AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


FORUM FERME
RETROUVEZ NOUS SUR:
http://houseofhell.forumactif.com/
Le Deal du moment : -85%
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
22.95 €

Partagez

If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyMar 29 Oct - 19:00

Il avait toujours eu cette tendance à marcher en regardant par terre, ratant tellement de merveilles de ce monde, tous ces beaux gens qui semblaient heureux, d'autres moins... Maddox pensait qu'il s'épargnait la violence qui l'entourait en regardant le sol, observant où il mettait les pieds, relevant le nez pour choisir sa direction. Encore une fugue, c'était devenu une quasi-habitude, sous l'influence des esprits combinés aux voix, il n'était capable de faire des choses qui ne lui auraient pas même traversé l'esprit, comme ce qu'il était en train de faire. Confortable dans sa veste qui soulignait le galbe de son corps mince et désirable, il évoluait à travers la ville l'air assez peu sur de lui. Dans ses mains il tenait précieusement une boite à chaussure, mais en son sein ne se trouvait certainement pas les rangers qu'il avait aux pieds mais un miroir. Pourquoi ? A qui le demandez-vous ? Il ne faisait rien de logique et son visage fermé n'était qu'une preuve parmi tant d'autre de son absence à cet instant... Tamina partie une fois de plus pour faire des achats, il avait bien vu que le frigo était plein, mais il ne lui en voulait pas de sortir un peu... Surtout quand il savait qu'elle était assez fragile dans le fond, il l'avait vu pleurer plusieurs fois et il s'en était vraiment voulu à chaque fois car il pensait que c'était de sa faute. Tellement influençable, il ne savait pas dans le fond ce qu'il voulait ou même ce qu'il était. Laquelle de toutes ses vies étaient vraiment les siennes ? Nitzan lui avait parlé d'esprits et autant dire qu'il avait vraiment eut peur de cette expérience, ceci dit il avait fini par s'attacher à cette mystérieuse femme qui était des plus douces avec lui. Il avait eu cette sensation qu'elle pouvait le comprendre et cela lui apportait un peu de bonheur dans sa vie des plus obscures... Il vivait de drôles d'aventures au fil des jours et de ses fugues... Seulement, en rapportant ce miroir à son propriétaire, il était loin de se douter quel danger il encourait... Il se mettait constamment en danger en agissant de façon déraisonné et il semblait incapable de s'imposer des limites que l'on ne saurait lui instaurer de force...

C'est en s'engouffrant dans cette ruelle que la paranoïa se fit oppressante, il ignorait pourquoi, c'était probablement l'instinct. Aussi quand il se retournait, ses beaux yeux bleus venaient prendre une forme un peu plus arrondir de surprise et brillant d'une peur intense qui laissait naitre des larmes. Cette silhouette... Ses doigts se crispaient tellement sur sa boite à chaussure d'une telle intensité qu'elle finissait par lui échapper et tomber au sol dans un bruit de débris de verre. Il était comme paralysé, comme s'il était en train de vivre l'un de ses pires cauchemars. Oui... Il en avait énormément rêvé, ou plutôt cauchemardé à ce sujet... D'abord à l'hôpital, la crainte qu'il vienne le chercher pour le ramener chez « eux », puis la crainte dans son nouveau chez lui, la crainte qui le retrouve et lui fasse payé de l'avoir dénoncé... Puis rien. Les jours se sont écoulés et il avait fini par espérer qu'il ne reviendrait jamais, il voulait commencer à croire ces gens qui lui disaient que tout irait bien désormais. Il avait voulu croire leur baratin, quand ils disaient qu'il ne reviendra plus jamais, qu'il ne lui fera plus de mal et que plus personne ne lui en ferra. Beaux mensonges d'une vie qu'il n'aura jamais, celle de la liberté et du bonheur. Quand il se retrouvait de nouveau face à cet homme, son coeur se brisait un peu plus encore. En le fixant, il ne savait pas vraiment pourquoi, mais il ressentait encore cette détresse et cette soumission dont il devait faire preuve face à lui... Le petit prince terrifié avait des allures de chien battu, reculant instinctivement en laissant une larme rouler le long de sa gueule d'ange.

« Tu es revenu... » Soufflait-il sans parvenir à achever sa question dont la réponse était probablement évidente ; oui, il était revenu pour lui... Certainement pour lui faire du mal, lui faire payer... Maddox savait qu'il avait été en prison par sa faute et il se disait que cela avait dû être absolument horrible, jamais il n'avait voulu le punir, il avait même craint qu'on lui fasse subir le même traitement que ce qu'Alexey lui avait fait vivre. Il n'avait rien demandé de tout cela, il avait juste voulu ne jamais retourner avec lui, ne plus jamais le voir, lui parler... Alors le bilan était là... Le psychologue était allé en prison et aujourd'hui il était à nouveau face à lui. Il n'avait rien eu de ce qu'il avait espéré de la Justice. Et maintenant qu'allait-il se passer ? Alexey n'avait pas changé physiquement et il était toujours aussi beau et fort, cela avait été rassurant au début avant que cette splendeur devienne une menace... Quant-à Maddox il avait récupéré sa santé, un peu de poids et avait guéri de ses fractures... Mais si le dément était toujours autant détruit psychologiquement, s'il avait toujours peur ; n'était-ce pas une façon logique que d'imaginer que le second devait toujours être en colère et violent ? Chaque pas en avant de la part de son ancien thérapeute semblait faire trembler le sol sous les pieds du beau brun qui mourrait d'envie de prendre la fuite, mais la peur le paralysait. Il retenait même ses larmes bien que certaines d’entre elles venaient rouler le long de ses joues, dans ses yeux semblaient défiler un amas de souvenirs atroces... Le patient ne parvenait pas à se souvenir du positif, à se rappeler des soirées devant la télévision au calme, les gouter avec du chocolat, des sorties en plein air, des jeux et des petites attentions de la part de son soignant... Tout cela avait été effacé au profit de la peur que générait la violence ; il se souvenait des coups, des insultes, des punitions et de la colère sur son visage... Des dessins détruits et des sanglots liés à une peine incurable face à cette destruction matérielle qui le forçait à se murer dans le silence et l'interdiction de s'exprimer... Il ne se sentait pas près à revivre tout cela, qui le serait ? Mais avait-il seulement le choix ? Enfin ses pieds décollaient du sol dans la perspective de s'enfuir, cette option simple et lâche qui lui correspondait tout à fait... Non, il ne voulait pas revivre cela. Il ne pouvait pas l'affronter à nouveau, c'était enfin l'instinct de survie qui se manifestait et prenait le dessus sur la peur ; il savait qu'il ne ferait pas long feux auprès de lui, que jamais il ne ferait le poids, qu'il ne saurait jamais combattre parce qu'il était faible, parce qu'il était sa chose ; un fait marqué au fer rouge dans son esprit. Mais il avait toujours tenu tête à cet homme parce qu'il se laissait guider par cette folie qui le rongeait.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyMer 30 Oct - 17:25

Alexey&Maddox❧ If you're looking for Jesus then get on your knees.
Avec son âme qui l'avait déserté, son coeur en panne et ses émotions en stand-by, il tenait plus de la machine que de l'homme. C'est qu'Alexey souffrait presque de faire des choses aussi banales et insignifiantes que d'enfiler ses chaussures et sa veste pour aller faire les courses. Il fut un temps où il avait quelqu'un employé pour s'occuper du ravitaillement, chose qu'il ne pouvait plus se permettre depuis qu'on l'avait éjecté de son piédestal. Trois mois qu'il était sorti de prison, et qu'avait-il accompli jusque là ? Rien du tout. Le temps s'écoulait avec une monotonie désespérante, si bien qu'il avait l'impression de vivre une mort lente. Alexey savait ce qu'il lui restait à faire, il savait ce qu'il voulait, mais il ne pouvait franchir le pas. Alors il attendait. il se disait : "Demain, j'irai le voir". Et demain passait sans qu'il ne l'ait vu. "Pathétique !" songea t-il avec haine tout en claquant la porte de l'immeuble derrière lui. Il savait bien, intérieurement, de quoi il avait peur. Alexey ne voulait pas retourner en prison, il ne voulait pas qu'on le lui arrache encore une fois.

Il descendit les quelques marches extérieurs de l'immeuble et alors qu'il bondissait des deux dernières pour aller plus vite, il s'arrêta brusquement, manquant de percuter un homme qui passait devant lui, la tête basse. Alexey eut un hoquet silencieux et un courant d'air froid s'engouffra dans ses poumons tandis qu'il a avait la terrible impression que son coeur faisait une chute libre jusqu'à ses pieds. Ce n'est pourtant que l'instant d'après qu'il reconnut la personne qui l'avait frôlé. Le corps d'Alexey semblait avoir réagi de lui-même avec un automatisme inexplicable, comme s'il avait reçu l'information sur l'identité de la personne avant son cerveau. Maddox. Restant figé sur place, Alexey suivit simplement son ancien patient du regard d'un air interdit, comme s'il cédait le passage à un fantôme. Un fantôme de son passé. Quelle ironie … il aurait certainement éclaté de rire si sa gorge n'était pas aussi serrée. Il ressentait quelque chose d'étrange en regardant l'homme s'éloigner. C'était comme si Maddox avait plongé la main dans sa poitrine en passant devant lui et qu'il était désormais en train de s'enfuir avec ses tripes. Sans même réfléchir, Alexey marcha dans sa direction pour le suivre, analysant brièvement sa silhouette du regard. Sa veste épousant son corps mince révélait au moins que le jeune homme n'était plus aussi maigre qu'autrefois, ce qui était rassurant. Alexey pouvait encore voir dans sa tête le corps de Maddox avant sa fuite: il gardait à l'esprit l'image de son visage dévasté et amaigri qui portait malgré tout dans ses traits le souvenir d'une beauté que le psychologue avait saccagé. Maddox ralentit l'allure et eut soudainement l'air agité, comme s'il avait lui-même senti la présence de son ancien bourreau. Il tourna la tête dans sa direction et Alexey se figea sur place lorsque son regard percuta celui océan de son vis-à-vis. Il remarqua alors que Maddox avait retrouvé son beau faciès d'autrefois. Les cernes, les marques, les bleus… Tout avait disparu. La seule preuve des mauvais traitements du psychologue résidait dans ses yeux bleus larmoyants qui reflétaient toute la souffrance qu'il avait autrefois éprouvé, et qu'il éprouvait encore. Alexey se perdit dans leur contemplation, fasciné et stupéfait. Le bruit de l'éclat du verre se brisant entre leurs pieds le ramena brusquement à la réalité. Il s'approcha alors davantage de son ancien patient qui n'osait même pas faire le moindre mouvement.

« Tu es revenu... »

Sa voix resta en suspens et ses traits doux étaient marqués par la peur, lui donnant l'air d'un l'enfant qui attend la sentence d'un crime qu'il n'a pas commis. C'était comme ça, quand un prisonnier était relâché: les personnes responsables de son inculpation redoutaient le jour où ils se verraient de nouveau confrontées à lui. Maddox craignait la violence, la colère et le prochain coup qu'Alexey aurait pu porter sur lui, mais ce dernier ne fit rien. Même si la ruelle était déserte, non seulement il ne prendrait pas un tel risque, mais en plus, il n'en éprouvait pas l'envie. De toute façon, l'attente du châtiment était souvent bien pire que le châtiment en lui-même, et le visage terrifié du pauvre fou était amplement suffisant. Ses larmes représentaient pour Alexey autant une souffrance qu'un délice. Un plaisir douloureux... Maddox le ramenait toujours face à de violents déchirements intérieurs. L'ombre d'un sourire passa sur son visage tandis qu'il répondait simplement:  

« Je ne suis jamais parti. »


Il avait été incarcéré en Nouvelle-Orléans, après tout. Trouvant manifestement le courage de bouger, Maddox eut un mouvement de recul mais Alexey avait anticipé son geste. Il le devança et alla appuyer une main sur son épaule en ricanant légèrement : « Hé, pas si vite ! »

Son geste aurait pu paraitre amical, mais la pression que le psychologue exerçait sur l'épaule de Maddox le clouait fermement au sol. Le contact un peu abrupt de sa main contre lui le rappelait à d'anciens souvenirs et Alexey se sentit soudainement plus léger, presque euphorique. Il avait l'assurance et le sentiment de supériorité d'un homme qui menait une bataille gagnée d'avance. Combien de temps avait-il attendu ça ?

« Inutile d'avoir peur, je ne vais rien te faire voyons ! », ajouta t-il en affichant un grand sourire qui aurait pu paraitre sincère si une lueur narquoise ne brillait pas dans son regard.

Son attitude bienveillante n'était pas tout à fait hypocrite, il était heureux de se tenir devant lui et n'avait aucunement l'intention de le blesser. À bien y réfléchir, il se demandait s'il avait d'ailleurs déjà réellement eu l'intention de lui faire du mal. La violence du psychologue partait avant tout de la frustration et de l'impulsion, jamais vraiment de la préméditation. Tout en maintenant son épaule, Alexey s'avança d'un pas et son pied écrasa un bout de verre. Il baissa le regard, entrevoyant les reflets fracturés de leur visage sur les morceaux de miroir éparpillés. Son expression se fit alors un peu plus neutre tandis qu'il leva de nouveau les yeux vers son ancien patient, affichant une légère moue agacée. Mettre un tel objet dans une boite à chaussure relevait d'une logique que Maddox lui-même devait ignorer. Ses agissements ne semblaient pas plus raisonnées qu'autrefois.

« Tu n'as pas changé… » Il était difficile de dire s'il s'agissait d'un compliment ou d'une accusation, sans doute les deux à la fois, car retrouver Maddox transformé l'aurait anéanti. Jamais il n'aurait supporté que quelconque psychologue réussisse là où il avait échoué. Les altérations du garçon ne le dérangeaient pas, pourvu qu'il en soit la cause. Il pencha la tête sur le côté, ses lèvres esquissant un nouveau sourire moqueur : « … Quoique je t'ai connu plus courtois. »
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyJeu 31 Oct - 14:51

Il aurait voulu être courageux, retenir ses larmes, garder un semblant de fierté. Mais pourquoi faire ? Il n'avait plus aucune dignité face à cet homme, il ne pouvait pas faire semblant, il le connaissait bien trop... Il n'était jamais parti ? Maddox l'ignorait, il avait pensé qu'il était parti loin, très loin de lui... Mais Alexey n'avait jamais été bien loin de son patient qui avait également souffert de son coté de la ville. S'il avait été là, pourquoi avait-il attendu tout ce temps ? Pourquoi avoir attendu qu'il essaie de se reconstruire avant de revenir pour le détruire... Pourquoi ne l'avait-il pas achevé dans la foulée ? Il l'avait attendu tellement longtemps à l'hôpital, persuadé qu'il reviendrait... Mais le dément n'avait jamais cessé de penser à Alexey, tous les soirs avant de s'endormir, c'était à lui qu'il pensait sans cesse avec cette boule au ventre... Maddox était lâche et les larmes sur son visage en étaient une grande caractéristique tout comme cette décision qu'il avait prit : celle de fuir. Mais il n'avait pu aller bien loin, cette poigne... Le coeur de l'homme manquait un battement à ce contact brutal, le beau brun le fixait de ses yeux grands ouverts dont les larmes se figeaient instantanément sous l'effet de surprise et de la peur. Collé contre le mur, il se sentait si vulnérable, plongé dans un passé qu'il avait essayé d'oublier en vain... Son regard ne savait se détacher des beaux yeux de cet admirable bourreau alors que les siens semblaient implorer la pitié... Bien sur, son corps eu ces reflexes inutiles et douloureuses que de chercher à se débattre tandis que l'une de ses mains venait de ses longs doigts glacée et menus de jeune femme s'enrouler autour du poignet d'Alexey sans exercer la moindre pression pour autant car il était vide de cette volonté, celle de faire du mal... Puis se dessinait sur les lèvres d'un visage parfait un sourire que Seelerk connaissait par coeur, un souvenir d'une bienveillance monstrueuse qui venait lui faire lâcher d'autres larmes qu'il tentait de réprimer alors que sortait de son adorable bouche une promesse aux allures de mensonge... Bien sur qu'il allait lui faire du mal, ne commençait-il pas déjà en le terrifiant de la sorte ? Beaux mensonges qu'il lui avait répétés tous les matins quand il s'était réveillé en pleurant dans son lit en se disant qu'il ne voulait plus jamais se lever... Il avait peur, tellement peur... Et Maddox pouvait lire dans ce sourire que cela lui plaisait.

Quand il approchait un peu plus de son corps, Maddox avait baissé les yeux, observant ce qu'il restait de ce beau miroir avant de percevoir cette moue sur ce visage qui voulait juste signifier qu'il avait encore fait quelque chose pour lui déplaire... La tête baissée, le regard fuyant, il apportait sa main dont l'épaule était libre pour essuyer son visage de gestes lents et craintifs. Il s'efforçait à ne plus pleurer, il ne devait pas lâcher les larmes qui ne demandaient que cela, c'était tellement difficile d'être fort... Une remarque troublante, un reproche qui sonnait comme une sentence. Non, il n'avait pas changé ? Vraiment ? Maddox sentait au fond de lui qu'il n'était plus le même, c'était devenu tellement compliqué de sourire, de se sentir bien... Oui, il avait changé, il s'était refermé sur lui-même parce qu'il craignait le monde qui l'entourait... Sa main toujours à sécher ses larmes de façon compulsive, il osait parfois jeter quelque coup d'oeil vers cet homme dont le sourire semblait être celui du diable en personne. Ne dit-on pas du diable qu'il était particulièrement séduisant ? Le pauvre fou s'y était laissé tromper jadis, il avait cru en ce beau sourire et ce visage aux traits d'une perfection rassurante... Il n'avait su comprendre comment il en était arrivé là, comment ils en étaient arrivés là... Pourquoi ce plaisir de le voir souffrir ? L'artiste inconnu aurait donné son âme pour que ce cauchemar cesse ; mais le diable en voulait plus.

La tête baissée, une main sur sa joue dont les doigts étaient nerveusement repliés, quelques mèches de cheveux venaient tomber devant ses yeux magnifiques qui fuyaient toujours le regard de l'autre ; il était absolument pathétique. Il avait l'air tellement fragile, comme si l'autre pouvait le briser d'un instant à l'autre ; jamais l'on ne pouvait être plus proche de la vérité. Maddox avait la beauté d'un homme, mais il n'en avait pas le courage... Sans l'affronter du regard replié sur lui-même comme il le pouvait, la voix de Maddox venait à nouveau s'élever dans les airs « Je t'en prie, laisse moi partir. Je n'ai rien voulu de tout ça... » Il empestait la peur et pourtant, sa logique désordonnait le forçait à agir une fois de plus de manière complètement stupide et dangereuse en élaborant une nouvelle tentative de fuite au point qu'il aurait pu finir par s'arracher l'épaule si ses nerfs ne suppliaient pas son cerveau d'arrêter, sa respiration s'emballait et il devenait tout à coup fiévreux tentant de se défendre avec ses membres inférieurs, mais l'unique effet de ses gestes fut de le pousser comme il le pouvait, mais s'il l'avait fait reculer d'un centimètre cela serait de l'ordre du miracle... De plus en plus pathétique... Il lui était parfois arrivé de chercher à lutter contre cette emprise qu'Alexey avait eue sur lui, notamment sous l'eau froide où il s'était débattu au point de ramasser des coups ou de sentir ses doigts autour de sa gorge et de percevoir cette lueur meurtrière dans les yeux de cet homme captivant... Maddox avait toujours été fasciné par son psychologue, cette gueule si charismatique et jadis un sourire d'ange qui avait à ce jour des allures de démons... Il s'était débattu contre lui sans oser le regarder une seule fois, fixant les débris de verre de sept ans de malheur qui planait au dessus de sa tête, il semblait bien que le bonheur ne serait jamais pou demain. Alors, pour compléter ce tableau de peur et comiquement dramatique ; il avait supplié en parallèle un amas d'incohérences. « J'voulais juste m'en aller parce que tu m'faisais mal... Je dois partir, ils m'attendent. J'voulais juste que tu me laisse... J't'en supplie laisse moi partir, ils veulent que je le rapporte. Ils disent que c'est important. Tu ne peux pas comprendre, tu ne l'as jamais voulu. » Il finissait par cesser quand il se rendait compte de son accusation, il était sur une pente dangereuse... C'est à cet instant qu'il se mit à nouveau à déverser bien des larmes qui venaient noyer son visage rivé vers ce qu'il restait de son miroir que l'ancien psychologue piétinait parce qu'il se foutait de sa représentation aux yeux de son ancien patient puisque pour lui cela ne devait être que de la folie pure n'est-ce pas ? Mais pour Maddox, c'était tout ce qu'il y avait de plus réel, c'était dans sa tête, cela ne pouvait être un mensonge. Il avait froid tout à coup, glacé par ses propres mots. « Pardon... Pardonne-moi... J'ai tellement peur... » Soufflait-il, toujours vide de courage pour affronter les yeux de ce sublime tortionnaire. Pourquoi était-il sorti de chez lui ? Pourquoi n'avait-il pas sagement attendu sa thérapeute ? Il songeait que jamais plus il n'oserait fuguer à nouveau...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptySam 2 Nov - 3:23

Alexey&Maddox❧ If you're looking for Jesus then get on your knees.
Entre joie, satisfaction et frustration, Alexey avait l'impression d'être brutalement tiré d'un long sommeil peuplé de cauchemars. Sa vie avait-elle donc si peu de sens quand Maddox n'en faisait pas partie ? Ses larmes étaient autant un baume pour le coeur qu'un poison s'insinuant dans les veines. Même si son visage était calme, Alexey brûlait de l'intérieur. Jamais il ne s'était senti aussi vivant. Son regard fit un bref aller-retour entre le visage dévasté de sa victime et les doigts fins qu'il avait enroulés autour de son poignet. Il se débattait à peine, sa main exerçait une pression légère et délicate, presque comme une caresse. Le sourire du tortionnaire se fana progressivement. La vulnérabilité de Maddox avait toujours été aussi adorable qu'haïssable. Alexey aimait voir son magnifique regard azur se vider de toute lueur combative pour refléter l'abandon de soi le plus total, mais une terrible douleur lui vrillait les entrailles à la simple idée que n'importe qui d'autre puisse s'en prendre à lui. C'était dans ces moments éphémères, alors que le garçon était à sa merci, que le psychologue avait réellement l'impression qu'il lui appartenait. Il lui appartenait parce que, pendant quelques instants, Alexey réussissait à le déposséder de lui-même. Et le psychologue avait à peine conscience de la réciprocité de ce phénomène.

Recroquevillé sur lui-même, Maddox baissa les yeux, portant la main à sa joue pour essuyer ses larmes. La tête un peu inclinée pour rechercher son regard, Alexey leva lentement la main et releva les quelques mèches de cheveux qui tombaient sur le visage du beau brun. Ce simple mouvement était empreint d'une une douceur qui jurait atrocement avec la prise qu'il avait toujours sur son épaule.

« Je t'en prie, laisse moi partir. Je n'ai rien voulu de tout ça... »

Alexey laissa échapper un rire sans joie et hocha la tête. Il délaissa ses cheveux et ramena la main à la base de sa nuque sur laquelle il exerça une pression aussi forte que celle posée sur l'épaule, entravant la faible résistance que Maddox lui opposait. Il savait cela. Il savait que son ancien patient était dépourvu de la moindre volonté de faire du mal. La vengeance était un concept étranger pour lui. Si fou, et pourtant si innocent … C'était sans doute l'une des choses qui fascinait le plus l'ancien psychologue. Cette pureté dans la démence. Cette pureté qui demeurait malgré tout. Alexey avait toujours intérieurement désiré l'entacher, autant qu'il avait peur de le faire.

« J'voulais juste m'en aller parce que tu m'faisais mal... Je dois partir, ils m'attendent. J'voulais juste que tu me laisse... J't'en supplie laisse moi partir, ils veulent que je le rapporte. Ils disent que c'est important. Tu ne peux pas comprendre, tu ne l'as jamais voulu. »

Le regard d'Alexey se voila et sa mâchoire se contracta sous l'effet de la colère. "Ils" n'étaient autre que les voix qui l'avaient poussé à faire quelque chose d'aussi insensée que de se balader avec un miroir dans une boite à chaussures. "Ils" étaient encore là et Alexey ne comprenait pas plus qu'avant. Les malades qui disaient agir sous l'influence de voix se voyaient toujours poussés à commettre des actes horribles, des meurtres, mais Maddox ne ferait pas de mal à une mouche. Pourquoi?! L'incompréhension d'Alexey l'avait toujours rongé de l'intérieur. Les voix dans la tête du patient semblaient avoir plus d'effet sur le psychologue que sur lui, ironiquement. Et le tyran n'avait jamais réussi à avoir de véritable emprise sur Maddox. Il y avaient toujours ces "autres" pour le soustraire à lui. Le psychologue n'avait jamais pu supporter l'idée qu'il échouait à le guérir, mais ce qui l'avait rendu dingue, c'était que la démence du patient le rendait inaccessible. Encore maintenant, Alexey perdait son calme et était à deux doigt d'écraser son poing sur ce visage trop parfait. Encore maintenant, il était mu par le désir de le détruire. Mais une force le tirait en arrière, sans doute le peu de conscience qui lui restait encore dans sa rage. Les mains qui auraient pu frapper Maddox allèrent agripper le col de sa veste, tandis que les avant-bras d'Alexey s'écrasèrent sans ménagement sur son torse frêle. Sa voix claqua, comme une gifle :

« En effet, je ne comprends pas. J'étais tout seul à me battre pour une cause perdue.»  Alexey en avait toujours voulu à Maddox de ne pas se donner les moyens d'échapper à sa folie. C'est qu'effectivement, il n'avait jamais voulu comprendre. «Était-ce si dur de leur dire de la fermer ?», ajouta t-il dans un souffle.

Dès qu'il délaissait sa condescendance et que ses paroles dérapaient, c'est qu'il perdait le contrôle de lui-même. Or ils étaient dans la rue, Maddox n'était plus sous sa tutelle: il ne pouvait se le permettre. Son ancien patient lui bafouilla des excuses, avouant ses peurs, et Alexey fit un mouvement négatif de la tête. Il ne voulait pas d'excuses, il en avait trop reçu. Non Maddox, je ne te pardonne pas. L'homme enragé ferma un bref instant les yeux et poussa un bref soupir en baissant la tête, luttant contre ses pulsions meurtrières. Quand il la releva, la colère avait quitté ses traits. Il affichait de nouveau un léger sourire bien qu'une lueur dangereuse brillait encore dans son regard.

« Je t'ai dit que je ne te ferai rien. »

Réalisant alors que ses poings étaient encore étroitement serrés sur le col de sa veste, il le relâcha, entendant le craquement de ses phalanges au passage. D'accord, ce n'était peut-être pas le moment de sa vie où il était le plus crédible, mais ce n'était pas faute d'avoir essayé.  Songeant que sa proximité n'était peut-être pas suffisante pour dissuader Maddox de partir, il appuya la paume de sa main contre le mur, près de sa tête. C'était une sorte d'avertissement. Très léger, mais bien présent.

« Tout ce temps, je me suis demandé ce que tu devenais. On ne s'est pas vu depuis si longtemps et tu veux déjà partir ? Je suis persuadé qu'ils peuvent attendre. », dit-il en prenant un air faussement raisonnable, feignant de ne pas voir toutes les bonnes raisons qu'avaient Maddox de vouloir prendre ses jambes à son cou.

C'était assez étrange de parler ainsi, de délaisser la colère, de consentir à laisser passer le délire du garçon plutôt que d'essayer par tous les moyens d'y couper court. Était-ce la prison qui l'avait assagi, ou la tristesse de Maddox qui déteignait sur lui ? Le désespoir du beau brun lui avait toujours fait autant de bien que de mal. Il fut un temps ou ses larmes l'insupportaient. Et pourtant, plutôt que de le réconforter, il redoublait de violence. Cruelle dualité. Dans son désespoir de ne pouvoir l'aider, Alexey s'était perdu.

Il jeta un bref regard méfiant à gauche puis à droite, et accepta alors de mettre sa position de supériorité de côté… en apparence, du moins. Décollant Maddox du mur, Alexey enroula ensuite un bras autour de ses épaules comme s'il s'agissait d'un vieil ami. Il prit la route inverse, forçant son ancien patient à marcher auprès de lui et à revenir sur ses pas. Alexey ramena l'autre main sur le torse de sa victime, un autre avertissement subtil pour le dissuader de se dérober à son contact.

« Allez, reste un peu avec moi. »  Le ton léger laissait croire qu'il s'agissait d'une simple requête, mais c'était pourtant bel et bien d'un ordre. Et le tyran ne tolèrerait aucun refus. « Tu dois bien avoir des tas de choses à me raconter, Prince » renchérit-il en accentuant le dernier mot, sa voix suintant l'ironie. C'était petit de sa part, Alexey en avait conscience. Il fut un temps où l'appeler par son second prénom relevait d'une démonstration d'affection. Cela remontait à ce qu'il lui semblait être… une éternité.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyDim 3 Nov - 13:11

Le beau brun avait bien remarqué ce geste tendre envers sa personne lorsqu'Alexey venait coiffer ses mèches rebelles, cependant il ne pu s'empêcher d'avoir peur bien que cela le ramenait au premier jour de la prise en charge où Maddox avait eu beaucoup de mal à accepter le départ de son ancienne thérapeute, recroquevillé dans son lit... C'était ainsi que leur prise en charge avait commencé, il avait fini par s'ouvrir avant de se refermer à nouveau sur lui-même... Cela avait été les montagnes russes qui avaient fini par un crash. Il s'était bien évidement laissé faire en lui demandant de le laisser partir, mais il n'eut comme simple réponse un rire forcé qui le glaçait. Une main sur sa nuque, Alexey entravait sa sphère intime en le touchant de la sorte et c'était une intrusion contre laquelle il ne savait vraiment se défendre. L'homme tentait alors de se faire de l'emprise de son ancien thérapeute mais sa violence inexistante ne savait le libérer et ses mots lui faisaient bien du mal à lui-même. Quelle violente surprise que ce contact agressif, attrapé par le col, laissant couler sur son visage d’autres larmes d’une peur intense, craignant un premier coup. Mais il n’y eut rien, est-ce qu’Alexey avait vraiment changé ? Il était tellement en colère c’était difficile à croire. Il ne comprenait pas... Une cause perdue... Pourquoi ça faisait toujours aussi mal aujourd’hui à entendre ? Cette sensation d’échec, il n’avait jamais connu cela si ce n’était sous la gouverne de cet homme. Puis cette question... Le dément fermait les yeux parcourus d’un frisson de peur, non il n’y arrivait pas... Les voix avaient été ses seuls amis après la mort de ses parents, pourquoi Alexey ne voulait pas comprendre cela ? Comprendre qu’il avait juste peur de cette solitude qu’il subissait au quotidien... Alors le beau brun demandait à Alexey de le pardonner en lui confessant ses peurs. Mais le mouvement négatif de sa tête lui brisait le cœur une fois de plus, il ne voulait pas le pardonner... Retenant ses lames, il entendait l’homme lui dire qu’il ne lui ferait rien, c’était tellement difficile de faire confiance à nouveau...

Mais à sa surprise, la poigne du psychologue s’affaiblissait mais rien de rassurant à ses yeux, prisonnier de l’emprise de son psychologue qui ne lui laissait aucune issue de secours. Écoutant les mots qui sortaient de ses lèvres merveilleuse, il se sentait de plus en plus incompris et opprimé par ce fait. Pourquoi ne voulait-il pas voir qu’il avait peur ? Qu’il voulait rentrer chez lui maintenant... Alors il avait lentement jeté un coup d’œil plus haut sur la droite, comme s’il cherchait l’approbation d’un être invisible avant de souffler l’air totalement absent, dans cette dimension de folie où il semblait être juste entre deux mondes « D’accords, de toute façon c’est cassé... » Il semblait complètement perdu, l’air égaré dans un monde trop grand et brutal pour lui, ses yeux absents suppliaient qu’on le protège de tout ce qui lui procurait tant de frayeur... Décollé du mur, il semblait revenir à lui. Le pauvre fou Candide se laissait faire, lâchant même le poignet de son tyran pour se laisser manipuler physiquement sans la moindre résistance, baissant la tête comme un pantin désarticulé. Il venait aligner un pas devant l’autre, laissant sa tête remonter pour jeter un coup d’œil par-dessus leurs épaules cotes à coté comme s’il craignait qu’on lui reproche de ne pas aller au bout de ce dont il s’était engagé à faire. Une main sur son torse, qui laissait comprendre qu’il devait l’écouter lui... Regardant à nouveau ses pieds qu’il alignait avec une lenteur qui le caractérisait dans son hésitation omniprésente chez lui. La présence d’Alexey lui faisait si peur, c’était comme ce monstre du placard que l’on appréhende depuis des années jusqu’au jour où il décide de sortir de celui-ci pour vous enlacer de ses griffes pour ne jamais plus vous laisser la liberté d’avoir peur car tout était réel à présent et qu’il n’y avait nulle autre option que d’accepter ce qui vous attend. Maddox avait grandi et ses peurs aussi.

Il n'avait pas d'autres choix, il devait aller dans la direction imposée par Alexey parce que c'était lui qui décidait à présent. L'invitant même à parler, mais cette appellation le fit réagir par un léger sursaut qui avait ralenti un peu plus encore sa marche, relevant enfin le nez pour croiser son regard magnifique et puissant alors que ses yeux reflétaient une tristesse sans précédent « Alexey... » Cette larme venait rouler sur sa joue, le visage une fois de plus barré par ses cheveux probablement trop longs. Fuyant à nouveau du regard, il joignait des deux mains au niveau de son ombilic, triturant ses doigts les uns avec les autres avant de répondre « Je... Non... Pas grand-chose... J'ai été longtemps à l'hôpital et... Harry c'est occupé de moi, tu sais c'est un médecin... » Oui, Harry son médecin et désormais cher ami avait su créer avec Maddox un climat de confiance inespéré, c'était ce même médecin qui avait confirmé un diagnostic de maltraitance qui avait quelque peu enfoncé Alexey mais ça... Il n'en savait rien... Maddox était ignorant de toute ce qui était de l'administratif et des lois. « C'est lui qui m'a fait sortir de l'hôpital, même si j'avais peur... Cet appartement est plus grand et mes angoisses aussi, mais grâce à lui, j'ai commencé à avoir confiance. Puis il m'a laissé avec une autre psychologue ; j'n'voulais pas qu'il s'en aille parce que j'appréhendais sans lui... J'n'voulais pas de cette fille ; mais elle est spéciale pour moi... » Autant dire que le coté nature naif de Maddox risquait grandement de le mettre en difficulté. Il avait parlé de l'hôpital animé par la peur, mais rapidement (comme toujours), il s'était laissé emporté par le cours de ses pensées et souligner que contrairement avec Alexey, il avait voulu qu'Harry reste avec lui et il lui montrait même de la reconnaissance et une affection particulière, c'était tout à fait stupide de sa part. Mais comment pourrait-il s'en rendre compte puisque ce n'était jamais que ce qu'il avait ressenti. Oui, car de plus de n'être capable d'être violent, le beau brun était inapte à mentir... Repensant à tout cela, il se rendait compte qu'il avait beaucoup progressé depuis sa fugue et qu'il ne voulait pas retourner avec cet homme... En parlant de Tamina, lui qui avait été si pâle de revoir son bourreau avait prit un teinte légèrement rosé qui témoignait d'une affection particulière qu'il pouvait avoir pour elle. Remontant ses mains vers celle d'Alexey sur son torse, il l'attrapait doucement alors que celle-ci risquait de le frapper d'un instant à l'autre pour lui faire ravaler le moindre mot qui pourrait déplaire à son ancien thérapeute et cela malgré sa promesse. Puis il trouvait le courage de demander angoissé par chaque pas en avant à ses cotés, cela en relevant ses yeux bleus vers lui « Où est-ce que tu m'emmènes ? » Ils disent que c'n'est pas part là, mais ça, il ne l'ajoutait pas... Il avait vu à quel point Alexey les haïssait encore. Ses yeux venaient d'accrocher au regard de cet homme, il était terrifié, aller vers l'inconnu avait toujours été une source d'angoisse et il devenait de plus en plus blême...

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyLun 4 Nov - 23:20

Alexey&Maddox❧ If you're looking for Jesus then get on your knees.
Maddox paraissait trop terrorisé devant l'accès de colère d'Alexey pour répondre. Ses beaux yeux en larmes se fermèrent tandis que son visage était emprunt de tristesse et d'une déception qui serra le coeur du psychologue. Il se doutait que son patient lui en avait voulu de ne pas réussir à le comprendre, mais certainement pas autant qu'Alexey s'en voulait à lui-même pour ça. La sensation d'échec lui était insupportable, mais tant qu'il respirait, tout espoir n'était pas perdu. Il n'avait jamais réellement abandonné, contrairement à ce qu'il laissait souvent croire. Le regard de Maddox était un cri à l'aide, il souhaitait juste la sécurité, il voulait être rassuré, protégé. Mais Alexey ne lui apporterait pas satisfaction, il préférait rester vague. Ne pas trop le rassurer, ne pas trop l'effrayer non plus. Maddox avait toujours été beau, mais quand ses yeux bleus terrifiés et remplis de larmes semblaient supplier son bourreau qu'il ne lui fasse pas de mal, il devenait magnifique. Il lâcha le poignet d'Alexey lorsqu'il fut détaché du mur, acceptant de le suivre avec un air résigné prouvant qu'il aurait préféré être n'importe où plutôt qu'avec lui. Les regards furtifs qu'il jetait sur le côté comme s'ils craignaient que les voix ne viennent lui reprocher d'avoir foutu en l'air un miroir montrait que, l'espace d'un instant, le fou n'était pas réellement avec Alexey. Il était avec … eux. Combien de coup le tyran avait porté sur Maddox dans l'espoir de le ramener à la réalité, à lui? Mais le pauvre fou s'évertuait à vivre dans un monde qui n'existait pas. Autrefois, il employait tous les moyens pour le rappeler constamment:  les paroles insensées, les crises de larmes, et les dessins… ces foutues dessins dignes d'un grand artiste mais qui terrifiaient le psychologue dans tous ce qu'ils exprimaient, dans ce qu'ils représentaient. C'étaient les allégories de la démence de Maddox et Alexey avait fini par ne plus en supporter la vue. Il les avait brûlé et avait privé son patient d'en produire d'autre. En fait, il l'avait privé de tout, même de vivre, espérant intérieurement que le ramener plus bas que terre pouvait l'arracher à sa folie.

Heureusement pour lui, Maddox sembla revenir à la situation présente et baissa la tête. Les deux évoluaient à la même vitesse mais la démarche de l'un donnait une impression de lenteur désespéré tandis que celle de l'autre une impression de grande tranquillité. Pas étonnant, c'était bien ce dernier qui tirait les ficelles après tout. À l'usage de son autre prénom, Maddox eut un sursaut, s'arrêtant presque. Son regard empli de tristesse accrocha celui de son tyran qui ralentit lui-même l'allure: «Alexey» murmura t-il et le coeur de l'interpellé rata un battement. Automatiquement, la main sur le torse de sa victime remonta pour essuyer avec douceur cette unique larme qui roulait sur sa joue. L'instant passa et Alexey ramena de nouveau la main à son point d'origine tout en faisant pression de son autre bras sur ses épaules pour le forcer à marcher plus rapidement.

« Je... Non... Pas grand-chose... J'ai été longtemps à l'hôpital et... Harry c'est occupé de moi, tu sais c'est un médecin... »

Oui Alexey savait cela, aussi. Difficile d'oublier le prénom du type qui avait témoigné contre lui. Il était normal que Maddox apprécie le médecin le défendant de ceux qui lui ont causé du tort, et Alexey bouillonnait de rage à l'idée que cet homme ait pris soin de sa victime. Il aurait effectivement préféré que le pauvre malade dépérisse dans son traumatisme. Au moins serait-il resté sien. L'entourage de Maddox devait avoir tout mis en oeuvre pour qu'il ne pense plus à tous les malheur qu'il a vécu, pour qu'il aille de l'avant. C'était comme piétiner l'ouvrage dans laquelle Alexey avait déverser son âme. Maddox ne devait pas oublier, il n'avait pas le droit au bonheur ou à l'insouciance. Il était à lui. C'était même autrefois marqué sur sa chair, mais les médecins semblaient avoir tout mis en oeuvre pour le laver de toute marque témoignant de son ancienne appartenance.

« C'est lui qui m'a fait sortir de l'hôpital, même si j'avais peur... Cet appartement est plus grand et mes angoisses aussi, mais grâce à lui, j'ai commencé à avoir confiance. Puis il m'a laissé avec une autre psychologue ; j'n'voulais pas qu'il s'en aille parce que j'appréhendais sans lui... J'n'voulais pas de cette fille ; mais elle est spéciale pour moi... » 

Alexey avait l'impression de marcher à l'aveuglette tant la colère lui brouillait la vue. Le poing se serra sur son torse sans qu'il ne s'en rende compte et les mains de sa victime l'attrapèrent, comme s'il craignait un coup prochain. Et il avait bien raison de s'inquiéter. À force de trop s'épancher, il semait le vent pour bientôt récolter la tempête. Réservant le sujet de la nouvelle psychologue pour plus tard, Alex se décida enfin à reprendre la parole.

« Harry, hm ? Et où est-il maintenant ? », pointa t-il d'une voix si mesurée qu'il s'impressionna lui-même. C'était une question rhétorique dont la réponse lui importait bien peu. Il essayait juste de faire assimiler à sa victime le fait que celle-ci était dépourvue de réelle attache. En vérité, Alexey ignorait si c'était vraiment le cas mais l'important était que Maddox en ait au moins l'impression. « Où est-ce que tu m'emmènes ? », demanda t-il, de plus en plus inquiet.

« Juste là. »

Il bifurqua alors vers le bâtiment de droite et le fit gravir en sa compagnie les marches du petit immeuble vert d'eau, une couleur qui venait compléter la joyeuse palette de sa rue. Arrivée devant, il libéra le torse de Maddox, et composa le code d'entrée. Son autre main délaissa ses épaules pour descendre dans son dos, exerçant un appui pour l'empêcher de reculer. Le petit clic de la porte qui se déverrouille se fit entendre et le tyran la tira d'un coup sec avant de la bloquer avec son dos pour faire face à Maddox tout en la gardant grande ouverte.

« En fait, j'habite ici maintenant », dit-il avec un sourire en coin, en appuyant sur son dos pour le forcer à l'intérieur, le poussant presque. « Après toi !», ajouta t-il, narquois. Peu soucieux de terroriser davantage Maddox dont le courage était mis à mal depuis le début, il le fit avancer dans le petit corridor jusqu'à la porte d'en face. Les appartement étant grand, il n'y avait qu'une seule personne vivant à chaque étage, et fort heureusement, Alexey était au rez-de-chaussée. Contraindre Maddox à grimper plus de marches aurait été une manoeuvre dangereuse pour lui. Gardant la main dans son dos, il tourna la poignée de chez lui -il ne fermait quasiment jamais à clé- et ouvrit grand.

« C'est toujours mieux pour parler. Fais comme chez toi, d'accord ? », dit-il en tournant la tête vers sa pauvre victime avec un grand sourire avenant, bien que son regard était étrangement glacial. Il ne comptait certainement pas laisser le beau brun lui opposer résistance.
©flawless


Dernière édition par Alexey J. Eastwood le Sam 9 Nov - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyVen 8 Nov - 21:52

C'était de plus en plus angoissant à ses yeux ses mains posées sur le poing serré d'Alexey, comment pourrait-il ne pas avoir peur ? Tout chez son ancien thérapeute laissait supposer que la situation pouvait dégénérer d'un instant à l'autre. Il lui demandait où était Harry à présent, le beau brun avait décroché son regard pour regarder par terre comme il le faisait si souvent comme si c'était plus simple. « Je ne sais pas, il avait d'autres patients... Il disait qu'il ne pourrait plus m'aider, mais qu'elle le peut... » Il était particulièrement attristé, comme s'il avait ce sentiment d'abandon, mais c'était tout à fait le cas et ce sentiment était possible parce qu'il s'était attaché à ce vieil homme, il s'était habitué à sa présence, à ses manies et c'était à ses yeux comme ce meilleur ami qu'il n'avait jamais eu. Et le fait que celui-ci l'ai laissé de la sorte, il avait envie de fuir cette réalité qui s'imposait à lui, que ce n'était probablement pas réciproque, qu'il n'avait été pour Harry qu'un gagne pain. Mais comment lui en vouloir ? Lui, il était trop fragile et s'attachait trop vite, mais il y avait cette barrière professionnelle qui le faisait souffrir. L'inquiétude grandissait de plus en plus et il demandait à Alexey où est-ce qu'ils allaient et ils prirent un virage sur la droite, se cramponnant un peu plus au poing d'Alexey, une marche après l'autre, il sentait déjà son coeur palpiter plus fort dans son torse comme s'il était en direction des enfers. Arrivant face à une porte, alors qu'il fut soulagé d'une main de son bourreau, la seconde main se fit un peu plus oppressante, jetant de coup d'oeil craintif autour de lui, le dément sursautait légèrement au bruit de la porte qui s'ouvrit comme une cellule de prison. Posant ses yeux bleus sur Alexey. C'était chez lui, le fixant quelque longues secondes l'air anxieux à l'idée d'entrer chez cet homme, mais évidement il fut invité à entrer et puis qu'il résistait à cette pression dans le dos, poussé il finissait par franchir le seuil et se retrouver dans un couloir. Tremblant de plus belle, il finissait par se retrouver chez lui, le sourire de l'homme était insoutenable et bien qu'il tente de donner un peu de résistance, il était sa marionnette et ne savait se défendre. Paralysé par la peur, il se tenait là, dans le salon de celui qui avait fait de sa vie un enfer pendant des semaines et qui de toute évidence n'allait pas s'arrêter, c'était comme si tout avait été mis sur pause, lui laissant le temps de se rétablir avant de tout recommencer de plus bel...

Maddox ne répondait rien à son ravissant prédateur qui maitrisait pleinement la situation, que pouvait-il faire ? Et qu'allait-il lui arriver maintenant ? Soucieux de son avenir mais surtout du présent. Le voici chez cet homme, dans cet environnement qui lui était complètement inconnu, il n'y avait aucun repère et il ne savait plus quoi faire pour s'en sortir. A vrai dire, il ne l'avait jamais su. Lentement il avait relevé les yeux vers Alexey pour lui demander guidé par un semblant de courage cependant bien faible... « Qu'est-ce que tu veux Alexey... ? » Pourquoi est-ce qu'il ne le tabassait pas là ? Maintenant ? Pourquoi est-ce qu'il l'avait fait entrer chez lui comme on invite un ami boire l'apéritif ? Le dément à la logique décousue n'arrivait pas à comprendre où l'autre voulait en venir, quel était son but ? Depuis combien de temps l'observait-il ? Pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi pas demain, pourquoi pas hier ? Les questions se bousculaient de sa tête au point que Maddox devienne quelque peu blafard comme s'il frôlait le malaise face à une telle activité cérébrale, combiné à l'angoisse qui commençait à le faire quelque peu suer au niveau du front alors que ses mains glacées tremblaient de façon tout aussi caractéristique des crises d'angoisse chez l'homme. Tant de souvenir et pourtant, après tout ce qu'il avait traversé, il avait encore peur. On lui avait dit que c'était normal, qu'il faudrait du temps, mais il pensait bien qu'il lui faudrait toute une vie pour ne plus avoir peur....

Reculant instinctivement, il savait qu'il n'avait aucune issue de secours et que comme avant, il pourrait hurler autant qu'il le voudrait et personne ne viendrait jamais à son secours. Il devait faire face et c'était bien cela lui faisait peur. Affronter cet homme, ce passé, ce présent... Puis à force de reculer, son dos finissait par rencontrer un mur, il avait l'air d'une pauvre bête prit au piège. Mais il était une proie trop facile, ou presque... Il faudra toujours se la partager avec les voix et les esprits, chacun voulant un morceau de son âme, il était peut-être trop victime pour être pleinement la possession de quelqu'un. Mais Maddox n'était pas qu'un agneau innocent, ce serait trop facile, il était dissipé et difficilement canalisable, probablement ce qui peut paraitre particulièrement agaçant. Il avait le don d'agacer par ce coté enfantin parfois indiscipliné. Tout n'était pas noir ou blanc, mais il était vrai que le beau brun ne se rendait compte de rien et qu'on avait tendance à tout lui pardonner sous ce prétexte, mais pas Alexey... « Je n'ai plus rien à te dire Alexey... J't'en prix laisse moi partir, j'n'veux pas rester ici... Avec toi... Tu me fais peur, j'ai peur tous les jours à cause de toi... » Il palissait à vue d'oeil, baissant la tête il croisait ses bras devant son torse sur la défensive, il était assez insolant à son niveau, et bien souvent quand il disait ce qu'il pensait il ne se rendait pas vraiment compte de l'impact de ses mots. Trop d'émotions, trop de pensées... Il se sentait complètement perdu, comme si c'était trop brutal, comme si cela le faisait autant souffrir que les coups. Fuyant le magnifique regard de son bourreau, Maddox dans la perte de ses repère ne savait plus à quoi se rattacher « Je me sens pas bien... » Soufflait-il. Il ne se rendait pas compte de l'évolution qu'il avait franchie au travers de ces mots. Verbaliser son mal être à l'aide de Tamina l'avait aidé à se rendre compte de son état, à savoir quand il était bien ou non, à faire la différence entre la peur et l'angoisse... Grace à la jeune femme, il commençait à se comprendre, à connaitre sa maladie et il gagnait petit à petit de l'autonomie, mais face à cet homme il sentait que tout pouvait se détruire d'un instant à l'autre, comme si devant son regard glacé et son sourire narquois sur son visage parfait pouvait le replonger dans cet état de dépendance absolue de l'autre. Il sentait déjà l'effet de se « retour en arrière » parce qu'il se sentait incapable de mettre un mot sur son mal être.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyDim 10 Nov - 18:47

Alexey&Maddox❧ If you're looking for Jesus then get on your knees.
Il pouvait faire ce qu'il voulait de ce délicieux pantin. Le poing refermé sur sa poitrine, Alexey sentait les pulsions rapides du coeur de sa victime et il fit davantage pression dessus. La terreur du beau brun était si palpable que le tyran avait l'impression de la tenir dans sa main. Et quand Maddox admit ne pas vraiment savoir ce que son médecin devenait, le manipulateur avait dissimulé un fin sourire sournois. D'accord, il y avait toujours cette fille pour lui faire obstacle mais … : « Elle pourra t'aider jusqu'à ce qu'elle ait autre chose de plus important à faire, elle aussi » déclara t-il en lui jetant un regard faussement compatissant.

Le beau brun opposa alors une faible résistance en comprenant que leur destination n'était autre que la demeure de son bourreau, mais c'était vain. Il n'avait pas la force, ni même le courage pour vraiment se rebeller. Il était à sa merci et ses faibles mouvements pour échapper à sa prise était pour Alexey une véritable délectation. Voyant que Maddox ne mettrait pas les pieds dans son appartement de lui-même, il le poussa à l'intérieur et entra à son tour. Il referma la porte derrière eux en fouillant distraitement dans ses poches, qu'avait-il fait de ses clés ? Mettant finalement la main dessus, il ferma la porte de l'intérieur et abandonna délibérément les clés sur la serrure. Ainsi, il lui laissait seulement l'illusion d'une échappatoire. C'était plutôt cruel de sa part sachant que le dément ne pouvait pas réellement s'enfuir : Alexey l'aurait déjà rattrapé le temps qu'il déverrouille la porte. Dépassant sa victime qu'il laissa planter près de l'entrée, Alexey s'avança dans le petit salon cosy et se tourna vers lui en prenant un air faussement cordial : « Bienvenue », déclara t-il d'un ton moqueur en ouvrant légèrement les bras le ferait un hôte exemplaire.

Loin de partager sa bonne humeur, Maddox releva lentement le regard vers lui osa finalement demander: « Qu'est-ce que tu veux Alexey... ? ». C'était direct, ça ! Le tyran eut un léger rire tout en levant les yeux au ciel, comme si le beau brun venait de lui faire une blague amusante :  « Ce que je veux ? », rétorqua t-il. La réponse était simple. Un seul mot, en en fait. Toi. Mais le brun était déjà assez terrorisé comme ça pour enfoncer davantage le clou. « Je voudrais bien que tu te détendes, pour commencer », contourna Alexey avec un sourire narquois.

Maddox n'accéda pas à sa requête, et même avec toute la volonté du monde, il n'y parviendrait certainement pas. Son teint avait pris une tournure terriblement livide, rappelant le cadavre qu'Alexey avait fait de lui, il y a longtemps de cela. Il recula alors instinctivement, comme si ce geste lui permettrait d'échapper à son bourreau. Encore une vaine tentative... Quand comprendrait-il ? Alexey s'avança alors lentement vers lui avec un fin sourire, le forçant à reculer davantage jusqu'à ce que le dos de sa pauvre victime heurte le mur. Le tyran avait tenu à l'amener dans cette position, comme pour imprimer dans son esprit que, quoi qu'il fasse, il était piégé. Piégé par lui, avec lui. Mais le beau brun ne rendait pas si facilement les armes.

« Je n'ai plus rien à te dire Alexey... J't'en prix laisse moi partir, j'n'veux pas rester ici... Avec toi... Tu me fais peur, j'ai peur tous les jours à cause de toi... »

Maddox ramena ses mains tremblantes contre lui, croisant les bras sur son torse comme pour se protéger et le sourire d'Alexey s'agrandit furtivement. Les suppliques de l'homme étaient déjà un délice et, en plus de cela, il venait d'admettre avoir gardé le souvenir de lui jusqu'ici, un souvenir toujours aussi vif, suffisant pour le tenir effrayé tous les jours. Les actes d'Alexey n'avaient pas été vains, et s'il n'avait pas laissé de marque indélébile dans sa chair, au moins en avait-il laissé une dans sa mémoire. S'approchant davantage, il attrapa doucement la mâchoire de Maddox entre ses doigts et en profita pour poser l'index sur sa bouche pour l'inciter au silence, affichant un sourire d'une extraordinaire ambiguité. On aurait su dire s'il était amical ou carnassier. C'était un sourire qui reflétait le combat intérieur d'Alexey. Il était perdu entre deux envies instinctives, presque viscérales : celle de prendre Maddox dans ses bras pour essayer de le rassurer et celle de le frapper encore et encore jusqu'à ce qu'il ne puisse plus se relever et le supplie d'arrêter. C'était cette lutte entre ces deux extrêmes lui permettait de demeurer parfaitement imperturbable, mais pas seulement. Il y avait toujours cette crainte de retourner en prison et de perdre à nouveau Maddox. Et pour combien de temps, combien d'années cette fois? Toujours ? Il ne pourrait le supporter. Sa vie n'aurait plus de valeur. Prince y donnait un sens. Prince et sa folie...

« Calme-toi Maddox », ordonna t-il d'une voix douce.

Mais ce qu'il lui demandait était bien au-dessus des forces de sa victime. Le dément avait l'air aussi perdu qu'effrayé : « Je me sens pas bien... », souffla t-il contre le doigt d'Alexey qui consentit à le retirer, mais garda sa prise sur sa mâchoire. Le bourreau haussa un sourcil, jaugeant Maddox d'un air supérieur.

« C'est vraiment ça que tu veux ? Repartir et retourner vivre dans la peur ? Grand bien t'en fasse, mais pour le moment, tu restes avec moi. »

Alexey ne pourrait pas le garder éternellement de toute façon, d'autres personnes veillaient sur lui et une trop grande absence inquièterait ses tuteurs. Pour l'instant, il ne pouvait pas grand chose, juste lui voler un peu de temps. Le manipulateur se tut un instant, se contenant de plonger son regard dans celui de sa victime, fasciné par ce magnifique bleu, par la terreur qui s'y lisait, par l'impact qu'il pouvait avoir sur Maddox en posant simplement les yeux sur lui.

« Prince Maddox Seerlek », dit-il d'un ton qui raisonnait comme une annonce officielle. Il y avait une certaine condescendance dans ses paroles qui jurait atrocement avec le regard abattu qu'il lançait au beau brun lorsqu'il ajouta : « J'ai rarement vu quelqu'un d'aussi ingrat. Après tout ce que j'ai donné pour toi... ». Vrai qu'il avait beaucoup donné en la personne de Maddox, sans doute autant qu'il lui avait arraché.
©flawless


Je sais c'est bof, je relirai à mon retour :/


Dernière édition par Alexey J. Eastwood le Sam 16 Nov - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyMar 12 Nov - 20:02

Les mots qui sortaient des lèvres de cet homme semblaient comme un venin qui venait se rependre dans ses veines pour la paralyser un peu plus de peur à chaque battement de son coeur. Fixant Alexey de ses yeux bleus, il n'avait probablement pas tord. Qui était-il pour Tamina ? Juste un patient, c'était son travail de prendre soin de lui, mais elle ne s'était intéressée à lui que par sa maladie, par son besoin et non pas pour lui. Pour l'homme qu'il était. C'était une douce illusion que de croire qu'il comptait pour elle-même si lui, mourrait d'envie que ce soit le cas... Maddox avait baissé les yeux une fois de plus et si aucun son ne sortait de sa bouche, ses lèvres se remuaient lentement pour mimer un simple « je sais... ». Oui, elle aussi un jour s'en irait s'il n'y avait plus de raisons pour qu'elle reste. Tout comma Harry, parce qu'il n'y avait plus de fracture à soigner, il l'avait laissé là avec une inconnue. Le beau brun ne lui en voulait plus, il avait appris à connaitre Tamina et sentait que c'était quelqu'un de bien et c'était étrange parce qu'elle avait toujours cette façon de trouver les mots adéquates pour le calmer, pour le rassurer et parfois même pour le ramener à ce monde que les gens appellent « le réel ». Il pensait qu'elle avait une magie et qu'il était très souvent intimidé par ses beaux yeux, il fallait le dire, Tamina était une femme absolument magnifique et c'était toujours assez étrange comme sensation à ses cotés... Mais il n'eut pas le temps de penser davantage à sa jolie thérapeute, les mots qu'Alexey l'avaient blessé une fois de plus, mais il ne disait rien parce qu'il devait accepter n'est-ce pas ?

Maddox n'avait su se détendre comme l'avait demandé le sublime tyran, angoissant pas par pas en arrière avant d'être pris au piège. Il cherchait encore une posture de défense, mais il se sentait étouffé, comme si son corps n'était plus le sien, mais il était 'à lui'. Puis ses doigts solides s'enfermant autour de sa mâchoire dans la lenteur du vautour qui savoure sa proie, il tentait une vaine résistance avant de relever les yeux, d'abord sur son cou, ses lèvres où régnait un sourire que l'artiste ne saurait interpréter puis son nez avant d'arriver à son regard tant craint... Dans les yeux d'Alexey il trouvait une colère en profondeur mais en surface il y avait cette satisfaction malsaine. Ce doigt sur ses lèvres tièdes, il donnait un léger à coups rotatifs de l'épaule des plus faibles qui soit avant de recevoir l'ordre de se calmer, mais les larmes ne savaient obéir à cet homme et il avait soufflé son désespoir... Son regard terrifié était perdu dans celui d'Alexey, se laissant manipuler physiquement par celui-ci, se comportant comme un vulgaire jouet, 'son' jouet... Les questions qu'il lui posait venait lui torturer les entrailles, non ce n'était pas ce qu'il voulait... Et mine de rien, ce discourt fit son bout de chemin dans l'esprit de Maddox qui était des plus manipulables... Puis une accusation, serrant son poing au niveau de l'abdomen comme si ses intestins se nouaient sous ce sentiment de culpabilité qui faisait surface, accusé de faits qu'il n'avait pas commis. Alors il éclatait en sanglots, cherchant à se défaire de la prison qu'était la main de l'homme sur sa mâchoire en agitant la tête de coté mais il ne parvenait qu'à se faire mal et sans le vouloir donner naissance à un léger hématome au niveau du mandibule inférieur droit où était posé le pouce de l'ancien psychologue, Maddox fit taire ses larmes dans un exercice difficile de déglutition avant d'attraper de ses poings tremblants la chemise de l'homme comme plongé dans un grand désespoir. Mais alors que des mots s'apprêtaient à sortir de son adorable bouche, aucun son n'en sorti et lentement son regard azuré déviait sur la gauche comme si quelque chose venait de capter son attention au dessus de l'épaule de l'homme, il semblait écouter attentivement ; dans son monde à lui...

Puis brutalement, aussi vite qu'il avait été soustrait à l'importance d'Alexey, il plongeait son regard dans les yeux ténébreux de l'homme, renforçant sa poigne qui s'était relâché alors qu'il avait écouté les voix et leur discours insensé qui n'avait de logique que pour lui mais qui avaient toujours un fond de vérité et de sens caché. « Je ne veux plus avoir peur... Ils ont tous menti, il faut que tu les reprennes... Alexey... Quand est-ce que je vais arrêter d'avoir peur ? Qu'est-ce que je dois faire ? » Il aurait pu avoir l'air intrusif, mais dans sa détresse il était souvent en quête du contact de l'autre et le seul qui était là pour lui à cet instant et bien c'était l'homme qui causait justement sa détresse, il se sentait plongé dans un gouffre sans fin. Accroché à Alexey, cette incohérence était un phénomène plus qu'habituel chez le dément qui cherchait à tout prix un repère auquel s'accrocher pour se sentir moins perdu, la complexité de la pathologie de Maddox était assez déroutante si l'on n'était pas un fin connaisseur comme ce tyran, mais il semblait que l'autre aussi avait ses limites. « Je ne peux pas arrêter de pleurer, tu es toujours là... Dans ma tête... Pourquoi tu ne veux pas sortir ? Je... » Il ne savait plus organiser ses mots, ni même son corps qui agitait quelque peu par des mouvements approximatifs témoignant de sa désorganisation, quelle conduite devait-il tenir ? Il aurait voulu hurler, mais rien ne voulait sortir, épuisé de lutter, terrifié, anéanti... Il ne savait plus, il semblait incapable de se calmer et il s'épuisait. Lâchant Alexey en ouvrant ses doigts en les tendant autant que possible avant de taper du pied épuisé frappant le mur avec ses mains comme il le pouvait, dans ses yeux bleus brulait au milieu de la terreur une lueur de colère, d'injustice, de sentiment d'impuissance, de frustration... Celle d'être faible, d'être détruis, d'avoir si mal et de ne plus savoir vivre heureux dans cette insouciance que cet homme avait brisé...


(c'est tout nul oo)
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyDim 17 Nov - 22:53

Alexey&Maddox❧ If you're looking for Jesus then get on your knees.
Alexey le berçait de paroles venimeuses, un poison qui réussissait à s'insinuer en Maddox malgré lui. Il l'avait pris au piège tel le serpent s'enroulant autour de sa victime pour l'étouffer. Et le beau brun suffoquait réellement, incapable de se défendre. C'était comme s'il avait déjà abandonné son corps à son bourreau, mais pour ce dernier, ce n'était pas suffisant. Ça ne l'avait jamais été. Alexey voulait tout s'approprier, son esprit, ses pensées, même son âme. Mais il y avait toujours cette part de résistance en Maddox qui refusait à tout prix la reddition, qui ne demandait qu'à s'échapper et, quelque part, qui réussissait à le faire. Lorsque le tyran avait attrapé sa mâchoire, le dément avait lentement levé les yeux, osant affronter son regard pour tenter à nouveau de se débattre jusqu'à ce qu'Alexey l'incite au calme. Mais Maddox ne le pouvait pas, pas plus qu'il ne pouvait s'arrêter de pleurer. Ses larmes coulaient jusqu'aux doigts de son bourreau refermées sur son visage. Des larmes qui semblaient lui brûler la main si bien qu'il tressaillit, tenté de la retirer. Mais il n'en fit rien, se contentant de balancer des reproches qui ne pouvaient que blesser Maddox. Dès que la victime arrivait à l'atteindre d'une quelconque façon, l'homme enragé se sentait toujours obligé de riposter.

Et les mots d'Alexey eurent un impact sur lui plus vif qu'il ne l'aurait pensé. Le dément s'agita frénétiquement pour tenter d'échapper à sa prise... En vain. Comprenant qu'il n'obtiendrait aucun résultat, Maddox arrêta alors de se débattre et attrapa la chemise de son tyran, se raccrochant désespérément à lui comme il l'avait déjà fait tant de fois par le passé. Il n'avait jamais eu personne d'autre sur qui il pouvait réellement compter après tout. Du moins, c'est ce qu'Alexey pensait. Mais les mots qui auraient dû franchir la délicieuse bouche de sa victime ne vinrent pas, et Maddox tourna brusquement la tête, l'attention attirée par un point invisible située derrière Alexey. Le regard de ce dernier se voila de colère : il lui échappait encore !

« Maddox ! », siffla t-il dangereusement en donnant un léger à-coup de la main qui tenait sa mâchoire, frappant la tête du beau brun contre le mur sans y mettre une grande force, juste assez pour le réveiller.

Brusquement ramené à la réalité, l'homme reporta son attention sur lui, resserrant de nouveau ses mains sur sa chemise. Alexey lâcha alors sa mâchoire et emprisonna ses poignets tremblants dans ses mains. Le manipulateur ne serrait pas, ni ne cherchait à le défaire de lui, c'était juste un réflexe pour garder le contrôle sur Maddox qui plantait son regard apeuré dans le sien. La détresse qui s'y lisait était saisissante.

« Je ne veux plus avoir peur... Ils ont tous menti, il faut que tu les reprennes... Alexey... Quand est-ce que je vais arrêter d'avoir peur ? Qu'est-ce que je dois faire ? »

« Cesse de lutter, Prince. »

C'était une réponse aux interrogations de Maddox, mais également un ordre donné sur le ton de l'avertissement. En s'enlisant dans la folie, il prenait de grands risques, mettant les nerfs du psychologue à rude épreuve.

« Je ne peux pas arrêter de pleurer, tu es toujours là... Dans ma tête... »

« Arrête... », souffla le tyran, affecté par le désespoir de sa victime. La folie de l'homme et son discours décousu n'était pas loin de lui faire perdre le contrôle. Il aurait voulu l'arrêter... mais Maddox était devenu incontrôlable.

« Pourquoi tu ne veux pas sortir ? Je... ». Sa voix mourut dans sa gorge et il fut prit d'une terrible agitation.

Délaissant la chemise d'Alexey qui lâcha également ses poignets en ouvrant les doigts d'un air stupéfait, Maddox choisit de déverser sa colère contre le mur et cogna dessus de ses mains et de ses pieds. Il aurait pu tenter de s'en prendre à son bourreau mais même dans la détresse, même dans la colère, le beau brun était dépourvu de toute volonté de nuire.

« Arrête. ». C'était un dernier avertissement. Mais Maddox n'écouta pas. Et en perdant le contrôle sur sa victime, Alexey perdit également le contrôle de lui-même.

« Je t'ai dit d'arrêter ! », hurla t-il alors.

Son poing partit violemment, comme un coup de feu, et s'écrasa avec force sur le mur, à quelques centimètres de la tête de Maddox. Par un effort surhumain de volonté, Alexey avait réussi à dévier la trajectoire du coup, épargnant sa victime de justesse. Mais le bruit mat de l'impact et le craquement effroyable des cartilages ne fut pas suffisant pour apaiser sa rage. Loin de là. Attrapant sauvagement le cou de Maddox de son autre main, il le serra légèrement avant de le tirer hors du mur et le projeter brusquement derrière lui, au sol. Se tournant ensuite vers sa victime, il se figea un bref instant, le regard bestial, ne sachant quelle genre de force extraordinaire le dissuada d'envoyer son pied dans son visage en un geste à l'image des émotions violentes qu'il ressentait. Peut-être était-ce le peu de conscience qu'il lui restait encore qui l'en empêcha, malgré son cerveau et son sang en ébullition. Alexey avança alors rapidement vers lui, les dents serrées. Posant un genou au sol, il se pencha vers Maddox et attrapa les pans de sa veste pour relever son buste et le rapprocher de lui.

« Regarde moi », ordonna t-il sèchement, « Si tu ne veux plus avoir peur... il te faut abandonner ce monde dans lequel tu te réfugies. Tu as toujours accordé plus d'importance à ces voix qu'à la mienne, elles se tairaient si tu ne les écoutais pas... ».

Resserrant ses poings sur sa veste, il le rapprocha davantage, son regard s'adoucissant légèrement tandis qu'il cherchait celui dévasté du beau brun. Le blesser, le faire ployer et le briser était comme un remède pour Alexey. Sa colère s'apaisait déjà d'elle-même.

« Tu n'imagines pas le mal que tu nous aurais épargné si seulement tu t'étais donné la peine d'essayer. Mais tu t'en moques, n'est-ce pas, Maddox? Tu te moques de tout ce que j'ai sacrifié pour essayer de te sauver de ta folie ... », murmura t-il, affichant un air meurtri qui frôlait la sincérité. « Cesse de lutter », répéta t-il alors fermement en insistant sur chaque mot.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyVen 22 Nov - 19:58

Il entrait dans une phase dangereuse d'angoisse, il n'arrivait pas à cesser de lutter. Il entendait les mots sortir de la bouche de son délicieux tortionnaire, mais il n'arrivait plus à obéir, son corps ne répondait plus à rien si ce n'était cette angoisse qui le rongeait, cette détresse qui le bouffait peu à peu face à cet homme. Il lui disait d'arrêter, mais il n'y arrivait. Puis un cri venait le secouer de tout son être, un bruit sourd contre le mur, le dément sursautait bien qu'encore instable dans cette crise d'agitation qui le dépossédait de son corps. Puis il y avait cette main, toujours aussi puissante. Sur sa gorge, encore une fois. La peur dans les yeux, une vague de désespoir le pris violement laissant taire sa colère, une agitation moins brutal avant d'être jeté au sol comme un moins que rien, n'était pas ce qu'il avait toujours été pour cet homme après tout ? Il était là, allongé sur le sol, une main enroulée autour de sa gorge alors que ses poumons peinaient à se gonfler d'air. Les larmes noyant ses joues d'une tristesse silencieuse, les yeux mi-clos attendant paisiblement la suite de sa torture. Les pas s'approchaient, mais il n'eut pas de coup. Pas encore. Saisi brutalement, redressé, sa tête partait en arrière avant de se redresser alors que sa vision se troublait sa main ouverte semblait chercher un repère spatial mais elle n'était pas dans la bonne direction. Il recevait l'ordre de regarder et ses pupilles s'agitaient en réponse, il sentait à nouveau le poids des paroles d'Alexey et son coeur qui se serrait dans sa poitrine, comme prit dans un étau... Il n'arrivait pas à regarder cet homme même si sa vision se faisait plus correcte, c'était trop dur à présent... Mais il se sentait davantage attiré vers celui-ci et son regard ce perdait dans celui de son ancien thérapeute en libérant d'autres larmes à chaque parole dite, ce sentiment de culpabilité le rongeait parce qu'il ne savait plus vraiment ce qui était bien de faire ou non. Il n'avait pas le même discourt avec les autres, tout le monde disait que ce n'était pas de sa faute, tout le monde sauf lui. Et la voix d'Alexey faisait pencher dangereusement cette balance contrairement à ce que celui-ci semblait penser. Sa main venait s'agripper au poignet de l'homme alors qu'il essayait de trouver la force de répondre quelque chose... Cesser de lutter... Mais... Maddox ne faisait aucune distinction entre ce qui était réel ou non, c'était bien ça le problème des psychoses : cette incapacité à reconnaître ses troubles.

Frissonnant, il passait son second bras autour de l'épaule d'Alexey pour s'y agripper comme s'il avait peur qu'il le lâche brutalement, comme s'il craignait de tomber dans un gouffre profond s'il le lâchait... « Ils ne sont pas en colère comme toi... » Soufflait-il. Cette remarque pouvait sembler un reproche envers Alexey, mais c'était sans connaitre la suite de ce qu'il allait dire, mais les mots étaient difficiles à aligner. Il avait toujours été plus simple pour lui de s'exprimer par le dessin, les mots avaient toujours été trop compliqué pour lui. Repliant lentement une jambe pour tenter de se redresser doucement en ajoutant toujours aussi craintif « J'ai vraiment essayé Alexey, je voulais que tu m'aimes encore... » Sa voix s'étranglait et son regard se perdait dans le néant n'osant avouer qu'il pensait bien qu'en réalité il ne l'avait jamais apprécié, qu'il l'avait toujours détesté et que c'était bien pour cela qu'il lui avait fait autant de mal... Mais à présent c'était terminé, l'amitié avait péril au profit de la crainte. Le bouffant petit à petit, craignant cet homme chaque instant, à chaque approche... Tout avait été détruis à ses yeux et le positif était devenu invisible car seuls les coups laissaient des marques... La jambe du bellâtre venait passer sous ses fesses pour se pousser un peu, faisant basculer sa tête contre la clavicule de Eastwood, il n'arrivait pas à trouver de position de confort et ne savait plus quoi faire de ce corps sous l'emprise d'Alexey au point de rester dans cette posture peu agréable. « Tamina dit que je ne suis pas fou... Et... Et que ce n’est pas ma faute... Est-ce que c’est un mensonge ? » Et pourquoi est-ce qu’elle lui mentirait ? Il voulait qu’elle l’aime, s’il avait voulu l’affection d’Alexey par le passé, il avait transféré cette volonté sur sa nouvelle thérapeute même si les débuts avaient été particulièrement complexes parce qu’il ne s’était pas senti capable de faire de nouveau confiance à un psychologue. Mais il avait fini par le faire, il avait fini par croire qu’elle ne lui dirait que la vérité... Il était tellement influençable et sa relation avec Tamina étant naissante était des plus fragiles. Doucement il avait relevé le nez pour croiser le regard sombre d’Alexey, lentement il serrait ses doigts autour du poignet qui tenait sa veste, témoin de son épuisement post-crise et une difficulté de concordance entre ses processus de pensée et les réactions de son organisme. Une désorganisation flagrante dans les situations de stress pour le dément « Je savais que tu reviendrais pour moi... Ils disaient tous que c’était fini. Ça sera jamais fini, pas vrai ? » Non jamais, Maddox savait qu’il ne guérirait jamais, on avait tout essayé avec lui, ou presque. La sismothérapie étant resté sur le banc de touche parce qu’il était tombé sur de psychologue acharnés (un peu trop...). Mais personne ne lui avait demandé s’il voulait guérir ou non, on ne lui avait jamais demandé son avis, les gens prétendaient savoir ce qui était le mieux pour lui, Alexey en avait toujours été persuadé... Convaincue qu’il n’était qu’une chose malade ? A vrai dire, Maddox avait toujours eut du mal à interpréter ce que l’autre ressentait si ce n’était cette colère malsaine... Ses yeux se fermaient lentement de fatigue mais aussi de honte...

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyLun 25 Nov - 17:02

Alexey&Maddox❧ If you're looking for Jesus then get on your knees.
Quand Alexey avait redressé Maddox en l'attrapant par les pans de sa veste, la tête de celui-ci avait basculé vers l'arrière comme celle d'un pantin désarticulé. C'était bien ce qu'il était, entre ses mains. Son pantin. Et il pleurait de tristesse pour ne pas avoir su plaire à celui qui le manipulait, persuadé qu'il n'y avait plus rien à faire pour lui, presque désolé d'être fou. Il était vrai qu'Alexey avait tout essayé pour le sauver et qu'aucune thérapie n'avait marché sur lui, si bien qu'il avait fini par tout abandonner : études, méthodes, diplomatie, toute était partie en fumée pour laisser place à la violence la plus primaire. C'était comme cela désormais, avec Maddox, il avait atteint le point de non-retour. Lorsqu'il le frappait, lorsqu'il le laissait démuni et dans le désespoir le plus total, il y avait bien ces instants où il réussissait à arracher Maddox au monde qu'il semblait s'être crée. C'était bref, ça ne durait parfois même que quelques secondes quand le regard terrifié de Maddox projetait la lucidité d'une personne saine d'esprit, consciente de la vérité, de l'horreur de sa propre situation, consciente de la réalité qui l'entoure. Durant cet instant éphémère, Maddox était pleinement à Alexey... avant de lui échapper à nouveau, aussi rapidement qu'il était venu à son bourreau. Même s'il aboutissait toujours inévitablement à l'échec, c'était assez pour qu'Alexey espère un jour pouvoir le ramener définitivement à lui.

« Il ne sont pas en colère comme toi », souffla Maddox. Alexey resta figé sur place, focalisant successivement son attention sur un œil puis sur l'autre de sa victime comme s'il cherchait désespérément la lueur de raison dans son regard baigné de larmes. Mais il ne voyait rien, si ce n'est la même tristesse qu'autrefois. Ce fut ce qui ramena Alexey sur terre, le faisant aboutir à cette terrible réalisation : il était bon pour la prison. Il avait encore dépassé les bornes, le simple fait d'avoir approché Maddox lui avait été interdit et pourtant, il l'avait ramené chez lui pour le brutaliser, encore. Il ne pouvait même pas le garder avec lui trop longtemps sous peine d'attirer les soupçons. Il était condamné à lui laisser sa liberté et prendre le risque que Maddox aille porter des accusations contre lui, encore.

« J'ai vraiment essayé Alexey, je voulais que tu m'aimes encore », Le regard d'Alexey, qui s'était perdu un bref instant, fut ramené brusquement vers le visage de sa victime, comme s'il venait de recevoir une gifle. Il n'était pas trop tard, sans doute. Le beau dément avait toujours été si influençable, si manipulable... Alexey devait juste faire patte de velours. Maddox enroula un bras autour de ses épaules pour mieux se redresser, laissant tomber sa tête sur son épaule dans un geste las. Le manipulateur lâcha alors un pan de sa veste pour aller enrouler le bras autour de lui, posant la main dans son dos pour le caresser avec douceur, usant de gestes apaisant.

« Mais je t'ai toujours aimé, Prince ». Encore une fois, il utilisait son autre prénom, mais différemment cette fois, mobilisant toute la tendresse dont il était capable, cette tendresse qu'il y avait déjà eu entre eux. Il était ce diable qui trompait sa victimes par de belles paroles semblant si sincères et lui murmurait de doux mensonges criant de vérité. Aimait-il Maddox ? Alexey n'avait jamais pris le temps de s'arrêter sur cette pensée pour vraiment y réfléchir. Il voulait juste qu'il soit sien et les sentiments importaient peu face au désir de domination et de possession.

« Tamina dit que je ne suis pas fou... que ce n'est pas ma faute... est-ce que c'est un mensonge ? »

Maddox releva la tête pour le regarder et Alexey lui adressa un grand sourire affectueux, tirant presque sur le rictus moqueur : « Mon pauvre ami, tu as toujours été si naïf... », dit-il d'une voix doucereuse : « Tu penses qu'elle perdrait son temps avec toi si elle ne te pensait pas fou ? Tu es son patient, Maddox. Mais ne te tracasse plus avec cela pour l'instant. ».Anti-thérapeutique et nihiliste à souhait... le genre de discours qu'un psychologue ne devrait jamais tenir, mais il n'était plus psychologue, n'est-ce pas? Et puis, ce n'est pas comme s'il avait toujours respecté les conventions du métier. Le dément s'agrippa alors à son poignet qui tenait encore sa veste et le manipulateur lâche sa prise, allant poser sa main sur le visage de Maddox essuyant ses larmes de son pouce. Son autre main continuait les caresses sur son dos comme l'on réconforte un enfant. On leur ment toujours, aux enfants, quand on leur dit qu'ils n'auront pas mal avant de leur arracher une dent ou avant une piqûre. Il y a d'un côté ceux qui ne sont pas dupes, et de l'autre ceux qui acceptent de croire naïvement ce qu'on leur raconte. Maddox était un cas à part, il n'était pas seulement crédule. Ce n'est pas qu'il acceptait bêtement ce qu'on lui présente, c'est qu'il avait besoin d'accepter, il avait besoin de faire confiance, de croire, d'être rassuré... C'était peut-être l'une de ses plus grandes faiblesse, et Alexey avait toujours su l'exploiter au mieux.

« Je savais que tu reviendrais pour moi … Ils disaient tous que c'était fini. Ça ne sera jamais fini, pas vrai ? »

Alexey l'observait de haut, jaugeant son beau visage avec un fin sourire qui se voulait doux.

« Bien sûr que si, Prince, rien n'est éternel », murmura t-il, ne croyant qu'à moitié ce qu'il disait. Maddox lui appartenait et pour lui, c'était un fait que même la mort n'aurait su changé. « Mais n'oublie pas, c'est toi qui est revenu à moi », rappela t-il alors, mentionnant avec justesse le fait que c'était bien le beau brun qui s'était aventuré dans son quartier. Combien de temps aurait-il attendu avant d'oser franchir les limites si sa victime ne s'était pas elle-même jeté dans la gueule du loup ? Probablement trop longtemps.

«  Ne pleure plus, tu n'as pas à avoir peur. Tu sais bien, au fond, que je n'ai toujours voulu que ton bien ». Elle était incroyable, cette façon qu'avait Alexey de dire des choses purement vraies et extraordinairement fausses à la fois. « J'ai conscience d'avoir été trop dur et exigeant avec toi, mais tu verras, un jour, tu me pardonneras. Regarde, je n'éprouve pas de rancune envers toi, moi ». Il sous-entendait par là qu'il aurait dû, justement, éprouver de la rancune contre Maddox, mais c'était surtout une illusion dont il aimait se persuader. De toute façon, cela faisait un moment que la vérité avait cessé de réellement intéresser Alexey. C'était ce que Maddox percevait pour vrai qui l'importait, maintenant plus que jamais, d'ailleurs, vu qu'il devait déblayer le terrain pour être certain qu'au moment de partir, son adorable victime emporterait le souvenir de ce qu'il s'était passé ici sans jamais n'en parler à qui que ce soit.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyMer 27 Nov - 21:46

Alexey avait quelque peu relâché sa victime alors que celle-ci c'était davantage accroché à celui-ci, le beau brun sentait alors cette main solide glisser dans son dos. Il se laissait faire, c'était doux et étrange à la fois, mais il ne bronchait pas. De toute façon que pourrait-il faire ? Avait-il le choix ? Au moins, il n'avait pas mal et les caresses avaient ce coté envoutant et un tant soit peu agréable bien qu'il craignait toujours la violence de l'autre, il ne pouvait s'empêcher de faire endormir sa méfiance face à cette douceur. C'est alors qu'il lui disait son amour et évidement il le croyait, il prenait tout ce qu'on lui disait pour vérité et c'était bien pour cela qu'il était si faible et manipulable. Les yeux plongé dans ceux de l'homme, il semblait complètement perdu suite à cette révélation. Et la tristesse dans les yeux de Maddox s'expliquait par ses lèvres scellée incapable de répondre un « moi aussi », parce qu'il sentait qu'à ce jour il n'aimait plus cet homme... Et il se sentait tellement malheureux parce qu'il avait vraiment aimé Alexey par le passé et désormais... Il y avait un gouffre, celui de ses émotions... Il n'y avait que la peur et l'amour s'était asphyxié dans celle ci. Le dément reprit alors la parole, parlant à nouveau de Tamina, celle qu’il aimait à présent... Le sourire d’Alexey promettait une réponse douloureuse et cela ne manquait pas. Les mots qui sortaient de sa bouche lui brisaient le cœur une fois de plus. Pinçant les lèvres, mais les larmes ne purent s’empêcher de couler le long de son visage que l’homme venait effacer avec une douceur qui s’opposait à la violence précédente. Il l’aimait lui, il croyait ce qu’elle lui disait. Pourquoi est-ce qu’elle mentirait ? Il se sentait perdu, mais il ne pouvait s’empêcher de croire ce que disait son ancien psychologue parce que ce qu’il disait était en réalité cette vérité qu’il redoutait. Alors il se laissait cajoler par cet homme, il n’y avait rien d’autre à faire après tout n’est-ce pas ? Et puis, il en avait besoin au fond de lui, besoin de cette source de chaleur humaine, de cette sensation de pouvoir compter sur quelqu’un.

Est-ce que cet enfer cessera un jour ? L'homme prétendait que oui et c'était cette lueur d'espoir dont il avait besoin, c'est alors que celui-ci lui fit remarqué que c'était lui qui était venu à Alexey et non l'inverse. Un léger plissement de sourcils témoignait de sa réflexion à ce sujet. N'était-ce pas Alexey qui l'avait poursuivi dans cette rue ? Ceci dit, c'était bel et bien lui qui y avait été... Il ne savait plus, il se sentait de plus en plus perdu dans cette situation. Des mots réconfortants et Maddox tombait bien sur dans le panneau, comme toujours... Parce que dans le fond il préférait croire qu'Alexey ne lui ferait plus de mal... Aucune rancune ? Le beau brun le fixait quelque seconde avant de souffler « Je voudrais juste oublier... » Il avait juste peur, mais le coeur de Maddox semblait incapable d'exprimer de la haine contre qui que ce soit, il semblait capable de tout pardonner... Il y avait trop peu de personne dans sa vie pour qu'il puisse les haïr... Il ne lui en voulait pas, il avait juste horriblement peur, la crainte que cette histoire se répète malgré les promesses. Lentement sa tête venait se poser contre le torse solide de cet homme, fermant ses yeux bleus l'air épuisé... « J'avais tellement mal... J'voulais arrêter de pleurer, je ne savais pas ce qui allait arriver. Je ne savais même pas si on allait m'écouter. J'voulais que plus personne me touche, mais ils n'ont pas arrêté à l'hôpital. Pourquoi les gens disent qu'ils savent mieux que moi ce qu'il me faut ? » Soufflait-il submergé par les souvenirs du temps passé auprès de cet homme qui s'était toujours voulu pourtant si bienveillant... C'est alors qu'elle revenait, cette voix qui murmure. Lentement il avait ouvert les yeux et ses pupilles se dirigeaient vers ce point que l'on pouvait qualifier de neverland.

Doucement sa main remontait le long de celle d'Alexey posée sur sa joue pour glisser doucement la main de cet homme vers son oreille, mais rien ne fut efficace et les voix persévéraient et eurent inévitablement une influence sur lui... Relevant ses beaux yeux vers Alexey il lui demandait assez intimidé une fois de plus, inquiet mais étrangement rassuré. « Je peux rester dormir un peu Alexey ? Je suis fatigué... » Il n'y avait qu'un pauvre fou pour demander à rester dormir chez son ravisseur, la preuve que celui-ci avait réussit une fois de plus à le manipuler comme personne. Il avait dit ces mots en remuant quelque peu à la recherche de quelque chose dans la poche de son manteau dont il ouvrait le premier bouton l'air de suffoquer sans parvenir à détacher les autres et d'abandonner. Il sortait de sa poche son téléphone portable ; une nouveauté en soit car jamais il n'avait eu ce genre de gadget à l'époque ou Alexey c'était occupé de lui et beaucoup moins de télévision qu'à l'heure actuelle, il avait toujours dit que c'était néfaste pour lui de regarder un écran et dans le fond il n'avait pas tord. « Il faut que je prévienne Tamina... Elle ne sait pas que je suis sorti. Je vais lui dire de ne pas s'inquiéter et que je suis avec toi... » Expliquait-il en cherchant les lettres sur son clavier pour composer le SMS. Il n'avait conscience de rien, il ne comprenait pas que le second risquait nouveau la prison s'il parlait. Pour Maddox la prison était terminée, bien sur ce n'était pas lui qui y avait été, mais il avait eut son lot de peine de son coté aussi et lui, avait toujours mal... Il ne se rendait pas compte qu'il venait de mettre les deux pieds dans le plat, une fois de plus. C'était innocemment qu'il commençait à écrire en reposant sa tête contre l'homme car il se sentait vide de toutes ses forces...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyDim 1 Déc - 23:45

Alexey&Maddox❧ If you're looking for Jesus then get on your knees.
Le dément était redevenu parfaitement docile sous le toucher de son bourreau qui l'enlaçait en proférant de douces paroles chargés de tromperies. Et Maddox ne réagissait pas. Impuissant, détruit, il écoutait les paroles rassurantes qu'il n'avait toujours demandé qu'à entendre. Le manipulateur drainait sa peine, sa peur, ses doutes, pour le laisser dans l'apathie la plus totale. Il le privait de son libre-arbitre, de sa volonté, de ses propres pensées... de tout. À cet instant, il pouvait lui dire que la couleur du ciel était rouge et Maddox accepterait de le croire en songeant que c'était sa vision et non Alexey qui le trompait. Les mensonges de l'un devenaient la vérité de l'autre. Les beaux yeux de Maddox le fixait avec tristesse, dépourvu de colère, dépourvu de rancune. Il avait déjà pardonné bien sûr, il n'arrivait même pas à lui en vouloir malgré tout.

« Je voudrais juste oublier », souffla t-il avec peine.

« L'oubli n'est pas la solution. Il faut apprendre à vivre avec son passé. Tu y arriveras Prince, je t'y aiderai », répondit Alexey avec tendresse.

Encore un mensonge qu'il imposait à Maddox. L'oubli était peut-être le plus grand ennemi d'Alexey, tout simplement. C'est en entretenant le souvenir qu'il conservait son emprise sur sa victime. Le brun ferma les yeux et avança son visage angélique pour l'enfouir contre le torse de son bourreau qui posa une main sur sa nuque. Et alors que Maddox ne pouvait le voir, un sourire cruel et calculateur se profilait déjà sur les lèvres d'Alexey. La légère crainte de se voir arrêté et que Maddox lui soit arraché disparaissait progressivement pour laisser place à une satisfaction malsaine.

« J'avais tellement mal... J'voulais arrêter de pleurer, je ne savais pas ce qui allait arriver. Je ne savais même pas si on allait m'écouter. J'voulais que plus personne me touche, mais ils n'ont pas arrêté à l'hôpital. Pourquoi les gens disent qu'ils savent mieux que moi ce qu'il me faut ? » 

« Parce que tu sais ce qu'il te faut, toi ? », demanda Alexey avec une franche curiosité.

Il était tellement habitué à faire ce qu'il voulait de lui et à le manipuler avec la plus grande aisance du monde qu'il en avait presque oublié que son adorable victime était pourvue d'une liberté de penser. Du moins, un semblant de liberté, puisque l'entourage de Maddox avait toujours exercé sur lui une grande influence, bien que l'emprise d'Alexey était sans doute de loin la plus puissante. Puis Maddox tourna la tête, éloignant son visage du torse de son bourreau pour regarder un point sur le côté.  Dès qu'il s'écarta un peu, le visage d'Alexey se vida automatiquement de toute perfidie pour reprendre sa neutralité initiale et son regard doux. Sa main essuya les larmes de Maddox avec patience et tendresse et celui-ci attrapa la main pour la guider vers son oreille, comme s'il venait d'entendre quelque chose qu'il voulait faire taire. Alexey eut un sourire franc devant ce geste. Voilà qui était mieux.

« Je peux rester dormir un peu Alexey ? Je suis fatigué...»

Si Alexey n'avait pas un minimum de maitrise de lui-même, il aurait certainement éclaté de rire à cet instant. Oh Prince … Ravi de te retrouver. Il croyait tout, tout ce que le manipulateur lui disait. Il plaçait même suffisamment de confiance en lui pour accepter de rester par lui-même. En le regardant bien, le psychologue se rendit compte que le beau brun était bel et bien épuisé. C'était comme si Alexey avait réussi à s'installer à l'intérieur de lui pour le détruire à petit feu.

« Quelle question Maddox, bien sûr que tu le peux … », dit-il tandis que son adorable victime se débattait avec sa veste pour en sortir son portable. Cela faisait étrange de le voir avec cet objet, Le psychologue le lui en avait toujours privé, plaidant vouloir son bien même si, dans les faits, il voulait surtout lui éviter tout contact avec l’extérieur.

« Il faut que je prévienne Tamina... Elle ne sait pas que je suis sorti. Je vais lui dire de ne pas s'inquiéter et que je suis avec toi... »

L'ombre de la colère traversa le regard d'Alexey. Il serait bête, alors qu'il frôlait du bout des doigts ce à quoi il aspirait, que Maddox vienne tout foutre en l'air sans même le faire exprès. Ravalant tant bien que mal son envie de lui cogner dessus, il répondit tout en lui prenant le portable des mains :

« Tu ne dois pas lui dire ça. Ni à elle, ni à personne. Je ne peux plus faire parler de moi de quelconque façon… », dit-il de manière évasive, « Je m'en occupe, si tu n'y vois pas d'inconvénient. »

De toute façon, que Maddox y voyait un inconvénient ou pas, cela ne changeait strictement rien : Alexey s'occupa lui-même d'écrire le message, omettant la précision qui aurait pu le couler. La candeur de son ancien patient atteignait un extrême presque exaspérant. Une fois le message envoyé, il rangea lui-même le portable dans la poche de Maddox, lui adressant un sourire affectueux avant de déposer sur son front un baiser, bref, doux et éphémère. Un geste d'une bienveillance qu'Alexey ne possédait pas.

La main toujours dans son dos, il posa l'autre sur sa taille pour l'aider à se relever, le soulevant avec aisance. Maddox avait beau avoir repris un peu de poids, Alexey ne put s'empêcher de remarquer qu'il demeurait très léger. C''était un fait qu'il n'avait même pas réalisé dans son accès de colère, alors qu'il avait jeté le dément au sol. Une fois debout, il resta immobile pour adresser un léger sourire encourageant à sa victime, puis tourna la tête sur le côté comme pour l'avertir de la direction dans laquelle il allait l'amener. Même si Maddox aurait sans doute pu trouver le chemin tout seul, Alexey aimait bien manipuler lui-même ses mouvements : il attrapa son épaule pour le tourner vers le petit couloir et appuya une main dans son dos pour l'inciter à avancer tandis qu'il se tenait un peu en retrait. Il le guida dans le couloir et ouvrit la porte sur sa gauche, menant à l'unique chambre de l'appartement. Mais quand bien même en aurait-il eu plusieurs, le psychologue l'aurait tout de même conduit dans celle-ci. Les tons y étaient chauds et le lit double avait une douce couleur beige.

« Je t'en prie, mets-toi à l'aise »
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyMar 3 Déc - 23:25

Douces paroles, doux mensonges. C'était comme une caresse après un coup, un baiser sur une blessure. C'était tellement réconfortant, comment pourrait-il se plaindre de cette tendresse ? Il était bien dans le fond malgré la peur, à cet instant, il n'avait pas mal et il entendait ce qu'il voulait entendre... Bien sur, Maddox aurait préféré à être à des kilomètres d'ici, être auprès de Tamina ou de Nitzan, des visages rassurants auprès desquels il se sentirait en sécurité. Mais plus Alexey parlait, plus il lui ôtait sa capacité à raisonner, il le croyait aveuglement et c'était dans le fond parce que c'était ce qu'il préférait croire. C'était tellement plus simple... Que se passerait-il quand il sera relâché, quand il quittera le cocon des bras de son ancien thérapeute ? Quand il repensera à cette violence, à cette façon dont il avait été conduit chez cet homme, cette façon d'être jeté à terre... Pour l'heure, l'instant présent prenait toute sa place et il ne prenait que ce qu'on lui donnait à ce moment donné. Alexey le savait, il le connaissait par coeur. C'était ce qui était effrayant, Maddox savait qu'il ne gagnerait jamais contre lui. Que ce soit physiquement ou mentalement, il lui était soumis, mais ce n'était jamais assez pour le second. Il voulait toujours plus et le dément en savait plus quoi donner, il ne savait plus quoi faire, il ne l'avait jamais su. Il aurait voulu oublier, mais ce n'était pas possible. Il voulait vraiment l'aider ? Le beau brun ne voulait que le croire. Il était si naïf et croire l'autre avait toujours ce coté rassurant alors qu'il allait bel et bien dans l'inconnu. La question d'Alexey eut l'effet d'une bombe, que lui fallait-il vraiment ? Être libre non ? Libre d'être ce qu'il est ? Pourquoi serait-ce trop demander ? Le bonheur, l'amour... Il était tellement utopiste n'est-ce pas ? Cette question le laissait sans réponse et ce fut à cet instant que la voix se manifestait de nouveau pour lui susurrer des choses terrifiantes sur la question. Il cherchait à fuir, mais la fatigue le gagnait et les mots qui sortaient de sa bouche semblaient ne pas appartenir à sa pensée, pourtant il voulait bel et bien dormir. Chez Alexey ? Peut-être pas spécifiquement en toute sincérité, mais où pourrait-il aller dans cet état ? Naturellement le démon acceptait la demande de sa proie, c'était tellement inespéré n'est-ce pas ? Maddox avait toujours eu cette facilité à se jeter dans la gueule du loup, à sauter la tête la première et souvent il ne restait de lui que des miettes...

Sa pensée fut alors pour Tamina et il écrivait assez maladroitement avant de se voir subtiliser son téléphone portable. Il était resté les doigts figés dans leur position, l'air de ne pas comprendre ce qu'il venait de se passer. Il ne comprenait pas ce que disait Alexey et il posait innocemment cette simple question « Pourquoi ? Je ne veux pas lui mentir... » Il ne voulait pas qu'elle soit attristée comme le jour où il avait avoué qu'il s'en allait dans son dos, il ne voulait tout simplement pas lui déplaire parce qu'il voulait qu'elle l'aime autant qu'il était capable de le faire. Il laissait cet homme envoyer un message à sa tutrice, craignant qu'il ne regarde les petits messages qu'ils s'envoyaient parfois. C'était devenu quelque chose de personnel qu'il ne voulait partager avec personne d'autre que Tamina. Mais Prince n'osait le dire et une fois de plus ses lèvres demeuraient scellées. L'objet lui fut rendu et un baiser fut donné, parcourant le bellâtre d'une étrange sensation de confort qu'il n'avait pas ressenti depuis qu'il était en présence d'Alexey. Se laissant manipuler sans la moindre résistance, il se relevait tant bien que mal, le regard perdu dans le vide avant de s'accrocher au regard de l'ancien psychologue avant de regarder de nouveau autour de lui puis cette direction imposée. Il n'eut pas le temps d'emboiter le pas par sa propre volonté que ses pieds se dirigeaient déjà vers ce couloir. Leger moment d'anxiété avant d'arriver devant une chambre chaleureuse qui apaisait notre homme dont les yeux semblaient analyser les moindres recoins.

« D'accord... » Sous l'indication d'Alexey, il avançait lentement vers la chaise à coté de la fenêtre pour retirer son manteau avec cette lenteur pouvant s'avérer agaçante, mais qui témoignait d'une pudeur nouvelle entre eux. Une fois débarrassé, il jetait un coup d'oeil vers Alexey l'air de chercher la confirmation de « se mettre à l'aise » soit, pour dormir évidement. Naïvement il ôtait son haut pour dévoiler son torse à ce cher bourreau, un corps qu'il ne lui avait plus dévoilé... Et doucement, il se sentait submergé par l'émotion de la dernière fois où le second avait pu le voir et dans quel état... Lentement, il se tournait vers celui-ci ; les yeux brillants de larmes d'un passé avec lequel il ne savait pas vivre. Passant doucement sa main sur ses cotes quelque peu visible de ce torse étroit, comme si la douleur était encore là même s'il paraissait sain. Lentement il se dirigeait vers le lit pour s'y asseoir sans un bruit, se baissant pour se débarrasser de ses chaussures et de ses chaussettes ; il n'avait jamais su dormir avec quoi celles-ci ; il avait relevé les yeux vers Alexey qui ne semblait pas le quitter d'une seconde des yeux. Maddox n'avait jamais été aussi pudique, voir parfois complètement libéré, du moins pas depuis que son corps eut connu de tels affronts. Un tel point que cette fois, il n'arrivait pas à trouver le courage de se mettre en sous vêtement. Le jeans n'était pas vraiment ce qu'il y avait de plus confortable pour dormir, surtout que Maddox avait cette tendance à monter en température dans son sommeil, mais c'était comme un blocage à cet instant au point d'oser demander « Est-ce que tu peux fermer les rideaux ? » Ou autrement dit : être dans l'obscurité. Ses yeux semblaient se fermer tout seul et il sentait que cela allait être compliqué pour lui de luter davantage, se laissant tomber dans un bruit des draps qui se froissent, les yeux encore ouverts en fixant un point devant lui alors que son corps entier appréciait le confort du lit qui tranchait avec celui du sol. Il gardait son pantalon bien qu'il avait ouvert la boucle de sa ceinture pour être plus à son aise, le visage fermé par cette sensation nouvelle de pudeur... Un profond mal être naissait en lui quand les yeux d'Alexey se posaient sur ce corps qu'il avait malmené, son corps... Cette voix qui ne cessait de lui dire de s'enfuir, était-ce sa conscience ou sa folie ? Il ne savait plus, il voulait juste dormir... Lentement il s'était recroquevillé dans cette spasticité qui le caractérisait dans les moments de stress qui l'empêchait de se détendre et de déjà sombrer dans le sommeil « Il ne faut pas faire de bruit... Shht... Ne dis pas ça.... S'il te plait... Alexey ne va pas etre content. » Soufflait-il a l'adresse de ce point invisible qu'il fixait les yeux grands ouverts, les voix diminuaient avec sa fatigue et c'était toujours dans ces moments là que l'endormissement était une source d'inquiétude, cette solitude qui le rongeait depuis toujours.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyDim 22 Déc - 19:42

Alexey&Maddox❧ If you're looking for Jesus then get on your knees.
Tout ce qui rattachait Maddox au monde extérieur était un danger potentiel pour son ancien psychologue. C'est dans le désarroi et la solitude que sa victime s'abandonnait complètement à lui, or dès que Maddox avait mentionné Tamina, c'était comme s'il émergerait d'un doux sommeil et reprenait peu à peu conscience de ce qui l'entourait. Il ne réalisait malheureusement pas l'étendu que pouvaient avoir ses actes et Alexey avait pris les devants en lui subtilisant le portable des mains, empêchant la gaffe qui lui aurait valu un aller simple pour la prison. Dès que le manipulateur avait l'impression d'avoir une emprise totale sur son ancien patient, ce dernier trouvait toujours une parade pour prouver le contraire. Le pire étant qu'il ne le faisait même pas exprès, et c'était sans doute ce qui énervait le plus son tortionnaire dont l'équilibre mental avait déjà suffisamment été mis à mal par la folie de son patient. Celui-ci émit une vague protestation quand Alexey lui intima de ne rien révéler :

« Pourquoi ? Je ne veux pas lui mentir… »

« Tu n'auras pas à le faire si tu ne dis rien Prince », répondit-il d'un ton doucereux.

Dès qu'Alexey fit entrer Maddox dans sa chambre, le beau brun jeta des coups d'oeil de tous les côtés pour se familiariser avec l'endroit. Il était d'une dualité incompréhensible pour son bourreau. D'un côté, dès qu'on lui fournissait une cage peu doré, dès que la sécurité semblait de mise, Maddox pouvait s'y complaire mais de l'autre, sa tendance à toujours fuir -que ce soit hors du monde réel ou de l'endroit dans lequel on le plaçait- attestait d'une volonté de liberté. Une volonté qu'Alexey ne serait jamais en mesure de satisfaire. Son naturel possessif et égoïste s'était développé avec le dément sans qu'il ne sache réellement pourquoi. Sans doute parce que son but n'était jamais pleinement satisfait. Il avait cru au départ que la guérison de Maddox serait sa libération, mais dans son échec constant, c'était comme si ses objectifs avait progressivement pris une direction toute autre.

Maddox s'avança vers le siège près de la fenêtre et retira lentement son manteau, avec méfiance. Il se tourna ensuite vers le tyran comme pour rechercher son approbation, démontrant une pudeur dont Alexey ne lui tint pas rigueur. Le manipulateur devait faire preuve d'indulgence et d'une bonté hypocrite pour mettre à bien ses projets. Il était encore loin du compte s'il voulait gagner la confiance de son ex-patient mais le fait que celui-ci réclame à dormir chez son bourreau était encourageant. Le psychologue lui adressa seulement un sourire engageant et le beau brun retira alors son haut. Le regard d'Alexey s'égara sur son torse d'albâtre et il constata avec soulagement que la peau ne lui collait plus aux os, qu'il avait repris une belle forme. Il était beau, tout simplement. Quand le psychologue releva les yeux, il tomba sur le regard meurtri de sa victime qui posa les mains sur ses propres côtes, le visage portant les marques d'une souffrance qui n'existait pourtant que dans sa mémoire. Alexey s'approcha de lui et attrapa doucement les poignets pour les éloigner de son corps, secouant légèrement la tête en signe de négation.

« Cesse de te tourmenter et va t'allonger », murmura t-il, se voulant rassurant. Il lâcha ses poignets et posa la main sur son dos avec douceur, sans le brusquer, et le laissa aller s'installer.

Immobile, il suivit Maddox des yeux en silence, scrutant les lignes de son dos tandis qu'il se mouvait avec lenteur. L'image des omoplates pointus et violacés de sa victime maltraitée lui revint en mémoire et il ferma un bref instant les yeux, pinçant les lèvres de dégout. En les rouvrant, il essaya de se concentrer sur le corps actuel de Maddox redevenu harmonieux. Le dément s'installa sur le lit, retirant ensuite ses chaussures et chaussettes avec des gestes précautionneux, et Alexey eut un sourire vague en l'observant faire. Quand lui-même était trop fatigué, il ne se donnait même pas la peine de le faire et dormait sur la couvertures avec ses godasses, arrachant tout le lendemain pour aller déposer les draps à la laverie du quartier, plutôt que de s'en occuper lui-même. Soudainement gêné, Maddox leva la tête et demanda timidement :

« Peux-tu fermer les rideaux ? »

Le psychologue comprit que le jeune homme n'était pas prêt à s'exposer comme autrefois. Les barrières que Maddox plaçait ne dérangeaient pas Alexey pour le moment, puisqu'il prévoyait de les détruire à l'usure. Il se déplaça donc vers la fenêtre en s'abstenant de tout commentaire et tira les rideaux d'un coup sec avant de revenir près du lit. Il enleva ses propres chaussures en usant habilement de ses pieds puis retira sa veste qu'il lança sur le siège en se rapprochant du lit.

« Je reste un peu avec toi », dit-il sans préavis.

Maddox s'était déjà allongé, gardant les yeux ouverts, et Alexey alla s'asseoir à côté de lui, s'adossant à la tête de lit et étendant les pieds devant lui. Il ne pouvait pas faire grand chose, si ce n'est attendre patiemment, vu que l'obscurité l'empêchait de lire et qu'il était hors de question de laisser Maddox sans surveillance. Il tourna la tête, les sourcils légèrement froncés en constatant que sa victime était loin de trouver le sommeil. Il semblait préoccupé, absent, sans doute encore en proie à des hallucinations.

« Il ne faut pas faire de bruit... Shht... Ne dis pas ça.... S'il te plait... Alexey ne va pas etre content. »

Alexey sentait déjà la colère monter en lui et il se fit violence pour la ravaler. Le moindre geste de travers lui couterait cher. Voyant Maddox s'agiter, il endossa à nouveau le masque de l'homme prévenant et posa une main sur son front comme s'il s'agissait d'un enfant qui aurait de la fièvre.

« Calme-toi, ce n'est pas grave Maddox. Tu entends ? »

Sa main glissa doucement sur sa joue puis alla se poser sur son épaule nue, exerçant une légère pression dessus. Alexey se pencha ensuite un peu de son côté, comme pour l'inciter à se détourner des voix et se focaliser sur lui.

« Il ne t'arrivera rien avec moi, n'aie plus peur. »

Il lui était étrange de dire la vérité. Pour l'heure, il ne pouvait effectivement rien arriver à Maddox. Le psychologue était comme le serpent qui analyse les moindres mouvements de sa victime pendant plusieurs jours, tapi dans l'ombre, avant d'aller l'étouffer avec lenteur. C'était un processus long et éprouvant pour Alexey, qui n'avait pas d'autres choix que de refréner ses pulsions violentes pour manipuler habilement sa douce victime.

« Ferme les yeux et fais le vide. Tu ne pourras jamais à dormir autrement. »
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyMar 24 Déc - 15:55

Ne rien dire de façon volontaire, n'était-ce pas là une façon de mentir ? Mais la principale motivation de Maddox à garder le secret était tout simplement la peur des représailles s'il parlait. Il n'arrivait pas à avoir confiance en Alexey et même s'il se laissait faire par celui si parce que c'était plus simple d'être ainsi gouverné plutôt que de céder à la panique, il avait besoin de cela. Aussi il venait s'approcher de la chaise pour se déshabiller, cherchant toujours l'approbation de son tyran dans ses gestes avant de se perdre dans ses tourments du passé. Malgré son physique bien galbé il semblait tout simplement hanté par ce que son ancien thérapeute en avait fait par le passé. Homme qui s'approchait de lui sans qu'il ne parvienne à sortir de sa torpeur et il se laissait prendre par les poignets bien que ses muscles des avants bras se crispaient par reflexes au contact de la peau de cet homme avant de relever ses yeux bleus vers celui-ci pour se noyer dans le regard obscur et envoutant d'Alexey en se laissant faire quand il lui murmurera des mots si rassurants qu'il ne savait faire nulle autre chose que le croire naïvement. En se tournant, il avait senti la main sur son dos nu et son corps fut parcouru d'un frisson entre peur et dégout. Son corps rejetait l'homme qui l'avait détruit, il fuyait son contact peau à peau comme s'il se souvenait encore de cette main et de ce qu'elle lui avait fait, comme si les hématomes avaient disparu de la surface de sa peau mais pas en son coeur, une marque invisible qui faisait d'autant plus de mal. Le poids du regard d'Alexey sur sa cambrure semblait faire perler le sang sur sa peau, pourquoi était-ce si douloureux ? Est-ce que ce serait toujours ainsi désormais ? Lui qui avait tant de mal à assumer son corps à présent, à se trouver gracieux et désirable...

Les rideaux clos, le dément se sentait déjà un peu plus à son aise et il s'allongeait lentement dans le lit avant d'entendre Alexey approcher en décidant de venir s'installer à ses cotés alors que la voix se remit à lui parler et l'inquiétude gagnait Maddox qui naïf pensait encore que peut-être quelqu'un d'autre pourrait entendre cette voix. La main de son sublime tyran se posait sur son front le fit de nouveau frissonner avant de s'en accoutumer alors que les mots qui sortaient de ses lèvres étaient tout à fait ceux qu'il voulait entendre. Prince se laissait faire sans lutter alors qu'il lui disait de ne pas avoir peur, lentement sa main s'approchait et s'agrippait à l'avant bras de cette main qui appuyait sur son épaule tandis que son regard se décrochait enfin du point zéro pour regarder Alexey dont les traits étaient à peine visibles dans cette obscurité. « Plus peur... » Répétait-il avant de fermer les yeux, de lâcher sa prise et d'essayer de faire le vide. « T'as l'air tellement différent... » Mais il avait vu l'ancien Alexey quand celui-ci avait frappé le mur puis l'avait jeté au sol, cette image le hantait et il ne saurait oublier qu'il était bien plus fort que lui et qu'il pouvait lui faire bien du mal, oui il continuera à le craindre quoi qu'il arrive... Car finalement ce n'était qu'un air... Malgré son épuisement, la phase d'endormissement se fit difficile. Sursautant lorsqu'il commençait à se laisser partir comme s'il avait peur de céder à son sommeil quand enfin il s'endormait.

Le beau brun passait un sommeil assez tourmenté, si d'abord il semblait un ange dans son sommeil profond et réparateur, le sommeil paradoxal le fit changer de nombreuses fois de positions. Froissant les couvertures sur lesquelles il était posé, la peau brulante avant de regagner son calme et d'ouvrir lentement les yeux et se retrouver dans la pénombre. D'abord les yeux grands ouverts et la respiration bloquée, il demeurait immobile cherchant ses repères dans ce lit dont il ne reconnaissait pas le confort du matelas. Doucement il laissait ses pensées s'acheminer et lentement conduisait sa main devant ses lèvres se souvenant de l'endroit où il se trouvait. Il se redressait avec lenteur, où était Alexey ? Son coeur tambourinait dans son torse et doucement il se levait cherchant à tâtons ses chaussures qu'il ne trouvait évidement pas. C'était peut-être stupide mais Maddox était incapable de s'aventurer à l'extérieur sans être chaussé sans quoi le mal être risquait d'être profond et inutile. Le beau brun se dirigeait vers la fenêtre pour ouvrir lentement les rideaux et constater que ses affaires avaient disparues. La gorge tellement sèche, il avait faim et soif mais il avait bien avant tout très peur. Prince était resté planté là de longues minutes, il avait bien trop peur de sortir de la pièce mais il avait également peur d'y rester aussi seul. Doucement il s’approchait de la porte et prit un semblant de courage pour appuyer sur la cliche et se retrouver dans ce couloir dans lequel il s’engageait nus pieds, serrant les bras autour de ses épaules apeuré comme pas deux par ce nouvel environnement où il évoluait. Approchant du salon il aperçu une ombre bouger et dans sa lâcheté caractéristique il laissait des larmes naitre dans ses beaux yeux bleus avant de s’y aventurer. Le stress augmentait de plus en plus... Que dirait Tamina si elle était à ses cotés ? De fuir ? De faire ce qu’on lui dirait de faire ? A vrai dire, il ne savait pas comment agir et réagir. C’est en longeant le mur et en baissant les yeux particulièrement craintif qu’il s’aventurait dans le salon sans trouver la force de dire quoi que ce soir, à moitié nu et déchaussé ; il avait tellement honte. Tentant encore à se cacher de ses bras qui enfermaient son torse, il se savait absolument pathétique et ne savait que faire pour s’en sortir. Il semblait prés à entrer dans le mur s’il le pouvait, près à tomber à genoux suite aux coups d’Alexey... La promesse qu’il avait soufflé de ne plus lui faire de mal ne semblait pas avoir grande valeur face à sa peur.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyMer 25 Déc - 16:01

Alexey&Maddox❧ If you're looking for Jesus then get on your knees.
Par réflexe, Maddox s'était crispé au contact des mains d'Alexey sur ses poignets tout en relevant ses yeux azur pour vers ceux de son bourreau. Et la lueur de crainte qui y brillait s'évapora progressivement pour laisser place à une pure crédulité. Pourtant son corps réagissait de lui-même, frémissant de peur dès qu'Alexey posa la main sur son dos. Parfois, la conscience ne pouvait pas grand chose face à l'instinct. Même lorsqu'il s'était installé sur le lit et que le manipulateur lui murmurait des paroles rassurantes , Maddox n'arrivait pas à se laisser totalement amadouer même si, finalement, son attention se ramena vers Alexey : « Plus peur... », répétait-il comme pour essayer de s'en convaincre, tentant d'obéir à son bourreau tout en allant poser la main sur son avant-bras.

« T'as l'air différent »

Ce fut au tour du manipulateur de tourner la tête pour dissimuler son regard narquois. Évidemment qu'il était différent, la prison remet pas mal les idées en place. Il continua de caresser doucement son épaule comme pour le bercer, mais toute la douceur n'effaçait pas la brutalité et Maddox semblait craindre de tomber dans le sommeil, sursautant chaque fois que son esprit s'autorisait à partir quelques instants. Il se fit alors plus calme un certain moment et Alexey se demanda s'il avait renoncé à dormir. Les caresses sur son bras pour tenter de l’apaiser furent vaines. Maddox commença à s'agiter et le psychologue posa une main possessive sur son torse pour le caler au matelas, s'apprêtant à le réprimander. Mais en baissant la tête, il remarqua que le brun avait les yeux clos. Il dormait et n'était donc pas pleinement responsable de ses actes. Ce sommeil agité s'expliquait sans aucun doute par la rencontre avec son bourreau qui le tourmentait même dans ses rêves, ou plutôt ses cauchemars… On aurait dit que le corps nerveux du dément tentait par ses mouvements d'éjecter celui de son tyran. Et il y réussit ! Perdant rapidement patience, l'ex-psychologue se leva en lâchant un grand soupir, comme pour évacuer sa rage. Viendrait le jour où il l'apprivoiserait dans son intégralité et sans remord, mais pas pour tout de suite.

En quittant le lit, il alla directement vers le siège où reposaient les vêtements de Maddox et glissa la main dans la poche de sa veste pour en sortir de nouveau le portable. Il prit ainsi connaissance de son répertoire dont le nombre de noms, peu conséquent, demeurait tout de même largement supérieur à ce qu'Alexey avait attendu. Il repéra le nom de Nitzan, qu'il connaissait pour l'avoir déjà vu parler avec Maddox. Le manipulateur passait souvent devant sa boutique en achetant ses meubles, et peut-être devrait-il lui rendre une vraie visite un de ces jours. Les messages ne l'intéressant pas plus que cela, il remit le portable dans sa poche et alla ranger les vêtements dans le placard. Il fit de même avec les chaussures qu'il alla plutôt mettre avec toutes les siennes, près de l'entrée. Il avait éteint les lumières en amenant Maddox dans la chambre et l'appartement semblait, malgré les grandes baies vitrées, s'être assombri, comme s'il avait accompagné le dément dans son sommeil.

Alexey se laissa ensuite tomber sur le canapé du salon et, après avoir déboutonner les premiers boutons de sa chemise pour se mettre à l'aise, récupéra son mac pour lire ses mails. C'était un bon moyen de s'occuper l'esprit et faire redescendre la colère. Il répondit à son agence et vérifia les offres proposés par Apple, même s'il n'y avait rien d'intéressant. Au bout d'un long moment, il referma son mac et le reposa sur la table basse, les sourcils un peu froncés. Cela faisait un long moment que Prince s'était endormi et il hésitait à aller le réveiller. Le ciel nuageux donnait l'impression d'être plongé dans un monde en noir et blanc, l'habitat n'avait jamais paru aussi morne.

C'est à ce moment qu'Alexey entendit du bruit, la porte de la chambre venait de s'ouvrir. Pas trop tôt ! Il se releva et se dirigea vers l'interrupteur, mais ralentit l'allure en remarquant la silhouette hésitante de Maddox dans le couloir. Le regard brillant de larmes, le beau brun longeait le mur, recroquevillé sur lui même, et avançait lentement, d'une démarche lourde, semblant porter un boulet à chaque pied. À moitié endormi, c'était comme si le dément n'avait pas quitté son cauchemar. Il clignait des yeux d'un air perdu, le visage apeuré. Son regard avait à peine suivi Alexey qui n'était pourtant pas passé loin de lui. Posant négligemment un coude sur la haute commode contre le mur, il regarda un instant Maddox avancer timidement dans le salon attendant qu'il se rapproche suffisamment de lui pour mettre fin à sa torpeur. Il porta la main devant le visage de sa victime et claqua des doigts pour l'aider à émerger, tout en s'adressant à lui d'un ton ferme et réprobateur :

« Debout, Prince. Et cesse de pleurer. »

Alexey porta l'autre main à l'interrupteur et alluma la lumière, l'atmosphère grisaille disparut et l'appartement reprit soudainement des couleurs vives. Le manipulateur regarda sa victime de la tête au pied puis des pieds à la tête pour s'arrêter sur son regard bleu. Il resta ainsi un bref instant avant de le contourner en lui glissant : « Ne bouge pas », au passage. Le tyran retourna à la chambre et récupéra les vêtements de Maddox dans le placard, vérifiant qu'il avait bien remis son portable dans sa veste. Il retourna ensuite au salon et lui tendit les habits avec un sourire se voulant bienveillant.

« Tu as dormi plusieurs heures », lui fit-il remarquer, [color:1978=#999999« tes chaussures sont à l'entrée »


Le tyran se dirigea lui-même vers la porte d'entrée et s'y adossa pour faire face à Maddox, comme s'il craignait que celui-ci ait la mauvaise idée de tenter de partir. Il désigna ses biens d'un signe du menton et croisa patiemment les bras tout en l'observant se rhabiller, l'air pensif. Le jeune homme avait trop tardé dans son sommeil et Alexey ne voulait certainement pas éveiller les soupçons par la trop longue absence de Maddox. Qu'il ait averti Tamina ou non, il y avait des limites à ne pas franchir.

« Veux-tu boire quelque chose avant que je te ramène ? As-tu faim ? », dit-il en commençant déjà à se diriger vers la cuisine.

Il faisait preuve d'une distance prudente à l'égard du brun, comme pour éviter de le brusquer. Le départ de Maddox ne devait pas se faire sur une mauvaise impression.
©flawless


Mal à la tête x.x je relis dans la soirée amour
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptyLun 30 Déc - 15:05

Un claquement des doigts, une voix ferme, de la lumière. Doucement Maddox semblait revenir à la réalité, l'appartement baignait de lumière lui apportait davantage de confiance et les larmes cessaient de couler le long de sa gueule d'ange se laissant regarder dans cette quasi nudité en pleine lumière l'air franchement tendu avant de s'immobiliser comme Alexey le lui avait ordonné. Il avait tellement soif qu'il pensait qu'aucun son ne sortirait de sa gorge tant elle était asséchée. Il ne savait pas où il était parti, mais il n'avait pas bougé d'un cil, fixant devant lui l'air toujours aussi terrifié. Il avait toujours été effrayé le matin, figé dans entre deux mondes ; puis il revenait les vêtements en main et doucement il les prit entre ses doigts fins en écoutant les propos de son magnifique manipulateur qui lui annonçait avoir dormi plusieurs heures. Est-ce que Tamina allait s'inquiéter ? Il fallait vite qu'il rentre. Alors il s'empressait de mettre ses vêtements, fermant minutieusement les boutons de sa veste après avoir enfilé ses chaussettes en s'aventurant à jouer l'équilibriste. Il arrivait au dernier bouton quand il relevait enfin ses yeux vers Alexey qui se tenait devant l'entrée où se trouvaient techniquement ses chaussures, n'osant cependant approcher avant d'être invité à boire et manger quelque chose, disparaissant dans la cuisine. Prince l'avait suivi de ces beaux yeux bleus l'air intrigue par le comportement de celui qui s'était probablement plût à le maltraiter, du moins c'était comme cela que Maddox l'avait vécu en tant que victime. Peut-être que tout cela aurait été bien différent s'il avait fait l'effort de se mettre à la place d'Alexey qui avait du supporter sa folie. Maddox prit ses chaussures et les enfilait sans bruit, une fois prêt pour sortir, il s'était orienté vers la porte pour fixer la poignée en se demandant s'il parviendrait à retrouver son chemin seul. Il avait tellement envie de fuir, d'être dans les bras de Tamina et d'oublier...

Finalement il se retournait lentement, toujours aussi lâche pour rejoindre Alexey dans la cuisine après être resté de longs instants devant la porte. Le beau brun approchait une chaise de la table et d'y asseoir comme par habitude du temps qu'ils avaient partagé par le passé. Les pieds sous la table comme un prince à attendre qu'on lui serve ce que l'on aurait choisi pour lui, avec Tamina tout était bien différent parce qu'elle lui avait appris à être davantage autonome même si des fois il n'en avait absolument pas envie, trouvant cela ennuyant et préférait ne rien faire du tout juste par flemme. Le muet ouvrait enfin les lèvres pour lui dire d'une voix douloureuse « J'ai soif... » Suite à cet effort il portait sa main à sa gorge comme pour appuyer ses propos, il avait également faim mais cette soif primait sur celle-ci. Il était un homme qui avait besoin d'apports caloriques assez conséquents et réguliers en vue de ses activités journalières, les crises, les angoisses étaient mangeur en énergie. Le beau brun disposait d'un régime assez particulier où on essayait encore de lui faire prendre quelques kilos mais son poids semblait figé bien que les premiers kilos furent faciles à reprendre quand Prince eut retrouvé l'appétit. Un grand verre arrivait devant lui et Alexey aurait pu y mettre n'importe quoi qu'il l'aurait ingurgité tout rond, si insouciant. Buvant à une vitesse folle comme s'il n'avait pas vu une goutte d'eau depuis deux jours ; le beau brun reposait lentement le verre sur la table, les lèvres humides et l'air apaisé quand tout à coup son corps fut prit d'un léger sursaut. A boire trop vite, il avait fini par attraper le hoquet et même s'il plaçait sa main devant sa bouche cela n'y changeait rien. Relevant les yeux vers Alexey il souriait bêtement comme un enfant avant de regarder l'horloge de la cuisine qui appuyait les propos précédent de Eastwood et le psychotique pensait à nouveau à sa thérapeute.

Il ouvrait enfin la bouche malgré son hoquet pour lui dire assez hésitant. « Tu vas me... Hic... Raccompagner chez moi ? Hic ! Mais je n'sais pas vraiment l'adresse, je peux Hic, reconnaitre les rues. » N'était-il pas un adorable naïf ? Rougissant quelque peu avant de sursauter de nouveau. Il avait peur d'Alexey, mais est-ce qu'il allait parler avec Tamina ? Il avait peur pour lui, pour elle également. Sa main se faufilait dans sa poche pour attraper son téléphone portable. Pas de réponse, il affichait une mine assez déçue. Dans le fond il ne voulait pas qu'elle s'inquiète de trop pour lui, il ne voulait pas qu'elle soit triste ; mais au fond il avait espéré qu'elle penserait à lui comme il avait pensé à elle. C'était compliqué d'aimer, mais être aimé était d'autant plus compliqué. Surtout quand on est une sorte de fou, un dément psychotique que personne ne pouvait comprendre et aimer tel qu'il était n'est-ce pas ? Son hoquet avait disparu avec son espoir et il rangeait cet appareil de malheur dans sa poche en soupirant faiblement alors que son ventre grondait... Il se posait tellement de questions tout à coup, pourquoi est-ce qu'elle se fichait de lui ? Il se sentait triste et perdu à la fois. Il savait que face à ses beaux yeux noisette il ne saurait jamais lui demander pourquoi elle l'aime pas, il perdrait encore ses moyens et ferait encore tout pour lui plaire, pour essayer d'être assez bien pour elle... Est-ce qu'il allait passer toute sa vie seul ? Ayant pour seule compagnie des soignants qui s'occupent de lui parce que c'est leur travail et rien de plus ? Même Harry ne lui envoyait aucun message malgré sa promesse, encore une qui n'était pas tenue après tout. Bien sur qu'ils se voyaient encore de temps en temps, mais de moins en moins... « J’n’veux pas être tout seul... » Soufflait-il perdu dans son processus de pensées avant de relever les yeux vers Alexey en dessinant un léger sourire tout ce qu’il y avait de plus menteur et ne possédant aucun talent pour mentir il cessait rapidement cette tentative d’essayer de tromper le second sur ses émotions, qui mieux qu’Alexey le connaissait par cœur ? Ils avaient vécu ensemble plusieurs années, du temps et des émotions partagées ; il se souvenait alors de quelques instants passés avec Eastwood que la violence avait balayé...
Revenir en haut Aller en bas
Voodoo Ghost
Voodoo Ghost
Dream Teller
Infos de baseÂge du personnage : Tu aimerais savoir pas vrai? vieux, très vieux, autant que Papa Legba!
Messages : 1441
Fiche RPG
Votre Personnage
Jauge de capacités:
If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox Left_bar_bleue200/200If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox Empty_bar_bleue  (200/200)
Dons, capacités & petits plus:
Ma boutique de Voodoo:

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox EmptySam 8 Fév - 4:32

Le sujet n'a pas reçu de réponse depuis 15 jours, merci de ne pas l'oublier =D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox Empty

Revenir en haut Aller en bas

If you’re looking for Jesus then get on your knees. ▬ Alexey & Maddox

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Mirrors :: Rp's-