c’est terminé. » Il n’en avait pas vraiment envie, elle était la seule chose qui le raccrochait encore à la vie, qui l’empêcherait de déconner avec sa drogue. Une jolie raison de vivre, d’avoir encore espoir. Mais il l’avait frappé et jamais il ne se pardonnerait. Bien sur, l’on pouvait clairement dire que ce n’était pas de sa faute. Mais il n’avait rien fait pour l’en empêcher. Il ne pourrait pas se le pardonner. Un crime de plus. Insoutenable. Sa conscience était détruite. Il jette un coup d’œil à la femme qui eut sauvé sa vie et qui à présent était dans un sale état. Elle avait probablement besoin de l’aide d’une amie. Elle le méritait bien plus que lui. « On ne sait pas même, ce que je pourrais faire la prochaine fois. » Pourquoi les femmes s’entichent des mauvais garçons ? Il ne le comprendrait jamais. Lui, il avait été attiré par la jeune femme parce qu’elle était douce et si gentille. Jeune qui plus est. Il n’était qu’une cause perdu. Il était incapable de voir ses qualités, surtout dans ses circonstances. Avec douceur, il la pousse sans la brusque de devant la porte. « Restes ici. » Mais il n’est pas en état de lui tenir tête ; et quand il sort elle le suit. Parce qu’elle n’abandonne pas et il se sent faible, fatigué et mal… Sa main au creux épigastrique ; torture.

« Pourquoi tu fais ça ? » Demandait-il alors, au bord des larmes. Ses nerfs le lâchaient complètement. Il voulait quitter la ville. S’en allait loin. Il se disait que peut-être Yaâqov ne le suivrait pas là bas. Il se leurrait. Fuir ne changerait rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Mar 21 Oct - 8:50

J’étais tranquillement dans la boutique quand Amelia est arrivée en courant. Moi, j’ai eu peur et j’suis allé dans les escaliers, puis je l’ai reconnu. Quand j’ai voulu revenir, un homme est entré et j’ai ressenti sa force qui pourrait me dévorer. J’ai tremblé de peur et Nitzan m’a fait signe de monter. L’homme c’était approché des escaliers, j’ai eu si peur. J’ai pensé alors qu’il allait venir et me déshabiller de ma peau pour ne me laisser que des os. Alors je monte les marches. J’ai poussé la porte. J’entends du bruit, des cris. Des choses qui se cassent. Puis j’ai doucement ouvert la porte, j’ai descendu quelque marche, j’ai collé ma tête entre les barreaux et j’assistais à quelque chose que je ne comprenais pas. J’ai pleuré, parce que j’avais vraiment peur, parce que je sentais cette aura négative qui entourait cet homme et j’avais peur qu’il arrive quelque chose à Nitzan ou Amelia. Personne ne devait faire du mal à Nitzan, elle était si gentille. Je crois qu’elle a gagné. L’homme est tombé au sol. J’ai essuyé mes larmes et je regarde la scène avec des yeux ronds, que va-t-il se passer maintenant. Je vois Nitzan tomber au sol et je pousse une sorte de couinement qui traduit mon inquiétude.

L’homme se relève et il veut sortir. J’espère qu’il va s’en aller. Amelia le rejoins. Je ne comprends pas ce qu’il se passe. Je regarde ma Nitzan, c’est alors qu’elle croise mon regard. Je le fixe et la porte s’ouvre et se ferme. C’est là qu’elle me fit signe de descendre. Je déglutis. J’avais vraiment peur qu’il revienne. Je n’oublierai jamais son visage. Doucement alors, marche après marche ; sur la pointe des pieds. Jetant quelque coup d’œil vers le haut des escaliers comme pour m’assurer que je pourrais toujours m’y refugier. Puis finalement, je me dis que je ne pourrais pas laisser Nitzan comme ça. Quand j’arrive enfin au niveau de Nitzan, mon corps est secoué de voir l’homme de l’autre coté de la porte avec Amelia. Après un coup d’œil circulaire, je presse la pas jusque la porte et la verrouille en regardant au travers. Je sursaute en voyant qu’Amelia est toute cassée. Je sais qu’elle m’a aidé une fois. Mon cœur se serre, j’voudrais qu’elle soit avec nous et qu’elle m’aide avec Nitzan. Pourquoi va-t-elle avec cet homme mauvais. Quand, il me regarde brièvement, je pousse un petit cri en appuyant nerveusement sur le bouton qui déclenche le volet électrique avant de revenir vers ma tutrice.

Je suis agenouillé à coté d’elle quand elle me demande de l’aide. Elle veut que je la porte là haut. Je n’ai jamais fait ça. Elle me dit pourtant que je suis fort et je me pince les lèvres en me disant que je suis très fort. Alors j’ai passé mes bras autour d’elle comme dans les films et je la soulève du sol. Elle n’est pas très lourde ma Nitzan. C’est drôle qu’elle soit comme ça, moi je n’ai pas l’habitude et j’ai peur qu’elle ne soit jamais réparée. Je grimpe alors à l’étage avec elle. Je la pose dans un fauteuil avant de galoper dans la salle de bain pour ouvrir les robinets, je m’assure de la température avec mes doigts. Ensuite, j’ai prit le flacon de bain moussant et j’ai vidé tout son contenu dans l’eau avant de revenir vers Nitzan en trottant. Elle claque des dents et alors que je m’apprête à lui dire qu’elle peut y aller… Elle a besoin d’aide pour se déshabiller. Je suis alors devenu rouge écarlate.

Elle est si fatigué. Alors, avant cela je ne peux m’empêcher de venir la prendre dans mes bras pour lui faire un câlin. Elle est ma sœur, me grande sœur. Et moi, j’voudrais juste qu’elle aille mieux. Alors ensuite j’commence à l’aide à retirer son gros pull avant de retirer ses bottes. Elle me regarde et moi, je suis de plus en plus mal à l’aise. Enfin je dis quelque chose « Hmmm… Tu es sure que… J’dois faire ça ? » Je la fixe de mes grands yeux bleu, la mine rougis. Je n’a pas vraiment l’habitude de la toucher de la sorte, même si je me suis déjà refugié dans son lit. Elle acquiesce. J’ai alors retiré sa jupe et ses collants. J’n’ose pas même la regarder. C’est vrai qu’elle est très jolie. Je suis gêné parce que moi, je n’aime pas que l’on me fasse cela quand je suis à l’hôpital. Je suis si lent que la baignoire à déborder, fort heureusement Nana est venue verrouiller les robinets tandis qu’un énorme tapis de mousse recouvrait l’eau. Nitzan est en sous vêtements quand je la porte dans la salle de bain, je suis d’autant plus mal à l’aise. « Tu vas pas… Mourir… Hein ? » Demandait-il d’une petite voix en la fixant avec cette inquiétude constante. Que deviendrait-il sans elle ? Puis surtout, comment pourrait-il supporter l’idée qu’elle ne sera plus jamais là, elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Mar 21 Oct - 17:10


Mr Sandman bring me a dream
Amelia, Zéèv & Nitzan


J'ignorais complètement ce qui m'arrivait. Pourquoi étais-je encore là avec lui plutôt qu'avec Nitzan? Je n'aurais pas plus l'expliquer autrement que dire que c'était plus fort que moi. Je regardais Zéèv et ne pouvait penser à autre chose qu'à la détresse que je voyais dans ses yeux. J'essayais de le rassurer, lui montrant que j'allais bien, mais il aurait fallu être dupe pour y croire. Je sentais le sang séché sur ma lèvre et le moindre mouvement m'occasionnait l'impression d'un choc électrique dans ma hanche. J'avais cru un instant l'avoir apaiser alors qu'il fermait les yeux, mais bien vite il les avait ouvert et de la manière dont il me regardait je sus que ce n'était pas le cas. Il m'assura que les choses n'iraient pas et je ne savais pu que croire.

Il lâcha ma main et je ne trouvai pas quoi lui dire de plus. Je n'avais jamais été très douée avec les mots et j'aurais tellement voulu que ce talent ne me fisse pas défaut à cet instant. Y avait-il seulement des mots qui auraient pu changer quelque chose à la situation. Pourtant, lui me parle encore avec des mots qui me font peur. Je me souviens qu'il me les ait dit un peu plus tôt, m'affirmant que c'était terminé. Mon coeur se serrait et je sentais de nouveau la panique m'envahir. Je ne faisais que des «non» de la tête, ne pouvant admettre qu'il parte. Pourquoi m'accrochais-je autant à lui? Son esprit était dangereux, je le savais, mais quelque chose me ramenait toujours à lui. Je savais qu'il avait besoin de moi, je voulais le croire surtout, mais par-dessus tout, j'avais besoin de lui. Il était la seule chose qui empêchait Evan de prendre le dessus constamment. Il devenait de plus en plus insistant et je perdais souvent le contrôle de mon corps pour aucune raison. Avec Zéèv, je me sentais bien et j'oubliais que j'étais possédé. Je parvenait difficilement à accepter la solitude qu'il laisserait dans ma vie s'il partait.

Il m'avait poussé de devant la porte, pour que je m'éloigne et je m'étais laissé faire, le laissant même sortir avant moi. J'eus un regard pour Nitzan et je vis Maddox dans les escaliers. Je sentis le poids de la culpabilité m'envahir alors que je sortais à mon tour. Avais-je abandonné Nitzan en sortant? Peut-être et cela était horrible après ce qu'elle avait fait pour moi, mais je n'aurais pas supporter de laisser Zéèv partir, pas dans l'état qu'il était... que nous étions tous les deux. Je me retrouvai dehors et il s'était arrêté en sentant que je le suivais. Sa question me prit de court et je n'ouvris la bouche sans savoir quoi dire de plus. J'haussai les épaules d'un air désespéré en sentant le noeud se former dans ma gorge. Je me pinçai les lèvres, baissant un instant les yeux pour m'empêcher d'éclater en sanglots.

« Parce qu'on a besoin l'un de l'autre, non? Moi j'ai besoin de toi. Je ne supporterais pas que tu t'en ailles et que tu me laisses seule avec lui

J'aurais cru l'entendre rire, Evan, dans ma tête. Un rire étrange de victoire, peut-être parce qu'il croyait que c'était vraiment terminé. Zéèv l'avait tenu à l'écart, mais s'il partait, alors il aurait de nouveau le champ libre. C'était de plus en plus fréquent, cela durait plus longtemps. Je le sentais, devenir fou. Je sentis une larme coulée sur ma joue et je m'empressais de l'essuyer. Je me sentais trembler et je ne pouvais le contrôler. J'avais tellement peur, mais j'aimais je n'aurais pu avoir peur de Zéèv. Je m'approchai de lui, n'osant pas le toucher. Cela ne voulait pas dire que je n'y avais pas pensé, bien au contraire. Je le regardai dans les yeux, me forçant à ne pas pleurer davantage.

« On est mieux ensemble que seuls. On ne survivra pas l'un sans l'autre... »

Je continuais de le regarder, si petite à côté de lui. Et je me sentais tellement petite aussi. Pourtant, alors que je l'observais, j'étais soulagée de voir dans ses yeux que c'était bien lui et pas un autre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Jeu 23 Oct - 11:32

Elle répond qu’ils ont besoin l’un de l’autre. Elle ne saurait supporter qu’il s’en aille, mais il ne saurait vivre en prenant le risque de lui faire du mal. Tôt ou tard. Elle s’approche un peu plus de lui, il n’arrive pas à réagir. Il se sentait si mal ; étourdi et terrifié. Le blondinet vit alors des larmes rouler le long de ses joues, elle les efface avec fierté. Il se sent brisé. Il regarde son visage, ce sang séché au coin de sa lèvre. Il vit le rideau roulant se baisser et deux grands yeux bleus le fixer avec crainte à travers la vitre. Le regard pur de ce garçon le renvoyait alors à l’horrible vérité. Monstre.

Puis il la fixe de nouveau. Elle le regarde. Elle murmure. Elle veut survivre. Lui, il n’est plus même certain d’avoir cette volonté. Il hésite, il est perdu. Il se sent faible surtout. Il voudrait rentrer chez lui, il aimerait boire puis faire sa valise et décamper de cette ville avant qu’il ne soit trop tard. Il pose doucement sa main sur sa joue, chasse le résidu d’une larme sur sa joue si douce. « Tu te trompes… Tu n’as pas besoin de moi… Je suis… J’suis un monstre. » Il passe doucement son doigt sur un hématome qu’il eut causé. Il sent el poids du regard de certains passants. Il ne serait pas étonné que l’un d’entre eux finisse par appeler la police. Les rues sont si peu sures ces derniers temps. Il laisse lentement sa main glisser dans la nuque de la jeune femme s’approche un peu plus d’elle. Il ne sait pas vraiment pourquoi il fait cela. Il vient la prendre contre lui. En pleine rue. Il a la sensation que c’est la dernière fois que cela va arriver. Il la prend dans ses bras, une douce étreinte qu’il termine en approchant lentement ses lèvres de celles de la jeune femme avant de renoncer à ce geste désespéré. Pas là… Son regard bleu parcourt la rue et il se recule lentement.

« Ta copine peut t’aider… Tu pourras le faire partir. Il est faible. Yaâqov ne me lâchera pas. Regarde ce que je t’ai fais… Je suis tellement désolé. » Il se sentait humain avec elle. Prit d’émotions qui lui était propre et non pas cette haine qui ne lui appartenait pas. Comment lutter plus longtemps ? L’amour ne saurait suffire. Il était tant rongé par la colère, il ne savait pas même s’il l’aimait véritablement. Alors qu’il s’apprête à partir, il l’embrasse. Il ne sait pas ce qui traverse son esprit à cet instant. Juste cette sensation atroce de renoncer aux seuls moments de répits dans sa vie. Ses lèvres contre celles d’une si jeune femme. Il aurait voulu mourir de honte, mais il ne le pu. Alors, il recule. Baisse la tête.

« Sois forte. » Soufflait-il. Lui, devait l’être. Pour décider de renoncer à tout. A elle aussi. Il la lâche, il veut s’en aller. Alors, il s’éloigner de la boutique de Nitzan, il s’en veut de lui avoir fait tant de mal. Il soupire. Il devait partir, ce serait mieux pour tout le monde. Mais fuir ne résoudra pas le problème. Il le sait pertinemment. Que peut-il faire d’autre ? Il avait bien trop peur. Passant nerveusement la main sur sa nuque. Désorienté. Cherchant le métro du regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Sam 25 Oct - 4:33


Mr Sandman bring me a dream
Amelia, Zéèv & Nitzan


J'avais le coeur dans un étau. C'était horrible de le regarder, d'attendre là face à lui en ne sachant que lui répondre avec des mots qui ne suffisaient pas. Il a beau posé sa main sur ma joue et tenté un sourire, je ne me sens pas rassurée. Je ferme les yeux, presque douloureusement quand il me dit que je me trompe, disant encore une fois qu'il est un monstre. Pourquoi est-il si dur avec lui-même? Je lui murmure qu'il n'est pas un monstre, mais je doute qu'il ne m'écoute pas. Il entend, oui, mais il n'a aucune idée d'à quel point cela est vrai. Je me sens coupable, car c'est en me regardant qu'il raffermit cette idée de monstre. Mes blessures ne sont pas des preuves de sa monstruosité, ce n'était pas lui et il ne voit pas à quel point à cet instant, alors qu'il caresse ma peau, il est un humain avenant.

Pendant un instant, il caresse ma nuque avant de me serrer contre lui. Mes bras s'attachent à lui et je ne veux pas le laisser paraître. Peu importe les gens qui nous regardent, je ne m'en préoccupe pas. Je veux juste continuer à le tenir contre moi, pour ne pas qu'il s'en aille, car je sais que dès que j'ouvrirai les bras, il s'en ira. Je ne suis pas idiote, je sais bien que cette étreinte ne changera pas sa décision. Je veux continuer de me battre, je veux vraiment lui faire comprendre que j'ai besoin de lui, mais... je doute y parvenir, de plus en plus. Quand il s'approche de moi, je crois vraiment pendant un instant que ses lèvres vont toucher les miennes, mais déjà, je le vois se détourner et le sens se reculer. Mes mains tentent de le retenir, mais je ne parviens qu'à m'accrocher au bas de son veston, ne voulant pas qu'il aille plus loin.

« Arrête, tu ne m'as rien fait. Ce n'était pas toi... Et je refuse de te laisser seul avec lui »

Je ne pouvais oublier la présence d'Evan. Bien sûr, comparativement aux autres, Evan était un esprit faible. Mais j'étais encore bien plus faible que lui. Nitzan ne pouvait pas le faire partir et Evan n'accepterait pas d'être déloger si facilement. Croyait-il que je n'avais jamais essayé? Evan n'acceptait pas que je demande de l'aide. Je le regarde et je me sens fébrile alors que je le vois reculer. Pourtant, l'espace d'un instant, il renonce à cette envie de partir pour poser ses lèvres sur les miennes. Je ne prends pas le temps de laisser paraître ma surprise et lui rend immédiatement son baiser. Mes mains glissent sur sa nuque et je le serre contre moi. Nous avions tenté d'établir une relation claire dès le début, en assumant que nous ne pouvions pas tomber amoureux. J'ignorais ce qui s'était passé entre nous, ces moments que nous avions connus et je repensais à cet instant où il m'avait pris la main plutôt. Je m'étais senti bien, seulement humaine, pour la première fois depuis longtemps. Maintenant, il m'embrassait, mais je n'arrivais pas à ressentir cette même joie. Je tenais à lui, je ne voulais pas qu'il s'en aille...

« Non! »

Il me dit d'être forte et je le vois partir. Mes mains n'ont pas été assez rapides pour s'agripper à lui. Il marche et moi, je commence quelques pas, presque une course, pour le suivre. Mon corps se rappelle à moi dans un éclair de douleur vrillant ma hanche. Je ralentis le pas malgré moi, essayant de le suivre, ne pouvant que ralentir de plus en plus. Je le vois s'éloigner et ça me fend le coeur. Je veux me battre, ne pas l'abandonner, je le jure, mais mon corps ne suit plus ma volonté. Je m'arrête finalement pour m'appuyer. Il y a des larmes qui coulent à nouveau sur mes joues et des regards qui se posent sur moi. On se demande surement qui est cette jeune femme blessée qui crie à en perdre la voix.

« Ne t'en vas pas! S'il-te-plaît! Reviens! Je ne veux pas que tu t'en ailles... NE T'EN VAS PAS! »

Qu'ai-je crier encore? Je ne le sais plus, mais ma voix a fini par se casser et je sanglote, question d'être encore plus pathétique peut-être. C'est ce que je suis à cet instant, alors que je perds tout contact avec Zéèv, à me demander pourquoi ça me fait si mal de le voir partir. Et quelque part, au fond de moi, je sens cet autre qui en soutire une certaine satisfaction. Moi je regarde le point à l'horizon, espérant qu'il revienne. Je veux juste qu'il revienne vers moi. Sans me rendre contre que lentement, je me suis laissé tomber au sol, n'ayant plus de force.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Sam 25 Oct - 11:41

Mr Sandman, give me a dream


Je suis encore embrumée quand j’entends Maddy qui s’approche de moi et qui file actionner les rideaux électriques du magasin. Je respire un peu mieux maintenant que je sais qu’il ne pourra plus revenir. Là, vu mon état, je serai totalement incapable de défendre Maddy, et encore moins de me défendre moi. Maddy revient vers moi, et quand je vois qu’il hésite à l’idée de me porter, je l’encourage, lui dit qu’il peut le faire. Je sais qu’il le peut, il est fort mine de rien. Juste qu’il ne le sait pas. Il réfléchit, hésite, et finalement s’agenouille à côté de moi et me porte facilement.

Bravo mon chat…je savais que…que tu pouvais le faire…

Ma voix est très faible, et le reste de ma carcasse vaut pas mieux. Heureusement il me monte rapidement dans mon appart, et m’installe dans un fauteuil le temps qu’il aille faire couler un bain. Avant ça il me prend dans ses bras, pendant quelques secondes, et je lève mon bras avec peine pour lui rendre un peu de son câlin. Il est tellement adorable. Il trottine et disparaît de la pièce, alors que mon bras retombe dans le vide.

J’ai l’impression de plus sentir mes jambes ni mes doigts, comme si je m’étais promenée en bikini en plein hiver, sous la neige. Tout ça. J’entends les robinets qui tournent à plein régime, et je vois l’adorable frimousse de mon Maddy qui revient vers moi. Je lui dis qu’il doit me déshabiller, et comme je m’y attendais, il bloque.

Je peux pas le faire toute seule…mon chat. Aide moi…

Il s’approche de moi, commence par virer mes bottes, et je sens ses mains remonter sous ma jupe jusqu’à ma taille pour attraper mes collants. Il est un peu maladroit mais bientôt je sens que mes jambes sont nues. Il enlève ma jupe aussi, qui retombe sur le sol, et enfin mon gros pull et le débardeur que j’ai en-dessous. Le pauvre est tout gêné, et essaie de pas trop me regarder. Mais là, franchement, y'a rien d’érotique. Loin de là. Plus un ami qui deshabille sa pote bourrée. Je suis en sous-vêtements et mon protégé me sort de mon fauteuil pour me plonger dans l’eau. J’entends les robinets qui se ferment, au loin. Nana qui a évité la catastrophe sûrement. De sa toute petite voix il me demande si je vais mourir. Je pense que tant que j’ai les yeux ouverts, ça devrait aller, mais j’ai jamais été aussi mal. Je tente de passer ma main dans ses cheveux, avant de murmurer.

Je vais essayer en tout cas mon chat…

Je soupire quand il me plonge dans l’eau. Il a même pensé à me mettre du bain moussant… Je suis tellement glacée que je mets une seconde avant de sentir la chaleur, et d’un coup j’ai l’impression de cuire. Mais ça fait du bien. Comme si je renaissais. Je sens mes pieds, mes doigts, et je bouge plus facilement. La glace que j’avais dans mes membres a fondu on dirait. En levant les yeux, je mets quelques secondes à réaliser. C’est plus de la mousse qui recouvre l’eau mais de… la neige ? Et quand une bulle éclate, ça projette quelques petits flocons dans l’air. Putain mais c’est quoi ce bordel ? Sûrement un contrecoup de la magie… Truc de malade. Surtout que l’eau continue à rester chaude. Encore un des nombreux trucs que je comprendrai jamais… Au bout de quelques minutes je me sens mieux, et j’arrive à virer mon soutien-gorge et mon boxer, que je fais retomber sur le carrelage. Ca va mieux. J’ai l’esprit plus clair, et j’ai plus aussi froid. Maddy veille près de moi comme un petit chiot et je lui prends la main.

Je vais mieux mon chat, beaucoup mieux. C’est grâce à toi, tu peux être fier…

Je reste encore quelques minutes dans l’eau chaude, avant d’avoir assez de forces pour me savonner correctement et vider la baignoire, en même temps que la neige qui s’y trouvait. Maddy me tend une serviette et je m’enroule dedans, mais j’ai encore besoin de lui pour tenir debout et marcher correctement. Il m’emmène jusqu’à mon lit, et je m’assieds sur les couvertures.

Mon chat, si tu nous préparais du thé ? Et ramène-moi aussi un paquet de gateaux, ou du chocolat. J’ai besoin de quelque chose de sucré…

Pendant qu’il est parti, je récupère mon pyjama sous mon oreiller, l’enfile et me laisse retomber sous ma couette, adossée à ma tête de lit. J’ai terriblement envie de dormir, mais je meurs de faim. Comme si j’avais rien mangé depuis des semaines. Je souris en voyant mon petit chat venir tout fier avec un plateau. Il a servi le thé sans en renverser et a même mis les gateaux sur une assiette. Quel amour… Il pose le plateau sur le lit et je lui fais signe de venir me rejoindre sous les couvertures.

Merci mon chat… tu m’as sauvée. Je sais pas ce que j’aurais fait si tu m’avais pas aidée… T’es un vrai champion, mon chevalier servant !

Je soupire de bonheur en sentant le thé me réchauffer de l’intérieur, et j’engouffre les gateaux comme si j’avais rien mangé depuis des semaines. Enfin je me sens à peu près bien, même si j’ai encore mal partout et que je suis épuisée. J’étouffe un baillement et lève les yeux vers Maddy.

Je suis très fatiguée mon chat… Tu restes dormir avec moi ? J’ai pas envie d’être seule après ce qui s’est passé…

Il pose docilement le plateau par terre, laisse ma tasse sur mon chevet, et vient se glisser près de moi. Pour changer, c’est moi qui mets ma tête au creux de son épaule, avant de remonter les couvertures.

Tu veilles sur moi hein ? J’ai de la chance de t’avoir mon…

Et j’ai même pas le temps de finir ma phrase que je tombe comme une masse.

Fiche bye Ethna

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Mer 29 Oct - 17:46

Je suis si fier de l’avoir porté jusque là. Je n’ai jamais rien fait de bien pour elle, c’est la sensation que j’ai toujours eux. Pour une fois, je me sens utile tout simplement. Après l’avoir aidé à se déshabiller malgré la gêne occasionnée, je l’ai aidé à se mettre dans l’eau du bain. Je l’aime. J’écarquille les yeux alors, dans les flocons. Je me suis mis à genoux contre la baignoire quand elle jette son soutien gorge par-dessus bord. Mon dieu, elle est toute nue ! Je devrais m’en aller d’ici. Mais j’ai trop peur qu’elle se noie. Elle doit tellement me détester à présent ! C’est alors qu’elle prend ma main pour me féliciter. Je souris. Je l’aide à sortir du bain, la cachant dans une serviette avant de la trainer dans son lit. Je la borde affectueusement, peut-être un peu trop serré je ne m’en rends pas compte. Je souris alors, je la regarde et c’est alors qu’elle me suggère de lui faire un thé. Je me relève et trotte dans la cuisine. J’ai mis la tasse d’eau dans le micro onde et j’ai appuyé sur tous les boutons. Je me dis alors que l’un d’entre eux va bien le faire démarrer. Je vois alors les boutons s’actionner tout seul et je tape dans mes mains ravi sans faire le moindre bruit. Je trouve un paquet de cookie chocolaté et je pose tout sur un plateau que je transporte jusque sa chambre avec précaution. Quand j’ai posé le plateau sur le lit sans en mettre partout, je suis content de moi.

Elle me sourit et me fait signe de venir. Je retrousse mon nez, ravi. Je viens alors me glisser auprès de ma Nitzan qui est toute tiède. Elle me remercie, j’ai juste souris. Je me sens tellement bien à cet instant. Je m’en fiche un peu du reste. Même s’il m’arrive de repenser au visage d’Amelia. J’espère qu’elle va bien. Je regarde Nitzan boire. Puis elle grignote. Puis quand elle a terminé, je débarrasse. Je pose sur la moquette. Elle me demande de rester avec elle. Je me mis à glousser. « Je restes avec toi… » Je m’approche doucement et je viens embrasser sa joue. Elle est si douce. Je sais qu’il est un peu tôt pour dormir. Mais je me réjoui d’être là, dans le lit de mon amie. C’est alors qu’elle me demande de veiller sur elle. Elle s’endort. Je me suis redressé. Je ne dois pas dormir alors ? Je remonte la couverture jusqu’au cou tandis que mes yeux bleus scrutent les moindres recoins de la pièce. Nana est là. Je sens sa présence bien qu’elle semble faible.

Après quelques instants. J’ai commencé à jouer avec les cheveux de la brune, je lui ai fait une tresse qui tombe sur son nez. Je m’amuse également à lui chatouiller le cou avec ses cheveux et elle remue un peu. Je me mets à glousser. Puis je décide de me lever. A la recherche d’un verre de lait. Je surveille alors que personne n’est là. J’ai un peu la trouille. Je regarde par la fenêtre et je vois plein de monde en bas. Alors, j’ai couru jusqu’à la chambre de Nitzan pour venir me refugier dans le lit. Je me colle à elle. Mes yeux dépassent à peine de la couverture et j’ai fini par m’endormir moi aussi. Je la sers fort contre moi, j’aime bien dormir avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy Mer 29 Oct - 20:15

Ce n’était pas lui disait-elle. Mais qu’en savait-elle ? Et si… Et si c’était lui ? Il ne savait plus même qui il était, ce qu’il faisait. Son corps, sa conscience lui échappe. Fou. Quand elle dit ne pas vouloir le laisser seul avec « lui », il sent alors sa gorge se serrer. Alors, il décide de partir, il entend sa voix. Ce ton de désespoir qui le déchire. Ce gout sur ses lèvres ; l’envie de s’effondrer. Il ne se retourne pas. Il avance, la boule au ventre, il a mal. La main au creux de l’épigastre pour soutenir cette peine qui le ronge. Alors qu’il pense être éloigné, que cela est terminé pour de bon. Il entend au loin. Le chant du cygne. Elle hurle, elle supplie. Il s’est arrêté. Elle hurle au centre de cette foule, il se retourne enfin. Les traits déchirés par la peine. Il observe ce point invisible au loin. Il a mal de la voir ainsi. Il vit alors, plusieurs personnes s’attrouper autour d’elle. Que se passe t-il ? Inquiet. Il rebrousse chemin.

Il la découvre au sol, tremblante et en larme. Il pousse de façon un peu maladroite un homme qui lui parle inlassablement. « Amélia ?! » Appelait-il alors, attrapant son joli visage esquinté par ses soins d’une main. « Ma chérie… » Cela lui a échappé. Il ne réagit même pas. Il se sent juste perdu. Ses mots, son corps. Il ne contrôle plus rien. Le chauffeur ne savais plus où en était. Il ne sait que faire, pour la consoler. Tout cela est de sa faute. Il ne saurait se le pardonner. Il caresse doucement son cou avec son pouce. Elle est si jolie. Pourquoi lui fait-il tant de mal. Il est un monstre. Skyler regarde alors les gens qui sont autour d’eux. « Dégagez de là ! Foutez le camp ? » Grondait-il au bord des larmes. Qu’est-ce qu’il lui arrive ? Les gens s’éloignent doucement sans vraiment disparaître. Elle suffoque. Doucement, il l’attire contre lui. Sa tête contre son torse. Il embrasse doucement son front avant de coller sa joue contre sa tempe et murmure à son oreille « Je suis tellement désolé… Ne pleures plus… Amelia… » Il ne sait quels mots choisir. Il se sent faible. Il la prend contre lui. Elle est si jeune. C’est à lui de la protéger. Comme un père… Comme un amant.

Il al garde contre lui. L’attire. Il la sent faible. Alors, il passe son bras au creux de ses genoux pour la soulever du sol. Il prend sur lui. Ne pleure pas. Il est un homme. Comme tous les hommes, on lui avait dit petit de cacher ses faiblesses. Ancré en lui. Il al tiens solidement contre lui s’éloigne de ces gens qui l’insupporte. Leur regard. Leur jugement. « Calme toi… » Soufflait-il désemparé. Il se faufile dans les rues, la transportant sans grande crainte d’être vu. Il est trop tard après tout. Il la conduit dans un immeuble. Il reconnaît la porte de l’appartement de leur première fois. Il cherche lui-même dans les poches de la jolie blonde les clés. Pénétrant dans l’habitacle pour venir la déposer sur ce divan. Le divan. Elle a effacé ses larmes ; il s’agenouille pour être à sa hauteur « Je ne veux pas te faire de mal… » Soufflait-il, caressant doucement son front. Tout c’est subitement accéléré. Comment peut-elle avoir tant d’influence sur lui ? Il ne sait pas. Alors, il laisse quelques perles argentées couler le long de ses joues. Il avait si honte. Détourne le visage, regardant dans le miroir de l’entrée le reflet. Il ne voit pas Yâaqov. Il ne voit que lui, un homme brisé. Ecœurant. Faible.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy

Revenir en haut Aller en bas

Mr. Sandman bring me a dream ▬ Nitzan, Amelia, Zéèv & Maddy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Dream of Ewilan
» — bring me to life
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Mirrors :: Rp's-